Le Parisien Economie n°1127S 27 nov 2017
Le Parisien Economie n°1127S 27 nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1127S de 27 nov 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : les PME mettent le cap sur l'export.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 27 NOVEMBRE 2017 ÉCO 6 DÉCRYPTAGE @LeParisien_Eco.. LE CHIFFRE + 2,6% En octobre dernier, le nombre total de créations d’entreprises est en hausse de 2,6%, selon l’Insee, après une quasi-stabilité en septembre. Les créations d’entreprises classiques accélèrent (+4,2% après +0,6%) et les immatriculations de micro-entrepreneurs rebondissent légèrement (+0,3% après −0,3%). Tableau de bordrtlià "luiRge Produitsmanufacturés 71 Médicaments  : le secteur tousse un peu L’industrie pharmaceutique française reste un géant performant mais certains signaux traduisent des difficultés. Uneindustrieencroissance... 54,5 MILLIARDS D'EUROS dechifre d’afaires réaliséen2016 parlesecteurfrançais dumédicament,soit:...maislemarchéfrançais n'estplustiréqueparl’hôpital. Depuis2012 Marché desoicines 20,7MILLIARDS d’euros -4% Nosmédicamentss’exportentbien..maislapartdemarché delaFrancerecule. 47,3% EXPORT duchifresd’afaires estréaliséàl'export. Dansl’industriefrançaise,c’estle2 ème secteur leplusexportateur,derrièrel’aéronautique, àégalitéavecl’automobile. Lesecteurreprésenteprès de100.000emploisdirects..maisaperdu10.000postesen8ans. Consommation desménages (07/2017) Inflation (10/2017) Energie Alimentation Services Indicedesloyers (T3) Envariationannuelle Salaires (depuisle 01/01/17) +9%en5ans D'EUROS d’excédent 7,6MILLIARDS commercial LES CHIFFRES DE LA CONSOMMATION (parrapportaumoisprécédent) Enoctobre,l'indicedesprixàla 71 +0,7% consommationseredresse z +0,1% légèrementde0,1%,aprèsun 71 +1,0% replimodéréde0,2%en septembre.Cerebondrésulte A +0,4% del’augmentationdestarifsde +0,2% l'alimentationetd'unmoindre -0,2% reculdeceuxdesservices.En 126,46 revanche,lesmontantsdes +0,90% produitsmanufacturés Minimumhoraire brut net 9,76 € 35h 1480 € 1149 € st P o0 o +30% Marché deshôpitaux * 8MILLIARDS d’euros 512 € paranetparpersonne:laconsommation moyennedemédicamentsen2015 Top3desmédicaments lesplusvendusdanslemonde 1er 2 e 3 e 108668 98690 2007 LE MARCHÉ DU TRAVAIL 7,58 € -2,2pointsen10ans soit3,4%en2016contre5,6%en2006. HUMIRA (antirhumatismesparAbbvie) HARVONI (anti-hépatiteC,parGileadSciences) LANTUS (antidiabétique,parSanofi) 2015 ralentissentfortementaprès unehaussemarquéeen septembre(+0,2%enoctobre après+1,5%enseptembre). Lesprixdel'énergie augmententàpeinemoins quelemoisprécédent(+1% enoctobreaprès+1,1%en septembre). Sources:DARES,INSEE Source:BaromètreEmpruntis.com,tauxmoyenshorsassurance. * PUBLICSETPRIVÉS u o o LivretsA/Bleu(net) SOURCES:LEEM,COMPTESNATIONAUXDESANTÉ-INFOGRAPHIE : PEL(brut) Euro/Dollar 0,75% 1% 1,1935$ CAC40+1,34% 5319,17 ÉPARGNER 5340,45 5366,15 5352,76 5379,54 (coursle24/11) 5390,46 17/11 20/11 21/11 22/11 23/11 24/11 EMPRUNTER Chômage (10/2017, enmétropole) Tauxfixepourempruntimmobilier Tauxminimum Demandeursd’emploi (cat.A,B,C) 5616000 Durée 15ans 20ans descréditsà laconsommation Variationsurlemoisprécédent 0,0% Tauxmoyen 1,50% 1,70% surunan% delapopulationactive (T3) 9,7% Tauxminimum 1,05% 1,30% 0,80% dico de l’éco KRACH EN PARTENARIAT AVEC lafinancepourtous PO ON rienwuate PU P.. ¨LA DÉFINITION Un krach est une chute brutale et de grande ampleur des cours d’une ou de plusieurs catégories d’actifs. Le mot, qui vient de l’allemand, a été utilisé pour la première fois dans ce sens en mai 1873 lors de l’effondrement des cours à la bourse de Vienne (Autriche). Il n’y a pas de krach sans constitution préalable d’une bulle financière dont il réalise en quelque sorte l’éclatement. Toutes les phases de croissance économique ne sont pas forcément spéculatives, mais elles constituent souvent le terreau dont se nourrissent les bulles. Jusqu’au moment où la majorité des spéculateurs prend conscience qu’un sommet a été atteint. Une course pour vendre ses actifs va alors commencer. Les prix s’orientent à la baisse. La liquidation se fait parfois en bon ordre, mais souvent dégénère en panique quand on s’aperçoit qu’il n’y a pas suffisamment d’argent pour permettre à tous de réaliser les plusvalues attendues. L’histoire économique est jalonnée de krachs, l’exemple le plus célèbre restant celui d’octobre 1929, qui a vu la bourse de New York chuter de 23,05% en 2 jours. Il y a trente ans, le lundi 19 octobre 1987, surnommé le « Black Monday », le Dow Jones (l’indice phare de la bourse de New York) chutait de 22,6%. La surchauffe actuelle des marchés est décrite par certains analystes comme annonciatrice d’un nouveau krach du même type. ULA PHRASE « La Bourse américaine ressemble beaucoup à ce qu’elle était lors des pics qui ont précédé les 13 précédentes baisses boursières. » ROBERT J. SHILLER, prix Nobel d’Économie 2013 » L’ACTU L’indice américain Dow Jones a progressé de près de 25% sur un an. LEN SAVOIR PLUS « Faut-il avoir peur des bulles financières ? » de Robert J. Shiller, Éditions De Boeck, 384 p., 24,50  € .
LUNDI 27 NOVEMBRE 2017 LE PARISIEN www.leparisien.fr/ecoL'INVITÉ DE LA SEMAINE ALAIN DININ, PDG DE NEXITY « twipe_ftp LP/FRÉDÉRIC DUGIT LOGEMENT Alors que 2017 et 2018 s’annoncent bonnes pour le secteur de la construction et le groupe Nexity, 2019 pourrait être plus tendue. Alain Dinin, son PDG, s’en explique. PAR VIRGINIE DE KERAUTEM Présentez-nous votre groupe… Nexity n’est pas une société immobilière, car nous ne sommes pas propriétaires d’immeubles. Nous sommes essentiellement une plate-forme de services dans l’immobilier, constituée de 160 métiers différents. À qui vous adressez-vous ? Quand on veut construire des logements, des bureaux, des commerces, des résidences pour personnes âgées, pour étudiants, la collectivité est un partenaire important. Nos clients sont les entreprises et les particuliers. Pour ces derniers, qui représentent environ 85% de notre activité, nous intervenons en tant que promoteurs d’appartements, de maisons. Nous sommes aussi administrateurs de biens  : syndics de copropriété, agents immobiliers à la vente et la location, gérants pour le compte de propriétaires. En tant que syndic, nous gérons 22 000 immeubles et presque 1 million de personnes. » Une application pour améliorer les relations avec son syndic Les reproches sur le manque de transparence des tarifs par les syndics de copropriété sont « un procès injuste » pour Alain Dinin, le PDG de Nexity. Car autant les appels de fonds concernant les travaux que les syndics font faire que le montant de leurs honoraires sont encadrés par le législateur. « On touche en moyenne 196  € par an par « Nexity veut être moins dépendant des aides de l’Etat » logement. Pour cette somme, insiste le dirigeant, les propriétaires voudraient qu’on soit là tout le temps, qu’on répare tout de suite l’ascenseur, etc. C’est là qu’est l’incompréhension. » Il poursuit  : « Dès que l’on fait des tentatives pour mettre un accueil personnalisé dans les résidences comme aux Etats-Unis, la copropriété r 3 Mds € de chiffre d’affaires en 2017 pour Nexity vote son arrêt l’année suivante car cela coûte trop cher. » Alain Dinin admet toutefois que des efforts de pédagogie et de formation des membres des syndics sont nécessaires. D’innovation également. « Nous sommes dans un processus de digitalisation, indique-t-il, pour instaurer une meilleure relationclient. » Une application mobile, Eugénie, est en cours de développement chez Nexity. En plus de piloter les fonctionnalités du logement connecté (chauffage, électricité…), elle pourra également agir sur des services à l’échelle de l’immeuble et mettre les copropriétaires en réseau. V.K. Nous sommes également propriétaires de deux marques de franchise, Century 21 et Guy Hoquet, spécialisées dans la transaction immobilière. Pour les entreprises, nous intervenons aussi comme promoteurs et gestionnaires. Cela représente 15% de notre chiffre d’affaires qui devrait dépasser les 3 Mds € en 2017. La situation économique vous est-elle favorable ? Oui les taux sont bas et la demande de logements est forte en raison d’une croissance démographique importante. En outre, les stocks sont inexistants grâce au principe de la vente sur plan qui nous amène à produire uniquement ce que nous avons prévendus. Depuis la crise immobilière des années 1970 où il y avait trop de stocks, le législateur a inventé le système de vente à l’état futur d’achèvement. On est 5 pays au monde à obéir à cette règle qui permet de créer du flux et non du stock. Quel est votre bilan 2017 ? L’année est bonne pour Nexity. Les mesures prises par le gouvernement précédent avec le « Pinel » (NDLR  : dispositif de réduction d’impôt par investissement locatif) et le prêt à taux zéro par exemple portent enfin leurs fruits. Il se passe 4 ans en moyenne entre le moment où on voit un terrain et celui où on livre un logement. Les mises en chantier de cette année proviennent des ventes réalisées il y a deux ans. 2018 sera également bonne. Que pensez-vous des annonces du gouvernement sur le logement ? Depuis plus de 30 ans, on assiste à un changement de loi tous les 18 à 24 mois. Le candidat Macron avait annoncé qu’il ne toucherait pas à un secteur qui marche. Je rappelle qu’il pèse 10% du PIB et génère 2 emplois par logement. On dit que tout cela coûte 42 Mds € en dépenses publiques mais l’Etat encaisse 70 Mds € . Le gouvernement s’est précipité pour annoncer une stratégie logement, sans vision d’ensemble. Il n’y a pas d’urgence, je reproche au gouvernement de segmenter la réflexion. Or, fragiliser l’un des maillons de la chaîne de logements menace l’ensemble. Les effets d’une politique actuelle du gouvernement par rapport à la baisse des aides aux logements, aux HLM, la difficulté sur les zones tendues… seront ressentis en 2019. Le fait de couper les robinets pendant une période conduira à une baisse de la production de logements. C’est comme le phénomène des bouchons sur l’autoroute, quand quelqu’un donne un tout petit coup de frein, le type de derrière freine un peu plus longtemps et ainsi de suite jusqu’au blocage. Quand vous dîtes par rapport au logement « je vais arrêter ceci… », nous, opérateurs immobiliers, élus locaux, construisons moins. Que préconisez-vous ? Comme on pense qu’on va avoir un choc en 2019, travaillons pendant le premier semestre 2018 en mettant tous les acteurs impliqués, de la Fondation Abbé Pierre aux institutionnels, autour de la table pour bâtir une politique du logement durable. Plus concrètement ? Je préfère penser aux moyens de rendre possible une France de bien logés plutôt qu’une France de propriétaires. Raison pour laquelle je me projette dans la ville du futur. La France comptera 4 millions de ménages en plus d’ici 2030. Où et comment veuton qu’ils habitent et de quelles façons, que proposons-nous aux familles monoparentales et aux personnes de plus de 65 ans qui vont être de plus en plus nombreuses ? Si je concentre tout dans les zones tendues — en I 7 ÉCO BIO EXPRESS 1951 Naissance à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) 1974 Diplômé de l’école de commerce SKEMA Business School 1978 Rejoint le groupe Arnault (holding de Bernard Arnault). Nommé DG de la société immobilière Férinel, devenu George V 2000 Crée Nexity avec une dizaine de dirigeants, dont Stéphane Richard 2004 Nexity entre en Bourse, au SBF 120 Ile-de-France, par exemple, qui concentre déjà 18% de la population — ai-je le droit de construire jusqu’à 15 étages sur un terrain de 400 m² ? Faut-il des cages d’escalier distinctes pour le logement social et libre ? etc. Ma réflexion ne porte pas sur un choc de l’offre mais sur un choc de la demande et sur un mieux vivre ensemble. Par ailleurs, je souhaite que le secteur de la promotion soit moins dépendant des aides de l’Etat tout en ayant la possibilité de faire baisser les prix. Pour cela, on est plus sélectif et nous n’avons par exemple pas répondu à certains appels d’offres du Grand Paris, estimant que les prix n’étaient pas raisonnables. Comment votre groupe mènet-il la transition énergétique ? Je ne peux pas penser logement, urbanisme, bureaux, sans intégrer cet enjeu. Nexity est plutôt bon élève, mais pas en avance. Le problème, c’est qu’il faut inclure tous ces sujets dans une chaîne de production sans augmenter le prix pour le client. Or, il n’y a aucune démonstration économique valable. On avait fait le calcul. Il faut 17 ans en moyenne à un propriétaire pour récupérer le montant dépensé pour une innovation énergétique via les économies réalisées sur ses factures de chauffage. Or, beaucoup ne restent pas aussi longtemps dans leur logement. On a besoin de 3 ou 4 ans pour être capable de faire de vraies démonstrations que l’on peut faire des économies d’énergie. Sur l’ancien, c’est plus compliqué car il faut réformer le fonctionnement des copropriétés…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :