Le Parisien Economie n°515S 15 mai 2017
Le Parisien Economie n°515S 15 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°515S de 15 mai 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : Franck Provost, retour sur un parcours hors norme.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 15 MAI 2017 ÉCO 10 CARRIÈRES @LeParisien_Eco L’ouvertureàdenouveauxmétiers Preuve que l’alternance gagne du terrain, elle se développe aujourd’hui dans des professions classiques mais séduit aussi des secteurs plus inattendus… PAR CÉLINE CHAUDEAU « quand on veut travailler dans la musique, on ne pense pas spontanémentàl’alternance », concède Vangelis Pavlidis. Le jeune homme de 26 ans était encore inscrit l’andernier en master audiovisuel, médiaset communications àla Sorbonne. « Après unstage chez Warner Musicquis’esttrèsbienpassé, l’entreprise a proposé de me prolonger un an en alternance au département publicité et achat d’espaces. » Pour la suite, ilnepouvaitrêvermieux. « J’ai trouvé une formation idéale à l’Emic (Ecole de management des industries créatives) en management des industries musicales.Je travaille du lundi au jeudiet je suisen cours les vendredis et samedis. Mon école estpayéeetjetoucheunsalaire supérieur au Smic pour exercer unmétier dansunsecteur où lesplacessontchères. » Lancée en octobre dernier, l’Emic illustre l’ouverture de l’alternanceàdessecteursinédits. « Même si les industries créatives ne génèrent pas le même nombre d’alternants que la banque ou l’assurance, il y a de belles carrières à faire », explique Daniel Findikian, LEGENDAIRE RAID AVENTURE ET SOLIDAIRE IETUDIANT INSOUPlioNS ! OIS otNERTES -15o amoS) uSiti'Ait 31 MAI l’un des fondateurs de l’école. Dès la rentrée prochaine, il espère compter 50% d’alternantsparmisesinscrits. « Nous voulonsmontrerqu’ilestpossible de faire de sa passion son métier. Mais, pour cela, ici comme ailleurs, l’objectif prioritaire de l’école doit être l’employabilité. » MÉTIERSDEBUREAU « L’alternance se déploie aujourd’huidansdes secteurs parfois insoupçonnés, témoigne Elisabeth Simon-Roussel, o 50% D’ÉLÈVES ALTERNANTS, C’ESTL’OBJECTIF DEL’ÉCOLEDE MANAGEMENT DESINDUSTRIES CRÉATIVES(EMIC) 15 AU 25 FEVRIER 20 WWW.4LTROPHY.COM SHUTTERSTOCK/OLEKSANDR NAGAIETS directrice du cabinet d’accompagnement RHRecrutEmploi. On pense encore souvent à des métiers manuels. Lesecteur de l’artisanat rassemble plus de 3millions d’actifs et prévoit quand même quelque 300000 départs à la retraite dans les prochaines années. Maisjevoisaussideplusenplus l’alternance se développer dans des secteurs comme l’agriculture, l’horticulture, l’agroalimentaire, l’automobile, les transports ou la logistique. » Parmi les tendances, une nette ouverture également aux métiers dits « de bureau ». « Qu’ils’agisse d’artisanat oude fonctions support, la richesse d’une expérience de terrain,parallèlement à un enseignement académique, est indéniable », relève Elisabeth Simon-Roussel. INTERÊTSCONVERGENTS Si l’expérience est enrichissante pour les étudiants – y compris d’un point de vue matériel – les employeurs y trouvent aussi leur compte. « S’ilnousarrived’embaucher desalternants,cen’estpasen raisondediicultésderecrutement que nous accueillons ces profils, observe Claude Monnier, directeur des ressources humaines chez Sony Music. Ils ne prennent pas la place de quelqu’un en CDI. L’entreprise conçoit pour eux desmissionssurmesuremais qui sont aussi intéressantes pour l’employeur. » Ce DRH apprécienotammentleregard neuf de ces « digitalnatives » dans l’entreprise. « Un alternant apporteaussiuneméthodologieetuneculturequisonttrès séduisantespournous. » Grande distribution, unediversité insoupçonnée Le volume aiché ne saurait masquer la diversité des profils. Le groupement Les Mousquetaires prévoit ainsi d’accueillir 2000 personnes en contrat d’apprentissage cette année. « Nous misons énormément sur l’alternance et recherchons des profils très variés », explique Eric Lanciaux, directeur des ressources humaines d’Intermarché, avant de rappeler que le groupe emploie plus de 250 métiers. « Concrètement, cela signifie que nous recherchons des candidats de tous niveaux,du technicien à l’ingénieur. Nous proposons beaucoup de possibilités, quecesoitdansdesservices achats, logistiques ou plus industriels par exemple. A côtédecela,touslesmétiers de bouche nous intéressent, notamment dans la poissonnerie, la boulangerie ou la boucherie. La variété des trajectoires de carrière est souvent insoupçonnée. » L’AVISDE… Fatiha Gas, DIRECTRICE DE L’ESIEA-PARIS (ÉCOLE SUPÉRIEURE D’INFOR- MATIQUE, ÉLECTRONIQUE, AUTOMATIQUE) « Choisir selon sesenviesetson tempérament » COMMENTAVEZ-VOUSVU L’ALTERNANCEÉVOLUER ? Pendant longtemps, parler d’alternance, c’était surtout penser à l’apprentissage et à des travaux manuels. Aujourd’hui, cette filière est plus valorisée ets’estétendueàdesécoles d’ingénieurs, de management ou de commerce, entre autres. Beaucoup pensent encore spontanément à l’apprenti boulanger sans imaginer qu’une formation de niveau bac +5 puisse se dérouler en alternance. Aujourd’hui, beaucoup d’écoles proposent pourtant des formations en niveau master. A l’ESIEA, par exemple, à partir delapremièreannéeducycle ingénieur, un étudiant peut suivre tout le cursus en apprentissage et obtenir un diplôme reconnu par la Commission des titres d’ingénieur, identique à celui de ceux qui choisissent la voie classique étudiante. QUELLESDIFFÉRENCES ENTRELESDEUXCURSUS ? Au final, aucune au niveau du diplôme et des compétences. Ce sont pourtant deux approches vraiment diférentes. Nous encourageons souvent la voie de l’apprentissage car les études sont payées et les étudiants touchent un salaire, mais cen’estpaslapanacéenonplus. C’est une autre formule, plus exigeante. Les alternants suivent lemêmecursusqueceuxquiont le statut d’étudiant, mais n’ont pasdevacancesetpeudetemps libre.Ilssontdéjàdanslavie active en parallèle. Il leur faut s’accrocher car c’est très intense. QUELSSONTLES PARCOURSPOSSIBLES ? On n’imagine pas la diversité des possibles. Un jeune peut se former en alternance à plusieurs niveaux d’études, dans des secteurs parfois insoupçonnés, mais aussi dans des types d’entreprises très variées. Les entreprises n’ont aucune idée reçue et accueillent souvent volontiers les alternants. En revanche, ceux-ci observeront des diférences dans les missions proposées, qui peuvent fortement varier d’unesociétéàuneautre.Une start-up, par exemple, aura plus tendance à laisser de l’autonomie qu’un grand groupe. Là encore, on peut choisir selon ses envies et son tempérament. DR.
LUNDI 15 MAI 2017 LE PARISIEN www.leparisien.fr/ecoDIVERSITÉ twipe_ftp Encouragerlesfilles,encoreettoujours Beaucoup d’entreprises, comme Schneider Electric, aimeraient recevoir plus de femmes et militent pour les attirer vers certains métiers. PAR CÉLINECHAUDEAU ELLENEDEMANDERAITpas mieux que d’en accueillir davantage. « L’andernier,nousavons accueilli 500 alternants chez Schneiderdont38%dejeunes femmes,observeAnissaDeal, talent acquisition manageur chez Schneider Electric. C’est un tauxsatisfaisant, mais on peut toujours faire mieux. » Sur l’ensemble de la France, la moyenne nationale révèle encore de profondes disparités:tous niveaux confondus, les filles sont toujours minoritaires dans l’apprentissage et ne représentent que 32,4% desalternantsselonledernier rapport RERS2016 (« Repères et références statistiques sur les enseignements,laformation et larecherche ») duministèrede l’Education nationale. Dans le détail,lesdomainesdelaproduction restent à dominante fortement masculine avec 88,7% de garçons alors que les filles sont majoritaires, à 76,6%, Vousavezmoinsde26ans etêtestitulaired’unbac+2 ? Le Cnam et SNCF vous proposent deux parcours en apprentissage : Ingénieur en signalisation ferroviaire 4 dans les formations relevant des domaines « services aux personnes ». Enmême temps, plus on monte dansle niveau des diplômes préparés, plus laparité se rétablit, jusqu’à atteindre,globalement, 47% des alternantsau niveau II, c’est-àdireauniveaubac+3etbac+4. « Nous accueillons des alternants de tous niveaux, du niveau bac à bac+5, et ces Ingénieur en exploitation ferroviaire Comme Marie, ingénieureCnamensignalisation Comme Marie, ingénieure Cnam en signalisation ferroviaire, saisissez une chance unique de trouver un emploi dans le secteur ferroviaire et de réaliser votre carrière dans des métiers mêlant management, expertise technique et perspectives internationales. ferroviaire, saisissez une chance unique de trouver un emploi dans le secteur ferroviaire et de réaliser votre carrière dans des métiers mêlant management, expertise technique et perspectives internationales. cfa-idf.cnam.fr rubrique S'inscrire/S'inscrire aux formations d'ingénieur¹e SHUTTERSTOCK/GOODLUZ profils se ventilent dans tous nos métiers, que ce soient des postes techniques mais aussi commerciaux, en gestion ou enressourceshumaines, pour couvrir tous nos besoins », poursuit Anissa Deal. Et si le groupe reconnaît une tendance des femmesà s’orienterplutôt vers les ressources humaines ou le marketing, il se félicite de voirles chifresprogresser danslafinance,lemanufacturing industrielou la logistique. « Cependant il nous faut encore communiquer sur certaines spécialités plus techniques comme l’électrotechnique, dans des environnements industriels, qui pourraient encore accueillir beaucoup plusde femmes. » FÉMINISERLESMÉTIERS Aufinal,AnissaDealvoitmême dans l’alternance un moyen privilégié delutterpourlaféminisation de certains métiers. « Pour pallier nos besoins, nous nouons des partenariats assez tôt avec des établissements qui connaissent notresensibilité et présentent nos métiers de façon régulière auprès des étudiantes, résume-t-elle. Ensuite, sachantquel’alternancesedéroulecheznoussurdelongues périodes,entreunettroisans, les filles qui travaillent chez nous s’attachent à l’entreprise et deviennent les premières ambassadrices de certains métiersplustechniques. » Contact cfa.recrutement@cnam.fr 0158808361 le cnam I 11 ÉCO Handicap  : une licence proeninance Maladies, accidents, y compris du travail… 85% des handicaps se déclarent à l’âge adulte. C’est dire tout l’enjeu de la reconversion pour les personnes concernées. De fait, si les dispositifsd’alternance imposent des conditions d’âge pour les personnes valides, celles en situation de handicap peuvent enbénéficieràtoutmomentdeleurvie. Pour encourager les dynamiques d’intégration professionnelle, certains groupements d’entreprises mettent en place des dispositifs d’alternance fondés sur la mutualisation. L’association HandiFormaFinance est ainsi portée par des sociétés comme Natixis Asset Management, Deloitte ou Mazars, avec l’appui de structures comme l’Agefiph, Pôle emploi ou l’Association française de la gestion financière(AFG). « L’objectif est d’amener en un an des candidats handicapés jusqu’à la licence gestion d'actifs financiers, back et middle oice, délivrée par l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Un programme de plus de500heuresdecoursdispensésenpartiepardes professionnels ayant une expérience significative en entreprise », explique Lucile Bloch, responsable d’activité handicap et diversité au sein de JLO Conseil, le cabinet chargé d’animer le dispositif. Les candidats sélectionnés sont accueillis pendant deux mois en préformation avant d’intégrer l’université dans le cadre d’un contrat d’apprentissage. Depuis 2013, à raison de promotions d’une dizaine d’étudiants, HandiFormaFinance a accompagné une quarantaine de personnes, dont 90% ont obtenu la licence professionnelle et 45% ont été recrutées par les entreprises partenaires. M.J. cfa Efti CréationDircomCnam—mai2017 Photographie:RodolphÉmereau Illustration:JulienFlamand



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :