Le Parisien Economie n°1218S 18 déc 2017
Le Parisien Economie n°1218S 18 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1218S de 18 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hélène Darroze, une chef étoilée face aux entrepreneurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 18 DÉCEMBRE 2017 ÉCO 6 ENVIRONNEMENT @LeParisien_Eco « Nous avons sauvé 450 000 repas » ALIMENTATION Après les commerçants, la start-up parisienne To good to go séduit hôtels et supermarchés. Son credo ? Lutter contre le gaspillage. PAR CYRIL PETER Ason lancement en juin 2016, l’application To good to go s’adressait aux commerçants, à Paris et Lille (Nord), prêts à brader leurs invendus aux alentours de 5  € le panier. Depuis, la start-up parisienne s’est développée en débarquant dans une quarantaine de villes comme Lyon (Rhône), Rennes (Ille-et- Vilaine), Nantes (Loire-Atlantique), Bordeaux (Gironde) et Toulouse (Haute-Garonne). «ON A DES ÉTUDIANTS, DES JEUNES ACTIFS, DES FAMILLES ET MÊME DES RETRAITÉS » www.crma-idf.com Chambre Régionale deMétiers et de l’Artisanat d’Ile-de-France 1bddelaMadeleine 75001PARIS conseildelaformation@crma-idf.fr « C’est dans l’ouest que ça marche le mieux », note Lucie Basch, la fondatrice. L’appli est également utilisée en Allemagne, en Suisse, au Royaume- Uni, au Danemark et en Norvège, où « les consommateurs ont la culture du paiement en ligne », observe la Parisienne de 25 ans. 300 000  € DE CHIFFRE D’AFFAIRES Offre definancement de votre formation continue Le principe de commander sur son smartphone de la nourriture destinée à la poubelle et de la récupérer chez un boulanger ou un traiteur italien a séduit, l e m o i s de r n ier à Par is, 15 000 nouveaux utilisateurs. « On a des étudiants, des jeunes actifs, des familles et même des retraités », assure l’ingénieur de formation, qui a quitté l’industrie alimentaire pour se lancer dans ce projet écolo. « D’ici la fin de l’année, nous aurons sauvé 450 000 repas », se félicite-t-elle. Le modèle économique repose sur une commission de 1  € par repas. L’entreprise de 9 salariés s’attend à un chiffre d’affaires de 300 000  € en 2017. Un succès rendu possible par ses commerciaux « au contact des commerçants », poursuit Lucie Basch. « Grâce au bouche-à-oreille et à la presse », ces derniers viennent aussi frapper d’eux-mêmes à la porte de To good to go, à raison d’une cinquantaine par mois. Déterminée à grandir, la jeune pousse s’adresse désormais aux primeurs et aux hôtels, à l’image des chaînes Ibis et Mercure, souhaitant se séparer de leurs croissants et pains au chocolat en trop. Depuis un mois, elle collabore également avec des supermarchés de quartier comme Franprix et Monoprix. « Les associations qui récupèrent les invendus ont du mal à passer dans les supermarchés en centre-ville », remarque-t-elle. AUCUN RISQUE SANITAIRE Résultat, ces enseignes commercialisent avec l’appli du pain, de la charcuterie ou des légumes, précisant que le panier à retirer à l’accueil peut « comporter des produits à date de durée minimale dépassée ». En clair, aucun risque sanitaire mais la baguette ne sera pas fraîche et aura moins de goût. La restauration collective, en entreprise et dans les écoles, constitue le dernier axe de développement, mais il n’a pas encore été exploré. Lucie Basch, ingénieur de 25 ans, permet aux utilisateurs de son application d’acheter à bas coûts des denrées que les commerçants auraient fini par jeter. Artisans, utilisez votredroit àlaformation ! Lesformations de votreconjoint collaborateur ou associé sont également éligibles. DR Création visuelle  : www.cecilelisbonis.com
LUNDI 18 DÉCEMBRE 2017 LE PARISIEN 7 www.leparisien.fr/ecoMÉDIAS ET COMMUNICATION ÉCO Avec Little Corner, regardez la pub pendant la pause pipi COMMUNICATION Depuis 2014, une start-up choisit les toilettes publiques comme support publicitaire. Le concept séduit les annonceurs. PAR VIRGINIE DE KERAUTEM Télévision, cinéma, rue, abribus, métro, Internet sont les supports que les annonceurs et publicitaires privilégient en général. Efraim Clam, lui, mise sur… les toilettes publiques ! Le nom de son entreprise, Little Corner (petit coin, en français) affiche la couleur. Depuis 2014 cet entrepreneur de 30 ans, propose aux annonceurs un réseau d’écrans digitaux au design léché, installés dans les toilettes de cafés, restaurants, cinémas, salles de spectacles, centres commerciaux… « On se positionne sur les lieux plutôt haut de gamme », insiste le dirigeant. Actuellement, Little Corner a tissé un réseau de plus de Contrat d'entretien Mercedes-Benz Complémentaire financière incluse garantie Jusqu'à 7 ans ou 300 000 km* Maintenance et remplacement des pièces d'usure* Ass Vlercedes-Benz où que vous soyez* Facile d'aller de l'avant quand on a le meilleur outil de travail. Quelle que soit votre route, choisissez le véhicule qui saura vous emmener loin. Le Vito Fourgon allie sécurité et qualité des détails pour votre plus grande sérénité. Plus d'informations sur utilitaires.mercedes.fr ou au Mercedes-Benz Vans. Born to run. 0 810 777 333 VITO FOURGON à partir de. HT/mois avec apport ServiceCare Complete + complémentaire financière inclus 1'loyer de 3 950 € HT en CBF 36 mois/90 000 km (1) Crédit-Bail Facility 36 mois 90 000 km. Exemple  : Vito FG 109 CDI compact, équipé de la porte arrière 2 battants, tarif remisé du 01/12/17, avec un 1" loyer de 3 950  € HT(3), suivi de 35 loyers de 129  € H-P31 et option d'achat de 8 055  € H-112). Coût total emprunteur  : 16 051  € HT(2) ou 16 484  € HTi3. Modèle présenté  : Vito FG 109 CDI long, équipé de la peinture métallisée, tarif remisé du 01/12/17, avec un 1" loyer de 3 950  € H 13), suivi de 35 loyers de 150  € H-P3) et option d'achat de 8 615  € H 12). Coût total emprunteur  : 17 219  € HTi2 ou 17 683  € H 13). Offre à professionnels, hors loueurs et flottes, pour toute commande chez un distributeur participant entre le 01/12/17 et le 31/12/17, non cumulable, sous réserve d'acceptation par Mercedes-Benz Financial Services France S.A. - 7 av. Niépce - 78180 Montigny-le-Bretonneux - RCS Versailles 304 974 249. N°ORIAS 07009177. N°ICS FR77ZZZ149071. (2) TVA au taux en vigueur en sus, hors prestation et assurance. (3) TVA au taux en vigueur en sus, incluant la prestation ServiceCare Mercedes-Benz Complete et l'assurance Complémentaire Financière. Mercedes-Benz  : marques déposées de Daimler AG, Stuttgart, Allemagne. Photo non contractuelle. Mercedes-Benz France, SAS au capital de 75 516 000  € , 7 avenue Niépce, 78180 Montigny-le-Bretonneux. RCS Versailles 622 044 287. *Voir conditions sur Mercedes-Benz.fr twipe_ftp 1 200 écrans installés dans plus de 200 sites partout en France dont les restaurants Costes, le théâtre Mogador, le Carrousel du Louvre, l’espace Champerret… Mais aussi des bars sportifs qui diffusent les matchs de rugby. Quand on sait que 75% des gens qui viennent dans un café vont aux toilettes, les pauses pipi des soirs de matchs permettent à l’entreprise d’enregistrer de beaux scores. La société, qui réalise cette année 1 M € de chiffre d’affaires, prévoit d’ici 2019 un parc d’au moins 8 000 écrans. Elle a déjà convaincu des grands comptes comme Carrefour, BNP, Warner Bros, Orange et tous les VTC de diffuser leurs publicités sur ses supports. « Un publicitaire cherche l’efficacité là où ça marche », indique le dirigeant. Or, selon lui, les messages seraient, sondages à l’appui, bien mieux mémorisés au petit coin qu’ailleurs. Le taux de mémorisation d’un contenu ou d’une marque y serait de 84%, contre 75% au cinéma, 30% à la télévision et 10% sur Internet. « Aux toilettes, la personne est seule, sans éléments distractifs », commente Efraim Clam et donc plus captive. DES CAPTEURS THERMIQUES MESURENT L’AUDIENCE Ce dernier a poussé son concept plus loin avec une innovation unique au monde, développée avec son associé Dominique Truel  : chaque écran installé est doté de capteurs thermiques intelligents capables de mesurer en temps réel le nombre d’utilisateurs devant l’écran et le temps passé. Dans les toilettes pour hommes, l’écran est donc placé au-dessus de chaque urinoir. Pour les femmes, il se situe en face de la cuvette ou sur le côté. Chaque écran contient 6 spots de 10 secondes qui tournent en boucle sachant que le temps moyen passé « là où les rois vont seuls » est de 45 secondes, (1,04 minute pour les femmes, 36 secondes pour les hommes). Avec cette technologie, l’entreprise peut vendre à l’annonceur une audience réelle. Ainsi, celui-ci ne paie que le nombre de messages totalement vus, soit 3 centimes d’euro l’unité. L’entreprise verse ensuite un tiers de ces revenus au propriétaire du lieu. « Notre ambition est d’installer un modèle d’enchères comme sur Internet, explique Efraim Clam. C’est déjà le cas. Avant le salon des dentistes par exemple, certains annonceurs se réveillent à la dernière minute pour investir les écrans des toilettes du Palais des Congrès. » Le taux de mémorisation d’un contenu ou d’une marque est de 84% aux toilettes contre 30% à la télévision. LITTLE CORNER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :