Le Parisien Economie n°213S 13 fév 2017
Le Parisien Economie n°213S 13 fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°213S de 13 fév 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : le fondateur de Meetic face aux entrepreneurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
twipe_ftp Y LE PARISIEN LUNDI 13 FÉVRIER 2017 ÉCO 6 SPÉCIAL SAINT-VALENTIN YY @LeParisien_Eco OUI [Jean-Christophe Sciberras, DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES, ancien président de l’association nationale des DRH Pourquoi L’amour au travail, c’est le signe que l’entreprise va bien ? Si ça arrive, c’est tant mieux. L’entreprise est un lieu de vie, avec des communautés humaines qui travaillent ensemble, se parlent, s’apprécient. La vie privée y a sa place. Beaucoup de couples se sont formés au travail. L’entreprise ne peut pas être un sanctuaire. Si elle interdit les relations, c’est qu’elle est rigide et n’accepte pas les hommes et les femmes tels qu’ils sont. Vouloir tout formater chez les salariés, c’est un modèle dépassé. Mais ça peut poser problème ? Oui, quand la relation est connue et que le couple est dans la même équipe. Le cas le plus compliqué, c’est quand l’un des deux est le hiérarchique de l’autre. Il peut y avoir un sentiment de différence de traitement chez les collègues, pour les augmentations de salaires ou les sujets confidentiels. Ce doute est souvent infondé, d’ailleurs. Il ne faut donc pas surestimer le problème. Dans ma carrière, j’ai rarement vu des cas de favoritisme. En France, de nombreuses entreprises familiales, dans le commerce et l’artisanat notamment, fonctionnent avec l’un des membres du couple comme patron. Comment anticiper les problèmes dans un service ? Par exemple, le DRH doit s’assurer que le manageur de son conjoint reste rigoureux, notamment sur les augmentations. Lorsqu’un couple travaille dans la même équipe, l’un étant le hiérarchique de l’autre, leur responsable peut solliciter le DRH pour trouver une mobilité à l’un d’entre eux. Parfois, le manageur est démuni car il craint de porter atteinte à la vie privée. C’est au DRH de l’aider. LE DÉBAT PROPOS RECUEILLIS PARC.P. Quand Cupidon s’invite dans l’open space, c’est le signe que l’entreprise est ouverte et vivante. Pour autant, les relations amoureuses peuvent bousculer l’ordre établi et, dans certains cas, nuire au bon fonctionnement. Loïck Roche, DOCTEUR EN PSYCHOLOGIE, auteur de « Cupidon au travail » (Ed. Eyrolles), Faut-il succomber à l’amour au travail ? Si les relations amoureuses entre collègues sont courantes, elles ne sont pas toujours bien perçues en interne. PAR CYRIL PETER Je suis un endroit propice aux rencontres. O n y p a s s e en moyenne 220 jours par an. On nous y voit sous un jour agréable  : poli, propre, en tenue soignée. Je suis ? Le lieu de travail ! Encore plus efficace que les sites de rencontres ou les soirées. Selon plusieurs études, près d’un couple sur trois s’y formerait. Que le rapprochement s’opère entre collègues du même service ou entre un employé et sa patronne, les aventures professionnelles ne sont pas illégales. Depuis 1982, les lois Auroux, qui ont modifié un tiers du code du travail, stipulent que « la vie de couple ne relève pas de l’entreprise ». En clair, chaque citoyen a le droit au respect de sa vie privée, qu’il soit salarié ou dirigeant. Mais à certaines conditions… Si la loi n’interdit pas que des personnes puissent s’aimer et s’embrasser au travail, elle s’attaque aux bonnes mœurs. Une scène de ménage dans les couloirs ou une relation charnelle dans l’ascenseur, et vous vous exposez à un licenciement. CatherineC., DRH depuis vingtcinq ans dans la restauration et l’industrie, se souvient d’une situation embarassante  : « Pour se venger, une femme trompée a fini par dénoncer les malversations de son mari. » En cas de « trouble manifeste à l’entreprise », quand le travail peut en pâtir, l’employeur a le droit d’intervenir. « Par une mise en garde officieuse, pour protéger ses équipes, ou en proposant une mobilité, voire une mutation, explique Loïck Roche, auteur de Cupidon au travail. Avant, l’employeur peut savoir que j’ai une histoire, mais ne peut rien faire légalement. » SUS AU FAVORITISME Par ailleurs, si une relation entre un employé et un supérieur hiérarchique donne lieu à du favoritisme, une personne qui s’estime lésée peut saisir les juges des prud’hommes. Enfin, les entreprises peuvent inclure des clauses de « bonne conduite » dans les contrats de travail. C’est le cas de certaines sociétés anglosaxonnes, dans lesquelles il faut « s’engager à ne pas avoir de relation effective, c’est-à-dire physique, écrite ou orale », résume Loïck Roche. Un amour qu’il faudra donc cacher, même si ça devient sérieux. Et quand c’est officiel ? « En général, les manageurs interviennent, avance Isabelle Chave, DRH pendant vingt ans dans des groupes bancaires et des PME. Mais les gens décident La vie de couple ne relève pas de l’entreprise. C’est la loi qui le dit. aussi par eux-mêmes de partir ou de changer de service. » « L’intervention, ça les soulage, car la plupart ne veulent pas rester durablement dans la même équipe », ajoute Jean-Christophe Sciberras, DRH chez Solvay France. La solution ? La mobilité, dans les grandes entreprises, ou la démission, dans les petites. Car les contraintes sont nombreuses  : de la gestion des carrières à l’obligation de donner des congés simultanés si le couple le demande, comme l’impose la loi. NON déconseillez-vous l’amour au travail ? Cela crée un désordre ou, au mieux, un ordre nouveau, car les rapports avec les gens dans l’entreprise changent. Si c’est sérieux, il n’y pas de raisons de le cacher car il faut respecter la relation. Mais il faut limiter les dégâts. Prenons l’exemple d’une affective, sexuelle ou pas, entre un(e) dirigeant(e) et son assistant(e). Il ou elle est mécontent(e) de son travail. Comment lui dire ? Sans oublier le regard des autres. Les collègues sont perturbés et s’imaginent des choses. Enfin, quand les histoires se terminent, dans la vie privée, c’est la porte ouverte à la violence. En entreprise, le travail en pâtit. Vos conseils ? Pour les manageurs, en première ligne, il faut intervenir uniquement dans trois cas  : s’il y a atteinte aux bonnes mœurs, si ça peut nuire à la qualité du travail ou si des ragots remontent. Pour les protagonistes, il faut être le plus discret possible. Evidemment, ne pas faire l’amour dans l’entreprise. Car si ça se finit mal, ça peut déboucher sur une plainte pour harcèlement sexuel. Peut-on éviter la formation des couples ? Il est inévitable, au cours de sa vie professionnelle, d’avoir une histoire, pas forcément jusqu’à l’acte sexuel. Quand vous vous confiez à un(e) collègue, vous trouvez du réconfort, vous vous sentez valorisé, et ça peut basculer… Si vous êtes dans la hiérarchie, vous maximisez vos chances. Encore plus dans la politique, le journalisme et le show-business. Idem si vous travaillez dans des start-up ou des entreprises tournées vers l’innovation, dans lesquelles l’énergie créatrice se traduit de façon physique. IMAGE SOURCE/JASPER WHITE.
twipe_ftp LUNDI 13 FÉVRIER 2017 LE PARISIEN 7 ÉCO www.leparisien.fr/ecoSPÉCIAL SAINT-VALENTIN Y Y Y Marc Pointel dans sa boutique à Paris (XI e). La vente de préservatifs, c’est un métier Le Roi de la Capote est une parapharmacie spécialisée basée à Paris (XI e). Un cas unique en France. PAR VIRGINIE DE KERAUTEM NE DEVIENT PAS Roi de la Capote qui veut. Et son parcours prend parfois des allures de chemin de croix. Pourtant, quand Marc Pointel, ancien publicitaire, fonde en 2005 cette enseigne exclusivement dédiée à la vente de préservatifs masculins et féminins, il est persuadé qu’il y a une place à prendre. Selon lui, c’est alors « la croix et la bannière pour trouver des préservatifs et obtenir de vrais conseils ». Il veut devenir le spécialiste du préservatif, sans pour autant « tomber dans le côté obscur des sex-shops ». Aussi s’empare-t-il notamment des enjeux de santé publique liés à ce produit (lutte contre les maladies sexuellement transmissibles, toujours très courantes, contraception) pour délivrer les conseils les plus avisés possibles. DE 50 À 75 MILLIARDS D’UNITÉS VENDUES DANS LE MONDE Mais le modèle économique ne convainc pas, aucune banque ne veut lui prêter de l’argent. Marc se contente d’un site Internet qu’il lance cette année-là, attirant ses premiers clients. « Je voulais conquérir le monde mais je n’avais pas assez d’argent pour protéger la propriété intellectuelle du Roi de la Capote dans toutes les langues. J’aurai dû, car j’ai été copié dans d’autres pays. C’est une erreur. J’en ai fait beaucoup », admet Marc Pointel, qui avoue ne pas avoir assez mesuré la valeur du marché mondial. « Une niche », qu’il estime à quelque 5 Mds € pour 50 à 75 milliards d’unités vendues par an. Aux erreurs s’ajoute le regard de son entourage sur son activité. « Allez trouver un local quand vous vous appelez le Roi de la Capote ! » souligne aussi celui qui veut absolument avoir pignon sur rue pour diversifier ses sources de ventes. Il finit par trouver son magasin, à Paris, dans le XI e arrondissement, ouvert fin 2013. Depuis, Marc Pointel suit des études de santé sexuelle, parcourt le monde à la quête des derniers modèles de préservatifs, travaille avec les fabricants pour qu’ils se conforment à la réglementation française et les ajoute à ses rayons. Au total, le Roi de la Capote propose 250 modèles, 40 marques différentes (Durex, Manix, They Fit, première marque vendue en France, le français Reflex, etc.) « C’est l’offre la plus complète » dans l’Hexagone, clame-t-il. Concurrencé par les pharmacies et les supermarchés, Marc Pointel prend soin de ne pas trop gonfler sa marge pour qu’ils restent abordables et compétitifs. « Un préservatif coûte moins de 5 centimes d’euro à fabriquer, c’est l’emballage qui revient cher car très technique », explique celui qui aimerait ouvrir une autre boutique, ailleurs qu’à Paris. Mais « les Français consomment trop peu de préservatifs » et sa marge brute (moins de 49%) ne lui permet pas de dégager de bénéfices nets suffisants pour investir (25 000 € en 2015 pour un chiffre d’affaires stable de 850 000 € ). Chaque année, 1,5 million de préservatifs sortent de sa boutique. Trop peu à son goût. V VirginK LP/GUILLAUME GEORGES. Marc Dorcel continue d’étendre sa toile CHAUD BUSINESS Avec l’ouverture de son cinquième Dorcel Store, le spécialiste du X confirme sa position de média global. Et ce n’est pas fini. « ON EST COMME WALT DISNEY  : nous aussi on voulait nos magasins », ironise Gregory Dorcel, actuel patron du groupe familial spécialisé dans le X fondé par son père, Marc Dorcel, il y a 37 ans. Après les contenus — films, chaînes TV, sites Internet, plate-forme VOD, magazines… — le groupe éponyme s’est attaqué depuis une décennie aux contenants, avec la volonté, selon Grégory Dorcel, d’appliquer « la même stratégie que pour nos activités médias  : avoir de beaux produits, parmi les meilleurs, et en maîtriser la distribution dans le plus bel écrin ». 300 M 2 DÉDIÉS À LA LUXURE Cet écrin, ce sont des conceptstore, espaces de 300 m² dédiés « aux divertissements glamour, haut de gamme destinés aux hommes et aux femmes ». Ils sont implantés en plein cœur des centres commerciaux, en périphérie des villes. On est « loin de l’univers du sex-shop, interdit aux moins de 18 ans », revendique Grégory Dorcel. Résultat, pas de rideaux en devanture, tout le monde peut rentrer, même si « aucun produit pouvant heurter la sensibilité n’est accessible au jeune public ». Qu’y trouve-t-on ? Accessoires, lingerie, jeux de société, DVD… parmi 2 5 000 références. HABITER ou INVESTIR en RÉSIDENCE SENIORS La référence des résidences seniors  : Une résidence sécurisée et conviviale oo'eUn logement neuf, confortable et facile à vivre ° Un personnel présent sur place pour vous faciliter la vie Un choix d'activités ou de services à la carte Une offre nationale en Pinel et Loueur Meublé(*) eti Depuis décembre, c’est Saint- Brieuc (Côtes-d’Armor) qui accueille la 5 e boutique du groupe. Lorient, Nantes, Rennes et Brest l’ont précédée. Un choix décidé « seulement pour des raisons opérationnelles », affirme-t-on. Deux autres villes devraient compléter ce maillage breton. « D’ici sept à dix ans, indique le dirigeant, 35 à 40 Dorcel Store devraient ouvrir. » SeniorialeS Résidences Seniors Gregory Dorcel, fils de Marc Dorcel, célèbre producteur de filmsX, dans son concept-store, le 5 e en France, à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). PIC DE VENTE À L’APPROCHE À DE LA SAINT-VALENTIN Fidèle à sa réputation de pionnier dans les nouvelles technologies, Marc Dorcel songe à proposer dans ses magasins des expériences de réalité virtuelle, plongeant le spectateur, muni d’un casque spécial, dans une expérience fantasmagorique. « A quand les parcs d’attractions ? », s’amuse Grégory Dorcel. Les synergies autour de l’univers sexy que le groupe Dorcel met en place depuis les débuts fonctionnent. Chaque année, son chiffre d’affaires croît d’environ 1,5 M € (37 M € en 2016), « avec deux pics de vente, à Noël et pour la Saint-Valentin ». Indésirable sur certains supports mais très présent sur les réseaux sociaux, le groupe peut se targuer d’être dans les 100 marques les plus connues des Français. V.K. CATALOGUE GRATUIT 05 62 47 94 95 www.senioriales.com Pa44, da 70 he:Ai derteet en, filanee *Selon dispositifs gouvernementaux. Pinel  : le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales. Détails des conditions auprès de nos conseillers oe 0 oeo La Réunion DR. Plus de 70 résidences senis en France



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :