Le Parisien Economie n°1123S 23 nov 2015
Le Parisien Economie n°1123S 23 nov 2015
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°1123S de 23 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (278 x 375) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : inconnus en France, stars à l'étranger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
06 ÉCONOMIE D'UN COUP D'ŒIL DÉCRYPTAGE La RSE, facteur de progrès pour les entreprises Les salariés français considèrent que la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), vis à vis de leurs employés, clients, fournisseurs et actionnaires, est susceptible d’améliorer leurs performances. En tête des sujets prioritaires, ils placent les conditions de travail. Les thématiques jugées prioritaires par les salariés Communautés et développement local Dans votre entreprise quelle est la place réellement accordée aux questions de RSE ? Très importante Assez importante Peu importante Aucune place ou presque Ne sait pas 5% 38% 39% 8% 10% Sources  : Sondage en ligne ViaVoice/EkoDev/Mindded/Des enjeux et des hommes, 1001 personnes représentatives des salariés d'entreprises privées et publiques en métropole, Octobre 2015. LE DICO DE L’ÉCO Le prêt sur gage Déposerunobjet « chezmatante », ou « auclou », c’est obtenir un prêt d’argent immédiat contre le dépôt d’un objet de valeur(bijou, tableau, fourrures, instruments de musique…) auprès du Crédit Municipal autrement appelé Mont-de-piété. Il a l’exclusivité de la distribution de ces prêts. Pour gager un bien, il est nécessaire d’apporter des justificatifs d’identité et de domicile récents. Et pour certains objets, il faut fournir des factures ou des certificatsdegarantie.Lemontantduprêtreprésenteentre50et 60%delavaleurdubienmisengage.Celui-ciestestimé par un commissaire-priseur selon sa valeur au marché des enchères publiques. Si le prêt est accordé, la somme d’argent prêtée est immédiatement remise et un contrat est établi,d’uneduréedesixmoisoud’unan. LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 23 NOVEMBRE 2015 milibris_before_rename Questions relatives aux consommateurs 21% 23% 28% Loyauté des pratiques 38% Environnement 83% Relations et conditions de travail 55% I Droits de l'homme 54% Gouvernance de l'organisation Agir pour la RSE peut-elle selon vous améliorer les performances des entreprises ? Oui, tout à fait 14% Oui, plutôt ama Vos dirigeants ont-ils une vision d'avenir pour votre entreprise ? 69% Oui 59% 0 0 0 Non, plutôt pas 14% 25% Non 6% NSP En partenariat avec www.lafinancepourtous.com Remboursement du prêt oumiseauxenchèresdubiengagé Lecontratmentionnelemontantduprêt,sadurée,letaux débiteur, le taux annuel effectif global(TAEG)... Le taux duprêtestfonctiondesonmontant.Desfraisdegardeou autres peuvent s’ajouter au taux débiteur. Il comporte également des dispositions relatives au dépôt de l’objet gagé (conditions de récupération et de la mise aux enchères). Les objets gagés sont conservés au Crédit Municipal pendanttouteladuréeduprêt. Le bien gagé est récupéré après remboursement du montantduprêtetdesintérêtsduspourlapériodeécoulée,en uneseulefois.Cerèglementpeutêtreeffectuéàtoutmomentaucoursduprêtouàlafinducrédit. Au terme du crédit, si l’emprunteur ne peut pas rembourserlasommeprêtée,ilpeutlerenouveler,àlaconditionderégleraumoinslesintérêts.S’ilnepeutpasrembourser ces intérêts, l’objet gagé est alors vendu aux enchères.Leproduitdelaventesertàrembourserlemontant du prêt et les intérêts. Si le montant de la vente est supérieur aux sommes dues, le Crédit Municipal verse le surplus, appelé « Boni », à l’emprunteur. Si le montant de la vente ne couvre pas l’intégralité des sommes dues, aucun paiement ne lafinancepourtous lui sera réclamé. 9iSnte "Ont a tent> 929.1nnlelinilan 9n 9sInie Non, pas du tout 2% studio.v2 ÉPARGNER LE TABLEAU DE BORD LE CHIFFRE DE LA SEMAINE 62,7% de Français détiennent un patrimoine immobilier, selon la dernière étude patrimoine de l’Insee. Ce chiffre était de 58,5% en 1998. LES CHIFFRES DE LA CONSOMMATION Inflation (octobre 2015) dont Énergie Consommation des ménages Indices des loyers (au 3 e trimestre 2015) En variation annuelle Salaires 35 h Chômage (septembre 2015) Demandeurs d’emploi (Cat. A, B, C) 5 422 700% de la population active (2 e trimestre 2015) Source  : INSEE Variation sur le mois précédent EMPRUNTER Taux moyen Alimentation Produits manufacturés Services LE MARCHÉ DU TRAVAIL (A partir du 1er janvier 2015) (sans les DOM-TOM) 10,3% + 0,0% Livrets A/bleu (net) PEL (brut) Euro/dollar 0,75% 2% Taux fixe pour un emprunt immobilier Sur 15 ans + 0,1% - 0,6% + 0,5% 0,0% + 0,1% 125,26 + 0,02% Minimum horaire brut Minimum horaire net Taux minimum 9,61 € 7,53 € 1 457,52 € 1 142,07 € 2,30% 1,75% Taux minimum des crédits à la consommation sur un an par rapport au mois précédent Cours le 20 novembre 2,50% 0,0% La consommation des ménages en biens est restée stable en septembre. Les achats de biens durables ont nettement augmenté (+1,4%), tirés par les automobiles (+2,3%). La consommation alimentaire a continué sa baisse (-0,6%) en raison d'une chute de la consommation de viande ; les dépenses d'habillement ont également régressé (-0,4%). Les dépenses pour le gaz et l'électricité ont nettement grimpé, tandis que les achats de fioul ont diminué. Sur l'ensemble du troisième trimestre, la consommation en biens progresse de 0,7%. CAC 40 + 2,14% V. 13/11L. 16/11 M. 17/11 M. 18/11 J. 19/11 V. 20/11 4 937,31 4 915,1 4 807,95 4 804,31 4 906,72 Source  : Baromètre Empruntis.com, taux moyens hors assurance. 1 € = 1,0661 $ Sur 20 ans 2,50% 2,05% 4 910,97
milibris_before_rename Ils gèrent les revenus de 14 millions de retraités Ils prélèvent 147 milliards d’euros de cotisations obligatoires sur 18 millions de salariés... ➥ Pour rétablir la démocratie sociale, signez la pétition I PÉTITION À FRANÇOIS HOLLANDE Président de la République MonsieurLePrésident de la République, Les statuts initiaux de la Sécurité sociale prévoyaient que les caisses de retraitedevaient être administrées par les affiliés eux-mêmes ou leurs représentants. Or,depuis longtemps, il n’y aplus d’élections libres et la démocratie sociale est aujourd’hui confisquée par des administrateurs cooptés par les syndicats, qui, pour certains, ne sont même pas affiliés aux régimes de retraite du privé et ont toujours refusé de l’être (c’est notamment le cas des ressortissantsdes régimes spéciaux du secteur public). Je refuse que perdure cette situation qui se traduit par un déficit qui se creuse et des efforts toujours plus importants demandés exclusivement aux salariés et retraités du privé. C’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Président de la République, de programmer de toute urgence une réforme réellement démocratique et transparente de la gestion du système de retraite, en introduisant des élections libres aux conseils d’administration du régime général et des régimes complémentaires des salariés du secteur privé. Je retourne mon coupon àSauvegarde Retraites. Je souhaite que la CNAV, l’Agirc et l’Arrco soient contrôlées par des affiliés élus en toute légitimité. Pour rétablir la démocratie sociale, signez la pétition ! Nom  : ———————————————————————————————————————————— Prénom  : ———————————————————————————————————————— Adresse  : ———————————————————————————————————————— ——————————————————————————————————————————————————— ——————————————————————————————————————————————————— Signez la pétition en ligne  : sauvegarde-retraites.org Conformément à la loi Informatique et libertés N°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant. PUBLICITÉ Pourtant, les conseils d’administration des régimes de retraite des salariés du privé sont renouvelés sans élection, sans vote devotre part. Vous trouvez ça normal ? Sauvegarde Retraites 53, rue Vivienne 75002 Paris Association Loi 1901 Tél  : 0143291441 Le Parisien Éco 11/2015 ✁



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :