Le Parisien Economie n°423S 23 avr 2018
Le Parisien Economie n°423S 23 avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°423S de 23 avr 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : entrepreneurs venus d'ailleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 23 AVRIL 2018 ÉCO 10 BUSINESS PROSPECTIVE @LeParisien_Eco PAR CLAIRE AUBÉ Je viens d’être contrôlée par l’Urssaf et je ne suis pas d’accord avec les conclusions de la visite, que puis-je faire ? » (...) « Un inspecteur peut-il changer au pied levé la période d’analyse des comptes sans que l’on soit prévenu en amont ? » Sur les forums juridiques, les questions sur les modalités du contrôle des Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (Urssaf) pullulent. Et l’on y décèle souvent une légère pointe de panique… Dans l’imaginaire collectif, qui dit contrôle dit forcément sanction. Lorsqu’on regarde les chiffres, il faut bien dire que cette crainte semble fondée  : la majorité des visites se solde par des redressements. Et les contrôleurs de l’Urssaf ont la solide réputation de ne rien laisser passer. La première mauvaise surprise, c’est de découvrir que l’on est concerné par ce genre de « descente ». Et ce ne sont pas seulement les chefs d’entreprise qui sont visés  : les travailleurs indépendants, les micro-entrepreneurs, les particuliers-employeurs le sont aussi. « En tant que micro-entrepreneuse, je ne gagne pas une fortune, j’ai donc été surprise de faire l’objet d’un contrôle. Il m’a fallu ressortir toutes mes factures depuis deux ans », témoigne cette coach et formatrice. 1 Un contrôle Urssaf ? Pas de panique ! DROIT La visite de cet organisme de recouvrement des cotisations sociales occasionne une plongée dans tous les documents comptables et administratifs. Voici quelques règles pour s’y préparer. «C’EST UN MOMENT UTILE POUR CONSEILLER ET PRÉVENIR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L’APPLICATION DES TEXTES » Faut-il avoir peur d’un contrôle de l’Urssaf ? J’ai accompagné et soutenu de nombreux clients en la matière. La première chose à faire est de dédramatiser. Les contrôles sont normaux dans la vie d’une entreprise. C’est un peu comme la vérification des papiers du véhicule  : tout conducteur a de bonnes chances de connaître cela dans sa vie. Il s’agit avant tout d’un échange entre deux êtres humains, l’un qui dirige une entreprise, l’autre qui représente l’Etat. Quels conseils donner Deuxième surprise  : le timing. Généralement, le chef d’entreprise reçoit un avis quinze jours avant la visite de l’agent, ce qui est déjà court pour se préparer. En cas de suspicion de travail dissimulé, les inspecteurs peuvent débarquer à tout moment ! Pour autant, un contrôle Urssaf peut se passer dans une atmosphère de courtoisie et de dialogue, à condition de s’y préparer. « Le contrôle a vocation à veiller à l’exactitude des déclarations, garantie d’un jeu loyal de Urssaf Les Unions de recouvrement des cotisations de sécurité LE MOT sociale et d’allocations familiales (Urssaf) collectent et répartissent les cotisations et la concurrence, ainsi que du respect du droit des salariés. Il constitue également un moment utile pour vous conseiller et prévenir les difficultés rencontrées dans l’application des textes », explique l’Urssaf dans la Charte du cotisant contrôlé. Entre les nombreux changements législatifs et la complexité de certaines réglementations, les agents peuvent comprendre que le chef d’entreprise ne s’y retrouve pas toujours. Il existe deux types de con- Généralement, le chef d’entreprise reçoit un avis quinze jours avant la visite de l’agent de l’Urssaf. En cas de suspicion de travail dissimulé, les inspecteurs peuvent débarquer à tout moment. aux chefs d’entreprise concernés ? Le premier conseil peut sembler basique, mais il est significatif de la relation qui va se nouer entre le dirigeant et le contrôleur. Soignez l’accueil ! Ne mettez pas la personne dans une pièce sans chauffage… Mais n’en faites pas trop quand même, évitez les petits gâteaux avec le café ! Car cela attise la méfiance. Ensuite, ne vous interdisez pas de dialoguer et de donner votre point de vue. Faites-vous au besoin accompagner par un conseil. Enfin, distinguez le passé et l’avenir. Il ne sert à « Soignez l’accueil, mais n’en faites pas trop… » François Enius, coach de dirigeants DR contributions sociales qui financent l’ensemble du système de Sécurité sociale (santé, aides au logement ou à la garde d’enfants, pensions de retraite…). Les Urssaf accompagnent également les entreprises en difficultés financières et participent à la lutte contre la fraude et l’évasion sociale. rien de nier les évidences, reconnaissez des erreurs lorsqu’elles ont été commises. Mais essayez de trouver des solutions pour que cela ne se reproduise pas. Tout contrôle n’aboutit-il pas quand même à une sanction ? Ce n’est pas systématique ! Mais surtout, si l’échange se fait dans un climat de respect, d’écoute, il y a des chances pour que le contrôleur comprenne les éventuelles contraintes du dirigeant et se montre mesuré dans ses demandes. PROPOS RECUEILLIS PARC.A. REA/FANNY trôles  : le contrôle sur place, qui a lieu dans les locaux de l’entreprise, et le contrôle sur pièces, pour les travailleurs indépendants ou les entreprises de moins de onze salariés. Celui-ci se déroule dans les locaux de l’organisme de recouvrement. Dans les deux cas, la première étape est l’instruction du dossier. Le dirigeant doit mettre à disposition tous les documents demandés  : bilans comptables, liasses fiscales, factures, etc. Le contrôleur peut également interroger les salariés, notamment sur les avantages en nature obtenus. Attention, si le chef d’entreprise refuse de se soumettre à cette obligation, il peut écoper d’une amende allant jusqu’à 7 500  € par salarié ! Noyer l’inspecteur sous une pile de dossiers poussiéreux dans le but de le décourager n’est pas non plus une bonne idée. « L’agent peut vous demander de présenter ces documents selon un classement nécessaire au contrôle, dont il vous aura préalablement informé », prévient l’Urssaf. 30 JOURS POUR CONTESTER Après cette phase d’examen, l’organisme envoie une « lettre d’observations » qui détaille les analyses menées et les éventuelles régularisations auxquelles procéder. Le chef d’entreprise dispose alors d’un délai de 30 jours pour contester les conclusions auprès de la commission du recours amiable ou du tribunal des affaires de sécurité sociale. Il faut garder en tête que les majorations applicables en cas de retard de paiement ne sont pas suspendues par ce recours. Il ne faut pas hésiter à se faire assister par un avocat ou son expert-comptable, malgré les frais occasionnés. Après un contrôle, ne pensez pas être tranquille  : généralement, une seconde procédure a lieu trois à cinq ans après la première, pour vérifier que tout est rentré dans l’ordre. Si le dirigeant peut plaider l’ignorance et la bonne foi sur un point administratif à la première visite, il n’aura pas le bénéfice du doute la deuxième fois. Ce qui attire l’œil d’un contrôleur Avantages en nature, mauvaise application des réductions Fillon, versement transport, frais professionnels… LES CLÉS I 1,48 MD € DE RÉGULARISATION en 2016 dont, 1,313 Md € de redressements et 167 M € de restitutions aux cotisants. I 555 M € DE REDRESSEMENTS de cotisations au titre de la lutte contre le travail dissimulé. I 75 000 CONTRÔLES sur place. I 52 200 CONTRÔLES sur pièces. I 53 000 ENTREPRISES ont été visitées dans le cadre des actions de prévention et de recherche de travail dissimulé. I 7 000 CONTRÔLES CIBLÉS sur la lutte contre le travail dissimulé. I 2/3 DES CONTRÔLES donnent lieu à régularisation. Source  : ACOSS
LUNDI 23 AVRIL 2018 LE PARISIEN www.leparisien.fr/ecoCARRIÈRES PAR LUCILE CHEVALIER Année phénoménale », « exceptionnelle », « record » … Lors de la présentation de leurs résultats 2017, en janvier, février et mars derniers, les PDG de LVMH (maison-mère de Louis-Vuitton, Moët Hennessy et propriétaire du « Parisien-Aujourd’hui en France ») , de Kering (Gucci, Saint-Laurent, Balenciaga, Boucheron), et d’Hermès ont usé de superlatifs. Bond des ventes, hausse des bénéfices, marges confortables, 2017 a effectivement été une très bonne année pour l’industrie du luxe et pour l’emploi. Avec 13 500 projets de recrutements en 2018, LVMH est la 3 e entreprise qui embauche le plus en France, derrière McDonald’s et la SNCF, selon le classement du Figaro et Cadremploi. De quoi susciter des vocations. Les métiers de la fabrication constituent une des meilleures portes d’entrée dans le secteur. « L’industrie du luxe est très attachée au made in France. Elle délocalise peu, et quand elle le fait, c’est parce que le savoir-faire s’est perdu », explique Chantal Fouqué, directrice de La Fabrique, école de la mode et de la décoration à Paris. Chanel, pour s’assurer une production 100% française, a racheté les différents ateliers à Plus D’INFOS Le luxe en quête de talents FILIÈRES Des « petites mains » aux visuel merchandisers qui cherchent à optimiser les ventes, le luxe offre de nombreuses opportunités d’emplois. 220 m², 89 postes de travail, 50 start-up internationales… Le 9 avril, LVMH inaugurait sa Maison des start-up à Paris, au sein de Station F, incubateur fondé par Xavier Niel. Objectif  : favoriser la collaboration entre les marques du groupe et ces jeunes pousses. twipe_ftp «NOUS ALLONS EMBAUCHER 500 PERSONNES D’ICI 2 ANS» EMMANUEL MATHIEU, DIRECTEUR INDUSTRIEL CHEZ LOUIS VUITTON Les métiers manuels — coupeur, piqueur-monteur, couturière, brodeuse, dentellière, et plumassière pour la haute couture ou encore bottier et chapelier — sont accessibles aux diplômés d’un CAP. r 200 ARTISANS SONT RECRUTÉS CHAQUE ANNÉE PAR HERMÈS À LIRE b « Les métiers de la mode et du luxe », ONISEP, 2014 b « Les grands ateliers de France  : Vingt ans de métiers d’art, le temps traversé », de Catherine Laulhère-Vigneau et Laurence Bonnet, Jacques Boulay (photographies), Gourcuff Gradenigo, 2013 b « Le luxe et les nouvelles technologies », de Carmen Turki Kervella, éditions Maxima Laurent du Mesnil, 2015 Des postes à saisir dans le digital Une preuve supplémentaire du dynamisme d’un secteur où on recrute aussi des profils high-tech. Deux exemples  : le CRM manager (customer relationship management), récolte toutes les données (data) disponibles sur les clients (ventes dans les magasins, trafic sur les sites Internet des marques), les analyse, pour ensuite organiser des campagnes et des services (newsletters, recommandation de produits) destinés à fidéliser les clients et en attirer des nouveaux. Niveau exigé  : bac + 5 avec une spécialisation en e- marketing. qui elle déléguait la confection de ses accessoires  : le chapelier Maison Michel en 1996, le bottier Massaro, la broderie Maison Lesage et le gantier Causse en 2002. Louis Vuitton, quant à lui, ouvre de nouveaux ateliers  : une quinzième manufacture, en juin prochain, à La Merlatière, en Vendée, et une autre, en décembre, à Sainte-Florence, dans le même département. « Pour ces sites, nous allons embaucher 500 personnes d’ici 2 ans », a annoncé Emmanuel Mathieu, directeur industriel de la marque, fin mars, lors d’une visite à Sainte-Florence. Hermès, qui embauche entre 150 et 200 artisans par an, s’agrandit aussi. Ses 39 e et 40 e ateliers ouvriront en 2020 en Gironde et en Seine-et-Marne, avec à la clé 500 embauches. Ces métiers de « petites mains » — modéliste, coupeur, piqueurmonteur en maroquinerie, couturière, brodeuse, dentellière, et plumassière pour la haute couture ou encore bottier et chapelier — sont accessibles aux diplômés d’un CAP (maroquinerie, métiers de la mode, art de la broderie, cordonnier bottier, chapelier-modiste). La Fabrique est une des écoles ayant pignon sur rue. Sept mois après leur sortie, plus de 80% des diplômés sont en poste. Une fois l’emploi décroché, la formation va continuer pendant six mois dans les ateliers dédiés Le e-merchandiser, lui, est chargé de développer les ventes sur le site Web de la marque, en mettant en valeur les produits (graphisme du site), en améliorant l’expérience client et en facilitant l’acte d’achat. Niveau  : bac + 5 en marketing digital ou en e-commerce. des « grandes maisons ». Après avoir bien appris le métier, deux évolutions possibles  : devenir chef d’atelier ou directeur formation et apprentissage. DES COMPÉTENCES EN MARKETING, VENTE ET MODE Les métiers du merchandising sont aussi une excellente porte d’entrée dans le secteur. En boutique, le visual merchandiser « accompagne et forme les vendeurs sur la présentation et la mise en place des produits », en vue d’optimiser les ventes, définit l’Association pour l’emploi des cadres (Apec). Il s’occupe d’une boutique au départ, puis de plusieurs, jusqu’à devenir responsable merchandising au siège. Anciennement rattachés au marketing, ces métiers occupent désormais un service à part entière, stratégique dans les industries du luxe. Sur les sites « carrière » de Chanel et de Kering, une offre d’emploi sur cinq concerne ces postes. Les maisons cherchent des profils aux doubles compétences  : un diplôme d’école de commerce pour les connaissances en marketing et vente, doublé d’une formation en mode pour la connaissance des produits. Plus de 90% des diplômés du master mode et merchandising de la Fabrique sont en poste six mois après leur sortie. LP/FRÉDÉRIC DUGIT 1 11 ÉCO L’AVIS DE Mathias Ohrel DIRECTEUR DE M-O CONSEIL, CABINET DE RECRUTEMENT SPÉCIALISÉ DANS LE LUXE « Il y a beaucoup moins de recrutements par cooptation » L’INDUSTRIE DU LUXE EST SOU- VENT DÉCRITE COMME UN SEC- TEUR OÙ IL EST DIFFICILE D’EN- TRER. EST-CE TOUJOURS VRAI ? C’est un marché qui s’ouvre. Dans les années 1990 et 2000, les chasseurs de têtes cherchaient des candidats ayant les « codes du luxe ». Un concept qui a conduit à une homogénéité des profils et à préserver un certain « entre-soi ». Aujourd’hui, il y a beaucoup moins de recrutements par cooptation. COMMENT EXPLIQUEZ-VOUS CETTE ÉVOLUTION ? Le luxe est passé d’une logique de marketing de l’offre à une logique de marketing de la demande. Dans le passé, on partait du produit et aux services marketing puis aux clients de s’adapter. Aujourd’hui, nous sommes plus dans une co-construction. Il y a le produit bien sûr, l’identité d’une maison, son savoir-faire, mais il y a aussi la réalité du marché, les envies des clients. Les industries du luxe font en sorte que ça se croise. Pour ce faire, elles ont moins besoin de personnes du sérail que de salariés capables d’analyser les marchés et de transmettre l’information aux équipes de création. QUELLES SONT LES COMPÉTEN- CES À MAÎTRISER ? Le marché est ultra-concurrentiel pour les métiers de la création (styliste, directeur artistique) et du marketing (chef de projet marketing, brand manager). Il y a beaucoup de candidats, peu d’offres, il est dur d’y faire sa place. En revanche, le secteur a de gros besoins pour ses ateliers et en merchandising. Une petite main peut progresser jusqu’à devenir directeur d’atelier. Un visual merchandiser visera le poste de responsable merchandiser au siège, devenu aussi important que le directeur artistique. Il faut aussi être passionné par l’univers du luxe, connaître les maisons, leurs histoires, leurs références culturelles. Un candidat incapable de me dire à quel peintre Yves Saint Laurent a rendu hommage avec ses robes n’a pas sa place dans une maison de haute couture (NDLR  : la réponse est Mondrian). Enfin, le secteur affectionne les doubles profils  : école de commerce et école de mode. DR

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :