Le Parisien Economie n°1211S 11 déc 2017
Le Parisien Economie n°1211S 11 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1211S de 11 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : bienvenue sur la planète Slashers.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16  |  Aller à la page   OK
16
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 11 DÉCEMBRE 2017 ÉCO 16 REBONDIR @LeParisien_Eco « Tous ces gens que je rencontre, ils ont une histoire » RECONVERSION A l’écoute pendant douze ans des malades et des personnes âgées, l’ex-aumônière a choisi un autre métier relationnel  : conseillère en immobilier. Elle a déjà vendu trois biens, dont un à Paris. PAR CYRIL PETER Aide-soignante, c o m me r ci a l e dans l’orfèvrerie, aumônière et enfin conseillère en immobilier… Pascale de Journa, qui a au passage élevé 5 enfants, mène une carrière professionnelle dont le fil conducteur est l’humain. Après avoir vendu pendant huit ans des fourchettes en argent, la Tourangelle de 56 ans s’est orientée vers l’aumônerie. « Ma foi m’a poussée à aller vers les autres », confie-t-elle. Chargée par l’évêque de Coutances (Manche) d’animer une équipe de bénévoles à l’hôpital de Granville — son employeur qui lui versait « un peu plus que le smic » —, cette catholique était à l’écoute des malades et des personnes âgées ayant besoin de réconfort ou de prier. « Les gens se confient alors qu’on ne les connaît pas forcément », raconte-t-elle. Cette mission « très prenante » s’est terminée l’an passé, au bout de douze ans. « Dans «ON A UN GRAND IMPACT SUR LE QUOTIDIEN DES CLIENTS. ON N’ACHÈTE PAS UN LIEU DE VIE COMME UNE VOITURE » Y (Génération Y) Désigne les gens nés après 1981 et avant 2000, qui ont grandi avec Internet et l’ordinateur. Les membres de la génération Y sont réputés peu dociles et indépendants, ils sont perçus avec incompréhension et inquiétude par leurs aînés. Le concept de « génération Y » a permis à de nombreux sociologues et consultants de vendre de coûteuses études aux managers nés avant 1981. EXTRAIT DU « PETIT DICTIONNAIRE ILLUSTRÉ DE L’ENTREPRISE ». ÉDITIONS DIATEINO. 160 PAGES. 14,90  € . TEXTES ET DESSINS DE FIX  : WWW. FIX-DESSINATEUR. COM l’Eglise, il faut renouveler les têtes pour apporter quelque chose de nouveau », commente-telle. La Normande d’adoption opte alors pour un autre métier relationnel  : conseillère en immobilier. « Je ne me voyais pas enfermée dans un bureau. Et puis dans cette branche, on a un Petit Dictionnaire illustré de l'Entreprise"ese.1211:1 'r grand impact sur le quotidien des clients. On n’achète pas un lieu de vie comme une voiture », justifie-t-elle, avant d’évoquer sa passion pour la pierre  : « Quand j’étais aumônière, j’avais fait retaper une maison que j’avais vendue en 5 minutes. » LE MOT DE LA FIN Pascale de Journa, 56 ans, ne se voyait pas « enfermée dans un bureau ». Gier.. Sirrol SE SuIS 611%1ÉRATIoi4 tkx.)S vouS ÊTES Quoi ? G6NéliAlloA1 A Pascale, dont l’ex-mari agent immobilier l’avait parfois sollicitée pour « quelques mandats », sillonne depuis un an le secteur de Granville pour Propriétés-privées.com, dont les mandataires perçoivent 70% du montant de la commission. Formée pendant plusieurs LP/CHARLY TRIBALLEAU jours à Paris, l’ex-aumônière continue d’apprendre le métier à distance via des cours mis en ligne par son nouvel employeur. « L’avantage du réseau, c’est qu’on n’est pas lâché dans la nature, assure-t-elle. Il y a des animateurs de région qui nous accompagnent les premiers mois sur le terrain, pour la signature d’un mandat par exemple. » PORTAGE SALARIAL Travaillant de chez elle, pour rédiger des descriptifs et rechercher de belles affaires sur Internet, Pascale a recours au portage salarial. « On me crée une fiche de paye quand je vends quelque chose », résume-t-elle. Et pendant les périodes creuses ? « Pour l’instant, j’ai droit au chômage », répondelle. Aidée par son fils passionné de photo pour mettre en valeur les biens à vendre, elle a conclu trois transactions, dont deux « hors secteur », en région parisienne où elle peut se loger chez ses enfants. « Je touche 7 000  € à 8 000  € nets pour un appartement à Paris. Dans la Manche, je gagne 3 000  € par bien car les maisons sont moins chères. Il est donc intéressant de développer mon activité dans la capitale », note-t-elle. N’est-ce pas le grand écart au vu de son passé d’aumônière ? « Tous ces gens que je rencontre, ils ont une histoire », rétorque-t-elle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :