Le Parisien Economie n°522S 22 mai 2017
Le Parisien Economie n°522S 22 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°522S de 22 mai 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : marché des seniors, une vraie mine d'or.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 22 MAI 2017 ÉCO 6 DÉCRYPTAGE @LeParisien_Eco LE CHIFFRE 30% Près d’un tiers de la population américaine dit éprouver des difficultés financières malgré une « modeste » amélioration générale de la situation des ménages, a indiqué la Fed dans un rapport vendredi. Au total, 73 millions d’adultes aux Etats-Unis « ont, à des degrés divers, du mal à s’en sortir ». Tableau de bord 1 976 468 22,4% des employeurs envisagent au moins un recrutement en 2017 60 181 Agents d’entretien de locaux 45 012 Aides à domicile et aides ménagères 39 508 Aides et apprentis de cuisine, employés polyvalents de la restauration 38 222 Aides-soignants 44 1 2 3 Consommation des ménages (02/2017) Inflation (04/2017) Energie Alimentation Produits manufacturés Þ Services Indice des loyers (T4) En variation annuelle Salaires (depuis le 01/01/17) LES CHIFFRES DE LA CONSOMMATION (par rapport au mois précédent) Minimum horaire brut net 9,76 € Les 10 métiers les plus recherchés En 2017, les intentions de recrutement progressent pour atteindre presque 2 millions de projets (emplois saisonniers inclus). Un niveau au plus haut depuis huit ans ! projets d’embauche ont été identifiés (dont 40% d’emplois saisonniers) + 8,2% par rapport à 2016 Projets de recrutements en 2017 Emplois non saisonniers ti à Þ à à - 0,8% + 0,1% - 0,3% - 0,1% + 0,1% + 0,2% Þ 125,90 + 0,51% 35 heures 1480 € 1149 € Mau. Mau. Mau. Mau. En avril 2017, l'indice des prix à la consommation marque le pas (+ 0,1% sur un mois après + 0,6% en mars). Corrigé des variations saisonnières, il est stable. Le net ralentissement est dû à celui, saisonnier, des prix des produits manufacturés (+ 0,1% LE MARCHÉ DU TRAVAIL 7,58 € 10 9 8 7 6 5 après + 2,5%). Les prix des produits pétroliers et des produits alimentaires baissent encore, mais moins que le mois précédent. En revanche, les prix des services accélèrent un peu du fait d'un net rebond des prix des services de transport. 21 861 Ouvriers non qualifiés de l’emballage et manutentionnaires 23 575 Artistes (musique, danse, spectacles) 24 517 Serveurs de cafés et restaurants 26 465 Secrétaires bureautiques et assimilés 27 668 Attachés commerciaux 33 211 Ingénieurs et cadres d’études, R&D en informatique, chefs de projets informatiques Livrets A/Bleu (net) 5 417,40 5 406,10 Source  : INSEE Source  : Baromètre Empruntis.com, taux moyens hors assurance. SOURCES  : ENQUÊTE ANNUELLE « BESOINS EN MAIN D’ŒUVRE », PÔLE EMPLOI, 2017. INFOGRAPHIE  : PEL (brut) Euro/Dollar 0,75% 1% 1,1195 $ CAC 40 - 1,57% 5 405,42 ÉPARGNER Le smic 5 317,89 5 320,50 5 289,73 11- (cours le 19/05) 12/05 15/05 16/05 17/05 18/05 19/05 Chômage (03/2017, sans les DOM-TOM) Taux fixe pour emprunt immobilier Taux minimum Demandeurs d’emploi (cat. A, B, C) 5 503 800 Durée 15 ans 20 ans Variation sur le mois précédent% de la population active (T1) - 0,2% 9,6% Taux moyen Taux minimum 1,55% 1,00% EMPRUNTER 1,80% 1,30% dico de l’éco des crédits à la consommation sur un an 0,95% EN PARTENARIAT AVEC lafinancepourtous Mut véli, ON fINANCN. POLK. Le salaire minimum interprofessionnel de croissance (smic) est le salaire horaire minimum applicable en France (métropole, départements d’outremer et Saint Pierre-et-Miquelon). Institué par la loi du 2 janvier 1970, il a remplacé le smig (salaire minimum interprofessionnel garanti), lui-même instauré en février 1950. Il est interdit de rémunérer un salarié de 18 ans et plus en-dessous du montant horaire du smic. Au 1er janvier 2016, il concernait 1,6 million de salariés des secteurs concurrentiels (hors apprentis et intérimaires). Les jeunes salariés subissent un abattement sur le smic. Avec moins de 6 mois de pratique professionnelle, un jeune de moins de 17 ans en perçoit au moins 80% et un jeune de 17 ans au moins 90% de celui-ci. Les jeunes de 17 ans ayant plus de 6 mois de pratique professionnelle, et ceux de 18 ans et plus, doivent percevoir au moins le smic. Les jeunes titulaires d’un contrat de professionnalisation ou d’un contrat d’apprentissage supportent aussi un abattement spécifique sur son montant, en fonction de leur âge et de la durée du contrat. REVALORISÉ CHAQUE ANNÉE AU 1er JANVIER Le Smic est revalorisé tous les ans au 1er janvier. En cours d’année, il peut être réévalué lorsque l’inflation a progressé de plus de 2% sur les douze derniers mois par rapport à sa dernière date d’augmentation. Le montant est alors automatiquement revu dans la même proportion. Le gouvernement peut accorder un « coup de pouce » supplémentaire à ces diverses augmentations. Après une revalorisation de 0,93% au 1er janvier 2017, il s’élève à 9,76 € , soit 1 480,29 € brut mensuels pour un contrat à 35 heures hebdomadaires. Il faut retirer environ 22% de charges sociales pour obtenir le salaire net, soit un smic mensuel de l’ordre de 1 154 € .
LUNDI 22 MAI 2017 LE PARISIEN www.leparisien.fr/ecoDÉVELOPPEMENT twipe_ftp Facebook veut « booster le business » des TPE et PME NUMÉRIQUE Le réseau social propose aux entrepreneurs des ateliers de formation pour gérer leur présence en ligne. PAR CYRIL PETER Une maroquinerie parisienne, une boucherie bretonne, une boutique en ligne de cosmétiques... Douze TPE et PME, de régions et secteurs d’activité différents, étaient réunies, mercredi dernier, dans les locaux parisiens de Facebook. L’occasion pour Matthieu Laporte, son responsable TPE-PME en France, de les encourager dans leur démarche digitale, en se basant sur une donnée alléchante  : sur les 33 millions d’utilisateurs actifs, « 75% sont connectés à la page Facebook d’une TPE ou PME ». De quoi « booster votre business », du nom de la plate-forme « C’EST UN BOUCHE- À-OREILLE VIRTUEL QUI VA DIX FOIS PLUS VITE AGATHE FOUILLET, » CHARGÉE DE COMMUNICATION À Lorient aussi, on vient pour réussir AveclaCitédelaVoileEricTabarlyetlepôlecourseaularge, cen’estpasunhasardsic’estàLorientqu’aétéconçuet équipé en grande partie le bateau d’Armel Le Cléac’h, vainqueur du Vendée Globe 2017. lorient-bretagne-sud.bzh BRETAG N E° PASSEZ À LOUEST de conseils pratiques que Facebook vient de lancer. « C’est un bouche-à-oreille virtuel qui va dix fois plus vite », assure Agathe Fouillet, chargée de communication d’un salon de coiffure à Angers (Maine-et-Loire). Julien Gaultier, son conjoint de patron, confirme  : « En 2014, j’ai dépensé 5 € pour mettre en valeur une première photo sur Facebook. Une dizaine de clients m’ont appelé dans la foulée. » UN ATOUT À L’INTERNATIONAL Devant ces entrepreneurs, en majorité jeunes et urbains, Matthieu Laporte a rappelé la force de Facebook  : « En quelques clics, vous créez gratuitement une vitrine sur le monde qui vous permet d’exporter. » C’est justement sur sa page Facebook qu’ISKN, un fabricant d’ardoises numériques basé à Grenoble (Isère), a misé pour se développer à l’international. « Un euro investi dans la pub, c’est quatre euros récupérés », avance Thomas Cristina de Carvalho, responsable digital de cette startup qui réalise 60% de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis. « Investir, même 1 € , pour cibler son audience » MATTHIEU LAPORTE, RESPONSABLE TPE-PME POUR FACEBOOK EN FRANCE Quels services et outils proposez-vous aux entreprises ? Toute la difficulté est de sortir du lot face au flux de contenus. Il faut donc être créatif. Nos applications permettent de diffuser des petites vidéos rapides en direct. Nous avons des formats publicitaires adaptés. Les retours d’expériences des TPE et PME nous sont très utiles. Les entrepreneurs ont été accueillis la semaine dernière dans les locaux de Facebook à Paris (II)e. Quelles innovations pour le futur ? On mise beaucoup sur les applications de messagerie instantanée comme Messenger. Elles permettent déjà aux particuliers d’entrer en contact directement avec l’entreprise et commander par exemple à 23 heures à son boucher une côte de bœuf pour le lendemain. Bientôt, les « bots » (NDLR  : des logiciels automatisés de conversation) pourront améliorer encore la relation-client. Intelligence artificielle et réalité virtuelle sont également dans les tuyaux, de façon à diffuser des contenus encore plus pointus. #passezalouest LORIENT 3H00 Qu’ils publient des photos de barbes bien taillées ou des vidéos de viande rouge délicatement tranchée, ces patrons ont désormais un point commun  : ambassadeurs de Facebook. Le géant américain compte sur eux pour répandre la bonne parole auprès des petits patrons qui hésitent à se convertir. Et il y a du boulot, selon Matthieu Laporte  : « En France, 40% des entreprises n’ont aucune visibilité sur Internet. Au Royaume-Uni, elles sont 20%. » SUR LE WEB www.leparisien.fr Retrouvez d’autres portraits des entrepreneurs Facebook. Qu’est-ce cela coûte aux entreprises ? Créer sa page sur Facebook ou son compte Instagram est gratuit. Y publier du contenu aussi. En revanche, pour se constituer une communauté, je suggère aux entreprises d’avoir un compte publicitaire et d’investir, même modestement, pour cibler et affiner son audience. A chaque montant proposé correspond une fourchette de personnes ciblées. Cela démarre à 1 € avec une audience d’environ 600 personnes. L’entreprise choisit. La question est de savoir combien elle est prête à dépenser et pour quel retour sur investissement. PHOTOS LP/OLIVIER ARANDEL. « QUAND ON ENTRE dans le jeu Facebook, on est obligé d’avoir une ligne de conduite. Les gens peuvent donner leur avis. » Cyril Boulet, 45 ans, patron d’une boucherie à Vannes (Morbihan), a décidé de communiquer sur le réseau social il y a deux ans. Depuis qu’il est « sorti de [sa] zone de confort », le traiteur a créé une communauté de 2 300 internautes, séduits par ses photos de côtes de bœuf et ses vidéos « conseil d’une minute » de recettes. La dernière a dépassé les 10 000 vues en trois semaines. « Pour un petit boucher de quartier comme moi, c’est énorme. On atteint des gens à 50km du magasin. » Ses nouveaux clients sont des jeunes, qui veulent « mieux manger », alors que sa clientèle était « vieillissante ». De son smartphone, qu’il consulte du DIFFICILE DE TROUVER des clients quand on lance un produit nouveau qui n’existe nulle part. « Facebook devient alors intéressant », explique Rémy Perla, à l’origine d’Epopia, un projet inédit lancé en 2014, double médaillé d’Or du concours Lépine en 2016 et 2017. Le concept de cet informaticien encourage les enfants à lire et écrire grâce à des aventures par courrier dont ils sont les héros. UN CIBLAGE PRÉCIS « J’avais 1000 abonnés après un an et demi d’existence, explique Rémy Perla. J’ai quadruplé ces chiffres quatre mois après avoir commencé à utiliser Facebook et aujourd’hui, j’en compte 20 000. » Sa méthode consiste à affiner régulièrement sa cible de clients selon leur centre d’intérêt (loisirs, marques...), puis i 1 7 ÉCO Le boucher connecté a la « côte » sur le réseau Cyril Boulet, 45 ans. matin au soir, l’artisan connecté reçoit jusqu’à 30 commandes par jour. « C’est plus rapide qu’un site Internet. » Peu emballé par ce virage digital, son expert-comptable a changé d’avis devant les résultats en août dernier  : « 500 € investis dans la pub, 14 000 € de chiffre d’affaires en plus ». Cette année, Cyril Boulet et ses deux salariés s’attendent à une hausse de 40% du chiffre d’affaires. « Il y a bien 30% qui est dû à notre page Facebook », estime-t-il.C.P. « J’utilise de plus en plus de vidéos » Rémy Perla, fondateur d’Epopia Rémy Perla, 34 ans. de tester ses cibles avec des messages, des publicités. « J’utilise de plus en plus de vidéos sur les conseils de Facebook », précise Rémy Perla. Avec des résultats visibles en temps réel selon le nombre de clics, de mentions J’aime, de partages.). Son budget publicitaire peut grimper juqu’à 12 000 € certains mois. D’après ses estimations, Facebook l’aide à réaliser plus de la moitié de son chiffre d’affaires (1 M € en 3 ans).C.P. Notchup DDB 334 024 528 RCS Nantes - Photo  : Vincent Curutchet/DPPI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :