Le Parisien Economie n°1123S 23 nov 2015
Le Parisien Economie n°1123S 23 nov 2015
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°1123S de 23 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (278 x 375) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : inconnus en France, stars à l'étranger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 BUSINESS LE RENDEZ-VOUS START UP AVEC LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 23 NOVEMBRE 2015 PARIS CO S’essayer à l’architecture avec Keyplan 3D Cette application d’architecture et d’aménagement intérieur permet à chacun de dessiner d’un coup de doigt les plans de sa maison idéale ou de refaire sa décoration. Keyplan 3D est un outil intuitif permettant de construire virtuellement toutes les pièces d’un logement (salon, cuisine, salle de bain..) facilement et sans aucune connaissance technique. Un simple geste du doigt suffit pour tracer les murs, placer les portes et les fenêtres, positionner les meubles et réaliser les dernières finitions grâce à une bibliothèque de plus de 400 objets. Une fois l’environnement créé l’utilisateur aura tout le loisir de l’explorer en trois dimensionsetdes’ydéplaceràsaguise. « Nous offrons à l’utilisateur des tendances, des styles, qui peuvent être modifiés et partagés avec ses proches. Chacun peut s’approprier les goûts et couleurs des autres pour en discuter et s’en inspirer », explique Romain Boisseron, l’un des co-fondateurs. Cette dimension de partage stimule véritablement l’imaginaire et change complétement la façon d’appréhender et de prendre possession d’un SOLUTIONS COP21 lieu. Outre la simplicité d’utilisation, le prix de l’application inférieur à 6 euros, rend le produit accessible au plus grand nombre. Unsimulateurdelieudevie Au-delà des particuliers, l’applicationestuneaideprécieusepourles agences immobilières qui s’en serventcommeunoutildepré-visiteou pour les décorateurs d’intérieur notamment. L’outil s’adresse également aux professionnels avec une offre sur mesure permettant aux fabricants, de papier peint ou de céramique par exemple, d’intégrer leurs produits dans l’application et de réaliser ainsi une sorte de catalogue interactif en 3D. Quasarts, la société éditrice de Keyplan3Dfondéeilya3ans,regorge de projets. « Nous travaillons actuellement sur une version offrant la possibilité de partager son projet en 3D sur toutes les plateformes à l’aide d’un visualisateur » dévoile Frédéric Moragues, l’un des trois autres cofondateurs. Et des partenariats avec des sociétés proposant de la réalité virtuelleaumoyendecasqueetlunettes 3D sont en cours de développement. L’expérience d’immersion serait alors totale. En s’appuyant sur la technologie SOLUTIONS FARI:1 ? 1'qu’ils ont développé, Romain et Frédéric souhaitent aller plus loin et proposer de calculer l’efficacité thermiqued’unbâtimententempsréelen fonction des volumes, de la configurationdel’espaceetdelanaturedes matériaux utilisés. Pourmenertouscesprojetsàbienla startup compte accélérer son développement l’année prochaine en recrutantaumoinstroisàquatrepersonnes. ANNE-CHARLOTTEALFONSI http://www.keyplan3d.com/La Banque Postale veut devenir un acteur majeur de la transition énergétique V ivreécoloc’estbien,maiscela aparfoisunprix ! Unevoiture propre, une maison bien isolée pour moins consommer de chauffageetdoncémettremoinsdeCO 2, cespetitsetgrandsgestesquipermettentàtousdeluttercontreleréchauffement climatique ont un coût. Les financer sera un thème largement débattu à l’occasion de la COP21 qui s’ouvre prochainement àParis. La Banque Postale, qui revendique depuis longtemps son engagement « en faveur du développement durable », vientdelancerunesériede produits financiers (prêts, assurances) en faveur de l’efficacité énergétique dans l’habitat et les transports. Ce dispositif baptisé « Gamme verte », inscrit dans le plan stratégique 2015-2020 du groupe La Poste, permet à la banque publique de confirmer son ambitionde « devenirunacteurmajeur de la transition énergétique ». « Aujourd’hui, explique Mouna Aoun, responsable du pôle marchés fragiles et spécifiques à la Banque Postale, nous souhaitons aider, encourager et inciter nos 11 millions milibris_before_rename (PhotoPQR/Le Télégramme/François Destoc.) de clients à passer à l’acte de la transitions énergétiques. » Romain Boisseron et Frédéric Moragues, co-fondateur de Quasarts. (DR.) La Banque Postale développe des produits financiers pour financer les travaux de rénovation énergétique de l’habitat. Solutions de financement La banque a imaginé différentes solutions de financement et d’investissement dédiées à la mobilité durable et aux travaux de rénovation énergétique de l’habitat. Pour inciter ses clients à rouler plus proprement,labanqueaainsimisenplace un crédit à la consommation, le « prêt vert véhicule », au taux de 2,99%, pour l’achat d’une voiture propre, comme un véhicule hybride ou un deux-roues électrique, contre untauxde3,5%pourunevoiture dite normale. Et pour compléter la panoplie, une assurance verte complète l’offre. En terme de logement, la Banque Postale veut encourager les travaux de rénovation énergétique grâce à différents produits financiers. Après le prêt à taux zéro, l’Eco PTZ, pour réaliser des travaux énergétiques jusqu’à 30 000 euros, elle vient de lancer le prêt travaux « vert » quipermetdefinancerdes travaux compris entre 15 000 et 75000eurospourundélaide12à 144mois. « LaBanquePostalequi compte parmi ses clients beaucoup de ménages modestes, qui n’ont pas accès aux solutions de crédits classiques,vientdemettreenplaceune offre de microcrédit habitat spécialement à leur attention », précise Mouna Aoun. Conçue avec la Caisse des dépôts et consignations, l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), et en partenariat avec des réseaux spécialiste, cette offre permet le financement de travaux de rénovation énergétique pour les ménages les plus modestes. Enfin,laBanquePostaleanouéun partenariat avec Treez, une organisation engagée pour la reforestation.Leprincipeestsimple:pour chaque produit de la gamme verte souscrit jusqu’au 31 décembre, un arbre est financé et planté en France. SANDRINE BAJOS Solutions COP21 du 4 au 10 décembre 2015 au Grand-Palais (Paris VIII e)  : solutionscop21.org
PLACEMENTS Apprendre à investir en Bourse Acheter des actions ou souscrire des parts d’OPCVM ne s’improvise pas. Pour intervenir sur les marchés financiers en maîtrisant son risque, mieux vaut disposer d’un minimum de connaissances. Euronext à La Défense. (AFP/Eric Piermont.) Avec 6,6% de rendement réel moyen par an entre 1988 et 2013 (dividendes réinvestis mais inflation déduite), les actions constituent le placement le plus rentable en France sur vingt-cinq ans selon la lettre de l’Observatoire de l’épargne de l’Autorité des marchés financiers (AMF) publiée en décembre 2013. De quoi susciter l’ardeur des investisseurs individuels alléchés par les perspectives de plus-values et les versements de dividendes. Mais, si ouvrir un compte-titres ou un Plan d’épargne en actions ne demande que quelques minutes d’attention, se lancer à l’assaut des marchés boursiers nécessite un minimum de connaissances. « Les personnes non expérimentées sont parfois naïves et croient qu’investir en bourse ne requiert aucun effort particulier », regrette Yves Boullet, directeur associé de l’Ecole de la Bourse. « Or, intervenir sur les places financières n’est pas un jeu et, pour éviter de perdre une partie de son épargne, il est nécessaire de savoir identifier les risques de ce type d’investissement. » Et, pour cela, il faut prendre le temps de se former. « Les marchés n’évoluent pas selon une droite linéaire mais en fonction de mouvements générés par des nouvelles macro et micro-économiques ainsi que par des comportements humains. D’où l’importance d’apprendre à analyser ces différents facteurs et à comprendre leurs mécanismes », insiste Catherine Nini, PDG du courtier en ligne Bourse Direct. Faire la différence par exemple entre une action et une Sicav, distinguer les marchés boursiers, connaître le fonctionnement d’une journée de cotation, différencier les différents types d’ordre de bourse, savoir alléger ses positions et prendre des bénéfices… sont donc autant de règles de base à assimiler avant de commencer à acheter des titres. Pour s’initier à ces De la théorie aux exercices pratiques V ous ne vous sentez pas encore tout à fait prêt pour mettre en pratique vos connaissances sur les places boursières ? Bonne nouvelle ! Quelques sites Internet, comme SimTrade.fr par exemple, donnent accès à des plateformes de simulation de trading. Objectif  : vous apprendre à passer différents types d’ordre de bourse et à comprendre leurs répercussions sur le marché grâce à des scénarii prédéfinis prenant en compte vos opérations (achat ou vente de titres) mais également celle d’autres investisseurs. Concrètement, vous vous initiez aux subtilités du carnet d’ordres sans crainte de perte financière et pratiquez ainsi le milieu boursier en évaluant l’impact de votre stratégie sur milibris_before_rename votre capital. D’autres sites (Boursorama, Easy- Bourse, ABC Bourse, Bourse Direct…) proposent de créer et gérer des portefeuilles virtuels. Ils vous permettent d’acheter et de vendre des actions, de procéder à des arbitrages, de gérer vos liquidités et surtout, de suivre vos performances. Toutes les transactions ainsi réalisées étant fictives, vous pouvez vous entraîner et tirer les conséquences de vos prises de position sans perdre le moindre centime. Et si vous souhaitez pimenter le tout, rien ne vous interdit de mesurer vos compétences à celles des autres internautes en participant aux différents concours de portefeuilles boursiers virtuels accessibles gratuitement sur le Net. I PATRIMOINE ARGENT 17 fondamentaux, plusieurs possibilités s’offrent aux futurs investisseurs. A commencer par lire la presse spécialisée (Investir-Le Journal des Finances, Le Revenu, La lettre de la Bourse…). L’AVIS DE... (DR.) Etudier les entreprises « En matière d’investissement boursier, être informé est essentiel. Il faut en effet étudier les entreprises, suivre leur actualité et se tenir au fait de leur stratégie afin de comprendre au mieux l’évolution de leur cours », souligne Yves Boullet. Autre solution pour favoriser cet apprentissage  : assister à des stages dispensés par des intermédiaires de Bourse ou des structures de formation. A l’image de Bourse Direct qui organise chaque mois à Paris et en province (Bordeaux, Lyon, Strasbourg…) un séminaire gratuit d’une à deux journées ouvert à tous sur réservation, ou de l’Ecole de la Bourse qui propose uniquement dans la capitale des formations de deux jours moyennant 290 euros (avec possibilité de prise en charge par le compte personnel de formation). « Le but est de donner des clés de compréhension aux particuliers pour qu’ils puissent ensuite intervenir seul sur les marchés avec une prise de risque maîtrisée », détaille Catherine Nini. Et, pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, plusieurs sites offrent sur inscription des Aldo SICURANI Délégué général de la Fédération des investisseurs individuels et des clubs d’investissement (F2iC) Qu’est ce qu’un club d’investissement ? C’est un groupe de cinq à vingt personnes qui gèrent ensemble un compte-titres dans le cadre d’une convention d’indivision, pour une durée de dix ans maximum. En d’autres termes, il s’agit d’une sorte d’équipe dont les membres mettent en commun leur épargne afin de constituer un portefeuille boursier collectif où chaque décision d’investissement est prise à la majorité. Apparu à la fin des années soixante en France, ce type de structure a pour objectif d’initier de manière conviviale les particuliers aux mécanismes des marchés financiers et d’améliorer, par la pratique, leurs connaissances économiques et boursières. En quoi cela constitue-t-il une bonne formation pour un investisseur débutant ? Aujourd’hui, un particulier qui souhaite intervenir sur les places boursières dispose d’une masse conférences gratuites en ligne (BNP notamment avec son équipe BNP Paribas Produits de Bourse) ainsi que webinaires interactifs (Binck.fr, B*capital…). La théorie acquise, ne reste plus qu’à la mettre en pratique. ANNE-LISE DEFRANCE EN SAVOIR PLUS A LIRE « La Bourse pour les nuls », de Gérard Horny, éditions First, avril 2014, 408 pages. 23 € « Comprendre la Bourse sans prise de tête », de Anton Reuter, éditions M3 Editions numériques, octobre 2013, 100 pages. 9,90 € . « Savoir investir en Bourse avec internet, 7 e édition », de Rodolphe Vialles, éditions Vuibert, à paraître en janvier 2016. 16 € A CONSULTER L’école de la Bourse  : www.ecoledelabourse.com Bourse direct  : www.boursedirect.fr, rubrique « Offre et services » Binck.fr  : www.binck.fr, rubrique « Formations » Bourse Academy  : www.bourseacadem y.com Fédération des Investisseurs individuels et des Clubs d’investissement  : www.f2ic.fr Y ALLER Salon Actionaria, du 20 au 21 novembre, Palais des Congrès de Paris, plus d’informations sur www.actionaria.com « Initier les particuliers aux mécanismes financiers » d’informations considérable pour l’aider dans sa prise de décision. Or, il est parfois compliqué pour un débutant de s’y retrouver dans toutes ces données. Rejoindre un club d’investissement permet de confronter ses idées à celles des autres membres et d’aiguiser à titre individuel son sens de l’analyse. Libre ensuite à lui de mettre à profit cette expérience dans la gestion de son portefeuille personnel. Quelles précautions prendre au moment de rejoindre un club d’investissement ? Pour éviter que les clubistes débutants s’en remettent sans discuter aux décisions des adhérents plus expérimentés, ou que ces derniers tentent par tous les moyens d’imposer leurs vues, il est préférable de respecter une certaine homogénéité de niveau entre les différents membres du club. L’idéal, plutôt que d’intégrer une structure déjà existante, est donc d’en créer une. Il suffit pour cela de trouver au minimum quatre personnes prêtes à se lancer dans l’aventure, de rédiger* et signer les statuts du club ainsi constitué et d’ouvrir un compte au nom de ce dernier auprès d’un intermédiaire financier. *desm odèlesdestatutssontfournisgratuitementpar laF2iC LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 23 NOVEMBRE 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :