Le Parisien Economie n°1204S 4 déc 2017
Le Parisien Economie n°1204S 4 déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1204S de 4 déc 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : chez les géants de la logistique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 4 DÉCEMBRE 2017 ÉCO 4 L'INVITÉ DE LA SEMAINE tr @LeParisien_Eco « ANTOINE JOUTEAU, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU BON COIN 1 LP/JEAN NICHOLAS GUILLO « Nos utilisateurs construisent la marque » E-COMMERCE Avec 28 millions de visiteurs uniques par mois et 100 millions de transactions par an, Leboncoin s’est hissé dans le top 5 des sites les plus consultés de France. Son DG révèle ses pistes pour l’avenir. PAR VIRGINIE DE KERAUTEM Arnaques, fraudes, contrefaçon… Les utilisateurs du Bon Coin en sont parfois victimes. À cela, son directeur général Antoine Jouteau répond avoir un statut d’hébergeur. Selon lui, « les responsables sont le vendeur et l’acheteur ». Mais il tempère très vite  : « Notre priorité est d’avoir les meilleurs contenus ». Avant leur publication, les 800 000 annonces quotidiennes partent dans un filtre de contrôle — fruit d’une dizaine d’années d’expérience — qui vérifie le prix, le titre, les mots interdits… « Cela reste des algorithmes, poursuit le dirigeant. Un contrôle humain prend le relais quand il y a un doute ». Les utilisateurs aident à nettoyer le site des annonces déjà pourvues et à Sur quelle idée s’est lancé Leboncoin en 2006 ? Deux groupes en sont à l’origine, le français Spir Communication et le norvégien Schibsted. Ce dernier, aujourd’hui actionnaire à 100%, est le porteur du concept  : la bonne affaire est au coin de la rue et non pas, comme beaucoup de sites d’e-commerce, n’importe où, livrable partout. À sa sortie, la plate-forme se décline autour de 4 univers  : les biens de consommation, l’immobilier, l’automobile et l’emploi. À cette époque, la concurrence est déjà forte. E-Bay, Se loger… C’est donc difficile de pénétrer ce marché, à moins de changer les règles du jeu. C’est ce qu’a fait Olivier Aizac, le fondateur du Bon Coin, en proposant la gratuité là où généralement le modèle de transactions entre particuliers est payant, à travers des commissions ou des frais d’insertion. Pas simple de séduire les investisseurs avec un concept gratuit mais ils acceptent. Moins d’un an après son lancement, en 2007, le site franchit son premier million de visiteurs uniques mensuels. Le bouche-à-oreille a fonctionné. Fin 2007, Leboncoin devient le deuxième mot-clé le plus tapé sur Google, le premier étant Facebook. C’est toujours le cas dix ans plus tard. Et 2009 marque une deuxième étape car on a développé le business model et construit vraiment l’entreprise. Quel est-il ce modèle économique ? On a développé des options payantes pour augmenter la visibilité des annonces, la publicité et la monétisation pour les professionnels. On ne communique pas sur les chiffres mais la publicité pèse assez lourd. On s’est mis à construire l’expérience utilisateur. Les résultats sont rapides ? En 2010, on dépasse e-Bay sur les biens de consommation. En 2011, on devient le premier site automobile français et en 2012, le premier site immobilier. On rentre en 2014 dans le top 5 des sites les plus consultés en France, avec aujourd’hui environ 28 millions de visiteurs uniques par mois. On estime à 100 millions le nombre de transactions par an sur Leboncoin, soit environ 21 Mds € . Que signifie cet engouement pour les produits d’occasion ? La première raison d’usage du site, c’est de gagner un petit peu d’argent avec des objets dont on n’a plus l’utilité. Une autre tendance de fond est de consommer de façon plus circulaire et raisonnée. « Je ne veux plus de cette machine à laver mais elle Face aux arnaques, des contrôles et du bon sens signaler des fraudes. Si l’annonce s’avère abusive, le site la supprime en 24 heures. « On investit beaucoup sur ces moyens de contrôle, insiste Antoine Jouteau. On a des équipes dédiées avec une centaine de modérateurs. » Et cet avertissement  : « Il faut aussi faire preuve de bon sens », ajoute-t-il. Idem pour les contrefaçons. « On coopère beaucoup avec les r 214 M € C’est le chiffre d’affaires du Bon Coin en 2016 » marques de luxe, précise-t-il. Elles nous aident à détecter les articles contrefaits. Pour nous, c’est compliqué, on a une à trois photos et ce sont les algorithmes qui doivent décider si le sac est bien Chanel. C’est pour cela que l’on incite les acheteurs à rencontrer le vendeur. Cela permettra d’avoir le sac entre les mains, de voir les coutures, etc. » BIO EXPRESS 1975 Naissance à Cholet (Maine-et- Loire) 1999 Diplômé de l’Université Paris Dauphine, section marketing 1999 Manager marketing chez TDF 2001 Responsable marketing chez Pages Jaunes 2009 Arrive chez Leboncoin comme directeur du développement, puis directeur général adjoint en 2013 et en devient directeur général en 2015 fonctionne encore. Quelqu’un en aura peut-être besoin. » Un autre usage intéressant est la rencontre et l’échange autour d’un objet, surtout pour les passionnés. Vous dirigez Leboncoin depuis 2015. Quelle est votre mission ? J’étais déjà dans l’entreprise depuis 2009. Ma mission est de continuer à grandir. L’entreprise est rentable avec un chiffre d’affaires de 214 M € en 2016. Les possibilités sont grandes car nous avons une masse d’audience. Ce sont nos utilisateurs qui réclament ce dont ils ont besoin, construisent et portent la marque. On n’invente rien. Vous avez réalisé trois acquisitions en un an, c’est votre stratégie de croissance ? Sur chacun de nos 62 univers, soit on est fort et c’est un axe de développement, soit on passe par une acquisition pour gagner du temps. Pour l’emploi, on a racheté Kudoz en septembre, une application d’annonces pour les jeunes diplômés (NDLR  : 10 personnes). Leboncoin était surtout positionné sur les employés, on a voulu accentuer notre présence à l’égard des cadres. Fin octobre, on a racheté A vendre A louer, site historique de l’immobilier en France. Il va nous aider à donner plus de services et d’offres à nos clients. Quant à MB Diffusion, entreprise de matériel agricole et équipements de travaux publics, c’est un marché de niche (NDLR  : les montants d’acquisition ne sont pas communiqués). Qui visez-vous maintenant ? Il n’y a pas d’autres cibles dans le collimateur mais cela peut changer du jour au lendemain. On regarde des dossiers tous les mois. Si on voit qu’une entreprise peut nous aider à gagner des parts de marché immédiatement ou apporter une technologie innovante, on se positionnera. Quels sont vos principaux postes d’investissement ? Le premier, c’est les ressources humaines, suivi par le contrôle des fraudes (lire encadré). Ensuite, il y a les investissements technologiques  : serveurs, infrastructures, sécurité. Le site est le plus gros hébergeur de France. Le 5 novembre au soir, on a battu nos records d’audience avec 14,5 millions de visites dans la journée. Il faut donc pouvoir anticiper le gain de 10% d’audience, poussée notamment par le mobile et les tablettes  : 70% de notre usage est sur ces appareils, on mise sur 80% d’ici un an. Envisagez-vous le paiement en ligne ? Les axes de développement des trois prochaines années visent la transaction avec notamment l’installation d’une solution de paiement entre particuliers au premier semestre 2018. En 2019, on travaillera sur la livraison… On est soucieux de développer des outils adaptés aux usages.
LUNDI 4 DÉCEMBRE 2017 LE PARISIEN 5 www.leparisien.fr/ecoMÉDIAS ET COMMUNICATION ÉCO L’Armée de l’air crée sa BD pour recruter DÉFENSE En quête de formats publicitaires innovants, elle a lancé sa propre publication. Un succès. PAR VIRGINIE DE KERAUTEM 2020, l’Armée de l’air doit recruter plus de 3 000 personnes par an, des D’ici jeunes essentiellement, de 17 à 25 ans, voire 30. « Ce besoin est 2,5 fois plus important qu’en 2014, avant les attentats », souligne Hervé Chêne, colonel et chef du bureau des recrutements de l’Armée de l’air. Impossible, compte tenu de ces exigences, de se passer de communication et de moyens. « En légère hausse par rapport à de précédentes campagnes, le budget médias s’élève à 4,5 M € , correspondant à l’achat d’espaces sur trois ans et répartis en trois temps de prise de parole ». C’est l’agence Havas qui, à la suite d’un appel d’offres, a le plus convaincu l’Armée de l’air en respectant notamment les principaux critères recherchés. « Notre intention initiale, raconte le militaire, était de se démarquer de l’Armée de terre et la Marine, grands recruteurs également, d’avoir une campagne innovante sans être trop décalée par rapport à l’institution qu’on représente et suffisamment variée pour durer trois ans ». « On a croisé Thierry, officier mécanicien », poursuit Eric Huc, ARMÉE DE L’AIR twipe_ftp OPÉRATIONS AÉRIENNES PILOTE DE CHASSE Exécuter tes misskIns aériennes de comhat, dissuasion, interception et reconnaissance, en escadron de chasse. OFFICIER FIACCALARREAT CONTRAT INITIAL  : IO ANS imer. VOIR LAIF I CHEM ET IER - LeParisien.fr ÉCO...a. « LE PARISIEN LIBÉRÉ », 10 BOULEVARD DE GRENELLE, CS 10817, 75738 PARIS CEDEX 15 TÉL.  : 01.87.39.70.00. SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE FRANCIS MOREL, PRÉSIDENT SOPHIE GOURMELEN, DIRECTRICE GÉNÉRALE ET DIRECTRICE DE LA PUBLICATION PRINCIPAL ASSOCIÉ  : UFIPAR (LVMH) STÉPHANE ALBOUY, DIRECTEUR DES RÉDACTIONS DU « PARISIEN » ET D’« AUJOURD’HUI EN FRANCE » COMMISSION PARITAIRE N°0120 C 85979 directeur de la création chez Havas. L’histoire de cet homme, chargé de récupérer en Afghanistan un avion, un Mirage 2000D, tombé en pleine zone ennemie, inspire l’agence. Partie sur l’idée de raconter des histoires vraies de membres de l’Armée de l’air, façon documentaire, celle-ci décide de compléter ses portraits en mettant en scène l’histoire de Thierry dans une bande dessinée digitale, adaptée à la lecture sur ordinateur et mobile. LOCALISEZ VOTRE EIRFA-AIR Des militaires ont été filmés dans une vingtaine de bases aériennes pour raconter leur métier. Les vidéos sont diffusées sur Internet. RÉDACTION EN CHEF DES SUPPLÉMENTS  : JEAN-LOUIS PICOT RÉDACTION  : VIRGINIE DE KERAUTEM ET CYRIL PETER EN COLLABORATION AVEC ACCROCHE-COM’EDITING  : OLIVIER BOSSUT FABRICATION  : AMANDINE CHARBONNEL PUBLICITE RH & EMPLOI DIRECTEUR DE LA PUBLICITÉ  : MURIEL PETIT, 01.87.39.82.82, MPETIT@TEAMEDIA.FR ABONNEMENT LE PARISIEN  : 0.811.875.656 (COÛT D’UN APPEL LOCAL) DES TOURNAGES AVEC DE VRAIS MILITAIRES, PAS DES ACTEURS « Comme des éditeurs, on a fait appel à deux auteurs primés cette année au Festival de la BD d’Angoulême, Vincent Milhaguet et Camille Prieur. En deux mois, ils ont rendu leur copie, dans la veine des BD d’aventures, mise en ligne sur une plate-forme créée p our c et t e c a m p a g ne a u long cours (www.deveniraviateur.fr). « On veut s’adapter aux codes des jeunes », insiste le colonel Chêne, qui ne rejette pas l’idée d’un clip musical début 2018. Résultat, la campagne, présente ponctuellement depuis juin à la télévision et sur des affiches, s’est massivement immiscée sur les réseaux sociaux  : Snapchat, Instagram, Facebook, YouTube. À la BD s’ajoutent 6 portraits dont celui de Yacine, agent d’opérations, Justine, pompier de l’air ou Nicolas, mécanicien navigant, qui racontent un moment particulier de leur métier. « Celui-ci s’effectue dans un environnement extraordinaire », insiste Hervé Chêne. Pour le refléter au mieux, Eric Huc et son équipe ont sélectionné les aviateurs et les ont filmés sur leur zone de travail. Les tournages, réalisés ainsi avec de vrais militaires et non des acteurs, se sont déroulés sur la vingtaine de bases aériennes françaises dont Mont-de-Marsan (Landes), Istres (Bouches-du-Rhône), et en Guyane. RATP RCS PARIS B NOS S'ENTAME MA.7OURNÉE QUAND MON cwep PE eTACeMEte VIENT ME VOIR POUR ME corrpice. L E mi95roo 0É1.1cm-5. fe L’agence Havas est partie de l’histoire vraie d’un officier mécanicien pour en tirer cette bande dessinée exclusivement destinée à la lecture sur ordinateurs et mobiles. S’ATTACHENT ÀVOUS RENDRE LIBRE COMME L’AIR. Tiphaine’chef de pRojet infoRmatique’cRée des logiciels pouR oRganiseR la RechaRge des bus électRiques dedemain. RATP.FR/Rejoigneznous ARMÉE DE L’AIR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :