Le Parisien Economie n°703S 3 jui 2017
Le Parisien Economie n°703S 3 jui 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°703S de 3 jui 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 33,8 Mo

  • Dans ce numéro : ça glisse pour le business du Surf.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 3 JUILLET 2017 I ÉCO 2 À LA UNE *@LeParisien_Eco L’ÉTÉ une vague à ne pas rater GLISSE Manne touristique et financière pour les régions du littoral, le surf est une industrie florissante en France. PAR ALEX KOSTADEA Des planches alignées dans l’attente d’être louées, des surfeurs par dizaines flottant sur l’océan, des voiles de kitesurf filant à l’horizon, des hommes et des femmes debout voguant paisiblement sur un lac en se propulsant à l’aide d’une pagaie. Bienvenue dans la Manche, en Bretagne, en Vendée, et surtout sur un des nombreux spots de la Nouvelle-Aquitaine, destination préférée des adeptes de la glisse. Avec un nombre de pratiquants de sports affiliés à la Fédération française de surf en augmentation constante depuis ses débuts (680 000 en 2016), les acteurs du tourisme ont une bonne raison de se réjouir. Car la France, et ses milliers de kilomètres de côtes, est la première destination de surf en Europe. LA COMBI, L’INCONTOURNABLE Intégrale pour les eaux froides, elle devient shorty aux manches et jambes courtes en été. Popularisée en 1953 par Jack O’Neill (d’où la marque), qui voulait « juste surfer plus longtemps », la combinaison est confectionnée en Néoprène. Certaines marques (Patagonia, Zion, Picture…) ont trouvé une alternative à cette matière à fort impact environnemental. Compter dans les 80  € un shorty, de 130 à plus de 500  € pour une combinaison intégrale. s RETOMBÉES ÉCONOMIQUES A Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), berceau de la discipline en France depuis soixante ans et qui se revendique « capitale européenne du surf », si on a bien compris l’intérêt d’exploiter le filon, c’est que les retombées économiques liées au secteur sont estimées à 2 ou 3 M € par an. La seule ville française disposant d’un conseiller municipal chargé du surf concentre ses efforts sur cette activité. Tout comme le comité départemental du tourisme Béarn- Pays basque, qui tisse des partenariats avec plusieurs acteurs locaux, dont les offices de tourisme. « Le surf est prioritaire dans le schéma touristique départemental. Il est porteur économiquement, il génère de l’emploi et, au-delà de la pratique, il y a tout un écosystème autour, la culture, la mode », explique Céline Idelovici, chargée de la filière surf au comité. Même le luxe s’est emparé de la mine d’or. A l’Hôtel du palais, qui propose depuis quelques mois un séjour intitulé « surfing break », on met en avant « l’histoire de Biarritz, indissociable de celle du surf », pour justifier la démarche. LE SUD-OUEST, ÉPICENTRE DE LA GLISSE Mais l’épicentre de la glisse en Europe, c’est la Nouvelle-Aquitaine. Plus de 100 000 surfeurs, dont un quart d’étrangers, selon les derniers chiffres disponibles de 2012, sont venus taquiner la vague. Les écoles de surf et loueurs de planches en tout genre y prospèrent. « La moitié du chiffre d’affaires est réalisée en juillet-août, et ce dès le début des vacances scolaires », assure YannMartin, entraîneur des équipes de France et directeur du Lacanau Surf Club, la deuxième école à avoir été créée en Hexagone, en 1968. Pour l’ensemble de la côte aquitaine, les retombées économiques liées au surf sont estimées à 2 Mds € par an. Grâce aux températures estivales enregistrées dans la région dès avril et l’afflux de spect a t e u r s en m ai p our l e s Championnats du monde des nations à Biarritz dont la France a remporté le titre, l’année 2017 devrait tenir ses promesses. La France sur la deuxième marche du podium SI LES MARQUES HISTORIQUES de la glisse (Rip Curl, Quiksilver…) trustent le gros du chiffre d’affaires, une multitude de petites entreprises naissent néanmoins chaque jour, en France, au Portugal, en Grande-Bretagne. Fabrication de produits et textiles, prestation de services, indépendants (designers), acteurs du numérique… Autant de start-up qui ne demandent qu’à grandir. Selon les derniers chiffres, la Nouvelle Aquitaine recense 400 entreprises dans le secteur de la glisse en été (fabricants, La panoplie du surfeur distributeurs, artisans shapers, associations, acteurs de la communication, de l’édition, du multimédia et du conseil, soustraitants, commerces de détail spécialisés et clubs et écoles de surf), soit 3 500 emplois. PREMIER MARCHÉ EUROPÉEN La cohabitation entre marques historiques et petits acteurs fonctionne. D’un côté, les « gros » qui apportent la légitimité au marché européen dont la France est leadeur avec 633 M € de chiffre d’affaires et numéro deux mondial. De l’autre, les « petits », qui dynamisent le marché avec des produits innovants. Entre les deux, des opportunités de collaboration. La marque Notox, par exemple, qui tâche de réduire l’empreinte environnementale des planches qu’elle fabrique, est distribuée dans les magasins techniques Rip Curl. Pour le cluster EuroSIMA, l’association européenne des industriels de la glisse, que rejoignent de plus en plus de PME et TPE, aider les petits acteurs et favoriser l’émulation entre eux est primordial. D’où la création LE BOARDSHORT AVEC DÉCAPSULEUR La raison d’être de ce short de bain ? Épargner au surfeur, assis à califourchon sur sa planche dans l’attente de la vague parfaite, les inévitables irritations à l’intérieur des cuisses. Il est reconnaissable à son cordon à la ceinture, très utile en cas de chute. Toutes les marques en proposent, au prix moyen de 60  € . Island Daze a conçu un modèle pour hommes, muni d’un décapsuleur cousu dans le rabat de la poche latérale, qui coûte une cinquantaine d’euros. GETTY IMAGES. de pépinières telles que Olatu Leku, à Anglet, pour permettre aux entreprises du secteur de la glisse de travailler ensemble. Ce centre de services, implanté dans le parc d’activité Baia Park, près du port de plaisance à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), fournit 3 300 m² de locaux professionnels. Face à la très forte demande, il est déjà prévu d’y construire un bâtiment supplémentaire. D’autres pépinières devraient voir le jour, une à Hossegor (Landes), une autre à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées- Atlantiques). GETTY IMAGES. Le succès du paddle DEPUIS QU’IL A ÉTÉ IMPORTÉ en France par le surfeur de grosses vagues américain Laird Hamilton, en 2007 sur une plage du Pays basque, le standup paddle, activité qui se pratique debout sur une planche avec une pagaie, connaît un succès grandissant. Selon les estimations de la Fédération française de surf et de l’Eurosima (l’association européenne des industriels des sports de glisse), en 2015, sur 300 000 pratiquants en Europe, la France en comptait 50 000. En 2017, elle recense près de 82 000 adeptes, soit près de 65% de plus, avec une parité hommesfemmes parfaite. Quant aux ventes de planches, elles sont en constante augmentation dans l’Hexagone. En 2017, on observait chez Décathlon une « croissance à deux chiffres » sur les ventes de matériel à pagaie (secteur qui englobe le kayak). Sur les vagues ou en course longue distance, en eau calme pour la balade ou pour la pêche, en piscine pour le fitness ou le yoga, le SUP (son petit nom) se décline sous toutes les formes. « C’est un sport très complet, accessible à tous et sans limite d’âge », explique Angie, coach d’aqua standup à la piscine municipale de Saint-Jean-de- Luz (Pyrénées- Atlantiques). LE BODYBOARD, FACILE D’ACCÈS La « biscotte » n’est pas faite que pour les enfants. Si sa pratique est populaire parmi les bambins au bord de l’océan, elle demande, tout en restant facile d’accès, un engagement physique important dans les vagues. Le bodyboard, également appelé Morey, du nom de celui qui en a relancé la pratique dans les années 1970, se pratique avec des palmes courtes (prix moyen, 65  € ). La gamme de prix est large, allant de 60  € à 400  € . L
twipe_ftp LUNDI 3 JUILLET 2017 LE PARISIEN 3 www.leparisien.fr/ecoÀ LA UNE ÉCO Kazaden propose des séjours sportifs sur mesure Voile, kitesurf, plongée... Autant d’activités que propose la start-up à ses utilisateurs. PERMETTRE AUX VACANCIERS de rechercher, comparer et réserver, en quelques clics, le séjour sportif à leur mesure. C’est le concept de Kazaden, une start-up française créée en 2014, qui joue les intermédiaires entre les particuliers et les professionnels. A l’origine de cette démarche, des passionnés de sports de nature et de Web  : Jérémie et Clarisse Crémer et Maxime Sempore. Stéphane Prioux, qui a rejoint l’équipe en 2015 pour s’occuper du volet marketing et financier, explique  : « La problématique à laquelle on se heurte souvent quand on veut réserver son aventure sur Internet, c’est de passer beaucoup de temps à comparer les offres. Avec Kazaden, vous pouvez tout avoir sous la main de façon standardisée, avec la garantie d’une prestation de qualité. » 500 PARTENAIRES, PLUS DE 1000 ACTIVITÉS La plate-forme travaille aujourd’hui avec 500 partenaires, tenus de répondre à certains critères. Le moniteur devra être diplômé, assuré correctement et jouir d’une bonne e-réputation. Mais c’est au cours d’un LE MOT Surf On entend par surf toutes les disciplines affiliées à la Fédération française de surf  : shortboard (surf court), standup paddle, longboard, bodyboard, bodysurf, skimboard, tandem, drop knee. Le mot vient de l’anglais surf-riding, dont l’origine est inconnue. La discipline est un sport nautique d’origine polynésienne popularisée en France à partir des années 1970. SUR LE WEB www.leparisien.fr Marketing  : les annonçeurs adorent les surfeurs ! entretien que sera scellée la collaboration. « C’est un process qui marche bien, assure Stéphane Prioux. Nous nous sommes rendu compte qu’une personne qui est pro dans ses échanges avec nous le sera aussi dans sa relation avec le client. » D’ailleurs, pour l’heure, un seul prestataire a déçu. CRÉÉE EN 1969, Rip Curl est une marque australienne, implantée en France, à Hossegor (Landes), depuis les années 1980. Elle fait partie des entreprises historiques du secteur, toutes nées autour des années 1970 — comme, Quiksilver, Billabong… - qui dominent le marché du surf. Quelle est la spécificité de Rip Curl ? Le savoir-faire de Rip Curl réside dans le produit technique. Notre objectif est de faire le meilleur pour le surfeur, le plus performant et le plus durable  : combinaison, planche de surf, boardshort, maillot de bain développé de telle manière que la surfeuse ne le perde pas dans les vagues… LE PONCHO, POUR L’APRÈS SESSION Qui n’a jamais bataillé pour se changer sur un parking après sa session de kitesurf ne comprendra rien à l’utilité du poncho de bain. Le constat est aussi valable pour la simple baignade ou tout autre sport nautique. Pour une soixantaine d’euros, plus besoin de se contorsionner au risque de gratifier l’assistance d’un lâcher de serviette inopportun. La preuve de son caractère indispensable ? Sa présence généralisée chez toutes les marques de sports de glisse. Dernière activité en date pour Kazaden, le kitesurf, une discipline qui consiste à se laisser tracter sur une planche par une voile à vent. L’industrie du surf a connu une crise dans les années 2008… Elle n’a pas été plus touchée que les autres industries… C’était un secteur encore jeune. Cette crise a coïncidé avec la fin de son premier cycle et surtout la baisse générale du pouvoir d’achat. Quel secteur a été le plus touché ? Le surfwear, car le nombre de pratiquants, lui, n’a pas cessé d’augmenter depuis les débuts du surf, dans les années 1950. Et par conséquent tout ce qui est matériel et cours de surf. Les nouvelles marques, apparues post-crise, ont-elles eu un effet positif ? Oui, les marques historiques Initialement centrée sur la montagne, la plate-forme a diversifié son offre. De l’alpinisme au surf, en passant par la voile, le trek, l’escalade ou la randonnée en chiens de traîneau, Kazaden propose plus de 1000 activités dans 26 domaines. La dernière en date  : le kitesurf. « Le kite, tout comme le surf, est très à la mode. Beaucoup LE BOUCHON D’OREILLE, L’ACCESSOIRE SANTÉ C’est LA solution pour éviter l’exostose oblitérante du conduit auditif externe, une excroissance osseuse, plus communément appelée « l’oreille du surfeur » bien que tous les adeptes d’activités aquatiques puissent être concernés. Les bouchons permettent plus généralement d’éviter les otites causées par le vent ou les traumatismes liés à une chute. Plusieurs modèles existent, entre 20 et 40  € . voudraient tester cette activité, mais se trouvent désarmés face à une multitude de sites locaux au contenu hétérogène, explique Stéphane Prioux. C’était un marché à prendre. » La startup, qui se rémunère en prenant une commission de 10 à 20%, revendique un volume de ventes exponentiel - « entre fois 2 et fois 5 d’année en année ». De quoi séduire les investisseurs, à l’image du fonds d’amorçage Side Capital, qui a permis à la start-up de bénéficier d’une première levée de fonds de 500 000  € , en 2016. Kazaden compte faire monter son catalogue en gamme, proposer plus de séjours à l’international et dépasser d’ici « un ou deux ans », les 10 000 personnes emmenées, soit le double réalisé depuis sa création. Elle prévoit également de développer son offre de prestations destinées aux pros (suivi des réservations, outils de paiement en ligne…) et d’ouvrir ses services à la clientèle étrangère. Kazaden, comme « performance » en breton, un nom à la mesure de son ambition. IPlus d’infos  : www.kazaden.com « Les marques de surf se portent bien » Wilco Prins, PDG de Rip Curl, marque historique du secteur DR. DR. ont besoin d’être challengées. Ça crée une émulation sur le marché qui fait que ça vit. D’ailleurs, aujourd’hui, les marques de surf se portent bien. Comment travaillez-vous à la promotion de votre marque auprès du grand public ? Nous avons fait un cobranding (NDLR  : publicité croisée avec deux annonceurs) avec Citroën [en 2016 pour la C4 Cactus Rip Curl]. C’est une très belle marque, avec laquelle nous avons des choses en commun  : l’aspect technologique, la créativité, l’innovation… des valeurs que nous souhaitons porter auprès du grand public. Et la part de rêve que transmet le surf. PHOTOS PRODUITS CRÉDIT DR. agenda Mana Mana nana nana Jusqu’au 15.07 Une pépinière en entreprise La CCI Normandie a lancé CCI Linkhub Normandie, un concept inédit permettant aux start-up tournées vers les nouvelles technologies de bénéficier à la fois des avantages d’une pépinière et ceux liés à une immersion en entreprise. Douze grandes entreprises, dans l’Eure et dans l’Orne, participent déjà au projet. Les start-up intéressées, quelle que soit leur région d’origine, ont jusqu’au 15 juillet 2017 pour candidater. Les prédiagnostics démarreront en septembre 2017 pour un accueil effectif au sein des entreprises partenaires hôtes dès la fin de l année. Candidatures à déposer en ligne sur Ccilinkhub.com. Du 07.07 au 09.07 Pesquet et Le Maire refont le monde à Aix La finance est-elle devenue incontrôlable ? La croissance détruit-elle la planète ? Universitaires, chefs d’entreprise, politiques et étudiants tenteront de répondre à ces questions du vendredi 7 au dimanche 9 juillet, lors des Rencontres économiques d’Aixen-Provence (Bouches-du- Rhône). Parmi les intervenants  : l’astronaute Thomas Pesquet, la directrice générale d’Engie Isabelle Kocher et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Ouverts au public, ces trois jours de réflexion sont gratuits. Le livre Les chiffres-clés des 196 pays du monde Recettes touristiques, dépenses militaires, fécondité  : cet indispensable guide décrypte en cartes et en graphiques les données socio-économiques des 196 Etats du monde. Du Paraguay, quatrième exportateur mondial de soja, au Viêt Nam, qui affichait en 2014 un taux de chômage de 2,3%, ce livre est un concentré de chiffres-clés, agrémenté de repères historiques. Idéal pour épater la galerie, au bord de la piscine ou autour de la plancha. « Atlas socio-économique des pays du monde 2018 », éditions Larousse, 354 pages, 14,99  € .



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :