Le Parisien Economie n°122S 22 jan 2018
Le Parisien Economie n°122S 22 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°122S de 22 jan 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : qui recrute en 2018 ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
twipe_ftp franceinfo deux points ouvrez l'info franceinfo : radio. web. tv canal 27 LE PARISIEN LUNDI 22 JANVIER 2018 02 ÎLE-DE-FRANCE & OISE La région parisienne reprend DES COULEURS Légère baisse du chômage, hausse du nombre de créations d’entreprise, projets d’envergure  : oui, l’Ile-de-France profite d’une embellie économique. Un contexte propice à l’embauche. PAR BERTRAND SCHNEIDER E T SI L A ROU E tournait enfin ? Après des années de crise, l’optimisme commence à pointer le bout de son nez. Tout un symbole, la fréquentation hôtelière qui rebondit et flirte avec ses niveaux records de début 2015, juste avant les attentats. Bon, on ne va pas se mettre à rêver au retour des Trente Glorieuses, mais quand même… La baisse légère du chômage (- 0,2% en un an) conjuguée à une hausse significative des créations d’entreprises laisse entrevoir des jours moins moroses. Le lancement du chantier du siècle, le métro du Grand Paris Express, apportera son lot de travail… et des milliers de recrutements (voir page 4). Cerise sur le gâteau, l’organisation des Jeux olympiques de 2024 qui, si elle n’aura pas d’effet immédiat sur l’emploi, ne pourra que séduire les investisseurs. Reste à profiter de cette embellie. Avec l’appui de la Direccte IDF (NDLR  : interlocutrice des acteurs socio-économiques, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi est un service déconcentré de l’Etat), de Pôle emploi et du site regionsjob.com, « le Parisien » est allé prospecter dans chaque département d’Ile-de- France et dans l’Oise pour vous aiguiller sur le chemin de l’emploi. Nous avons aussi fait des éclairages spécifiques sur Roissy, le parc Disneyland Paris et La Défense, poids lourds économiques de la grande région parisienne (lire pages suivantes). Et voici quelques clés pour mieux vous y retrouver. I 72 700 EMPLOIS SUPPLÉMENTAIRES EN UN AN Sur la foi du dernier rapport que l’Insee vient tout juste de publier, l’Ile-de-France se montre légèrement plus dynamique que la moyenne nationale en matière de créations d’emplois. A noter, une reprise des embauches bien plus forte qu’ailleurs en France dans le domaine de la construction (les mises en chantiers bondissent). En revanche, si l’intérim a soutenu la croissance de l’emploi depuis plusieurs trimestres, on note un très léger fléchissement. Ce qui ne doit pas décourager les candidats à tenter leur chance par ce biais. I LES SECTEURS QUI ONT LE VENT EN POUPE Outre le bâtiment, le secteur des services aux entreprises reste un gros pourvoyeur d’emplois (7 800 emplois en plus au cours du dernier trimestre 2017). Les domaines de l’hébergement et de la restauration ont beaucoup recruté (2 500 postes entre juillet en septembre), tout comme celui de la communication. Le point noir  : dans l’industrie (à l’exception de la fabrication d’équipements électriques/électroniques ou de machines), ça se dégrade encore. I LES DÉPARTEMENTS FRANCILIENS LES PLUS DYNAMIQUES L’emploi salarié progresse partout. Il est particulièrement dynamique en Seine-et-Marne (+3,5% au 3 e trimestre 2017 comparé au 3 e trimestre 2016), à Paris (+ 2,4%) et dans le Val-d’Oise (+ 2,3%). Cette hausse est plus modérée dans les Yvelines (+ 0,3%). I PLUS DE 141 000 ENTREPRISES CRÉÉES EN 2017 Ces créations ont eu lieu entre janvier et octobre 2017, soit « un bond de 5,5% par rapport à la même période il y a un an », se félicite la Dirrecte. Des entreprises (et microentrepreneurs) aux reins de plus en plus solides puisque le nombre de sociétés qui mettent les clés sous la porte baisse en même temps. I ET DEMAIN ? Vos enfants ne savent pas vers quelle branche se diriger ? Relayée par la Direccte, Défi métiers (lire ci-contre) a réalisé une étude sur les dix secteurs les plus créateurs d’emplois à l’horizon 2030. Voici les gagnants  : conseil et assistanc e a u x en t r e pr i s e s (comptabilité, activités informatiques, publicité…), services opérationnels liés au développement des industries de haute technologie (sécurité, nettoyage, intérim), construction, santé et action sociale, activités culturelles et sportives, les services à la personne du fait notamment du vieillissement de la population, les activités financières, l’éducation, la distribution, les transports. SUR LE WEB www.leparisien.fr Retrouvez le Top 5 des entreprises qui embauchent en région IDENTIFIER les principales opérations de recrutements en 2018, département par département en Ile-de- France et dans l’Oise, c’est l’axe prioritaire qui nous a guidés en bâtissant ce spécial emploi. Au fil des pages, vous allez découvrir notre Top 5 des offres. Il a été construit à l’issue de multiples échanges Ir Yvelines Val-d’Oise, 1,6M 10,3% 105610 43091 € PSA (15170salariés) avec Pôle emploi, les institutions (conseils départementaux, CCI, Direccte…), les représentants locaux du Medef, différents acteurs du recrutement (Régions Job…) et bien sûr les entreprises. L’objectif est de mettre en lumière des opportunités d’emploi pour un maximum de gens, d’où 1,2M 69938 13,4% 36652 € ADP (3500salariés) LÉGENDE o 78 Paris 11111111111 1 C-D, o 95 Hauts-de-Seine 1,4M 11% 76145 56204 € Sociétégénérale (+de16000salariés) Population (enmilliond’habitants) Tauxdechômage Nombred’entreprises Salairebrutmoyenannuel* Plusgrosemployeur Recrutements  : Top 5, suivez le guide le choix assumé d’opérations d’une certaine échelle, ce qui favorise souvent les plus grosses entreprises. Que les plus petites nous pardonnent, elles ne sont pas oubliées via de nombreux reportages qui leur sont consacrés. Il n’est par ailleurs pas toujours possible d’obtenir le détail des contrats proposés (CDI, CDD, intérim…) 12% 2,2M 428041 47965 € AP-HP (100000salariés) 92 75 et les dates précises d’embauche. Les recruteurs se gardent la possibilité d’ajuster leurs projets selon les aléas des budgets et marchés, on peut le comprendre. Ceci explique aussi que des opérations d’envergure pourraient nous avoir échappé ou émergent en cours d’année. J.-L.P., 91 1Î
60 93 94 twipe_ftp Li LUNDI 22 JANVIER 2018 LE PARISIEN Oise C-M mem lm" III i 016 417 C-M Essonne mue, 417 C-M ta 0,8M 37560 Val-de-Marne 1,4M 11% 88810 1,3M 70474 39998 € CEA (+de5000salariés) *Salairebrutenéquivalent tempsplein. 13,7% 32585 € Leconseil départemental (3100salariés) Seine-Saint-Denis 1,4M 83762 12,9% 39350 € Leconseil départemental (+de8000salariés) SOURCE:INSEE,DADS2014. LP/INFOGRAPHIE-A.RENAUD-L.FOULON. 18,9% 41594 € AirFrance (22000salariés) Île-de-France & Oise 77 Seine-et-Marne 1,6M 11,5% 132047 34812 € EuroDisney (15000salariés) LP/OLIVIER BOITET LP/JULIE MÉNARD D É N I C H E R une formation, identifier les métiers d’avenir… Groupement d’intérêt public cofinancé par l’Etat et la région Ile-de-France, Défi Métiers est une mine d’informations en matière d’emploi. Tour d’horizon avec l’une de ses responsables, Catherine Gwet. 2018 sera-t-elle une bonne année pour les recrutements en Ile-de-France ? C AT H E R I N E G W E T. L’année s’annonce économiquement favorable à la création d’emplois. On note une reprise de l’activité touristique, importante pour la région parisienne. Et cette année, on va voir se développer d’importants travaux d’aménagements liés au Grand Paris Express. Et en dehors des grands travaux ? Les emplois autour des services continuent de se développer, notamment dans le domaine de l’aide aux familles et aux ménages (aide à domicile, aideménagère, travailleur familial, assistante maternelle…). En 2017, selon les besoins de main-d’œuvre recensés par Pôle emploi, on était sur quasiment 9 000 recrutements envisagés. On devrait poursuivre sur cette lancée. Quels sont les secteurs d’activité qui recrutent le plus ? L’hébergement médico-social (maisons de retraites, hôpitaux…), l’action sociale, tout ce qui touche à l’aide à l’entreprise (comptabilité, gestion, activités juridiques, ingénierie, contrôles et analyses techniques…), l’hôtellerie et la restauration qui sont portées par l’activité touristique, sans oublier les activités de services administratifs et informatiques. Il y a les secteurs d’activité. Mais y voit-on plus clair au niveau des métiers ? Oui ! En se basant sur les chiffres 2017, on se retrouve avec des tendances qui se prolongeront en 2018. Les métiers qui recrutent en plus grand nombre sont les suivants  : ingénieurs et cadres en informatique et recherche et développement, agents d’entretien des locaux, artistes et professeurs d’art, employés de cuisine pour les cantines ou en restauration classique, agents de sécurité surtout depuis les attentats, aides à domicile, professionnels du spectacle (ingénieurs du son, éclairagistes, etc.), commerciaux, serveurs de café ou 03 « 2018, une année favorable à la création d’emplois » Catherine Gwet est responsable de l’analyse documentaire chez Défi Métiers. DR LP/B.S. de restaurant, agents administratifs (saisie, assistants RH, etc.), secrétaires (y compris médicales), vendeurs et aidessoignants. Pourtant, certaines professions que vous évoquez ont la réputation d’être bouchées… Il faut bien préciser la notion de recrutement et relativiser dans certains cas. Pour les artistes comme pour les professionnels du spectacle, il peut y avoir une multiplication de contrats courts qui peuvent être exécutés par la même personne. Si une personne enquille dix contrats, c’est comptabilisé comme autant de recrutements. Dans ces cas précis, cela ne signifie donc pas qu’il y ait pénurie de main-d’œuvre. Idem pour le métier de cuisinier où il y a un phénomène de turn-over. Que faire pour monter dans les bons wagons et bénéficier de tous ces postes ? Il faut parfois accepter un travail sous qualifié par rapport à son niveau d’études. Mais cela peut créer une certaine frustration, même si des employeurs font miroiter une évolution en interne. Vers quelles formations se diriger ? Y a-t-il des métiers où l’on est sûr de trouver du travail ? Il faut de plus en plus des doubles savoirs, être pointu dans son domaine et maîtriser les éléments techniques. Prenons l’informatique par exemple  : une formation généraliste ne suffit plus, il faut une personne qui intervienne à la fois sur un projet et maîtrise un logiciel très pointu ou la data par exemple. Les formations d’ingénieurs sont justement prisées parce qu’elles allient le bagage technique et intellectuel. B.S. ¥ Renseignements sur www.defi-metiers.fr LP/FRÉDÉRIC DUGIT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :