Le Parisien Economie n°131S 31 jan 2017
Le Parisien Economie n°131S 31 jan 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°131S de 31 jan 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : les idées des entrepreneurs pour la présidentielle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
twipe_ftp LE PARISIEN MARDI 31 JANVIER 2017 ÉCO 4 À LA UNE @LeParisien_Eco Les moins de 30 ans tentés par l’aventure entrepreneuriale SONDAGE 60% des 18-29 ans seraient prêts à se lancer. TRAVAILLER À SON COMPTE en titille plus d’un, à commencer par les jeunes. Ils sont même 60% entre 18 et 29 ans à avoir envie de devenir indépendants, indique un sondage OpinionWay réalisé pour l’Union des autoentrepreneurs (UAE) et la Fondation Le Roch - Les Mousquetaires, à l’occasion du Salon des entrepreneurs. « Le CDI n’est plus un graal », commente François Hurel, à l’origine du régime des autoentrepreneurs et président de l’UAE. Les jeunes interrogés considèrent même qu’il est deux fois plus facile de se mettre à son compte que d’en décrocher un. Fatalité ou réalisme ? « Lucidité », répond François Hurel pour qui, en écho au sondage, indépendance signifie « souplesse, épanouissement mais aussi plus d’engagement et de risque ». Et les chiffres de lui donner raison. On recense 554 000 entreprises créées en France en 2016, soit 6% de plus qu’en 2015, indique l’Insee dans une récente étude. C’est la plus forte hausse depuis six ans, enregistrée qui plus est, dans la quasi-totalité des régions. La première étape dans le monde des indépendants, La majorité des jeunes serait incitée à se lancer à leur compte s'il y avait... N Pour vous, le travail en CDI est avant tout… (en%) 26% des jeunes se désintéressent du CDI Auriez-vous envie de créer une entreprise, d'en reprendre une ou de vous mettre à votre compte ? , Certainement pas 16% 44% 29% 11% Certainement Probablement Probablement pas 60% Un statut qui ne vous attire pas Un statut qui vous attire de moins en moins chez les jeunes de 18 à 29 ans, contre 30% chez l'ensemble des Français de 18 ans ou plus. Une indemnisation en cas de perte subite d'activité 81% Une convergence des protections sociales* 81% Un rapprochement des systèmes de retraites* 77% Source  : Sondage OpinionWay réalisé pour l'UAE et la Fondation Le Roch/Les Mousquetaires à l'occasion du Salon des Entrepreneurs de Paris 2017. Étude réalisée en ligne auprès d'un échantillon de 1006 jeunes de 18 à 29 ans. Marges d'incertitude  : 2 à 3 points. 6 20 73 Un statut qui est pour vous un objectif majeur Ne se prononce pas (1%) * Entre les indépendants et les salariés. « Enseigner l’autonomie et la notion de risque » Xavier Kergall, directeur général du Salon des entrepreneurs PROPOS RECUEILLIS PAR V.K. #MoiEntrepreneur beaucoup de candidats la franchissent par la case autoentrepreneur. Simple à créer et fiscalement avantageux, ce régime, c r é é en j a n- vier 2009 et rebaptisé microentrepreneur fin 2014, offre notamment la possibilité de démarrer une activité à son compte en limitant les risques (lire ci-contre). « C’e s t un b on test », explique François Hurel, qui préfère continuer de parler d’auto que de micro-entrepreneur  : « Micro est trop dévalorisant ». Toujours est-il que derrière le vocable et en dépit du léger recul des immatriculations de microentrepreneurs en 2016 (- 0,3% en un an) selon l’Insee, le statut Le regard de la société sur l’entrepreneuriat a bien changé. Quels sont les facteurs majeurs de cette évolution ? Plus encore que de ne plus avoir de patron, le fait de pouvoir exprimer ses idées, ses talents, ses passions, sont autant d’arguments en faveur d’un envol entrepreneurial. L’émulation est aussi liée à l’émergence d’icônes. Dans les années 1980 en France, c’était Bernard Tapie, Alain Afflelou puis Michel-Edouard Leclerc. Point final. Par la suite, les modèles américains sont arrivés, Bill Gates ou SteveJobs. Et la vague start-up a amplifié le phénomène, y compris en France. Si bien que les entrepreneurs comme Xavier Niel, Marc Simoncini, LP/PHILIPPE LAVIEILLE. Jean-Christophe Granjon ou encore Frédéric Mazzella sont devenus des icônes auxquelles on peut s’identifier. En quoi tout cela a-t-il modifié l’approche de votre salon ? D’un salon où la parole était essentiellement donnée aux experts, on privilégie la parole des pairs. Entrepreneurs, petits, moyens ou grands. Nous essayons d’appliquer les techniques du numérique sur le salon, notamment le mode collaboratif avec des forums, la mise en réseau, le travail partagé, les échanges de bonnes pratiques… C’est comme Meetic  : la rencontre en ligne c’est bien mais il faut aussi de la rencontre physique. D’autant plus que l’entrepreneur se sent souvent seul et le salon lui procure une vraie décharge connaît un succès durable et a pris toute sa place dans l’économie. « Entre 1000 et 1 200 personnes rejoignent ce régime chaque jour », selon François Hurel, soit 1,2 million d’autoentrepreneurs au total, de tous âges. « Il pourrait y en avoir au moins le double, insiste-t-il, si les niveaux de protection étaient les mêmes que pour les salariés (voir infographie) ». tff électrique. Il a tout sur place pour l’aider à faire son marché. Qu’est-ce qui reste à faire ? Je regrette qu’aujourd’hui on boive plus facilement le champagne quand on a levé des fonds que quand on a trouvé un nouveau client. C’est un détournement de l’ADN des entrepreneurs. L’important est d’avoir un bon produit, un bon service, de le vendre, de rentrer du chiffre d’affaires et des bénéfices. Les politiques doivent contribuer à inoculer le virus de l’entrepreneuriat le plus en amont possible, dès l’école. Même si l’Education nationale et l’enseignement supérieur n’ont pas vocation à ne créer que des entrepreneurs, ils doivent aider à être autonome, enseigner la notion de risque et ne pas être que des machines à diplômes. « LE SALON DONNE PLUS LA PAROLE AUX MODÈLES QU’AUX EXPERTS » A l’occasion de l’élection présidentielle, Le Parisien Eco donne la parole aux entrepreneurs. FISCALITÉ, RECRUTEMENT, DÉVELOPPEMENT, DROIT DU TRAVAIL, FINANCEMENT… Partagez vos problématiques et vos idées sur www.leparisien.fr/moientrepreneur AUTOENTREPRENEUR, UN STATUT À PART Pour qui ? Etudiants, salariés, demandeurs d’emploi, retraités. Les conditions ? - Inscription gratuite sur  : www.lautoentrepreneur.fr - Chiffre d’affaires annuel plafonné à 32 900 € ou 82 800 € (selon l’activité) Quelles obligations ? - Immatriculation gratuite au registre du commerce et des sociétés (RCS) ou au répertoire des métiers (RM) selon l’activité - Justification d’une qualification pour certains métiers - Stage de préparation à l’installation (SPI) dans une Chambre des métiers pour les artisans - Ouverture d’un compte bancaire dédié Les spécificités ? - Pas de TVA - Cotisations sociales et impôts calculés à un taux forfaitaire selon le chiffre d’affaires - Affiliation à la sécurité sociale des indépendants (RSI) Mais les nouvelles formes de travail, notamment liées à l’essor des plates-formes numériques comme Uber, font bouger les lignes. Aux candidats à la présidence de la République d’en prendre la mesure. « Et d’appliquer les mêmes droits aux travailleurs, quel que soit le contrat qui les lie », réclame François Hurel, qui assure avoir « très bon espoir ». V.K. Les meilleures contributions seront publiées dans le journal et soumises aux candidats à l’Elysée. é é Mana Man a Man a a nanan Man a Man nanan agenda 01.02 - 02.02 Salon des entrepreneurs 68 000 visiteurs attendus, 300 espaces de conseils et d’animations, 200 conférences et ateliers, 2 000 experts, 150 personnalités (dirigeants, institutionnels, politiques, candidats à la présidentielle…) Le Salon des entrepreneurs est incontournable cette semaine. Mercredi, de 9 heures à 19 heures, et jeudi de 9 heures à 18 h 30. Palais des Congrès (Paris, XVII e). Salondesentrepreneurs.com. Notre sélection de conférences Mercredi 11 heures - 12 h 45  : A vos marques, prêts, partez ! Partage d’expériences sur les aides et dispositifs d’accompagnement, les secteurs porteurs. Parmi les intervenants  : Mohed Altrad et Valérie Pécresse. 14 h 30 - 16 heures. Trouvez le financement qui vous ressemble ! Conseils d’experts et d’entrepreneurs pour financer votre entreprise, selon votre profil et vos perspectives. 16 h 30 - 18 heures. Secrets et bonnes pratiques pour réussir à l’international Portraits et témoignages d’entrepreneurs français qui cartonnent à l’étranger. Jeudi 11 heures - 12 h 30. Ces entrepreneurs qui réveillent la France Vente-privée, BlaBlaCar, parcours d’entrepreneurs audacieux. 14 h 30 - 16 heures Crowdfunding et financements alternatifs Quels avantages ? A quelles entreprises s’adressent-ils ? Quand y avoir recours ? 17 heures - 18 heures Anecdotes et confidences d’entrepreneurs Quatre entrepreneurs reviennent sur leurs doutes, succès et déconvenues. La nouveauté Le « Marathon Pitch » 120 créateurs présentent leur projet devant une assemblée de clients, partenaires et investisseurs. Chaque jour de 14 heures à 18 heures. Le Parisien ÉCO l’économie est au cœur de votre quotidien
twipe_ftp Pour faire connaître votre entreprise, vous cherchez des pros du terrain. Avec notre offre Proxi contact, nos facteurs remettent en main propre et commentent vos mailings, catalogues et publicités, pour amplifier votre force de frappe sur le terrain. Scannez cette page avec l’appli Courrier Plus Plus d’infos  : www.laposte.fr/proxi-contact LR POSTE SOLUTIONS BUSINESS La Poste – SA au capital de 3 800 000 000 € – 356 000 000 RCS Paris – Siège social  : 9, rue du Colonel Pierre Avia – 75015 Paris – Crédit photo  : D3 Studio.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :