Le Planificateur n°10-5 mai 2012
Le Planificateur n°10-5 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10-5 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Planificateur

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : le bénévolat, un coeur qui fait battre les festivités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
d é g u s tat i on La bière, à la recherche des expériences inexplorées Connaissez-vous le Naufrageur, Dieu du Ciel !, les Brasseurs du Temps, Boréale, La Barberie ou Frampton Brasse, pour ne nommer que ces exemples-là ? Il s’agit de microbrasseries qui fleurissent partout au Québec depuis plusieurs années et qui sont aujourd’hui considérées comme une tendance. Elles font partie du renouveau brassicole au Québec. Depuis des générations, on boit de la bière. Mais depuis quelques années, on boit de la bière de microbrasserie. Les statistiques de vente le prouvent : vous en consommez, chaque jour, de plus en plus. D’ici quelques années, chaque ville au Québec aura sa microbrasserie ou sa brasserie artisanale. Alors que la première peut vendre en bouteille partout au Québec, la seconde ne peut vendre uniquement que sur place. Elles remplacent les tavernes que fréquentaient nos aïeuls pour leur convivialité, en offrant un choix de bières inspirées des styles historiques et garantes d’une fraîcheur irréprochable. Voilà la « bière » angulaire de ce renouveau brassicole : boire des produits frais, brassés sur place ou localement et surtout sans adjuvants et autres produits de conversation. Souvenez-vous de la campagne promotionnelle de Boréale il y a quelques années : une bière 100% naturelle. Tout est dit ! L’achat local, la reconnaissance internationale Le consommateur veut de plus en plus acheter localement. Il porte une attention particulière à la provenance des produits, aux efforts pour promouvoir l’économie locale et protéger l’environnement. Ce sont là des facteurs qui ont grandement aidé l’industrie brassicole à se tailler une place dans le panier du consommateur au cours des dernières années. Ce dernier veut savoir ce qu’il boit, autant que ce qu’il mange. À l’heure actuelle, sur cent bières achetées au Québec, sept sont des bières de microbrasseries. Les bières importées et de grandes Par Philippe Wouters brasseries se partagent le reste du gâteau, mais ne jouissent pas d’une telle notoriété. On en parle de plus en plus et le Québec se crée très rapidement une culture bière des plus dynamique. Nos brasseries gagnent des médailles, depuis une vingtaine d’années, dans des concours internationaux reconnus par l’industrie. Soulignons des brasseries comme Trou du Diable, Hopfenstark, McAuslan et Unibroue qui ont grimpé les marches du podium à plusieurs reprises. La bière, l’enfant pauvre de la table La bière surmonte des difficultés qui lui sont propres depuis plusieurs générations. Étant la boisson alcoolisée la plus prolétaire, on l’associe facilement aux soirées bien arrosées de nos jeunes ou à son prix modique qui en fait une boisson enivrante à faible coût. Des obstacles difficiles à franchir jusqu’à nos tables gastronomiques, mais pas insurmontables. Découvrir la bière à table, c’est s’ouvrir à des expériences gustatives inexplorées. Elle accompagne divinement bien les fromages et chocolats. Elle parfume délicatement les poissons les plus fragiles. Bière ou vin, pourquoi choisir ? Les deux ont tellement de choses à nous offrir ! Philippe Wouters est chef spécialiste en bière et éditeur du journal Bières et Plaisirs. Conférencier reconnu et animateur d’ateliers de dégustation, vous pouvez retrouver son blogue sur www.bieresetplaisirs.com 12 Le PLANIFICATEUR Volume 10, No. 5
d é g u s tat i on Bières et produits de la mer, un accord tout naturel Les disciples d’Épicure ne cessent d’élargir leurs horizons et leur soif de découvrir est intarissable. Lorsque vient le jour où l’éternel Muscadet ne vous fait plus frémir à l’idée de vous attaquer à une casserole de fruits de mer, il existe fort heureusement une multitude de solutions originales et savoureuses. Tous connaissent déjà le grand classique belge « moules/frites/bière » qui reste un indémodable. Pour qui a l’œil ouvert et le palais aventureux, la Belgique offre une quantité phénoménale de bières goûteuses, riches et inspirantes pouvant s’accoler à la sauce la plus frivole. Les spécialités belges s’étalent de la blanche aux bières monastiques, en passant par les bières de fermentation spontanées que sont les Lambics et les Gueuzes. D’autres classiques, moins connus ceux-là, existent aussi. Les huitres en coquilles s’acoquinent fort bien de bières noires, telles les stouts irlandaises, bien qu’éclectiques en apparence, cet accord vaut grandement l’essai. Enfin il faut considérer, comme toujours, deux grands paramètres lorsque vient le temps d’accorder la bière aux fruits de mer, le goût et la texture. Les bières plus légères rendront grâce aux préparations plus délicates, les bières plus corsées s’accorderont mieux, en contrepartie, aux plats plus relevés. L’amertume de la bière, combinée à l’acidité, trancheront à merveille avec une sauce crème et créeront un accord de contraste. De plus, si vous dégustez une bière plus acide, l’usage de citron est tout à fait superflu sur vos fruits de mer. Quant à la texture, plusieurs bières minérales, s’accoleront au côté iodé que présentent une multitude de produits marins. Enfin comme la bière est en général commercialisée à un prix très démocratique, il y a des heures de plaisir et de découvertes devant nous. L’imagination reste la seule restriction. Santé ! Olivier Laporte est expert en vin, bière et spiritueux et formateur pour SAVORI cours sur les vins et spiritueux, partenaire exclusif de la SAQ. Pour toutes animations en entreprise, vous pouvez joindre l’équipe de SAVORI à service@savori. ca ou au 1-855-781-2344 ou visitez www.savori.ca www.leplanificateur.ca p our v o t r e i n f o $ 5 millions pour la technologie ultra performante au Palais des congrès de Montréal Le Palais des congrès de Montréal a entrepris un important projet de modernisation technologique qui le positionnera dès 2012 parmi les chefs de file nord-américains avec un environnement hautement performant pour les organisateurs, les exposants et les congressistes. Parmi les améliorations prévues, on note : La modernisation de l’infrastructure réseau pour une connectivité inégalée ; Le développement d’une plateforme web avec commerce électronique et un espace client collaboratif pour faciliter la planification d’événements et d’expositions et permettre l’échange d’informations avec gain d’efficacité ; Le développement d’une application mobile événementielle personnalisable pour accompagner les organisateurs, exposants et congressistes tout au long de leur séjour ; L’installation d’une nouvelle signalisation dynamique et d’écrans tactiles permettant la diffusion de contenus riches et adaptés aux besoins des événements ; Le déploiement d’une infrastructure d’intelligence événementielle permettant de rehausser l’expérience de réseautage des congressistes en plus de générer des données statistiques stratégiques aux organisateurs de congrès et d’expositions. De plus, le Palais lancera un nouveau site Internet adapté aux appareils mobiles, qui misera sur l’expérience et la convivialité de navigation. Réalisé en collaboration avec la firme spécialisée Inpix, le site deviendra rapidement une référence dans l’industrie en offrant un contenu riche et un graphisme de qualité supérieure. En offrant un centre de congrès connecté sur le monde et les besoins de sa clientèle toujours à la recherche de solutions performantes et faciles d’utilisation, le Palais sera une plateforme mondiale pour les grands rassemblements où le succès passera par une expérience technologique optimale. Le PLANIFICATEUR 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :