Le Parisien Economie n°1123S 23 nov 2015
Le Parisien Economie n°1123S 23 nov 2015
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°1123S de 23 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (278 x 375) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : inconnus en France, stars à l'étranger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 BUSINESS PAROLE D'ENTREPRENEUR Je viens de recevoir un avis de contrôle fiscal. Ma société a son siège social et son siège d’activité (trois bureaux occupés par des salariés) à mon domicile. Je ne dispose pas de place supplémentaire pour accueillir ce contrôleur. Que faire ? Le contrôle fiscal a lieu prioritairement dans les locaux de l’entreprise, pendant les jours d’ouverture et aux heures normales d’activité. Il est dit sur place. Toutefois, lorsque les circonstances rendent délicat l’accueil du contrôleur dans les locaux (manque de place, présence visible de la clientèle…) deux solutions, à condition que vous y consentiez, peuvent être mises en œuvre. La vérification peut se dérouler hors votre présence au cabinet de votre expert comptable. Vous pouvez également proposer au contrôleur d’emporter à son bureau tout ou partie des documents comptables qui lui sont nécessaires. Cette seconde solution doit suivre un formalisme rigoureux  : un accord écrit, un reçu détaillé des pièces emportées, une restitution à vos bureaux sous signature avant toute notification. A défaut le contrôle est irrégulier et le redressement éventuel taxé de nullité. J’ai reçu une convocation au tribunal de commerce à la suite du dépôt de mon bilan qui ressortait négatif pour le deuxième exercice consécutif. Suis-je obligé de m’y rendre ? Danslecadredelaprévention des difficultés des entreprises, le représentant de la personne morale en difficulté d’exploitation peut être convoqué pour un entretien en vue d’envisager des mesures propres au redressement de la situation(articleL. 611-2, I du Code de commerce). Vous avez dû recevoir en accompagnement de cette convocation une note explicative des faits motivant cette initiative. Il est vivement conseillédevousrendreàcet entretien qui est plutôt un dialogue ouvert, informatif et de conseils. A défaut de présentation, un procès verbal de carence est dressé. C’est la porte ouverte à diverses mesures débutant par la recherche de tous renseignements sur la situation économique du débiteur, et pouvant déboucher sur une déclaration de cessation de paiement de l’entreprise et une demande d’ouverture de redressement judiciaire. voire à la condamnation pécuniaire du dirigeant pour faute de gestion. YVESTHOMAS VOS DROITS Posez vos questions pas mail à  : mlaghouati@leparisien.fr LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 23 NOVEMBRE 2015 milibris_before_rename 8chances ÇA COÛTE OU ÇA RAPPORTE ? Adhérer à un réseau d’entrepreneurs Réseau Tarifs sur10depasserlecapdestroisans d’existence, pour une entreprise accompagnée ou membre d’un réseau d’entrepreneurs, selon le LabEx Entreprendre. Les entreprises lauréates du réseau Entreprendre ont 90% de chances de passerlecapdescinqans. At resectuen treprendre G (tc-, CJ D k A G JC19. clebs Entrepreneurs... Jeune Chambre Econornique Formoler Le Mo p ere 11rlee.1 eureF Ce:r,n, El il -epr,nell m 0 Cotisation de 1 500 € /an Entre 1 300 € /an 200 € /an cotisation entreprise à 1 700 € /an en fonction des régions pour plus de 5 300 anciens lauréats et chefs d’entreprises**Adhésion gratuite pour plus de 8 000 lauréats (accompagnement pendant deux ans et prêt d’honneur moyen de 35 000 euros). studio.v2 Faire du « networking » ou échanger sur ses pratiques… Sortir de son isolement grâce aux réseaux d’entrepreneurs peut être précieux pour un dirigeant. D’autant que les tarifs d’adhésion ne sont pas si élevés. Réseau entreprendre, Croissance Plus, Paris Pionnières, Centre des jeunes dirigeants d’entreprises… L’annuaire spécialisé Placedesreseaux.com recense actuellement près de 850 réseaux et club de dirigeants et créateurs d’entreprises. « Il existe des types de réseaux d’entrepreneurs très différents », explique Richard Thiriet, président national de l’un d’entre eux, le Centre des jeunes dirigeants (CJD). « A chaque étape de la création puis de la croissance et du développement de l’entreprise, un réseau existe pour accompagner, guider, conseiller le chef d’entreprise dans ses différentes problématiques. » Certains sont nationaux, d’autres attachés à une région ou une ville, certains réseaux concernent uniquement les jeunes, les seniors, les femmes... Quand l’envie d’entreprendre est naissante, que l’idée commence à germer mais que le porteur de projet n’a pas encore créé son entreprise, il y a par exemple le réseau 100 000 entrepreneurs (pour les 13-25 ans) ou les antennes locales de la Jeune chambre économique Française (jusqu’à 40 ans). Puis, pour ceux chez qui le projet se fait plus concret, mais qui ont besoin d’être accompagnés pour savoir comment créer, quels statuts choisir, comment trouver ses premiers financements, les réseaux d’accompagnement qui accordent parfois également des prêts d’honneur, tels que le Réseau Entreprendre… « Quand j’ai racheté mon entreprise il y a sept ans, j’ai d’abord été lauréat du Réseau Entreprendre », témoigne Eymeric et 2 000 € /an (adhésion nationale + cotisations régionales) Environ 250 € /an (150 euros de part nationale + parts régionales et locales) Oudin, chef d’entreprise d’Axe environnement (20 salariés), solution pour améliorer les pratiques environnementales au sein des exploitations agricoles. « Cela m’a permis d’avoir accès à un prêt d’honneur de 30 000 euros (sur cinq ans à taux zéro) et de bénéficier gratuitement des conseils d’un parrain pendant deux ans. Cet accompagnement a conditionné le succès de mon entreprise. Puis, en 2010 je suis passé d’ancien lauréat à membre payant du réseau (750 euros par an pendant deux ans) et j’ai aussi rejoint — contre versement d’une cotisation de 1 290 euros/an — le Centre des jeunes dirigeants qui se focalise sur l’étape suivant la création et qui forme les chefs d’entreprises autour des problématiques de management. » Combien ça coûte ? A chaque réseau son mode de calcul et son barème pour définir le montant de ses cotisations. Quelques-uns sont gratuits et d’autres (souvent ceux qui organisent de nombreux événements, rencontres, séminaires et formations) sont payants. Certains réclament des adhésions fixes au niveau national, d’autres des adhésions à différents niveaux (national, régional et local), d’autres encore établissent le montant des cotisations en fonction du chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise. En général, la plupart des réseaux sont des associations et certains membres peuvent donc déduire le montant de leur adhésion de leurs impôts. Il faut alors vérifier si l’association est déclarée d’utilité publique et dans quel cadre la déduction peut être faite (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés ?). Qu’est ce que ça (r)apporte ? « Il n’est pas rare que des échanges informels nés dans le réseau, naissent des relations tournées vers le business, explique Guillaume Cairou, président du Club des entrepreneurs. Ainsi, en plus de faire fructifier les carnets d’adresses, le réseau peut également servir à mettre en contact des porteurs de projets et des investisseurs. Mais avant de se poser la question de ce que ça rapporte, il faut déjà se demander ce qu’on a à y donner, à transmettre, à apprendre. La raison d’appartenir à un club d’entrepreneurs ne doit pas se mesurer au seul retour sur investissement. Et il ne faut pas le rejoindre pour espérer y trouver des clients. » Il n’empêche que ces réseaux participent à une émulation entre les jeunes créateurs d’entreprises et leurs aînés, et permettent aux adhérents de nouer des liens propices au business. SOPHIE STADLER 45 € /an particuliers 10 € /an étudiants EN SAVOIR PLUS À CONSULTER Le livre blanc du Labex Entreprendre téléchargeable gratuitement sur le site www.labex-entreprendre.fr L’annuaire des réseaux d’entrepreneurs sur www.placedesreseaux.com
SUCCESS STORY L’irrésistible ascension de Voitures Noires A 38 ans, Karim Ferchiou est devenu le premier loueur en France de voitures de tourisme avec chauffeur. C’est une jalousie d’entrepreneur qui l’a poussé à créer Voitures Noires. En 2012, Karim Ferchiou, qui dirige alors une société de logiciels de comptabilité, se retrouve privé de permis et devient un utilisateur régulier d’Uber, le service de VTC (voiture de tourisme avec chauffeur). « Je trouvais l’idée géniale et j’étais frustré de ne pas l’avoir eu moi-même, précise ce quadragénaire. En réfléchissant, je me suis dit que les chauffeurs et les clientsétaientlà,maisqu’ilyavaitun manque de véhicules disponibles et assurés pour cette activité. » Or, pendant plusieurs années, Karim Ferchiou a dirigé un cabinet de courtage d’assurances, revendu en 2008. « Mon passé d’assureur m’a beaucoupservi pour mettre aupoint la prestation proposée par Voitures Noires. » Depuis septembre 2013, la société met à la disposition des conducteurs désireux de se lancer dans la VTC une berline haut de gamme aux vitres teintées et aux siègesencuirsurlabased’uncontrat de location sans engagement dans la durée. Le prix de départ est de 33 euros par jour, auquel s’ajoutent desfraisdedossierde149euros. milibris_before_rename Positionnementhaut-de-gamme « Nous voulons être un facilitateur entrelesplate-formesdeVTC—au premier rang desquelles figure Uber —etleschauffeursàquinousproposonsunservicehautdegamme. » La voitureestlivréeaveclewifietune tablette avec des chaînes de radio, un kiosque presse et des programmes vidéo. Les options payantes incluent unpackavecunsiègebébéetunparapluie, siglé « VN », tout comme les bouteilles d’eau. Voitures Noires vient de passer le cap des 1000 voitures en circulation, 500 sont en attente de livraison. « Et nous sommes en discussion avec différents constructeurs pour 1000 véhicules supplémentaires », se félicite Karim Ferchiou dont le chiffre d’affaires suit le même rythme. Entre juillet et septembre, il a été de 3,2 millions d’euros, soit autant qu’au cours des douze mois précédents. Et la PME compte déjà 50 salariés. Prochaine étape  : l’ouverture en février2016,dansleXVII e arrondissement,delaMaisonNoireParis,un immeuble qui hébergera les bureaux, unatelierderéparationetunshowroom où les constructeurs comme Maserati ou Tesla dévoileront leurs nouveaux modèles. « Ce sera également un lieu d’accueil des chauffeurs, qui pourront profiter d’un lounge semblable à celui des aéroports pour la classe affaire, ainsi que d’un coiffeur et d’un pressing gratuit. » Karim Ferchiou travaille égalementaulancementdesapropreécole de formation pour obtenir la carte professionnelle de VTC. Pas question pour lui d’opposer taxis et 356 000 000 RCS PARIS — Skie social  : 44. brulevard de Vagirard — La Poste — Société emmena au capital de PAROLE D'ENTREPRENEUR BUSINESS 13 lapostelr/expedition-colissimo VTC— des « activités complémentaires » —,maiscesdernierssedoivent d’être « extrêmement professionnels ». « Le transport de personnes est un service haut de gamme, conclut Karim Ferchiou, et notre objectif est d’aider nos clients, les chauffeurs, à exécuter ce métier le mieux possible. » BÉNÉDICTEALANIOU ——-1— f"— La boîte aux lettres normalisée n'est pas une boîte aux lettres normale  : elle envoie. En installant une boîte aux lettres normalisée, bénéficiez du nouveau service de La Poste pour envoyer ou retourner vos Colissimo depuis votre boîte aux lettres. En vente dans les magasins de bricolage, les grandes surfaces ou par correspondance, 72%* des Français l'ont déjà adoptée. Et vous ? us proche, p us connectée. U nouvelle idée de La Poste. Karim Ferchiou devant ses berlines de luxe. (LP/Olivier Corsan.) DÉVELOPPONS LA CONFIANCE LR POSTE *Offre valable en France Métropolitaine, soumise à conditions d'admission, sous réserve d'affranchissement en ligne. Consultation gratuite hors coûts de connexion en vigueur de l'opérateur. Source Géopoints 2015. LE PARISIEN ÉCONOMIE I LUNDI 23 NOVEMBRE 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :