Le Parisien Economie n°925S 25 sep 2017
Le Parisien Economie n°925S 25 sep 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°925S de 25 sep 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 9,3 Mo

  • Dans ce numéro : des opportunités d'emploi pour tous !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 25 SEPTEMBRE 2017 ÉCO 14 DÉVELOPPEMENT @LeParisien_Eco DR. Dircom Cnam-Crédit photo:GettyImages aupprendre changevotrevie cnam.fr Conservatoirenationaldesartsetmétiers 292,rueSaint-Martin-75003Paris Ils se sont formés et ils ont bien fait Témoignages Ils ont suivi une formation avec succès ! Les savoirs acquis leur ont permis d'évoluer, de prendre des responsabilités et d'élargir leur palette de compétences. Boualem Boukhlifa 43 ANS, DIRECTEUR ADJOINT DU VILLAGE CLUB DU SOLEIL DU REVERDI (VAR) Après avoir oicié plusieurs années au Club Méditerranée, Boualem Boukhlifa, titulaire d’un BEP vente action marchande, est victime d’un accident qui le contraint à une longue année de chômage. Ce père de deux enfants cherche alors une formation susceptible d'accélérer son retour à un emploi stable. Ce sera le cursus responsable d’établissement touristique (RET), niveau III (bac+2). Onze mois de formation « Ma formation m’a fait gagner au moins trois ans » à plein temps à l’Institut de formation des établissements touristiques et hôteliers (IFETH), entrecoupés de deux périodes d’apprentissage en entreprise où il va pouvoir élargir le champ de ses compétences  : pilotage de prestations, marketing, management. « J’ai bénéicié d’un accompagnement pédagogique exceptionnel et d’un précieux réseau. Cette formation m’a fait gagner au moins trois ans », airme-t-il. Diplômé en mars 2016, il est embauché le mois suivant comme directeur adjoint du Village Club du Soleil du Reverdi, dans le golfe de Saint-Tropez, où il manage aujourd’hui 63 personnes. E cc c 0 InscriptionsauCnamParis jusqu’au6novembre2017 DR. Sarah Bouteldja 30 ANS, ANIMATRICE SUR UNE PLATE-FORME TÉLÉPHONIQUE CHEZ GRDF, À ARCUEIL (VAL- DE-MARNE) Supervision, pilotage de réunions, entretiens de recadrage  : depuis un an, Sarah Bouteldja déploie tout son enthousiasme à animer l’équipe d’un plateau téléphonique de GRDF à Arcueil (Val-de-Marne). Un poste inespéré pour elle il y a encore quelques années. Le déclic  : une formation de trois ans en alternance à l’Ecole Vaucanson du Cnam, au terme de laquelle elle obtient une licence en management. « L’approche « J’ai appris à me poser les bonnes questions » pédagogique de Vaucanson a été une véritable révélation pour moi qui ai souvent eu une relation diicile avec la scolarité », raconte la jeune femme. Au Cnam, elle goûte pour la première fois aux méthodes de la pédagogie par projets  : problématiques concrètes, travail en équipe, mises en situation, analyse corrective. Elle apprécie également les remises à niveau sur le plan du savoir-être, des codes relationnels. « J’ai appris à me poser les bonnes questions, à construire des méthodes de travail, à m’exprimer, à avoir coniance en moi », explique-t-elle. formelestalentsdepuis1794 90% de nos enseignements sontjugésutiles parnos auditeurtrices souhaitantsereconvertir professionnellement*. *Étudedel’OECdedécembre2015portantsur 32 016questionnaires. SEBASTIEN DESNOULEZ. Gregory Strobel 36 ANS, RESPONSABLE RES- SOURCES HUMAINES D’IENA, À PUTEAUX (HAUTS-DE-SEINE) Après treize années passées dans le recrutement, Gregory Strobel fait un double constat. Il lui faut étofer ses compétences pour s’ouvrir des horizons auxquels son seul BTS de commerce international ne lui donnera pas accès. En 2015, il s’inscrit au groupe IGS Formation continue pour suivre le programme « Responsable en management et direction DR. David Patissier 43 ANS, GRAPHISTE Licencié économique in 2016, David Patissier, graphiste print (papier), comprend vite que, malgré son expérience, retrouver un travail sans de solides compétences numériques ne sera pas simple. Lors d’une réunion à Pôle emploi, il entend parler de l’école Oclock, qui dispense des formations au métier de développeur Web, en téléprésentiel  : des cours quotidiens, de 9 heures à 15 heures, suivis « Le contrat de professionnalisation était la formule idéale » des ressources humaines », titre de niveau I (master). Un an de formation en alternance, à raison d’une semaine mensuelle de cours pour trois semaines en entreprise. « Avec une quinzaine d’années d’expérience professionnelle, j’étais très attaché à une valorisation opérationnelle immédiate des apprentissages. Le contrat de professionnalisation était donc la formule idéale », explique-t-il. Pari gagné  : il est recruté par le groupe de conseil dans le pilotage de la performance inancière Iena, au poste de responsable ressources humaines, dès la in de sa formation. « J’ai été blufé par l’investissement des intervenants » en direct par vidéo depuis son domicile. Il se lance dans ce programme de 700 heures sur cinq mois, avec dans le viseur un diplôme de développeur logiciel niveau III. « C’est intensif. Mais j’ai été blufé par l’investissement des intervenants et la qualité du suivi. Et la plate-forme permet un travail collectif avec les autres élèves de la classe », raconte-t-il. Début octobre, il rejoindra une grande enseigne spécialisée dans l’équipement de bureau.
twipe_ftp LUNDI 25 SEPTEMBRE 2017 LE PARISIEN www.leparisien.fr/ecoDÉVELOPPEMENT 1 PAR M.J. ÊTRE AU CLAIR SUR SES BESOINS ET SES CAPACITÉS « Mon projet est-il en rapport avec mon proil ? » Pas toujours facile de répondre seul à cette question. C’est pourtant un préalable à toute démarche de formation professionnelle. L’entretien professionnel, qui a lieu tous les deux ans, est l’occasion d’en discuter avec son employeur. En s’adressant au conseil en évolution professionnelle (CEP), vous pourrez également bénéicier d’un accompagnement. REPÉRER 2 LES FORMATIONS Il existe 60 000 organismes de formation déclarés en France. Alors, où se renseigner ? Faute de lieu recensant l’exhaustivité des programmes disponibles, il va falloir chercher dans plusieurs directions. Internet bien sûr, qui regorge de données. Mais aussi les organismes publics et parapublics (Greta, Afpa, centres de formation professionnelle, organismes des chambres consulaires). Connaître les diplômes existants peut aider à sélectionner. Pour cela, consulter le Répertoire national des certiications professionnelles (RNCP). http://www.rncp.cncp.gouv.fr/Cinq conseils pour un bon choix L'ARMÉE DE TERRE 3 RETENIR UN FORMAT ADAPTÉ Avant de choisir son format, il convient de mettre plusieurs éléments dans la balance  : projet et situation professionnelle, situation familiale, lieu de résidence, capacité d’autonomie et de persévérance… Une formation présentielle peut convenir à un stagiaire qui dispose de temps. Un salarié en activité pourra s’orienter vers des micro-sessions en ligne (de cinq à trente minutes), ou vers des formules mixtes, mêlant apprentissage en salle et apprentissage à distance. JE VEUXÊTRE LE NOUVEAU SOUFFLE APRÈS LA TEMPÊTE. AUDREY OPÉRATION BARKHANE/MALI RENDEZ-VOUS DANS LE CIRFALEPLUSPROCHEDECHEZ VOUS I SIENGAGIER.FR I 15 000 POSTES VOTRE VOLONTÉ. NOTRE FIERTÉ. 5 4 1 15 ÉCO PRIVILÉGIER UN ORGANISME CERTIFIÉ Oui, mais lequel ? Les certiications ISO 29990 et NF valident une qualité globale de service (conception, organisation, réalisation de la formation, informations relatives à l’ofre, gestion administrative et commerciale). La qualiication professionnelle OPQF garantit le respect de la réglementation, l’adéquation entre les compétences et les moyens des formations, la satisfaction des clients, la pérennité de l’organisme et sa déontologie. Enin, les certiications ICPF et PSI attestent de l’expérience et du professionnalisme des formateurs. ALLER À LA RENCONTRE DES ORGANISMES SÉLECTIONNÉS Échanger avec un responsable de formation vous aidera à en savoir plus sur les méthodes d’apprentissage, l’accompagnement et le suivi pendant la formation, l’organisation des sessions, le proil des formateurs. Si cet échange peut se faire par téléphone, se déplacer permet de passer des tests, voire d’éventuels entretiens, de visiter les lieux et, pourquoi pas, de rencontrer des stagiaires. INSIGN -Crédit photo:Thomas Goisque.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :