Le Parisien Economie n°212S 12 fév 2018
Le Parisien Economie n°212S 12 fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°212S de 12 fév 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : au coeur du business chinois en France.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 12 FÉVRIER 2018 ÉCO 8 DÉVELOPPEMENT @LeParisien_Eco Dans la forêt vosgienne, la plus vieille verrerie de France se dépoussière MADE IN FRANCE Née en 1475, La Rochère vend des carafes aux particuliers et des panneaux de verre aux architectes. La PME mise sur les réseaux sociaux et l’export pour perpétuer son savoir-faire. DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL CYRIL PETER À PASSAVANT-LA-ROCHÈRE (HAUTE-SAÔNE) créée en 1475, la verrerie La Rochère n’a jamais quitté Passavant-la-Rochère (Haute-Saône). Et pour cause, ses souffleurs ont utilisé jusqu’au XIX e siècle le bois de la forêt vosgienne, qui entoure le site, pour chauffer les fours. « Après le charbon, on est passé à l’électricité », raconte Eric Zannoni, le directeur commercial en costume-cravate, entre deux poignées de main avec les ouvriers qu’il tutoie. Décorée du label national Entreprise du patrimoine vivant (EPV), la PME de 120 salariés a traversé les époques, passant sous le contrôle de plusieurs familles, dont celle de l’actuel actionnaire majoritaire, Antoine Giraud. A 78 ans, ce descendant de la sixième génération a choisi des personnes extérieures pour piloter les deux activités de La Rochère, pesant chacune 50% du chiffre d’affaires annuel de 10 M € . Eric Zannoni est en charge du bâtiment  : briques, tuiles et panneaux de verre, vendus notamment à des négociants comme Point.P. « On peut faire du surmesure pour des maisons, des hôpitaux, des patinoires », explique-t-il. Parmi ses derniers clients, Adam Clayton, le bassiste de U2, pour sa villa dans les Alpes-Maritimes. A Paris, La PAR RÉGIS DELANOË Comment fonctionne l’achat d’un local en Société civile immobilière (SCI) ? Pour éviter de payer un loyer à un tiers, un entrepreneur peut être amené à se poser la question de l’achat de son local professionnel. Deux solutions s’offrent alors à lui  : l’achat classique en nom propre ou l’investissement indirect à travers une Société civile immobilière (SCI). Cette dernière opération permet de distinguer deux entités juridiques  : l’entreprise Rochère a récemment recouvert les façades intérieures de la station Châtelet-les-Halles, un chantier à 2 M € . Nicolas Bigot, lui, gère les arts de la table  : flûtes, carafes, pichets et tasses de café, en vente chez BHV, Habitat et sur larochere-store.com. « On est prépubère sur le Web », reconnaît ce directeur commercial, professionnelle d’un côté, la SCI propriétaire du bien immobilier professionnel de l’autre. Préconisez-vous l’achat par une SCI plutôt que l’achat en nom propre ? Oui, opter pour ce choix n’offre, selon moi, que des avantages. Le premier, c’est la lisibilité  : créer deux entités juridiques distinctes apporte une clarté bien pratique au moment d’établir les bilans comptables. Le second avantage, c’est l’agilité  : l’entrepreneur aura plus de facilité à céder ou à transmettre les deux entités séparées plutôt qu’une entreprise ayant acquis un qui songe à créer un compte Instagram. Objectif  : mettre en valeur ces ouvriers-artisans, dont les créations représentent 5% de l’activité. Parmi eux, Maud Jacquemin  : « Dompter cette matière en fusion, c’est impressionnant. » Payée au smic, l’intérimaire de 21 ans apprend à souffler, mouler puis recuire, sous les yeux d’un mouleur ex- CONSEIL D’EXPERT Maud Jacquemin fait partie des ouvriersartisans chargés de fabriquer les produits destinés aux arts de la table. Achat d’un local professionnel  : les atouts de la création d’une SCI IMMOBILIER Les recommandations d’Hervé Beloeuvre, expert-comptable à Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), membre du réseau Cabex. bien immobilier en propre. Une souplesse utile également dans le cas où l’entrepreneur souhaite changer de local  : pour déménager, il lui suffit de rompre le bail qui lie son entreprise à la SCI, puis de louer ce même local à des repreneurs en touchant les loyers. SÉCURITÉ DU PATRIMOINE Troisième qualité  : la sécurité patrimoniale. En effet, en cas de faillite de l’entreprise, la SCI ne sera pas concernée par la liquidation et le patrimoine immobilier restera ainsi la propriété de l’entrepreneur au lieu d’être englouti dans le règlement des créances. périmenté. « A mon époque, les anciens n’auraient pas accepté de filles », remarque Guy Roussey, à la tête des ateliers verrerie main et finition. Chez La Rochère depuis quarante ans, ce passi on n é n o t e un c h a n ge - ment appréciable  : « Les gens aujourd’hui sont ultra-polyvalents. C’est plus facile pour gérer les équipes. » Est-ce intéressant également sur le long terme ? Oui. Un entrepreneur qui souhaite anticiper sa retraite peut revendre son entreprise et garder la SCI pour toucher les loyers en complément de sa retraite. Et dans un projet de transmission à des héritiers, il peut céder la nue-propriété de la SCI. Cette donation-partage permet d’optimiser la transmission fiscale en bénéficiant des abattements liés aux donations et en réduisant la valeur taxable de l’immeuble. Pour un effet maximum, cette donation devra intervenir au moins 15 ans avant la succession. LP/CYRIL PETER «NOUS DEVONS AUGMENTER LES VENTES, EN PARTICULIER À L’ÉTRANGER » Si l’énergie pour faire tourner en permanence les fours automatisés « provient du nucléaire français », précise Eric Zannoni, les matières premières pour fabriquer le verre sont aussi made in France  : le sable vient des carrières de Fontainebleau (Seineet-Marne), la chaux du Massif central. Cette histoire, les trois commerciaux dernièrement recrutés devront la connaître sur le bout des doigts pour séduire de célèbres architectes. Jean Nouvel, lui, a déjà craqué  : la plus haute tour de Marseille (Bouches-du-Rhône), qu’il a imaginée, sera habillée par le dernier fabricant tricolore de briques en verre. Pour Eric Zannoni, la renaissance ne fait que commencer  : « Ces dernières années, on s’est endormi sur nos lauriers en termes de communication. Aujourd’hui on cherche à pérenniser l’entreprise. Pour être rentable, il faudrait un ou deux millions de chiffre d’affaires en plus. Donc nous devons augmenter les ventes, en particulier à l’étranger. » De l’immense marché américain, où La Rochère détient une filiale, aux Emirats arabes unis et « tous ces pays qui ont les moyens de se payer un savoir-faire ancestral », espère-t-il. LeParisien.fr ÉCO « LE PARISIEN LIBÉRÉ », 10 BOULEVARD DE GRENELLE, CS 10817, 75738 PARIS CEDEX 15 TÉL.  : 01.87.39.70.00. SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE FRANCIS MOREL, PRÉSIDENT SOPHIE GOURMELEN, DIRECTRICE GÉNÉRALE ET DIRECTRICE DE LA PUBLICATION PRINCIPAL ASSOCIÉ  : UFIPAR (LVMH) STÉPHANE ALBOUY, DIRECTEUR DES RÉDACTIONS DU « PARISIEN » ET D’« AUJOURD’HUI EN FRANCE » COMMISSION PARITAIRE N°0120 C 85979 RÉDACTION EN CHEF DES SUPPLÉMENTS  : JEAN-LOUIS PICOT RÉDACTION  : VIRGINIE DE KERAUTEM ET CYRIL PETER EN COLLABORATION AVEC FORUM NEWS EDITING  : OLIVIER BOSSUT FABRICATION  : AMANDINE CHARBONNEL PUBLICITE RH & EMPLOI DIRECTEUR DE LA PUBLICITÉ  : MURIEL PETIT, 01.87.39.82.82, MPETIT@TEAMEDIA.FR ABONNEMENT LE PARISIEN  : 0.811.875.656 (COÛT D’UN APPEL LOCAL)
LUNDI 12 FÉVRIER 2018 LE PARISIEN 9 www.leparisien.fr/ecoDÉVELOPPEMENT ÉCO twipe_ftp –RATP RCS Paris B775 663 438 –RATP/Denis Sutton Family Ecolodge met les entreprises au vert SUCCESS STORY Envie de passer du bon temps au vert en famille, entre amis ou entre collègues ? Family Ecolodge propose à ses hôtes un nouveau concept. PAR RÉGIS DELANOË Pour définir Family Ecolodge, son fondateur et responsable, Éric Ozanne, parle volontiers de « fabrique à souvenirs ». Il a voulu faire de sa société un lieu d’accueil où tout est réuni sur place pour passer du bon temps en famille, avec des amis ou à l’occasion d’un séminaire d’entreprise. Une sorte de Center Parcs à taille humaine, où les hôtes peuvent mettre entre parenthèses leur train-train quotidien pour se laisser bercer par le bruit des grenouilles et du vent dans les arbres. « Il n’est pas courant de trouver en un même endroit un hébergement, un lieu de restauration et des activités pour petits et grands. C’est ce que j’ai voulu mettre en place », explique Éric Ozanne. En 2010, il concrétise son grand projet sur un espace de 3 ha en pleine nature, situé sur la commune de Batilly-en-Puisaye (Loiret), « dans un cadre privilégié, constitué majoritairement de forêts et d’étangs ». Il décide d’y aménager des cabanes sur l’eau ou perchées dans les arbres, des roulottes tziganes, des tentes safari et même des yourtes, pour une expérience unique. Des cabanes sur l’eau ou perchées dans les arbres, des roulottes tziganes, des tentes safari et même des yourtes sont disséminées sur 3 ha de verdure. IDÉAL POUR UN SÉMINAIRE D’ENTREPRISE Un concept qui a vite trouvé son public, se réjouit son créateur  : « On accueille en moyenne 3 000 personnes par an. Pour près de la moitié, il s’agit de touristes en vacances dans la région. L’autre moitié se répartit entre séminaires d’entreprises et groupes, par exemple à l’occasion d’un mariage ». Sur place, les hôtes peuvent non seulement dormir dans des lieux insolites mais aussi se restaurer d’une cuisine maison, préparée avec des produits locaux, et bien sûr pratiquer des activités très diverses  : randonnées à pied ou à poney pour les plus jeunes, sauna, jeux d’antan, tir à l’arc… « Nous organisons aussi des jeux collectifs  : enquête, évasion… Le plus populaire ? La Murder Party, où les participants se muent en enquêteurs d’un jour. C’est très prisé pour du team building d’entreprise. » La PME d’Éric Ozanne se porte bien et emploie sept personnes, dont deux saisonniers. Family Ecolodge est ouvert toute l’année pour les groupes et d’avril à novembre pour les familles. Preuve de son succès, son dirigeant recommande de réserver « plusieurs semaines à l’avance ». venez RéinventeR lestRanspoRtsdela plus belle villedumonde La Ratp RecRute pRès de 300 ingénieuRs Ingénieurs en systèmes de transport,exploitation desréseaux,systèmesd’information et télécoms, maintenance… Venez vivre une aventure professionnelle au cœur d’une entreprise qui imagine chaque jour la mobilité de demain. Découvrez la diversité denos parcours professionnels et postulezsur ratp.fr/Nousrejoindre ou déposez un CV surratprecrute@ratp.fr ECOLODGE La bourse du crowdfunding% le buzz Le resto des chefs réfugiés Ouvrir à Paris un restaurant dédié à des chefs réfugiés, syriens ou érythréens, pour favoriser leur insertion professionnelle… L’idée, portée par le Refugee Food Festival, a connu un franc succès sur la plate-forme Kiss Kiss Bank Bank. L’objectif de récolter 12 000  € est déjà atteint, alors que la campagne de financement participatif court jusqu’au 6 mars. Y le coup de cœur L’appli anti-cancer Les trois créateurs de Getup’n go cherchent à collecter 25 000  € sur Ulule avant le 6 avril afin de développer leur application gratuite destinée à accompagner les malades du cancer et leur entourage. Getup’n go propose un fil d’actualité adapté au type de cancer du patient, le met en relation avec des associations, propose des activités, des recettes, un agenda partagé avec ses proches… Retrouvez-noussur



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :