Le Parisien Economie n°131S 31 jan 2017
Le Parisien Economie n°131S 31 jan 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°131S de 31 jan 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : les idées des entrepreneurs pour la présidentielle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
twipe_ftp LE PARISIEN MARDI 31 JANVIER 2017 ÉCO 12 ÉVOLUTION @LeParisien_Eco PAR MURIEL JAOUËN Plates-formes collaboratives, de financement participatif (crowdfunding), virtualisation des des Entrepreneurs ire. se et. " tb ip. alpt-..-).14 " te et Les Trophées des Services innovants Avec le soutien de  : EY BNP PARIBAS eLyfe S’ouvriràd’autresmodèles génération De la figure classique de l’entreprise à l’ubérisation la plus radicale, la révolution digitale a élargi le champ des possibles pour les entrepreneurs. processus administratifs… La révolution numérique a facilité la démarche entrepreneuriale. Parfois jusqu’à faire oublier qu’une entreprise, c’est d’abord uneintention. « Tropdejeunes pensent que le fait de déposer des statuts valide la pertinence La banane d'un monde qui changeau LE GROUPE LR POSTF Votez ! Les Trophées des Services Innovants, un tremplin pour les startups qui créent le monde de demain. Elisez les 5 services du futur pour améliorer la vie quotidienne, imaginer la santé de demain, réinventer l'éducation, simplifier l'expérience client et repenser les mobilités urbaines. Date limite  : 19 février 2017 minuit Pour voter  : trophees-services.fr bpi lay Asumnou La révolution digitale aengendré de nouveaux comportements entrepreneuriaux. de n’importe quel projet », constate MathieuMaréchal, fondateur et animateur de la Chaînedesentrepreneurssur YouTube. Surtout,l’explosion digitale a engendré de nouveaux modèles économiques, où la relation employeur-employés cède le pas à des organisations flexibles. Ils misent sur l’hybridation des activités, des contrats et des statuts:autoentrepreneurs, manageurs de transition, salariés-entrepreneurs,travailleurs à temps partagé, slasheurs (plusieursmétiersàlafois)… Pourles entrepreneurs aussi, le champ des possibles s’est élargi:entre l’entreprise traditionnelle,fondéesurlesalariat, et l’ubérisation la plus décomplexée, quel modèle choisir ? Pourquelle priorité ? Lacourse àlacroissance ? Laconsolidationdesbases ? DESÉCONOMIES ENCOREFRAGILES En novembre 2016, un rapport publié par l’Organisationinternationaledutravail (OIT)amontrélafragilitédes À SUIVRE l La conférence numérique « Le digital  : moteur de croissance pour votre entreprise ». Mobile, réseaux sociaux, big data... Quels sont les outils incontournables et comment bien les utiliser ? Comment intégrer les nouveaux usages pour améliorer sa productivité, optimiser son ofre et booster son développement ? Avec Laurent Solly(Facebook France& Europe du Sud), BenjaminCardoso(LeCab),AntoineJouteau(Leboncoin)…Mercredi1er févrierde16h30à18heures AFRC Widoobiz Entrepreneum 45tortups Pour tout renseignement  : contact@lafetedesservices.fr SHUTTERSTOCK/DMYTRO ZINKEVYCH modèles les plus flexibles. Encause:uninvestissement souvent nul dans le capital humainetdespertesdeproductivité qui viennent assez vitebalayerlesgainsréalisés à court terme. Mais, l’économie collaborative née avec la révolution digitale permet également de tisserdenouveauxliensentre une structure tête de pont et des collaborateurs indépendants. « Le réseau permet de concilierl’organisation,garantissantlebonfonctionnement desprocessus,etl’autonomie, conditiondelacréativitéetde l’épanouissement des individus. Encore faut-il qu’il existe un intérêt,des valeurs,un projet et desobjectifscommuns », note Olivier Fernandes,fondateur et PHILIPPE GUERMEUR, ASSOCIÉ DIRIGEANT DU CABINET D’EXPERTISE COMPTABLE 3G-GADRAS, ET PRÉSIDENT DU GROUPEMENT FRANCE DÉFI PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-MARC ENGELHARD CÉCIL MATHIEU Les créateurs ont-ils conscience del’importanceduchoixdelaforme juridique de leur future entreprise ? Beaucoup de créateurs ne la mesurent pas et ont des idées préconçues sur le sujet. Elles sont souvent glanées sur Internet ou auprès de connaissances évoluant dans le monde de la création d’entreprise. Certains sont aussi influencés parlesefetsdemode:ilyaeu un engouement pour le statut d’autoentrepreneur et ses formalités simplifiées. Aujourd’hui, c’est la société par actions simplifiée unipersonnelle(Sasu) qui tient la corde, parce qu’elle permet d’éviter d’être assujetti au Régime social des indépendants(RSI) et de bénéficier des avantages du statut de salarié. En réalité, aucune forme juridique n’est idéale en elle-même. Quels sont les critères sur lesquels baser son choix ? Nature de l’activité, besoins en financement, nombre d’associés, situation personnelle des fondateurs… Ilyabeaucoupd’élémentsàprendre en compte, d’autant que du choix président de Colibee, cabinet de conseil bâti et développé sur unmodèleenréseau. UNEAUTREIMAGE DEL’ENTREPRENEURIAT PourAlain Baribault, consultant spécialisédansl’accompagnement des créateurs d’entreprise, l’économie collaborative a aussi pour efet la dédramatisation du rapport à l’entrepreneuriat  : « En France, les créateurs ont tendance à surprotéger leur structure, comme l’afaire de leur vie. En s’ouvrant davantage aux autres, l’entreprise n’estplusunefinpersonnelle, mais un moyen de réaliser une ambition collective. » Un constat qui demande sans doute encore quelquesannéespour êtretotalementconfirmé. « Iln’yapas de statut juridique idéal » de la forme juridique d’une société résulte le statut social du dirigeant. Par exemple, une personne atteinte d’une maladie chronique aura intérêt àavoirlestatutdesalariépourêtre convenablement couverte. De son côté, un jeune retraité choisissant de devenir consultant aura intérêt à toucher des dividendes, cumulables avec sa pension de retraite. Un cadre enfindecarrière,lui,devraopter pour une solution lui permettant decontinueràcotiseràsacaisse de retraite. Bref, c’est à chaque fois du sur-mesure. D’autres données peuvent aussi avoir un impact  : ainsi, lorsque deux cofondateurs souhaitent avoir les mêmes prérogatives en matière de prise de décision, ils devront opter pour un statut permettant de mettre en place une cogérance. Vers qui se tourner pour obtenir desconseils ? Comme les paramètres à considérer sont nombreux, se faire accompagner dans sa décision peut éviter de faire des erreurs. Il est bien sûr possible de s’adresser à un cabinet d’expertise comptable ou à un avocat spécialisé en droit des sociétés. D’autres interlocuteurs peuvent également être sollicités, notamment les chambres des métiers etleschambresdecommerceet d’industrie(CCI). Certaines organisent des permanences avec les clubs de jeunes experts-comptables. Mais pour que cette aide extérieure ait un sens, les créateurs doivent faire preuve de transparence avec les experts auxquels ils s’adressent.
MARDI 31 JANVIER 2017 LE PARISIEN 13 www.leparisien.fr/ecoEXPÉRIENCES ÉCO DR. twipe_ftp TÉMOINS Ilsl’ontfait Ilsontentre25et39ansetont décidé de devenir entrepreneurs. Voici pourquoi. « Meréaliser dansmapassion » Victoria Roa Stevenson, 25 ANS, FONDATRICE DE NATURA LUXURIA ET INVENTRICE D’UN RÉVEIL VÉGÉTAL « Créer mon entreprise, c’était pour moi la seule manière de me réaliser pleinement dans ma passion pour les plantes. J’ai inventé K6OP, un microcosme végétal qui reproduit le lever du jour afin d'extraire naturellement l’utilisateur de son sommeil. En 2015,autermedemonmaster2 en biologie intégrative à Paris-VI, j’ai postulé au prix Pépite, dispositif de soutien à la création d’entreprise par des étudiants ou des jeunes diplômés. Pour consolider mon projet côté business, j’ai suivi un second master en management de l’innovation avec le statut d’étudiante-entrepreneure. Aujourd’hui, les statuts de mon entreprise sont déposés et K6OP vaentrercetteannéeenphase de production, avec pour cible commerciale l’hôtellerie de luxe. » « Placer mes compétences auserviced’unprojetutile » Jean Moreau, 33 ANS, COFONDATEUR ET PRÉSIDENT DE PHENIX, ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS LA SECONDE VIE DES INVENDUS « Cequim’afaitpasserdusalariat à la création d’entreprise, cen’estpastantlavocation entrepreneuriale que l’envie de mettre mes compétences au service d’un projet utile àlasociété.Aprèsl’Essecet Sciences Po, j’ai passé cinq ans dans une banque d’afaires. Suisamment pour savoir que RÉMY GOLINELLI. SON CONSEIL « Fonderunestructure permetàlafoisdecréer sontravailetd’en choisirl’objet.Toutn’est pastoujoursfacile, maislesdispositifs desoutienexistent etilnefautpasnégliger laforcedesréseaux. Etpuis,ilfautsedire qu’onn’est jamais prisonnier derien. » les fusions-acquisitions ne sont vraiment pas mon truc. Nous avons créé Phenix en 2014, pour mettre en relation les émetteurs d’invendus, notamment alimentaires, et les associations qui travaillent auprès de publics défavorisés. La société s’est développée très vite et emploie aujourd’hui 50 personnes. » SON CONSEIL « Lacréationensoi, cen’estpassisorcier. Leplusdiicile,c’est d’unepartdedécrocher le premier contrat,d’autre partdenégocier lechangementd’échelle. Aveclecapdes 50 salariés, l’entrepreneur passelesdeuxtiers desontempsàgérer leshommesetlereste àtenterdemaintenir l’espritstart-up. » DR. « Memettrerapidementàmoncompte » Céline de Oliveira Marinho, 39 ANS, DIRECTRICE D’AGENCE AU SEIN DU RÉSEAU D’INTÉRIM AQUILA RH « En2013,suiteàunplan de licenciement, j’ai quitté le grand groupe de travail temporaire dans lequel j'exerçais depuis 15 ans. J’aipenséqu’àbientôt35ans j’avaislebonâgepourmemettre lr" Renault TALISMAN Maîtrisez votre trajectoire Entraeneurs Profitez d'une maniabilité optimale en ville et d'une stabilité exceptionnelle sur route, à bord de Renault TALISMAN et Renault TALISMAN Estate, grâce au système exclusif Renault 4CONTROL et ses 4 roues directrices*. Vivez de nouvelles sensations. *Selon version. Consommations mixtes min/max (1/100 km)  : 3,6/6. Émissions CO2 min/max (g/km)  : 95/135. Consommations et émissions homologuées selon réglementation applicable. RenaultreoammandeeiFin àmoncomptedanscesecteur d’activité où j’avais acquis une belle expérience. La formule de la franchise était rassurante  : appui d’un réseau, démarches simplifiées, négociations facilitées, communication prise en charge par l’enseigne. J’ai créé mon agence en 2014, embauché depuis deux personnes, et bientôt une troisième. Sans la franchise, les choses n’auraient pas été aussi rapides. » SON CONSEIL « Cequiimporte,àmon sens,c’estd’êtreauclair surl’équationentre cequel’onvise etlescontraintes qu’onestenmesure d’accepter. Etcepoint d’équilibre,ilfaut toujoursl’avoirentête. » 4 À VISITER lLe programme « Small Business Tech » 100%dédiéauxTPE/PMEpour lesaccompagnerdansleurtransition digitale,lesaideràs’approprier lesoutilsetsolutionsnumériques  : êtreprésentetvisiblesurleweb, bienutiliserlesréseauxsociaux,acquérir duchifred’afaires,pilotersonactivité, fidélisersesclients... Village 4/Niveau 1 À SUIVRE lLa conférence « Trouvez le financement qui vous ressemble ! » Quelestvotreprofil ? Quellessont vosattenteset perspectives ? Quellessontlesdiférentessources definancementauxquellesvouspouvez faireappel ? Conseilsd’experts etd’entrepreneurspourfinancer votreentrepriseavecsuccès ! Mercredi 1er février de 14h30 à 16heures ENAULT a vie, avec passion f e renault.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :