Le Parisien Economie n°1218S 18 déc 2017
Le Parisien Economie n°1218S 18 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1218S de 18 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hélène Darroze, une chef étoilée face aux entrepreneurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 18 DÉCEMBRE 2017 ÉCO 4 FACE AUX ENTREPRENEURS @LeParisien_Eco INICOLAS NAIGEON Comment êtes-vous passée de la cuisine à l’entrepreneuriat ? J’ai été chef de cuisine en même temps que chef d’entreprise. Ma formation en école de commerce m’a notamment servie pour obtenir des financements. Les banquiers me disaient qu’ils n’avaient pas vu un dossier aussi solide ! Et pour le restaurant à Londres ? Le passage a été difficile car je n’avais pas préparé le terrain. Quand on est venu me chercher, j’ai refusé. Au final, j’ai eu le confort de la structure d’un grand hôtel. J’avais un directeur financier, un directeur marketing, un directeur des ressources humaines… Mais avoir un pied à Paris et un autre à Londres, c’était très dur. Aujourd’hui, ça reste un challenge. Surtout l’été quand on ouvre un restaurant éphémère à Saint- Sébastien (Espagne). IJULIE KNIBBE Comment organisez-vous votre temps ? Mon métier, c’est la création. J’ai du mal à la déléguer mais je suis obligée de le faire parce que je cours à droite à gauche. Malheureusement je consacre trop de temps à la gestion. L’écriture «J’ESSAIE D’ÊTRE PROCHE DE MES COLLABORATEURS. NOUS PRENONS DES DÉCISIONS COLLÉGIALES» r 1/4 Julie Knibbe 32 ANS, COFONDATRICE DE L’APPLICATION MARKS À PARIS (Xe) IṖ...ek. 1' ;, d -, '4, J’ai découvert quelqu’un de très humain. Elle est très créative et spontanée. Elle se sert de ces qualités pour avancer et, surtout, elle n’a jamais rien lâché. C’est ce qui a fait la différence dans son parcours. Concernant les réseaux sociaux, on sent que c’est une artiste qui se sent jugée en permanence. Son problème, c’est que ça devient anxiogène. Il faudrait qu’elle entretienne davantage sa communauté sur Instagram. Elle la connaîtra plus et son expérience sur Internet se passera mieux. « Travailler en famille ou avec les amis, je ne sais pas gérer » aussi me prend du temps mais c’est un plaisir. Je vais essayer de m’y remettre. Si je pouvais trouver un directeur général, ça me déchargerait de pas mal de choses, y compris d’aller voir le banquier. Je pourrais mieux m’organiser. Mais ce n’est pas évident de l’intégrer à une équipe qui a déjà une culture, des affinités… IALEXANDRA COMAR Parlons de votre équipe justement. De qui vous entourez-vous ? Mon noyau dur, ce sont des gens que je connais, arrivés dès le début et dont le poste a évolué. Il y Nicolas Naigeon 29 ANS, FONDATEUR DE LA START-UP AVEINE À PARIS (IXe) Sur les thématiques abordées, je retiens surtout la transmission aux collaborateurs, la transmission de la passion, des valeurs. Je trouve qu’elle vit ce qu’elle dit. Son parcours est assez atypique. Elle s’est à chaque fois mise en situation d’inconfort mais cela a plutôt l’air de bien marcher. Sur l’entrepreneuriat féminin, je m’attendais à ce qu’elle souffre davantage dans ce milieu si masculin, ce qui n’est pas le cas et me rassure sur la condition humaine. Partagée entre la création, la gestion et l’écriture, Hélène Darroze aimerait trouver le directeur général qui la déchargerait de certaines tâches. LE DEBRIEF en a aussi qui partent pour monter un projet, puis reviennent. J’essaie d’être proche de mes collaborateurs. Je veux qu’ils participent aux projets. Nous prenons des décisions collégiales. Alexandra Comar 42 ANS, FONDATRICE DES FOODELLES À ISSY (HAUTS-DE-SEINE) J’ai adoré la simplicité de l’échange. Certains de ses propos ont un écho particulier chez moi, notamment quand elle conseille de ne pas rater le coche et de suivre sa passion. Son souci d’emmener et d’impliquer ses collaborateurs dans la vie de l’entreprise me parle aussi. Pour ma part, j’ai plein de projets, donc c’est important pour moi de compter sur mes bonnes équipes actuelles, en n’oubliant jamais de créer. J’ai beaucoup aimé son expression  : « On est des marchands de bonheur ». IHUGO BOUTRAIS Je travaille avec mon père, vous avez travaillé avec le vôtre. Auriez-vous des conseils pour que ça se passe bien en famille ? La collaboration avec mon père a duré un an. Cela n’a pas toujours été facile. Il avait sa vision, j’avais la mienne. Quand il m’a donné la responsabilité de diriger l’entreprise, mon frère a été très dur en lui disant  : papa, la prochaine fois que tu viens, ce sera en tant que client. Travailler avec la famille ou les amis, je ne sais pas gérer. Je ne sais pas les contredire, j’ai peur de les blesser. Il faudrait que je mette l’affectif de côté (rires). IJULIE KNIBBE Seriez-vous prête à passer d’entrepreneuse à investisseuse ? Je n’y ai jamais pensé parce que je n’ai jamais été sollicitée. Je me lance dans plein de projets personnels, donc j’ai besoin de tous mes deniers. Hugo Boutrais 26 ANS, OSTRÉICULTEUR À SAINT-COULOMB (ILLE-ET-VILAINE) Je l’ai trouvée bienveillante et assez altruiste. Elle avait vraiment la parole facile. En plus, on a beaucoup de points communs. On a fait les mêmes études et on a commencé très tôt dans les affaires, dans l’entreprise familiale. Moi c’était à 24 ans, elle à 27 ans. Je me suis reconnu dans ce qu’elle disait. J’aime beaucoup sa façon de voir l’entreprise. Elle n’imagine pas sa réussite sans ses collaborateurs. Pour moi comme pour elle, c’est le collectif qui prime. me agenda Mana Mana nanan nanan De jeudi à vendredi Une nuit et un jour pour entreprendre La Fondation CréActifs Initiatives organise une nouvelle édition de ses « 24 heures pour entreprendre ». Du jeudi 21 décembre 18 heures jusqu’au lendemain même heure, des dizaines de jeunes de tous horizons, diplômés ou non, encadrés par des intervenants chevronnés, vont plancher sur différents projets de création d’entreprise. Après ce travail intensif par petits groupes, ils devront soutenir leur business plan devant un jury de professionnels de l’entrepreneuriat. Les gagnants recevront 1000 € , un accompagnement personnalisé à la création d’entreprise et 20 jours de formation. Renseignements sur www.fondation-creactifs.org Jusqu’au 19.01 Face-à-face entre patrons de PME et de grands groupes L’Afep, l’association regroupant les 120 plus grandes entreprises privées en France, organise des speed-dating entre 400 dirigeants de PME ou d’ETI et une quarantaine de grands patrons comme Denis Duverne (Axa), Alexandre Bompard (Carrefour) et Sophie Boissard (Korian). Un partage d’expériences qui aura lieu le 10 février au Conseil économique social et environnemental (CESE). Inscriptions jusqu’au 19 janvier sur www.letop.io. Le livre Est-il trop tôt pour tout plaquer ? « Devenez ce que vous êtes », « concrétisez votre projet professionnel idéal », « dépassez vos freins pour adopter le bon état d’esprit » … Dans son livre, Marion de La Forest Divonne, passée à 28 ans du marketing au coaching, s’adresse aux jeunes diplômés qui se verraient bien changer de métier. Outre les tests ludiques, l’ouvrage illustré regorge de conseils et de témoignages de reconvertis. Objectif  : rassurer ces membres de la génération Y en quête de sens dans leur carrière professionnelle qu’ils viennent à peine de commencer. « Réinventer sa vie professionnelle… Quand on vient de la commencer », Editions Eyrolles, 240 p., 19,90  € .
LUNDI 18 DÉCEMBRE 2017 LE PARISIEN 5 www.leparisien.fr/ecoDÉCRYPTAGE ÉCO LE CHIFFRE +1,5% L’emploi intérimaire se modère au 3 e trimestre 2017 (+1,5% soit +10 900 intérimaires, après +4,2% au trimestre précédent), selon la Dares. Le ralentissement est plus marqué dans le tertiaire que dans l’industrie. Sur un an, tous secteurs confondus, l’intérim est en nette hausse (+ 15,9% entre les fins de 3 e trimestre 2016 et 2017). twipe_ftp Tableau de bord Hôtellerie-restauration  : où sont les femmes ? EXCLUSIF Selon une étude de Pôle emploi, les femmes représentent 47% du million de salariés du secteur. Mais de fortes disparités subsistent. Employés del’hôtellerie …maisminoritairesdansd’autres Unsecteurtrès dynamique En12ans, lenombred’emplois dansl’hôtellerie etlarestauration aprogresséde 25% ; 71 71 71 82% defemmes 63% 60% Maîtrisedel’hôtellerie, managementdu personneld’étage Chefscuisiniers Cuisiniers 0,8 1 Million 2005 2017 Consommation desménages (10/2017) Inflation (11/2017) Energie Alimentation Produitsmanufacturés Services Indicedesloyers (T3) Envariationannuelle Salaires (depuisle 01/01/17) Minimumhoraire brut net 9,76 € 35h 1480 € 1149 € Lamoitiédesemplois concentréedans troisrégions Répartitionrégionaledunombre desalariésdansl’hébergement etlarestauration,en% (chifres2016) — — — — -de5 5-10 10-15 15et+ LES CHIFFRES DE LA CONSOMMATION (parrapportaumoisprécédent) -1,9% +0,1% +1,6% +0,1% -0,1% -0,1% 126,46 +0,90% 7,58 € Ennovembre2017,l'indice desprixàlaconsommation augmentede0,1%,comme enoctobre.Cettehausse s'expliquenotammentpar uneaccélérationdesprix del'énergie(+1,6%) etunemajorationdeceux dutabac(+2%).Lestarifs LE MARCHÉ DU TRAVAIL etdelarestauration Nor ide- desservicesetceux desproduitsmanufacturés sereplientlégèrement. Lesprixdel'alimentation ralentissentnettement dufaitdureculdeceux desproduitsfraisqui avaientfortementrebondi enoctobre. Serveursdecafés etderestaurants 83% d’hommes 72% 68% Sources:DARES,INSEE Source:BaromètreEmpruntis.com,tauxmoyenshorsassurance. Cadresdel’hôtellerie etdelare 30,1% Île-de-France 12,6% Auvergne- Rhône-Alpes 9,6% Provence- Alpes-Côte d’Azur IL Iii SOURCE:PÔLEEMPLOI- INFOGRAPHIE : LivretsA/Bleu(net) PEL(brut) Euro/Dollar 0,75% 1% 1,1771$ CAC40-0,92% 5399,09 5386,83 ÉPARGNER 5427,19 5399,45 5357,14 (coursle15/12) 5349,30 08/12 11/12 12/12 13/12 14/12 15/12 EMPRUNTER Chômage (10/2017, enmétropole) Tauxfixepourempruntimmobilier Tauxminimum Demandeursd’emploi (cat.A,B,C) 5616000 Durée 15ans 20ans descréditsà laconsommation Variationsurlemoisprécédent 0,0% Tauxmoyen 1,50% 1,70% surunan% delapopulationactive (T3) 9,7% Tauxminimum 1,10% 1,30% 0,80% dico de l’éco LIVRET A EN PARTENARIAT AVEC lafinancepourtous Mue ve ON INNC4RI Ou KM. ¨LA DÉFINITION Créé en 1818, le livret A est le compte d’épargne réglementée le plus populaire en France puisqu’il existe près de 56 millions de livrets ouverts. Son encours s’élève actuellement à quelque 245 Mds € . Distribué par toutes les banques, le livret A, tout comme les autres livrets réglementés, offre quatre avantages majeurs  : aucun frais de souscription ou de gestion, disponibilité des capitaux sans aucun délai, garantie par l’Etat du capital et du taux de rendement et défiscalisation complète des intérêts. Son taux actuel est de 0,75%, son plus bas niveau historique atteint le 1er août 2015. Ce qui explique que de nombreux particuliers préfèrent placer leur épargne sur d’autres supports. Le plafond de versement est de 22 950  € depuis 1er janvier 2013. Mais, selon l’Observatoire de l’épargne réglementée (Banque de France), l’encours moyen par livret est de 4 375  € . Seuls 9% des livrets ont un solde proche du plafond et 41% affichent un montant inférieur à 150  € . Afin de protéger l’épargne collectée et pour utiliser les fonds ainsi reçus à des missions d’intérêt général, c’est l’Etat, à travers la Caisse des Dépôts, qui gère une grande partie des fonds collectés. Ces derniers permettent notamment de financer le logement social. ULA PHRASE « Le gouvernement fait le pari de changer les comportements d’épargne des Français. Le risque c’est que les Français laissent dormir leur argent sur les comptes courants. » PHILIPPE CREVEL, directeur du Cercle de l’épargne. » L’ACTU Le gouvernement a décidé de bloquer le taux de rendement du livret A à 0,75% jusqu’en 2020, dans l’attente d’une nouvelle formule de fixation du taux de rendement. LEN SAVOIR PLUS Le site de La finance pour tous  : www.lafinancepourtous.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :