Le Parisien Economie n°522S 22 mai 2017
Le Parisien Economie n°522S 22 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°522S de 22 mai 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : marché des seniors, une vraie mine d'or.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
LE PARISIEN LUNDI 22 MAI 2017 ÉCO 2 À LA UNE @LeParisien_Eco DR. Les multiples visages de la silver économie ENJEUX Qu’ils soient actifs ou dépendants, les seniors et ceux qui les aident sont une manne pour l’économie. PAR VIRGINIE DE KERAUTEM ET CYRIL PETER Les seniors ? Mais de quels seniors parlet-on ? La question est récurrente dès lors que l’on commence à parler de silver économie, dont la définition, en France, est à géométrie variable. Pour certains, il s’agit de l’économie du vieillissement, estimée à 500 M € . Elle concerne les plus de 75 ans et plus globalement les personnes en perte d’autonomie ou qui risquent de l’être. Celle-ci regroupe les produits et les services, comme la domotique, l’habitat, la e-santé, etc. Pour d’autres comme Hervé Sauzay, commissaire général du Salon des seniors, qui E-VONE, LA CHAUSSURE CONNECTÉE Fabriquée en France par le groupe Parade, spécialisé dans la chaussure de sécurité, E-Vone renferme dans sa semelle un dispositif électronique miniaturisé avec une antenne GPS, qui permet d’avertir les proches par courriel, SMS et appel vocal en cas d’anomalie détectée, tout en indiquant sa localisation. Commercialisation prévue fin 2017. Elle se louera et sera changée tous les ans afin de contrôler le système. s’est tenu la semaine dernière à Paris, la silver économie démarre dès la retraite, autour de 60 ans, à partir du moment où la vie marque une vraie rupture dans les modes de consommation, de rythme et une évolution du pouvoir d’achat. On parle alors de marché des seniors, qu’Hervé Sauzay estime autour de 100 Mds € et touchant à une multitude de secteurs, loisirs en tête puisque les retraités actifs veulent partir en vacances, s’acheter une voiture... Mais pas seulement. LA SANTÉ, PREMIÈRE PRÉOCCUPATION Rencontrée sur le Salon des seniors, Nicole, 73 ans, est venue « pour les soins, les placements financiers et les résidences ». Ses attentes ? « Du soleil et être en ville pour avoir des commerces et des médecins pas trop loin. » Parmi les craintes associées à la retraite, souligne l’Institut français des seniors dans un récent sondage, figurent en effet la dégradation de sa santé (61%) et la diminution intellectuelle (41%). Selon Bpi France, ils seront 20 millions de retraités en 2030, soit un tiers de la population française. Le vieillissement de celle-ci représente donc un enjeu de santé public mais aussi économique avec des perspectives alléchantes pour les entreprises et les start-up. « L’idée est de former un écosystème vertueux entre tous les acteurs concernés et les usagers qui évoluent dans cette filière », insiste Pierre Mérigaud, directeur UNE DRAISIENNE POUR SENIORS Entre le déambulateur et le fauteuil roulant, il y a... Wellpedy, une solution alternative à la marche, médaille d’or du concours Lépine en 2011. Deux modèles, sont proposés. Une draisienne, sorte de vélo sans pédales version ville et version campagne. Pour la maison, Wellepedy existe aussi en tabouret roulant à quatre roues qui se dirige avec les cuisses et sans les mains, ce qui permet notamment de cuisiner. Entre 390 et 415 € . www.wellpedy.com d’un groupement d’intrêt public en région Aquitaine. D’après un baromètre publié en 2016 par l’accélérateur d’innovation Silver Valley sur le poids économique de la Silver économie en Ile-de-France, 70% des 130 entreprises interrogées déclaraient vouloir embaucher cette année-là. Que les solutions touchent à l’adaptation de l’habitat en cas de perte d’autonomie, à la prévention face à la maladie, ou aux chutes, ou qu’elles visent à préserver le lien social avec la famille, les innovations en cours et à venir sont nombreuses. Encore fautil les confronter aux usages. Or, le numérique occupe une place majeure. Du coup, la question est de savoir dans quelle mesure les seniors les adopteront. Pas facile car pour Pierre Mérigaud, « on a une réelle fracture entre les modes de consommation des plus de 75 ans et ceux qui y arrivent ». « Certains produits sont vus comme stigmatisants » Frédéric Serriere, consultant spécialiste du vieillissement de la population PROPOS RECUEILLIS PAR V.K. PHOTOS DR. Toutes les start-up qui s’engouffrent sur le marché de la silver économie sont-elles pérennes ? Plus les produits sont générationnels, plus ils ont une durée de vie limitée, de 25 ans environ. Beaucoup de start-up font l’erreur. La génération des baby-boomers, qui a 71 ans cette année, n’a pas du tout l’intention de s’équiper d’appareils ou de solutions de téléassistance en prévention. C’est à partir de 2023 que le nombre de seniors va exploser. Si on ne se positionne que sur la silver economie, il y a un timing et aujourd’hui c’est trop tôt. C’est donc un marché trop restrictif ? L’erreur faite en France est d’enfermer la silver economie sur le grand âge. C’est bien au niveau sociétal, car cela permet de s’occuper des personnes âgées, fragiles ou dépendantes mais limité au niveau business ou emploi. Beaucoup de seniors refusent ces produits ou services, les jugeant trop stigmatisants. En ne visant pas les générations plus jeunes, cela limitera les oppportunités de croissance. Une tablette tactile pour seniors par exemple. Elle se vendra peut-être à 10 000 exemplaires par an… Ce qui est très bien à l’échelle d’une TPE ou PME mais insuffisant pour faire de la France un leadeur mondial sur ce marché. Les grandes entreprises ont donc intérêt à penser des produits intergénérationnels avec des briques supplémentaires spécialement adaptées aux seniors. 5 objets du quotidien qui vont leur changer la vie LP/CYRIL PETER. Le Salon des seniors qui s’est tenu à Paris la semaine dernière a fait la part belle aux produits liés au confort et au bien-être. L’OUVRE-BOUTEILLE FACILE À MANIER Vous souffrez d’arthrose ? L’ouvre-bouteille automatique One Touch vous facilitera la vie pour consommer des boissons. Sur Internet, on le trouve autour de 25 € . Au même prix, vous pourrez également acheter un tirebouchon électrique. Que pensez-vous des objets connectés dédiés aux personnes âgées ? Mieux vaut s’adresser à un public plus large. Par exemple, le pilulier connecté. Pourquoi ne pas s’adresser à toutes les personnes, à tous âges, qui prennent des médicaments quotidiennement ? Sans compter qu’il faut éduquer les plus âgés à l’usage d’appareils connectés. La silver économie doit donc s’inscrire dans une culture de la prévention dès maintenant. f " ; 7Eir -aā-avo
FAIRE TRAVAILLER ENSEMBLE les acteurs du monde numérique avec ceux de la santé, « c’est la bonne osmose », estime Pierre Mérigaud, directeur d’Autonom’lab, un groupement d’intérêt public co-financé par la région Nouvelle-Aquitaine et l’agence régionale de santé. De cette collaboration et de l’écosystème mis en place naissent des innovations pour les séniors mais aussi pour toutes les personnes qui s’occupent d’eux, enfants, soignants, aidants, etc. « C’est ça la silver économie, souligne Pierre Mérigaud. Ce n’est pas une histoire d’âge mais une histoire de situation. » La priorité, selon lui, est de « construire des dispositifs de prévention qui touchent une large cible, dès 45 ans ». Alors, les objets connectés permettant un suivi médical à distance ont « un vrai boulevard », estime-t-il, à condition de pouvoir en mesurer l’impact. ALERTER ET CONSEILLER Une bonne nouvelle pour Life Plus, solution développée avec l’aide de gériatres dont le lancement est prévu en septembre PAR CYRIL PETER « COMME MON MÉDECIN traitant, il connaît mes failles. Je l’appelle et il me dépanne. » Robert Proix, 84 ans, a recontré Daniel Piernot, patron d’A6Dom, pour « assistance informatique à domicile », au Salon des seniors, il y a trois ans. Deux fois par mois, le retraité ouvre la porte de son appartement parisien à l’informaticien. Sa mission  : l’accompagner dans ses démarches administratives en ligne et la numérisation de « 40 ans de souvenirs » en diaporama et cassette vidéo. « Daniel est pédagogue, il n’est pas comme mes petits-enfants impatients qui me disent que je Innover pour ceux qui accompagnent - 7 LII IF er'If 11 MM Ili- _41 ta dans les résidences de service d’abord, à domicile début 2018. Le dispositif, installé dans une montre, repose sur un algorithme d’intelligence artificielle qui mesure des paramètres sensés détecter toute situation de fragilité (alimentation, environnement, mouvements...) et y répondre par des alertes et des conseils. L’éducation des seniors à l’égard de ces innovations d’usage se prépare à la génération précédente, assure Nicolas Chiquet, l’un des cofondateurs de Life Plus. Ainsi, la proportion d’utilisateurs devrait-elle augmenter. V.K. LIFEINABOX, FRIGO MINIATURE POUR MÉDICAMENTS FRAGILES Ce frigo mobile, de 20 cm de large pour 9 cm de haut et pesant 790 grammes, s’emporte partout et garde au frais, entre 2 et 8 °C, les médicaments comme l’insuline. Connecté, il envoie des alertes à son utilisateur sur la température. Mondialement commercialisé cet automne, il sera fabriqué en France et coûtera 150 € . Plus de 8 000 pièces ont été pré-commandées sur www.lifeina.com. LP/JEAN-BAPTISTE QUENTIN. Le bon filon du coach informatique à domicile Paris (XV e), le 17 mai. Robert Proix, 84 ans, fait appel à Daniel Piernot deux fois par mois pour l’assister dans ses tâches informatiques. r lu Li ne comprends rien », constatet-il. Son formateur, 53 ans, livre sa recette  : « Mon associé et moi, on a l’âge des enfants des clients. Cela nous permet de nous démarquer des grands groupes. Leurs intervenants, UN FAUTEUIL RELEVEUR ET SONORISÉ Innov SA, spécialiste du mobilier thérapeutique « qui ne renvoie pas à l’image médicale », dixit sa directrice des ventes, fabrique près de Troyes (Aube) un certain Sonato. Ce fauteuil releveur électrique, à moteur, vise deux cibles  : les personnes ayant des difficultés à s’asseoir, se lever, et celles en perte d’audition. Placé au niveau de la têtière, un système sans fil permet d’écouter le son provenant de la radio ou de la télévision. Il est vendu, via le réseau Bastide, à 999 € . LP/GUILLAUME GEORGES. qui ont moins de 30 ans, vont trop vite, alors qu’il faut y aller mollo. » A6Dom, dont 80% des clients ont plus de 70 ans, pratique un taux horaire de 70-80 € . Un tarif qui peut refroidir. « Heureusement, nos clients bénéficient de la déduction fiscale de 50%, dans la limite de 3 000 € par an, parce que c’est une entreprise qui rend service aux particuliers à domicile, explique Daniel Piernot. On n’a rien à vendre. C’est plus facile pour la relation de confiance. De toute façon, on ne peut pas les rouler dans la farine. C’est un public averti. » Son chiffre d’affaires (75 000 € en 2016) n’a fait que progresser depuis sept ans. « Du temps et de l’argent » UNE FOIS QUE L’ON A CESSÉ de travailler, c’est le moment idéal pour se lancer dans de nouvelles activités, prendre soin de soi et voyager. Cet avis est partagé par 80% des retraités, selon l’Institut français des seniors. Mais attention aux clichés  : « Les voyagistes nous prennent pour des vaches à lait », avertit Marie, 62 ans, croisée au Salon des seniors. « Mon mari travaille encore, on profite du Comité d’enterprise pour voyager », savoure Nicole, 73 ans. C’est ce public hétérogène que cible Senior’Evad, dont les voyages collectifs pour les plus de 50 ans pèsent 90% de son chiffre d’affaires. « Avant, le troisième âge, c’était grabataire. Aujourd’hui, c’est l’âge du renouveau car on a du temps et de l’argent », analyse le patron Alexandre Israël. Ses clients, qui le sollicitent une à deux fois par an, disposent d’un panier moyen de 1000 € par voyage. SOIRÉES CULTURE GÉNÉRALE Sophie Banon s’est positionnée sur le segment des loisirs en créant Chauffe Citron (photo cicontre), « un rendez-vous convivial sur un sujet de culture générale », de Coluche à Marie Curie, en passant par l’histoire du bikini. Les questions, ni trop dures ni trop faciles, doivent stimuler les méninges des participants, les valoriser. Si certains s’inquiètent pour leur mémoire, d’autres sont ravis de se retrouver en groupe. « On lutte contre l’isolement », assure-t-elle. Organisé autour d’une projection animée par un intervenant ou lu sur tablette, le jeu est utilisé par une centaine de résidences, pour seniors actifs ou dépendants. A l’essai, la soirée Chauffe Ciron coûte 250 € .C.P. a Mana Man Man MM Man Man nanan agenda 23.05 De l’aide pour créer sa boîte La Chambre de commerce et d’industrie des Yvelines organise une demijournée d’aide à la création d’entreprise en déroulant une méthodologie face aux porteurs de projets. L’atelier s’adresse aux créateurs comme aux repreneurs. Rendez-vous mardi à la CCID 78, 23, avenue de Paris, à Versailles (Yvelines), de 14 heures à 17 heures. Renseignements sur www.entreprises.cci-parisidf.fr/web/creation/ateliermethodologie-creationentreprise 19 au 25.6 Salon du Bourget Il revient ! Le Salon international de l’aéronautique et de l’espace ne va pas tarder à s’installer au Parc des expositions de Paris-Le Bourget (Seine-Saint-Denis). Une bonne partie du programme est déjà disponible sur le site internet de cette 52 e édition. Plus d’informations https://www.siae.fr/Le livre Entretien d’embauche, mode d’emploi On peut être compétent, pourquoi pas brillant dans son domaine, mais pas terrible en entretien. Pour ceux qui ont rendez-vous ou sont simplement prévoyants, Claude d’Estais propose « S’entraîner à l’entretien de recrutement », et même à la dernière minute précise sa couverture, ce qui n’est tout de même pas conseillé. Comment gérer son stress, décoder les attentes de votre interlocuteur et faire la différence vis-à-vis de la concurrence  : une soixantaine d’exercices pratiques sont proposés. Aux éditions Eyrolles, 180 pages, 18 € . www.editions-eyrolles.com S'ENTRAiNER A L'ENTRETIEN DE RECRUTEMENT., ime't



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :