Le Parisien Economie n°122S 22 jan 2018
Le Parisien Economie n°122S 22 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°122S de 22 jan 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : qui recrute en 2018 ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
twipe_ftp h ït'fir loi PAR ALEXANDRE MÉTIVIER CETTE ANNÉE encore, Euro Disney a prévu d’embaucher plus de 8 000 personnes. Premier employeur monosite de France à Disneyland Paris avec quelque 15 000 salariés, dont 85% en CDI et une ancienneté moyenne de neuf ans, le groupe américain vient de signer un accord intergénérationnel avec l’ensemble des organisations syndicales représentatives. Ce texte prévoit le recrutement à temps plein de 1 050 jeunes de LE PARISIEN LUNDI 22 JANVIER 2018 14 SEINE-ET-MARNE « Euro Disney recrutera 7 000 saisonniers et 1 200 CDI » Daniel Dreux, vice-président des ressources humaines du groupe, fait le point sur les embauches à venir. Et donne rendez-vous les 9 et 10 février pour un grand forum de l’emploi. Daniel Dreux. Le Parisien moins de 26 ans et 150 seniors de plus de 50 ans d’ici à 2020. Vice-président des ressources humaines du groupe Euro Disney, Daniel Dreux détaille les besoins en personnel. Comment se répartissent les 8 000 embauches entre CDD et CDI ? DANIEL DREUX. La grande majorité concerne des contrats sais on n i e rs, ave c 6 8 0 0 à 7 000 postes pour les vacances de février, Pâques, la grande saison d’été, la Toussaint avec Halloween et les fêtes de fin d’année. Nos CDD ont une durée moyenne de quatre mois. Pour les CDI, ce sont donc 1000 à 1 200 postes à pourvoir pour un accroissement d’activités et afin de remplacer les départs. Où en êtes-vous dans votre recrutement ? Il est bouclé pour février. Au moment où nous établissons le business plan de l’année suivante, nous le faisons en tenant compte d’un accroissement d’activité avec plus de clients et Le détail des postes recherchés DISNEYLAND PARIS PARMI les 1000 à 1 200 CDI à pourvoir cette année à Disneyland Paris, 200 à 300 sont destinés à « réellement renforcer un pôle maintenance extrêmement pointu. Nous avons besoin d’ingénieurs de très haut niveau dans l’intelligence artificielle par exemple », indique Daniel Dreux, vice-président RH du groupe Euro Disney. Avec 300 offres d’emploi, le DISNEYLAND PARIS deuxième gros secteur de recrutement en CDI concerne les professions encadrantes  : managers, chefs de cuisine, responsables d’une boutique, d’une attraction ou d’un restaurant. L’autre moitié du total des CDI se répartit entre le centre d’appel, la communication, les ressources humaines ou le pôle finance. En ce qui concerne les 6 800 à 7 000 CDD 15 000 salariés sont employés par le parc d’attractions, dont 85% en CDI. ouverts, Euro Disney indique que l’hôtellerie et la restauration sont les deux grands pôles de recrutement. « Une autre grande partie des CDD concerne les spectacles de 2018 et notamment la saison d’été, poursuit Daniel Dreux. Le volume de CDD permet de satisfaire un volume de clients plus important, des heures d’ouverture plus fortes l’été, de nouveaux produits ou attractions et le remplacement des salariés en congés payés. » A.M. Un supplément à retrouver sur franceinfo Lundi 22 janvier dans « C’est mon boulot » de Philippe Duport à 6h53 et 10h26 avec de créativité en termes de produits ou de spectacles. Tout cela va modifier le volume des effectifs. Dès octobre, nous partons en casting en France et en Europe pour recruter à effet immédiat pour Halloween ou Noël mais également pour le mois de février suivant. Le candidat repart avec un contrat ou une intention pour la période qui lui convient. Comment postuler ? Les 9 et 10 février, nous faisons une grande session de recrutement pour tous les jobs saisonniers. C’est un grand forum qui a lieu au New York Hôtel à Chessy. Les inscriptions se font sur notre site pour être présélectionné. Toute personne qui souhaite chercher un travail pour l’été peut postuler, sera interrogée par nos recruteurs puis présélectionnée pour venir. Ensuite, une présentation des métiers leur sera faite sur place puis des professionnels les accueilleront sur des stands dédiés afin de mieux comprendre le métier. Ils verront ensuite un recruteur. Il y aura un week-end de l’alternance, les 4 et 5 mai. Y a-t-il des métiers difficiles à pourvoir ? Oui. Parmi nos 500 métiers, certains comme ceux du service gardent une connotation d’emploi à contraintes. Pour la restauration et l’hôtellerie, nous sommes aux environs de 30% de turnover ici, contre 9% sur l’ensemble des 15 000 salariés. Nous avons aussi des tensions sur les métiers de la maintenance, d’ingénieurs, d’experts ou techniciens. Ou bien encore dans certaines niches qui correspondent à des spécificités du moment comme des data scientistes. Mais cette tension est atténuée car le recrutement de Disney est européen, avec plus de chances ou de capacités à recruter les personnes sur une échelle plus large.franceinfo : radio.web.tv canal 27 LP/A.M. LP/ARNAUD JOURNOIS
twipe_ftp LUNDI 22 JANVIER 2018 LE PARISIEN 15 Spécial Disneyland Paris Chessy (Seine-et-Marne), le 15 janvier. Depuis septembre, Pierrick Pradel, 20 ans, travaille au café Fantasia, au sein de Disneyland Hôtel, l’un des plus luxueux du parc d’attractions. DANS UN MONDE QUI CHANGE, QUEL QUE SOIT VOTRE HANDICAP, CE SONT TOUTES VOS COMPÉTENCES/MISSION HANDICAP Nous mettons tout en oeuvre pour que votre intégration au sein de nos équipes soit une réussite. BNP Paribas recrute. Rejoignez-nous ! Envoyez votre candidature à missionhandicap@bnpparibas.com I/QUI PRIMENT. s\I3NP PARII3AS Pierrick Pradel, barman, un des 750 apprentis du parc AU MILIEU des fauteuils confortables et des portraits de Walt Disney, Pierrick Pradel ne tient pas en place. Il prend une commande, passe derrière le bar, tend la carte des boissons à trois clientes avant de servir un « Rouge et noir », l’un des trente cocktails proposés au café Fantasia du Disneyland Hôtel. Âgé de 20 ans, Pierrick est l’un des trois apprentis de la brigade de dix-neuf barmans et serveurs du lieu. « Je suis en brevet professionnel 1 re année à La Rochelle (Charente-Maritime). J’ai préparé mon bac technologique en hôtellerie et restauration au lycée Emilie-du-Châtelet, à Serris (Seine-et-Marne), indique cet ancien habitant de Bussy- Saint-Georges. J’ai aussi passé une mention complémentaire barman au lycée de Sucy-en- Brie (Val-de-Marne). » Finaliste du meilleur apprenti de France en 2016, il est arrivé en septembre à Disneyland Paris. « On m’a dit que c’était une bonne école pour apprendre. » Dans un an et demi, il devrait décrocher son diplôme. Mais n’imagine pas forcément son avenir au sein des luxueux hôtels du parc d’attractions. « SI J’AI L’OPPORTUNITÉ DE RESTER UNE ANNÉE OU DEUX APRÈS MON DIPLÔME, J’Y RÉFLÉCHIRAI » « Si j’ai la chance de rester une année ou deux ici après mon apprentissage, j’y réfléchirai. Mais je n’ai que 20 ans et encore plein de choses à vivre. J’exerce un métier où l’on peut bouger et je veux saisir l’opportunité de voyager. » Il parle déjà anglais grâce à un voyage de six mois en Nouvelle-Zélande. Comme Pierrick, ils sont 750 apprentis à travailler à Disneyland Paris. « Ça représente environ 5% des 15 000 salariés, indique Daniel Dreux, le vice-président des RH. Il y a une volonté d’ici à 2020 de monter à 8%. Nous sommes La banque d'un monde qui change BNP Paribas, SA au capital de 2.492.770.306 euros - Siège social : 16 boulevard des Italiens, 75009 Paris - Immatriculée sous le Ir 662042449 RCS Paris - ORIAS Ir 07 022 735. recrutement.bnpparibas.com convaincus que c’est une voie importante de recrutement, de formation et d’insertion. » Alix Gobetti, 26 ans, peut en témoigner. Tuteur de Pierrick, il est entré à Disneyland Paris par l’apprentissage il y a six ans. « J’étais en formation à l’hôtel New York, encadré par les plus grands comme Christophe Davoine (NDLR  : meilleur ouvrier de France barman en 2015). On m’a donné beaucoup et ma responsabilité est de transmettre à mon tour. » Derrière le bar, il chambre gentiment Pierrick tout en observant avec attention l’élaboration des cocktails de son protégé. « Il a énormément de capacités. Sa mission actuelle est d’apprendre la théorie des cocktails  : les centilitrages, la verrerie, la décoration… » Pierrick a pour objectif d’être autonome dans trois ou quatre mois. « Mais je garde toujours un œil sur lui car notre clientèle est exigeante », assure Alix. A.M.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :