Le Parisien Economie n°213S 13 fév 2017
Le Parisien Economie n°213S 13 fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°213S de 13 fév 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : le fondateur de Meetic face aux entrepreneurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16  |  Aller à la page   OK
16
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 13 FÉVRIER 2017 ÉCO 16 REBONDIR @LeParisien_Eco Trois métiers et maintenant patronne Dominique Valsot, 56 ans, a exercé plusieurs professions avant de créer son studio de jeux vidéo. PAR CYRIL PETER Un salon organisé en open space  : ordinateur et clavier posés sur chaque petit bureau, imprimante, chaises à roulettes… Avec, en fond sonore, des poules qui caquettent dans le jardin. Bienvenue chez Effervescent Games, un studio de jeux vidéo indépendant qui vise cette année plus de 700 000 € de chiffre d’affaires. A sa tête, Dominique Valsot, informaticienne de formation, qui a « profité » du chômage pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale depuis son pavillon, à Romainville (Seine-Saint-Denis). PSYCHANALISTE PUIS ASSISTANTE COMMERCIALE Il faut dire que cette mère de famille loquace et dynamique est une spécialiste de la reconversion. « Je suis curieuse, j’ai toujours besoin de bouger », sourit la fille d’entrepreneurs. Devenue psychanaliste après l’arrivée de son premier enfant, l’exsalariée d’IBM se fait recruter, dix ans plus tard, en tant qu’assistante commerciale par une filiale de Citroën. Parmi ses missions  : la mise en place d’un site Internet, mais aussi la relation clientèle et la comptabilité. En parallèle, elle obtient un diplôme de chef de projet dans « L’ENVIE DE CRÉER MA SOCIÉTÉ ME TARAUDAIT » BD Chaque semaine, retrouvez un extrait du « Petit dictionnaire illustré de l’entreprise ». EDITIONS DIATEINO, TEXTE(S) ET DESSIN(S) DE FIX C comme Conf call le management des systèmes d’information. Des études financées par l’organisme de formation Fongecif. Objectif  : ouvrir un nouveau chapitre professionnel. « Je sentais arriver une vague des licenciements, se souvient-elle. J’ai bien fait d’anticiper. » ENTREPRENDRE, UNE AVENTURE FAMILIALE Licenciée économique à 51 ans, Dominique peut - enfin - voler de ses propres ailes  : « Jamais je ne me suis sentie salariée. L’envie de créer ma société me taraudait. » Dans la foulée, elle choisit le statut d’autoentrepreneur pour créer des sites Internet et marchands. Trois ans plus tard, le hasard fait bien les choses, si l’on peut dire  : au tour de son fils de se retrouver sans emploi… Matthias, ingénieur en imagerie numérique, et sa mère, qui rêve de créer un jeu vidéo, rassemblent alors leur force pour fonder Effervescent Games au rez-de-chaussé du foyer familial. A l’exception des « contretemps administratifs », tout réussit à Dominique, qui sollicite l’association Planète Adam pour réaliser un business plan. Sûre de son coup, elle obtient deux prêts  : 35 000 € à taux zéro de l’association Initiative France, après avoir séduit une commission d’experts, et 20 000 € de son banquier. Grâce à cet argent, auquel il faut ajouter plus de 100 000 € de fonds propres, elle embauche les copains du fiston, dont un « game designer » et une directrice artistique. Petit Dictionnaire illustré de l'Entreprise 0 l'usage tleA es, 10(6,10 Abréviation de « conférence call », expression d’origine téléphonée. Désigne une forme de réunion menée par téléphone, ce qui évite aux participants de se voir ou de vraiment participer à la réunion. A privilégier si vous avez autre chose à faire à ce moment, comme par exemple jouer au démineur. Notre conseil  : si vous le pouvez, privilégiez les conf calls se déroulant dans une langue que vous ne maîtrisez pas (l’anglais par exemple, ou le français pour certains), votre valeur ajoutée sera portée à son summum. « JE PEUX ENFIN ME RÉALISER » Avec « ses » jeunes, la quinqua s’éclate. « Mon âge, c’est une force. Je ne suis plus préoccupée par les tâches domestiques, les carrières des enfants et de mon mari, lui aussi chef d’entreprise. Avec l’expérience, plus rien ne me fait peur. Je peux enfin me réaliser ! » LE MOT DE LA FIN Romainville (Seine- Saint-Denis). C’est dans son salon que Dominique Valsot travaille avec son fils et deux autres salariés. Depuis un an et demi, son équipe travaille sur deux projets, actuellement en expérimentation  : « Foreign Sector », un jeu vidéo de stratégie, subve n t i on n é à h a u t e u r de 23 700 € par Bpi France, et « Date Limite », une application anti-gaspillage alimentaire, financée à moitié par la région Ile-de-France. Dominique, elle, eut.4, 1es) Arl carbure de 7 heures à minuit tel un « bulldozer ». A la maison, où elle enfile le costume de cheffe d’orchestre. Et sur le terrain, à la recherche de clients et soutiens financiers. Comblée, la patronne ? « Ce n’est pas un travail, c’est du plaisir. » @CyrusleVirus LP/OLIVIER LEJEUNE.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :