Le Parisien Economie n°122S 22 jan 2018
Le Parisien Economie n°122S 22 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°122S de 22 jan 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : qui recrute en 2018 ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
twipe_ftp LP/A.D. Le secteur d’avenir PAR ADELINE DABOVAL C’EST LE DOMAINE en plein boom. Après l’informatique et Internet, les appareils connectés génèrent des milliers d’emplois. En tête de pont, les compteurs d’électricité Linky (Enedis) et de gaz Gazpar (GRDF) qui permettent de relever les consommations ou surveiller le compteur à distance. Installé pour la France à Puteaux, Solutions 30 a raflé un cinquième du titanesque contrat de 35 millions de compteurs Linky français. Le groupe est aussi spécialisé dans l’installation de la fibre optique, les objets connectés et va développer un projet de Smart City. « Nous avons recruté 1 876 personnes en 2017, 767 sont LE PARISIEN LUNDI 22 JANVIER 2018 08 Nanterre Boulogne- Billancourt 75 93 92 94 Antony NOTRE TOP 5 EMPLOI NOM DE L’ENTREPRISE RECRUTEMENTS PROFILS DATE Monoprix 200 Employé de rayon, poissonnier, caissier 2018 Solutions 30 100 Technicien 2018 H & M 80 Vendeur 2018 Sodexo Entreprise 60 Cuisinier, pâtissier, agent d’entretien 2018 La Poste 45 Chargé de clientèle Avril Qui veut poser des COMPTEURS INTELLIGENTS ? L’entreprise de Stéphane Bastock commercialise des cabines insonorisées et connectées pour les bureaux. HAUTS-DE-SEINE A Puteaux, Solution 30 recrute et forme des agents à l’installation de compteurs Linky. Déposez votre CV ! parties, ce qui nous fait un solde positif de 1 109 embauches sur l’année, comptabilise Valérie Plasse, la DRH. Pour 2018, rien qu’avec les projets déjà lancés, nous projetons de recruter 400 nouvelles personnes partout en France. Mais à la fin de l’année, le chiffre se situera entre 600 et 800. » Solutions 30 recherche des techniciens informatique, des techniciens fibre et, dans les Hauts-de-Seine, des métiers liés aux fonctions support  : finances, ressources humaines, management…* « Nous recherchons des techniciens qui ont une formation Bac à Bac + 2, mais vu nos besoins, nous accompagnons et formons aussi des personnes en reconversion, fait valoir Valérie Plasse. Un boulanger allergique à la farine a ainsi été formé à la pose de compteurs. » Salaire fixe de base  : 1 600  € bruts. « Avec la part ELLE PROPOSE des cabines insonorisées mais commence à faire du bruit. La société SBS Mobilier (anciennement Studio Pack) a réalisé 6,5 M € de chiffre d’affaires en 2017 et compte bien passer la barre des… 12 M € dès cette année. Pour accompagner son incroyable croissance, l’entreprise, qui a déménagé de Gennevilliers au dernier étage de la tour Ciel à Courbevoie, embauche à tour de bras. « Nous étions six employés en 2015, nous sommes actuellement 32, retrace le fondateur variable, notre meilleur technicien à Dijon (Côte-d’Or) gagne 6 000  € par mois », encourage la DRH. Basé sur le même créneau à Courbevoie, Feedback Energie recrute 24 poseurs de compteurs. TECHNICIENS TRÈS PRISÉS Mais il n’y a pas que ce secteur qui réclame des techniciens. Le chauffagiste Dalkia en embauchera une centaine en Ile-de-France en 2018, dont 39 postes rien que pour les Hauts-de- Seine (dont une dizaine d’ingénieurs d’étude pour le siège à Courbevoie). « Nous recrutons des techniciens d’exploitation, des chauffagistes, thermiques et quelques électromécaniciens, détaille Bruno Seguy, le DRH de Dalkia IDF. Et nous proposons des contrats en alternance. » Chez Dalkia, Stéphane Bastock. Deux commerciaux sont arrivés mi-janvier. Nous engagerons encore une dizaine de personnes en 2018  : community manager, designer, commerciaux et assistantes commerciales. » LA TRANQUILITÉ À PARTIR DE 6 000  € SBS a développé une large de gamme de cabines insonorisées et connectées, capables d’accueillir entre une et quatre personnes. Les tarifs  : de 6 000  € la cabine qui permet de téléphoner et travailler sans déranger les collègues à 17 000  € celle qui permet, tel un studio un technicien d’exploitation débutant gagne 1 800  € bruts sur 13,3 mois avec 23 RTT, un technicien confirmé 2 400  € . ¥*Candidatures à envoyer à l’adresse  : recrutement.s30@solutions30.com SBS Mobilier, vendeur de boîte à rêves La start-up Et aussi… Les métiers de l’hôtellerierestauration restent en tension. Pour des ouvertures dans le 92 en 2018, Mac Donald’s recherche 30 équipiers polyvalents, le groupe Accor, 37 personnes (réceptionniste, commis, plongeur, barman, maître d’hôtel, serveur, agent d’entretien…) et la chaîne de burgers Five Guys, 40 employés de restauration. d’enregistrement compact, de se filmer seul en seulement quelques pressions du doigt. « Nos clients, ce sont toutes les sociétés qui rencontrent des problèmes de bruit ou de confidentialité, s’enthousiasme Stéphane Bastock  : des grands comptes comme OVH, L’Oréal ou Auchan, mais aussi de plus petites entreprises. Je reçois deux à trois demandes par jour. » Autre nouveauté de SBS qui cartonne  : « la boîte à rêves ». Dans un cocon à 17 000  € , le bienheureux salarié peut faire une microsieste avec musique et lumière d’ambiance adaptées à son humeur… A.D. L’œil de l’expert Sébastien Canard CO-FONDATEUR DE OPENSOURCING, AGENCE DE CHASSEURS DE TÊTE À LEVALLOIS-PERRET « Trouver les bons profils » « L’emploi repart, surtout pour les cadres, qui connaissent un taux de chômage historiquement bas. La complexité aujourd’hui est de trouver les bons profils. Les ingénieurs et les commerciaux sont très recherchés. Dans les secteurs de l’ingénierie informatique et du marketing digital, on a peu de gens formés et peu de formation. Ce sont des métiers en tension et qui évoluent très vite. Tout le monde s’arrache les candidats qui sortent d’écoles d’ingénieurs ou de commerce. Pour les séduire, les entreprises repensent leur approche du travail  : baby-foot, espaces sans bureau fixe, flexibilité, mobilité, télétravail… Embaucher des gens en reconversion et les former, les accompagner pour qu’ils soient opérationnels sur le poste, font partie des concessions. » A.D. LP/MATTHIEU TUREL/SOLUTION 30
twipe_ftp LUNDI 22 JANVIER 2018 LE PARISIEN 09 Spécial La Défense Le quartier d’affaires se plie en quatre pour séduire ses futurs salariés Dans la concurrence effrénée entre métropoles, La Défense s’humanise et dorlote sociétés et employés. PAR FLORENCE HUBIN TROIS TOURS en construction*, trois immeubles rénovés totalisant quelque 99 000 m² de bureaux neufs  : La Défense attire toujours les entreprises ou, pour le moins, réussit encore à retenir les sièges sociaux des grands groupes. Saint-Gobain a choisi de s’y faire bâtir une tour à son image, Total sera l’occupant d’un futur gratte-ciel emblématique, RTE s’installera cette année dans un immeuble totalement restructuré sur le toit des Quatre-Temps. Bon indicateur du dynamisme du quartier, le taux de vacance des bureaux est bas (7%). Et les sociétés présentes embauchent. En 2018, le groupe canadien CGI, dont le siège social est installé entre les tours Blanche (Enedis) et Aurore, sur la place des Reflets, annonce qu’il va recruter 1 300 collaborateurs en CDI. Ce spécialiste en informatique recherche consultants et experts (Java, BigData, cybersecurité…) pour accompagner ses clients dans leur transformation numérique, chefs de projet, professionnels de la finance, des achats… Si la grande majorité de ces futurs salariés passeront peu de temps au siège, « nombre de nos clients sont à La Défense », explique CGI. POUFS, CANAPÉS ET BABY-FOOT Pour attirer les entreprises, donc leur permettre de recruter des jeunes talents exigeant un environnement de travail idéal, le gestionnaire du quartier poursuit une politique d’animation de la dalle et de mise en valeur des espaces publics. Dernier exemple en date, l’ouverture en soussol de L’Alternatif, « un espace de convivialité où les gens peuvent se rencontrer, échanger, et où l’on a la possibilité de prévoir des événements culturels », nous expliquait à l’ouverture Marie- Célie Guillaume, directrice de l’établissement public Paris La Défense. Un autre projet, Oxygen, verra le jour cette année, à l’entrée de l’esplanade, réunissant restauration et espace de travail partagé. Dans les tours, promoteurs, designers et services RH rivali- Des cols blancs, mais pas seulement L’IMAGE est un peu caricaturale  : « Les cols blancs de La Défense ». Le quartier d’affaires ne recrute pas que des auditeurs, des financiers et des informaticiens. Travaillent également des vendeurs dans le plus grand centre commercial d’Europe, les Quatre-Temps, des employés d’entreprises de nettoyage et de nombreux agents de sécurité. Parmi les plus gros recruteurs en 2018, Pôle emploi signale, derrière les 1 300 postes à pourvoir chez CGI, 39 postes de chauffagistes et électrotechniciens chez Dalkia, 30 postes de techniciens chez Solution 30 (qui poseront notamment les compteurs Linky), 12 techniciens réseau chez Modis, 10 commerciaux chez Dekra ou encore 5 techniciens chez l’ascensoriste Otis. Le spécialiste du burger, l’américain Five Guys, qui ouvre son premier point de vente à La Défense ce mois, embauche 40 employés. Pour certains postes, les employeurs galèrent. Bruno Seguy, DRH chez Dalkia IDF, doit faire face à des départs en retraite. Pour le profil de chauffagiste, il assure avoir « plus de mal à trouver qu’il y a deux ans, notamment des femmes ». Il accueille 80 alternants (40 jeunes par an pour deux ans de formation), et Dalkia est en capacité de les embaucher. De son côté, Valérie Plasse, RH chez Solution 30, recherche notamment des techniciens en informatique. « On est sur un tel volume de recrutement qu’au bout d’un moment, on a l’impression d’avoir épuisé tout le vivier de candidatures. » F.H. ET A.D. sent pour offrir aux consultants, auditeurs, ingénieurs ou tradeurs des balcons arborés, des poufs et des canapés pour travailler, des baby-foot pour se détendre… Et, à l’extérieur, même le mobilier urbain est conçu pour proposer un nouvel environnement de travail. « On essaie de penser le mobilier pour être une continuité de l’espace de travail, avec des bornes pour se brancher », souligne Thomas Ledoux, adjoint de Marie-Célie Guillaume. De plus en plus, on La carte des bureaux partagés LES ESPACES de travail partagé (coworking), dédiés aux indépendants, font une entrée remarquée à La Défense. Baptisé Kwerk, l’un d’entre eux a été aménagé aux 10 e et 11 e étages 180 000 salariés travaillent à La Défense LP/B.H. de la tour First. L’an dernier, Nextdoor a doublé ses surfaces dans la tour Cœur Défense pour accueillir jusqu’à 870 « colocataires ». Puis l’agence de développement économique Paris & Co a lancé un incubateur consacrée.‘- va pouvoir travailler partout. Tout le monde est désormais en mesure d’envoyer son rapport à son chef, même pendant sa pause… Pression ? Cela crée aussi du travail pour d’autres, qui s’installent, du coup, à La Défense  : Psya, cabinet de conseil spécialisé dans la prévention des risques psychosociaux et l’amélioration de la qualité de vie au travail, vient d’emménager à la Grande Arche. ¥* Saint-Gobain, Alto, Trinity à la fintech et l’insurtech (assurance), le Swave, à la Grande Arche, où une trentaine de start-up sont hébergées sur 2 500 m². Ces espaces ont permis aux entrepreneurs indépendants et aux jeunes sociétés de poser leurs tablettes aux côtés des grands groupes et potentiels clients. Mais les grosses boîtes y louent Et le Brexit dans tout ça ? « TIRED OF THE FOG ? Try the frogs ! » (NDLR  : « Lassé du brouillard ? Essayez les grenouilles ! ») C’est avec ce slogan plein d’humour qu’en octobre 2016, les gestionnaires de La Défense sont partis à la conquête des investisseurs londoniens. Objectif assumé  : attirer les entreprises de la City inquiètes des conséquences du Brexit. La Défense a-t-elle réussi son pari ? Encore trop tôt pour le dire. Mais si les sociétés n’ont pas encore traversé la Manche en masse pour s’installer sur le parvis de la Grande Arche, ce sera le cas cette année de la prestigieuse Autorité bancaire européenne et ses 170 employés. Deux sites d’atterrissage potentiels  : Paris intra-muos et… La Défense. Le géant américain du burger Five Guys ouvre ce mois-ci son premier restaurant à La Défense. A la clé, 40 emplois. aussi des bureaux pour leurs collaborateurs, afin « qu’ils puissent travailler en communauté avec des indépendants », note Christophe Burckart, DG de Regus France, qui prépare l’ouverture du plus grand espace de coworking de France (18 000 m²) dans l’immeuble Belvédère. F.H. LP/OLIVIER BOITET



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :