Le Parisien Economie n°416S 16 avr 2018
Le Parisien Economie n°416S 16 avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°416S de 16 avr 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : Pierre Gattaz face aux entrepreneurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 16 AVRIL 2018 ÉCO 10 BUSINESS PROSPECTIVE @LeParisien_Eco Cinq recettes pour gérer les congés DROIT Entre ponts et jours de grèves, mai sera tendu. L’occasion de faire le point sur les principes et les outils qui permettent d’assurer une prise des jours de repos équitable et en toute légalité. PAR LUCILE CHEVALIER Ce mois de mai s’annonce ardu pour les p a t rons. Av e c 4 j our s f é r iés, 3 ponts, dont deux dans la même semaine (grâce au mardi 8 mai et au jeudi de l’Ascension), un potentiel week-end de trois jours avec la Pentecôte, l’activité tournera au ralenti. Selon l’Observatoire Français des conjonctures économiques (OFCE), un jour chômé coûte en moyenne 0,06 point de PIB (soit près d’1,5 Md € ). Surtout, ce calendrier troué comme un gruyère va obliger les petites entreprises à développer des trésors d’organisation… et de diplomatie, pour étaler les demandes de congés de leurs salariés. 6 e CAUSE DE CONFLIT SALARIÉS-EMPLOYEURS Car outre les jours fériés très nombreux, il faudra aussi compter avec la grève à répétition de la SNCF et l’annulation des trains, qui succéderont à des vacances de Pâques également perturbées par les grèves à Air France. Inutile de dire que les salariés vont regarder à la loupe les « bons » jours qu’il convient de poser pour s’offrir une petite escapade. Qui privilégier sans fâcher personne ? Un véritable casse-tête. D’autant que les refus de congés sont, selon un sondage CSA pour JuriTravail.com, la sixième cause de conflit entre les salariés et leurs supérieurs. Voici quelques conseils. 1. ANTICIPER « Les congés ne sont jamais un drame si on s’organise à l’avance », affirme Dominique I UN SALARIÉ FIXE SEUL SES JOURS DE CONGÉS M. X… était chef d’atelier au sein de la société AGS Formule 1. Son employeur avait décidé de fermer l’atelier, entre le 16 juillet et le 16 août, imposant ainsi à ses salariés de prendre leurs congés au cours de cette période. M. X… est passé outre. Il est parti en vacances entre le 4 et 25 juillet. Sa reprise de poste a été brève. Le 9 août, son employeur lui a signifié son licenciement pour faute Amirault, qui a été depuis les années 1980 à la tête de plusieurs PME dans le domaine agroalimentaire. Pour maintenir l’activité d’entreprises qui doivent produire en continu, il se tenait à deux règles d’or. « D’abord, je dressais un planning prévisionnel. Au sein des Vins de la Loire Rémy Pannier Ackerman, nous avions des contraintes agricoles et des contraintes clients. Au regard de ces obligations, j’évaluais les besoins en termes de personnel. Pour assurer en mai les ventes et livraisons de rosé chez nos clients, un certain nombre de commerciaux, de personnel sur le site d’embouteillage et en logistique devaient impérativement être présents. Ils étaient prévenus dès le mois de janvier. » Deuxième règle d’or ne tolérant aucune dérogation  : « Tous ceux qui voulaient prendre un congé en mai devaient en faire la demande avant fin février. L’absence était ainsi gérée en amont  : le salarié organisait sa charge de travail, s’entendait avec un collègue pour assurer la permanence du service. Le seul moyen de réduire l’impact des jours d’absence sur l’activité. » 2. RESPONSABILISER Chaque métier et chaque secteur ont leurs contraintes et leurs astreintes, souvent implicites. Il ne faut pas hésiter à mettre les points sur les « i » quand on embauche un salarié. Dans les cabinets d’expertscomptables par exemple, mai est un des mois les plus chargés de l’année. « Peu de mes employés font les ponts, ils ont intégré cela comme une nécessité du métier. Toutefois, si l’un d’entre eux s’est bien organisé, si son travail est fini et correct, je n’hésite pas à donner mon grave. Et il en avait parfaitement le droit, a conclu le 10 juin 2010 la chambre sociale de la Cour de cassation. « L’organisation des congés payés relève du pouvoir de direction de l’employeur. Il a le pouvoir d’accepter ou de refuser les demandes de congés de ses salariés, le pouvoir aussi d’imposer les dates. Il a le dernier mot », explique Antoine Fonteneau, juriste en droit social et auteur de « La gestion du temps de travail et des congés » (Editions Gereso). Avec 4 jours fériés, 3 ponts, et des grèves à la SNCF, en 2018, la gestion de la présence au bureau sera perturbée en mai. Lecalendrierdesgrèvesdumois Le calendrier des grèves du mois Lu accord pour qu’il parte », décrit Pierre-Emmanuel Lecot, président-fondateur du cabinet LPE Advisory. 3. Ma Lu Ma Me le Ve Sa Di 7 14 21 28 ÊTRE JUSTE « Les premiers arrivés sont les premiers servis, c’est la règle la plus juste qui soit, celle 18 17 1 20 2 25 28 27 30 31 riA Le jour de grève Vacances scolaires Ui l court de la veille Zone A 20 h au lendemain 8h. Zone B Zone 82" Jours fériés Zone C * DE MAI 3 1 8 15 22 29 Lejourdegrève courtdelaveille 20haulendemain8h. x Joursfériés El I UN EMPLOYEUR MODIFIE LES DATES DE SES SALARIÉS Le cas suivant a fait jurisprudence. Le 17 juin, les salariés d’une société de restauration basée à Paris, dans le quartier de Montparnasse, reçoivent une note de la direction. Ils auront la possibilité de partir en congé à partir du 1er septembre. 27 août  : nouvelle note de la direction. Finalement, les salariés ne pourront pas partir en congé en septembre. M me X… est partie quand Me 2 9 16 23 30 Je 3 10 17 24 31 Ve 4 11 18 25 Sa 5 12 19 26 6 13 Vacancesscolaires ZoneA ZoneB ZoneB2* ZoneC Période décalée pour les académies de Caen, Nantes, Orléans-Tours, Rennes et Rouen * PériodedécaléepourlesacadémiesdeCaen,Nantes,Orléans-Tours,RennesetRouen. r 1,5 Md € C’EST CE QUE COÛTE UN JOUR CHÔMÉ LP/INFOGRAPHIE,C.TÊCHE. Trois cas d’école qui ont fini au tribunal même. En octobre, elle a été licenciée pour faute grave. La justice a donné cette fois raison à l’employée. Une question de délai. Une fois le congé validé, l’employeur ne peut revenir dessus moins d’un moins avant la date du congé. I UNE ENTREPRISE REMBOURSE BILLETS ET LOCATION L’arrêt a été rendu par la Cour d’appel de Paris, le 18 mars 2009. Le salarié travaillait à la RATP et s’était qui souffre le moins de contestations », explique un ancien manager d’une équipe de 80 ingénieurs au sein d’une société de conseil. Les salariés avec enfants connaissent par avance les dates de vacances scolaires, et peuvent anticiper. Les personnes ayant une personne handicapée à charge ont le droit à des congés supplémentaires. A chacun de s’y prendre à l’avance ». 4. UTILISER DES LOGICIELS DE RH Sur l’écran s’affichent le planning annuel, les demandes de congés en attente, celles qui ont été validées, et aussi le solde des congés annuels de chacun des salariés. Plusieurs éditeurs de logiciels comme Manasoft ou Planning PME proposent ce type de produits permettant aux patrons de PME et aux RH d’avoir une visibilité en temps réel et toute l’année sur les congés des salariés. Ils peuvent ainsi facilement détecter ceux qui disposent encore d’un grand nombre de jours qu’ils doivent obligatoirement prendre avant le 31 mai, et les relancer à temps pour qu’ils ne soient pas obligés de tout solder à la dernière minute et en une seule fois. 5. MANIER LA CAROTTE PLUS QUE LE BÂTON « Mes salariés ne viennent pas travailler le jour de Pentecôte mais je les paie quand même. Le mois a été chargé, peu ont posé de congés, je les récompense ainsi », avance Pierre- Emmanuel Lecot, patron du cabinet LPE Advisory. Autre carotte, celle-là moins informelle et moins discrétionnaire  : octroyer des jours de congés supplémentaires à ceux qui ne prennent pas leurs vacances en même temps que tout le monde. La disposition est méconnue  : le salarié qui prend au moins 6 jours de congés en dehors de la période du 1er mai au 31 octobre, a le droit à 2 jours de congés supplémentaires. « C’est une prime à l’étalement des congés », rappelle Me Jean- Marie Bédry, avocat. vu modifier ses dates de congé, moins d’un mois avant ce départ. « La Cour a condamné l’entreprise à verser 1 866  € de dommages et intérêts pour le préjudice subi (réservation de billets, location d’hébergement). Le délai d’un mois n’avait pas été respecté. Si l’employeur en avait tenu compte, il n’aurait pas eu à rembourser les frais engagés par son salarié pour réserver ses vacances », explique Antoine Fonteneau.
LUNDI 16 AVRIL 2018 LE PARISIEN 11 www.leparisien.fr/ecoBUSINESS PROSPECTIVE ÉCO twipe_ftp Contre les cyberattaques, adoptez une bonne « hygiène informatique » SÉCURITÉ Au-delà des mesures techniques comme l’installation des pare-feu, des correctifs et des mises à jour, la formation des collaborateurs est indispensable afin de renforcer leur vigilance. PAR CLAIRE AUBÉ Alerte à la cybermalveillance ! U s u r p a t i on d’identité, rançonnage par cryptovirus, fraudes au président, piratages de données, dénis de service  : les attaques informatiques contre les entreprises se multiplient. « Leur niveau a monté d’un cran », ajoute Philippe Jung, responsable R & D et officier de sécurité chez Celeste, fournisseur d’accès Internet. Si les grands groupes commencent à se prémunir contre ces virus, après les attaques coûteuses de certains « rançongiciels » tels que Wannacry ou Notpetya l’année dernière, les PME, elles, n’ont pas encore pleinement pris la mesure du problème. « Elles ont entendu parler de menaces mais la grande majorité n’a pas mis en place d’actions », constate Jérôme Notin, directeur général du Dispositif national d’assistance aux victimes de cybermalveillance (GIP Acyma). Manque de temps et d’argent, et syndrome du « ça n’arrive qu’aux autres » expliquent souvent ce retard à l’allumage. Pourtant, d’après les enquêtes de terrain réalisées par l’Institut de Recherche Technologique SystemX auprès d’entreprises victimes, la fréquence des attaques réussies est notable. On... Le mode opératoire des hackers consiste souvent à mener un grand nombre d’attaques avec des demandes de rançons d’un montant modéré, plutôt qu’à lancer une seule offensive d’envergure contre paiement d’une somme élevée.compte 1% de victimes parmi les entreprises de moins de 50 salariés en un an, soit plus de 50 000 cas. Le coût se chiffre en plusieurs milliers d’euros. « Le mode opératoire des hackers consiste généralement en un nombre important d’attaques avec des demandes de Dépôts de brevets  : ETI et PME s’y mettent INNOVATION Les grands groupes ne sont plus les seuls à prendre les mesures indispensables pour éviter de se faire voler découvertes et produits. L’INSTITUT NATIONAL de la propriété industrielle (INPI) vient de dévoiler son palmarès annuel des déposants de brevets en France. Surprise  : si les premières places sont toujours occupées par les grands groupes (Valeo, PSA, Safran pour le trio de tête), deux entreprises à taille intermédiaire font leur apparition dans le top 50  : Parrot (objets connectés, drones) à la 38 e place, avec 36 demandes de brevets, et Groupe Soitec (semiconducteurs) à la 46 e place, avec 31 demandes. « Cela reflète la conscience croissante des ETI et des PME de l’importance de la protection industrielle pour soutenir l’innovation », souligne Romain Soubeyran, directeur général de l’INPI. Les dépôts de brevets étaient jusqu’à présent le fait de grands groupes, pour au moins deux raisons  : la taille des équipes en recherche & développement, d’une part. Plus il y a de personnes dédiées à l’innovation, plus il y a de chances de créer des produits brevetables. Et le coût d’un dépôt, d’autre part, qui se chiffre à plusieurs milliers d’euros. rançons d’un montant acceptable, plutôt qu’en une attaque unique pour un montant élevé, c’est un marché de volume », note Gilles Desoblin, directeur du programme « Internet de confiance » chez SystemX. Parfois, lorsque tous les fichiers de l’entreprise sont détruits nor 50 000 ATTAQUES EN UN AN DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIÉS « PAS UNE DÉPENSE, MAIS UN INVESTISSEMENT » « Ce n’est pas le dépôt en lui-même qui est onéreux (NDLR  : de l’ordre de 500  € , ou seulement 250 € pour une PME) mais le recours à des cabinets de conseil en propriété industrielle, qui permet de s’assurer de la qualité de la rédaction », note Romain Soubeyran. Pas question en effet de déposer un brevet facilement contournable par la concurrence… Issue d’une branche du CEA (Commissariat à l’Energie Atomique), Soitec a fait de son portefeuille de brevets un « axe stratégique ». L’entreprise compte aujourd’hui 3 000 brevets au niveau mondial. « Nous exportons 95% de nos produits  : il était impératif que l’on protège nos innovations », explique Carlos Mazure, le directeur de la R & D. Mais la société vend aussi certains de ses brevets, ou bien propose des licences sur des titres, ce qui lui permet de toucher des royalties. « Il ne faut pas voir la politique de protection industrielle comme une dépense, mais comme un investissement », conclut Romain Soubeyran.C.A. tamment, le prix à payer est bien plus important. « On a vu des sociétés obligées de déposer le bilan », regrette-t-il. Face à ces attaques, des solutions sont proposées par des prestataires, telles que des parefeu « intelligents », qui s’adaptent aux échanges pour mieux INSTITUT NATIOI\DE LA PROPRE INDI les sécuriser. Mais rien ne vaut la prévention. Il suffit d’adopter un ensemble de gestes simples « d’hygiène informatique », comme les nomme Gilles Desoblin  : sauvegarde déconnectée des données, exercices de restauration, mises à jour régulières des logiciels pour intégrer les correctifs de sécurité, protection des smartphones, tablettes et ordinateurs portables qui sortent des murs de la société… La priorité doit être donnée à la formation des collaborateurs. « Ceux-ci sont souvent trop confiants, et donnent par exemple leurs mots de passe beaucoup trop facilement », constate Philippe Jung, qui mène en interne des attaques-tests chez Celeste, afin d’alerter les salariés sur ce point. Un kit de sensibilisation pour les collaborateurs devrait être mis à la disposition des entreprises dès cet été par Acyma. En attendant, les victimes peuvent d’ores et déjà se rendre sur la plate-forme www.cybermalveillance.gouv.fr, où elles seront conseillées et mises en relation avec des prestataires adéquats. Le recours à des cabinets de conseil en propriété industrielle permet de s’assurer de la qualité de la rédaction du brevet mais se révèle coûteux. LP/VINCENT LESAGE «LES SALARIÉS SONT SOUVENT TROP CONFIANTS ET DONNENT LEURS MOTS DE PASSE BEAUCOUP TROP FACILEMENT» PHILIPPE JUNG, OFFICIER DE SÉCURITÉ CHEZ CELESTE MAXPPP/IP3 PRESS/CLEMENT MAHOUDEAU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :