Le Parisien Economie n°918S 18 sep 2017
Le Parisien Economie n°918S 18 sep 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°918S de 18 sep 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : 24 heures à Roissy.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 18 SEPTEMBRE 2017 1 ÉCO 10 BUSINESS PROSPECTIVE @LeParisien_Eco Comment capitaliser sur l’énergie des vacances ? SANTÉ Reprise ne rime pas forcément avec anxiété ! Voici quelques conseils afin d’identifier les petits signaux annonciateurs et agir pour rester zen. PAR MURIEL JAOUËN «LE SALARIÉ DOIT SE DEMANDER S’IL EST EN MESURE D’AGIR PAR LUI-MÊME, MÊME PARTIELLEMENT, SUR LES SITUATIONS À L’ORIGINE DE SON STRESS». FRANCE DEFI experts-et-decideurs.fr LA QUESTION DU PASSAGE en société peut facilement se poser aux indépendants qui exercent en nom propre, notamment lorsqu’ils anticipent un développement de leur activité. Mais il importe de s’interroger sur les objectifs. La pertinence du changement doit être évaluée au cas par cas. La société peut répondre à divers paramètres. Elle offre d’abord une STATUTS Indépendants  : de l’intérêt de passer en société Se transformer en société, une éventualité qui peut s’avérer judicieuse lorsque l’on exerce une activité en indépendant. Décryptage. EN PARTENARIAT AVEC Fini les vacances. Nous sommes rentrés reposés, détendus, d’attaque pour la grande reprise. Mais pour combien de temps ? Comment garder le bénéfice de la parenthèse estivale et ne pas se retrouver rapidement happés par une mécanique sur laquelle on n’a plus de prise ? Le phénomène est aussi répandu que les études sont rares. L’une des dernières grandes enquêtes*, réalisée en 2009 par l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) fait encore référence  : elle établissait que 41% des salariés, 47% des cadres et 57% des cadres supérieurs sont concernés par le stress lié au travail. Les conséquences peuvent être lourdes pour la santé comme pour le bon fonctionnement de l’entreprise. Alors, comment s’en prémunir ? « Le premier réflexe consiste à dépister des signes d’alerte et à les reconnaître comme autant d’indicateurs d’une situation anormale », explique Sophie Morin, psychologue du travail et consultante **. Ils peuvent être physiques (maux de tête ou de dos), psychologiques (tristesse, anxiété, irritabilité) ou comportementaux (sautes d’humeur, pointes d’autoritarisme). Ensuite, il s’agit d’identifier clairement la cause de ces symptômes  : surcharge de travail, délais trop contraints, mauvais relationnel, manque d’autonomie, conflit de valeurs, absence de cohésion avec le manageur… les sources de stress sont nombreuses. Ce double diagnostic posé, on peut passer à l’action. « Avant tout, l’individu doit se demander s’il est en mesure d’agir par luimême, même partiellement, sur les situations à l’origine de son stress », note Sophie Morin. Par exemple en s’organisant différemment, en réclamant davantage d’autonomie ou de moyens d’action. Mais aussi en agissant sur soi ! Pour cela, deux règles à suivre  : ne pas s’ajouter de pression et se protéger soi-même en apprenant à gérer ses émotions. Respiration, relaxation, méditation, sport, microdéconnexions  : à chacun son truc. Mais le propre du stress dû au travail, c’est qu’il puise aussi dans des ressorts organisationnels  : climat social, processus et environnement de travail, horaires, etc. Et bien sûr management. « Pour générer de la confiance chez ses collaborateurs, le manageur doit privilégier des solutions partielles efficaces, la recherche immédiate d’opportunités nouvelles, sans viser une solution idéale, absolue ou définitive. Il va aussi traquer les Le manageur ne doit pas hésiter à « traquer le positif » et à féliciter immédiatement ses collaborateurs. protection accrue au chef d’entreprise, en distinguant ses patrimoines personnel et privé. « S’il fait de mauvaises affaires pour des raisons économiques, il perdra au maximum le capital apporté à la société, à condition toutefois de ne pas s’être porté caution par exemple pour des emprunts bancaires », précise Isabelle Rabiller d’Expert Compta Conseil, membre du groupement France Défi. Le passage en société autorise l’entrée d’associés, ouvre la porte aux investisseurs et aux organismes de financement susceptibles d’entrer au capital. Elle facilite également la transmission par la possibilité d’intégrer progressivement un enfant ou un associé en lui cédant des parts. Sur le plan fiscal, cette forme permet de distinguer le revenu du dirigeant de celui de l’entreprise, lorsqu’elle est assujettie à l’impôt sur les sociétés. Le patron verse un impôt et des cotisations sociales calculés sur sa rémunération et non plus sur l’ensemble de son bénéfice. L’entreprise est de son côté imposée sur son excédent de résultat. UN AUTRE RÉGIME SOCIAL « Si le dirigeant de la société se verse une rémunération stable, cela lui permet de mieux maîtriser son impôt et ses cotisations alors que dans le cas d’une micro-entreprise, une bonne année peut se traduire par d’importants rappels de cotisations », explique l’expert-comptable. L’entrepreneur peut aussi changer de régime social. Un président de société par actions simplifiée ne dépend plus du régime social des indépendants, mais du régime général des salariés. Cette transformation doit être mûrement réfléchie. « La société a un coût de constitution mais aussi lorsque l’on doit arrêter l’activité », prévient la spécialiste. En outre, son intérêt varie selon la composition du foyer fiscal de l’entrepreneur. « Si l’entreprise a un bon résultat mais que le chef d’entreprise prend tous les bénéfices, le passage en société n’apportera pas vraiment de différence sur la maîtrise de l’impôt et des cotisations », ajoute Isabelle Rabiller. Mieux vaut donc prendre le temps d’analyser avec son expert-comptable La société impose aussi une rigueur accrue. « Le dirigeant ne doit surtout pas confondre le porte-monnaie de l’entreprise avec le sien », souligne l’expert-comptable. Avec une société, l’entrepreneur et l’entreprise constituent deux personnes distinctes. tir petites victoires et en féliciter immédiatement ses collaborateurs », affirme Philippe Gabilliet, Docteur en Sciences de Gestion, professeur-associé à ESCP Europe. Quelles qu’en soient les causes précises, le stress se nourrit avant tout du non-dit. Pour le prévenir et le juguler, il faut en parler à un collègue, à son manageur, au médecin du travail, à ses proches. S’il peut déboucher sur des pathologies sérieuses, le stress n’est jamais une maladie honteuse. *Anact - Le stress au travail, rapport d’analyse (2009) ** Sophie Morin, Vivre mieux au travail. S’affirmer et réguler ses émotions, Odile Jacob, mars 2017. LeParisien.fr ÉCO TÉL.  : 01.87.39.71.00. « LE PARISIEN LIBÉRÉ », 10 BOULEVARD DE GRENELLE 75015 PARIS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE FRANCIS MOREL, PRÉSIDENT SOPHIE GOURMELEN, DIRECTRICE GÉNÉRALE ET DIRECTRICE DE LA PUBLICATION PRINCIPAL ASSOCIÉ  : UFIPAR (LVMH) STÉPHANE ALBOUY, DIRECTEUR DES RÉDACTIONS DU « PARISIEN » ET D’« AUJOURD’HUI EN FRANCE » COMMISSION PARITAIRE N°0120C 85979 RÉDACTION EN CHEF DES SUPPLÉMENTS  : JEAN-LOUIS PICOT (JLPICOT@LEPARISIEN.FR) RÉDACTION  : VIRGINIE DE KERAUTEM (VDEKERAUTEM@LEPARISIEN.FR) ET CYRIL PETER (CPETER@LEPARISIEN.FR) EN COLLABORATION AVEC ACCROCHE-PRESS’EDITING  : OLIVIER BOSSUT (OBOSSUT@LEPARISIEN.FR) FABRICATION  : AMANDINE CHARBONNEL PUBLICITE RH & EMPLOI DIRECTEUR DE LA PUBLICITÉ  : MURIEL PETIT, 01.87.39.82.82. MPETIT@TEAMEDIA.FR ABONNEMENT LE PARISIEN  : 0.811.875.656 (COÛT D’UN APPEL LOCAL) MAXPPP/ALTOPRESS/ERIC AUDRAS.
LUNDI 18 SEPTEMBRE 2017 LE PARISIEN I 11 www.leparisien.fr/ecoBUSINESS PROSPECTIVE ÉCO twipe_ftp Une vitrine digitale pour fidéliser ses clients Qu’elle soit sur Facebook ou Instagram, la page professionnelle d’une entreprise doit réussir à capter sa clientèle puis tisser un lien régulier et interactif avec elle. EN PARTENARIAT AVEC facebook Chaque semaine, des conseils aux TPE-PME pour accompagner leur stratégie digitale et booster leur activité grâce aux réseaux sociaux. Éclairages de spécialistes et histoires vécues à l’appui. Impossible de dissocier Facebook du concept de communauté. On parle alors d’amis réunis autour du profil personnel d’un internaute. Pour les entreprises, cela se traduit par des mentions « J’aime ». « Les pages personnelle et professionnelle n’offrent pas les mêmes options », insiste Pauline de Regis, responsable des TPE-PME chez Facebook, qui recommande vivement aux entreprises d’avoir deux pages bien distinctes. Certes, en créant une page professionnelle pour son entreprise, on commence souvent par inviter les amis de son compte personnel. L’étape suivante consiste à élargir très vite ce premier cercle en important tous ses contacts de sa boîte mail de façon à leur faire connaître le lien de votre page professionnelle. Il faudra ensuite capter de nouveaux clients, notamment avec des contenus variés, originaux et appropriés. ENTRETENIR LE LIEN AVEC SA COMMUNAUTÉ « Les gens sont sensibles aux valeurs, à l’histoire que vous véhiculez via votre entreprise, quelle que soit l’activité, explique Pauline de Regis. Plus le contenu est engageant, plus la viralité s’enclenche », assuret-elle. Et plus la communauté se construit. Ceci est aussi bien valable sur Facebook que sur La bourse du crowdfunding sa filiale, Instagram, le réseau social qui s’appuie sur le partage de photos et de vidéos. « Instagram et Facebook sont complémentaires avec du visuel et de l’interactivité », explique la responsable TPE- PME. Fidéliser sa communauté est une autre affaire. Le lien s’entretient. « Notre valeur ajoutée par rapport à un site Internet, entend-on chez Facebook, c’est justement cette interactivité. » Pour alimenter l’échange avec ses fans, certaines marques n’hésitent pas à les solliciter afin d’ajuster leur offre selon la demande. UN POTENTIEL DE 34 MILLIONS D’UTILISATEURS EN FRANCE « L’outil de messagerie instantanée Messenger est un atout supplémentaire qui permet d’engager des discussions privées avec ses clients ou futurs clients. Cela les rassure et pour la marque, c’est un retour d’expérience immédiat ». Que le client soit à quelques mètres ou des milliers de kilomètres. « Facebook compte 34 millions d’utilisateurs en France, 2 milliards dans le monde. Imaginez le potentiel que cela représente pour une entreprise qui démarre sa vie en ligne ! », souligne Pauline de Regis. Cela reste valable pour tous types de business, pas seulement quand on vend des cupcakes ou des sacs à main. « Nous avons un cycloplombier. Sa particularité est de ne se déplacer qu’à vélo. Plutôt que de photographier le robinet qu’il vient de réparer, il partage les témoignages de ceux pour qui il a travaillé. Cela instaure un climat de confiance avec ses futurs clients. » V.K. 1 Q le site Trouver des actionnaires grâce à l’intelligence artificielle Start-up, TPE ou PME en quête de financement, l’intelligence artificielle Ipoome a été créée le mois dernier pour vous mettre en relation avec vos futurs actionnaires. Le principe ? Une fois inscrit sur Ipoome.com (250  € de frais de dossier), vous présentez votre société et indiquez vos contacts personnels et professionnels sur les réseaux sociaux. À l’outil, ensuite, de vous mettre en relation avec de potentiels investisseurs. Si vous obtenez le montant souhaité en 45 jours, une commission de 10% est prélevée. Y le coup de cœur Sauver une librairie indépendante à Douai Fragilisée par d’interminables chantiers dans sa rue, à Douai (Nord), La Charpente vient de lancer un appel aux dons sur Ulule. La boutique a jusque fin octobre pour récolter 15 000  € . DIRECTIONDELACOMMUNICATIONPÔLEEMPLOIIDF2017 « Je soumets mes idées à ma communauté » ELODIE FAGOT, 25 ANS, FONDATRICE DE TEA HERITAGE ACTIVITÉ. Conception et fabrication de sachets de thé fantaisie. RÉSEAUX. Facebook, Instagram, site Internet. FANS. 16 000 personnes. Quelle stratégie avez-vous adopté pour construire votre communauté ? ELODIE FAGOT. J’ai lancé Tea Heritage en 2013, sous le statut de la microentreprise, avant de créer mon entreprise trois ans plus tard. Choisir Facebook a été la solution de facilité. C’est gratuit. Maintenant, j’utilise principalement Instagram car la réactivité et l’engagement sont très forts. Ma communauté s’est construite pas à pas, d’abord avec un premier cercle constitué de mes amis, puis les amis de mes amis, etc. Le bouche-àoreille joue beaucoup. J’ai également contacté des blogueuses influentes spécialisées dans le « life style », comme Margot de youMakefashion ou Marie and Mood, pour les inciter à parler de mes produits. Cela m’a permis de toucher leur communauté. À leur tour, mes clients se sont mis à partager les photos de mes produits. Comment fidélisez-vous votre communauté ? Nous avons choisi de passer à la publicité payante il y a 6 mois pour un JOB présente 5ÈÉDITION Régulièrement, les 16 000 membres de la communauté Tea Heritage sont sollicités pour donner leur avis sur les idées de produits. ciblage plus précis. Nos sachets de thé ne sont pas des produits du quotidien et s’utilisent pour des occasions spéciales  : mariages, anniversaires, Saint- Valentin… Je dois donc inciter ma communauté à penser régulièrement à mes produits à des moments spéciaux, pour eux ou leurs proches. Par exemple, quand un internaute vient sur ma page, je vois sa date d’anniversaire. À moi ensuite de cibler ses amis afin qu’ils aient l’idée de lui offrir mes produits le jour J ! Ainsi, ma page Facebook apparaît sur la leur, dans l’espace RECRUTEMENT RV LUNDI www.pole-emploi-ile-de-france.fr réservé aux publicités sponsorisées. Cela suffit ? J’ai une autre stratégie. Je soumets régulièrement aux 16 000 membres de ma communauté des idées de produits avant leur lancement. Cette démarche plaît beaucoup puisque 3 000 à 5 000 personnes donnent leur avis à chaque fois et j’en tiens compte. Pour l’été, on avait prévu de sortir des sachets en forme de poisson et de sirène, mais le poisson a clairement été refusé alors que la sirène a remporté un énorme succès. V.K. du TCHATS EMPLOI JOB DATING 02 au13 OCTOBRE 2017 Rencontrez votrefutur employeur SALON ENLIGNE Suivez-nous sur  : facebook.com/PoleemploiIDF @poleemploi_IDF DR. Enpartenariat avec  :



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :