Le Parisien Economie n°1016S 16 oct 2017
Le Parisien Economie n°1016S 16 oct 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1016S de 16 oct 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : comment assureurs et entreprises font face.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 16 OCTOBRE 2017 ÉCO 8 DÉVELOPPEMENT @LeParisien_Eco Une bière au quinoa du Loiret MADE IN FRANCE Son nom, « Altiplano », et son lama, comme logo, ont des accents péruviens. Pourtant tout, de sa recette à sa fabrication, est français. PAR VIRGINIE DE KERAUTEM Même son quinoa, l’un des ingrédients phare de cette bière bio, sans gluten et à 4,5% d’alcool*, est cultivé dans le Loiret. « Au début, nous l’achetions via le commerce équitable en Bolivie, mais cette céréale est devenue tellement à la mode que son cours s’est mis à grimper », raconte Rémi, le fils de Didier Merland, le fondateur d’Altiplano. Quand il rejoint l’aventure familiale en 2014, il entend que la hausse des prix frappe la population locale et la menace même de famine. « Du coup, explique-t-il, notre démarche se retournait contre nos valeurs. Dans le même temps, certains clients comme Biocop nous demandaient de valoriser l’agriculture française ». «LA MARQUE ARBORE DEUX LABELS, BIO ET SANS GLUTEN» ALTIPLANO. SANS GLUTEN SANS GLUTEI,e WIL PAR CYRIL PETER Altiplano change alors sa stratégie et cherche à se fournir dans l’Hexagone. Le blé noir vient du Finistère, la coriandre du Var, l’orge du Berry, le malt d’orge de plusieurs régions françaises et le quinoa du Loiret. Quant au houblon, il est essentiellement alsacien, bien qu’il soit arrivé exceptionnellement que l’entreprise s’adresse à des céréaliers britanniques pour garantir la qualité bio de la bière. Didier Merland (à gauche) et son fils Rémi écoulent 300 000 bouteilles par an à 2,50  € l’unité. « SUR UNE JOURNÉE, des experts de tous les pays sont réunis au même endroit. On gagne du temps et, en plus, c’est gratuit. » Cédric Monnier, entrepreneur de 45 ans, fait partie des 37 000 visiteurs qui ont participé, jeudi dernier à l’AccorHotels Arena, à Paris (XII e) , à la troisième édition du salon Inno Génération, organisé par Bpifrance. Son entreprise, Flamefy, qui a bénéficié au démarrage d’un coup de pouce de la banque publique d’investissement, est implantée en France et en Chine. « On a pris nos habitudes dans ces deux pays, c’est le moment de s’ouvrir », raconte l’entrepreneur, qui développe des plates-formes de vidéo à la demande. Ses objectifs ? « La zone Asie-Pacifique, où il y a le plus de croissance possible, et l’Europe, car la France est un petit marché. » Des campus régionaux, dédiés à l’Afrique ou au Moyen- Orient, dominent la salle envahie par les visiteurs. Au pôle Amérique du Sud, un intervenant vante « la stabilité politique » en Colombie, devant une dizaine d’entrepreneurs prenant des notes. Sur un Powerpoint, on apprend notamment que « la France est le premier employeur étranger du pays, avec 200 filiales ». À l’espace Asie, c’est plutôt ambiance collé-serré. Une cinquantaine de visiteurs ne sont pas loin de se bousculer pour assister à une conférence au titre accrocheur  : « Japan is back ? ». « ON AFFINE LE CONCEPT D’UN PRODUIT » Plus bas, dans les gradins, Henri Baissas, de l’agence publique Business France en Amérique du Nord, enchaîne les tête-àtête. Face à lui, des chefs d’entreprise en quête de conseils avant de s’attaquer, pour la plupart, à cet « immense marché américain de 300 millions de personnes ». Quelle est la teneur de ces échanges de 10 minutes chrono ? « On affine le concept d’un produit, comme « C’est une valeur indispensable, insiste Rémi Merland car la marque arbore deux labels  : bio et sans gluten ». Sa recette est un savant dosage réalisé par la brasserie de Bretagne et l’université brassicole de La Rochelle, à la demande de Didier. Celui-ci s’est inspiré d’une vodka au quinoa inventée par un Français, Alexandre Koiransky, venu des Etats-Unis lui proposer de la Des stands permettaient de recueillir des renseignements sur les différentes zones du monde où tenter sa chance. r 37 000 C’est le nombre de visiteurs qui se sont rendus au salon Inno Génération. pour ce fabricant de bière artisanale, ou on envisage des lieux d’implantation », énumère-t-il. Et de poursuivre avec une métaphore footballistique  : « Les Etats-Unis, c’est la Champions League. Quand vous revenez en France, en Ligue 1, vous êtes plus forts. » Marine Ruggieri, 40 ans, cofondatrice de Story Training, une agence de conseil en formation et en communication, a rendez-vous avec une experte du Canada pour « relancer des distribuer en France. L’idée d’enlever le gluten germe peu à peu. « Un bon filon », se dit Didier Merland. In fine, le juste goût est trouvé, ni trop amer ni trop lourd et le gluten supprimé. Il achète la recette. Aujourd’hui, deux brasseries — Larcher, à Sens (Yonne), et Bellefois, à Neuville de Poitou (Vienne) — fabriquent Altiplano, à raison de 300 000 bouteilles de 33 cl par an cette année, quatre fois plus qu’en 2014. « Il faudrait encore tripler ces volumes pour avoir notre propre outil de production, quitte à le mutualiser », indique Rémi. En attendant, la bière Altiplano est accessible chez la plupart des distributeurs bio*  : La Vie Claire, Bio C Bon, Naturalia, etc. Plutôt haut de gamme, à 2,50  € la bouteille, elle est également référencée par les trois acteurs majeurs de la distribution de boissons et à la carte de certains cafés, restaurants et cavistes. De quoi gagner progressivement en visibilité. L’entreprise exporte un peu, notamment vers l’Allemagne, la Suède, l’Angleterre et le Canada. Le label Made in France ? « Cela ferait trop. On est heureux de faire travailler des acteurs français mais on n’a pas prévu pour l’instant de le demander. » Encore obligés de travailler à côté pour gagner leur vie, comme grossistes en boissons, les Merland, père et fils, aspirent à plus de stabilité pour pouvoir se consacrer à 100% à Altiplano. * L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. Les innovateurs français en piste pour l’étranger INTERNATIONAL Organisé par Bpifrance, Inno Génération a rassemblé jeudi dernier à Paris des entrepreneurs en quête de conseils pour conquérir de nouveaux marchés. LA MATINALE TÉLÉ DE PUBLIC SÉNAT PRÉSENTÉE PAR CYRIL VIGUIER du lundi au vendredi de 7h30 à 8h30 Canal 13 TNT Rediffusion 10h30-11h30 contacts » au Québec. « C’est une porte d’entrée avant de travailler avec les anglo-saxons », opine la Parisienne. Claire Stride, elle, attend la fin de la conférence sur le Liban « francophile ». Son idée ? Exporter sa plate-forme pédagogique pour les personnes dysléxiques et autistes. « C’est un projet francophone », explique la Toulousaine, qui repartira de la capitale avec des cartes de visite et surtout une certitude  : que son idée « a du sens ». LP/OLIVIER ARANDEL.
LUNDI 16 OCTOBRE 2017 LE PARISIEN 9 www.leparisien.fr/ecoDÉVELOPPEMENT ÉCO twipe_ftp « Messenger, en direct avec le client » INTERVIEW Alexandre Croiseaux, directeur des partenariats et des produits chez Facebook, explique EN PARTENARIAT AVEC facebook Chaque semaine, des conseils aux TPE-PME pour accompagner leur stratégie digitale et booster leur activité grâce aux réseaux sociaux. Éclairages de spécialistes et histoires vécues à l’appui. En quoi Messenger, votre messagerie instantanée, est-elle un outil utile aux TPE-PME ? C’est une application gratuite, accessible à tous, que les entreprises peuvent utiliser indépendamment de Facebook ou pas. Il s’agit d’un canal de conversation instantané, direct et ouvert entre leurs clients et elles. Il permet à la fois d’acquérir de nouveaux clients, de créer de la notoriété autour d’une marque ou bien de rendre un service. Ne doublonne-t-elle pas avec les mails ? Contrairement au mail, qui peut mettre du temps à arriver, Messenger permet une discussion instantanée, de façon moins formelle et plus expressive grâce aux émojis, vidéos ou sons que l’on peut inclure aussi simplement qu’un texte… Une entreprise qui a répondu à un message écrit via Messenger peut passer en conversation vocale sans quitter l’appli pour donner plus de renseignements, ou même en conversation vidéo pour une démonstration en direct ! Avec plus de 2 milliards de messages échangés chaque mois La bourse du crowdfunding% le buzz Des tenues de fitness fun et Made in France Les Poulettes Fitness est une marque de vêtements de sport pour les femmes qui veulent des tenues plus coquettes. Sa promesse est de proposer des articles fabriqués en France, du design à la conception. Les 6 000  € sollicités sur KissKissBankBank serviront à financer 30% de leur première collection. Y le coup de cœur Découvrir le monde en fauteuil roulant Avec son frère Emmanuel, Melina, en situation de mobilité réduite, a imaginé Handiplanet, un guide de voyage collaboratif pour les personnes dans le même cas qu’elle. C’est une plate-forme gratuite d’échanges de bons plans et retours d’expérience. Pour la finaliser et la financer, ils ont sollicité Ulule. Objectif  : 20 000  € . LeParthe.fr ÉCO « LE PARISIEN LIBÉRÉ », 10 BOULEVARD DE GRENELLE, CS 10817, 75738 PARIS CEDEX 15 TÉL.  : 01.87.39.70.00. SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE FRANCIS MOREL, PRÉSIDENT SOPHIE GOURMELEN, DIRECTRICE GÉNÉRALE ET DIRECTRICE DE LA PUBLICATION PRINCIPAL ASSOCIÉ  : UFIPAR (LVMH) STÉPHANE ALBOUY, DIRECTEUR DES RÉDACTIONS DU « PARISIEN » ET D’« AUJOURD’HUI EN FRANCE » COMMISSION PARITAIRE N°0120C 85979 l’intérêt de la messagerie instantanée pour les entreprises. entre les utilisateurs et les entreprises, Messenger semble répondre à une véritable attente. Il faut, du coup, être très réactif… Les clients s’attendent à un délai de réponse très rapide. C’est pour cela que la plate-forme permet d’automatiser certains retours en fonction de questions posées de façon récurrente. Quand celles-ci deviennent plus précises, il est possible de faire intervenir un humain, mais l’entreprise n’est pas obligée de répondre personnellement à chaque fois. Ces réponses peuvent même être configurées en amont par le biais de la plate-forme, sans avoir besoin de connaissances techniques. Pour les entreprises qui veulent aller plus loin, il y a des outils d’intelligence artificielle plus performants. À quoi servent ces outils que l’on appelle les bots ? Prenons l’exemple d’un restaurant. Si l’établissement a activé son bot, via Messenger, c’est un robot qui me demande si je veux réserver à cet endroit, pour combien de personnes, à quelle heure et me confirme. Côté entreprise, tout se fait de façon automatique sans intervention humaine. Il ne s’agit pas pour autant de cacher au client qu’il échange avec un robot, on s’en rend vite compte. Cette plateforme Messenger pour bot a été ouverte en avril 2016 dans le monde entier. Elle est gratuite et a été améliorée avec de nouvelles fonctionnalités à base d’intelligence artificielle. Aujourd’hui, sur les 70 millions de pages professionnelles Facebook dans le monde, 20 millions d’entreprises ont activé Messenger. RÉDACTION EN CHEF DES SUPPLÉMENTS  : JEAN-LOUIS PICOT RÉDACTION  : VIRGINIE DE KERAUTEM ET CYRIL PETER EN COLLABORATION AVEC ACCROCHE-COM’EDITING  : OLIVIER BOSSUT FABRICATION  : AMANDINE CHARBONNEL PUBLICITE RH & EMPLOI DIRECTEUR DE LA PUBLICITÉ  : MURIEL PETIT, 01.87.39.82.82, MPETIT@TEAMEDIA.FR ABONNEMENT LE PARISIEN  : 0.811.875.656 (COÛT D’UN APPEL LOCAL)ns la limitedes places disponibles « Une fois, un Japonais m’a écrit… » SANDRINE RUBENS, CRÉATRICE DE CUISINESHOP ACTIVITÉ. Ustensiles de pâtisserie et de cuisine. RÉSEAUX. Site Internet + Facebook + Instagram. COMMUNAUTÉ. 94 508 personnes. En même temps qu’elle crée, à 40 ans, CuisineShop, après une précédente vie dans le contrôle de gestion au sein de grands groupes, Sandrine Rubens découvre également les réseaux sociaux. Dans la foulée, elle ouvre un compte personnel Facebook ainsi qu’une page professionnelle. Grâce à eux, elle est en quête de nouveaux outils, recettes ou conseils et entre en contact avec de nombreux blogueurs culinaires. Le souci du service client devient son obsession. Très vite, l’entrepreneure s’approprie Messenger. Par ce canal, elle reçoit entre 2 à 15 messages par jour, selon la période. S’ajoutent évidemment les mails et les appels téléphoniques, mais la prise de contact via Messenger représente environ un tiers des sollicitations totales. Son faible pour la messagerie instantanée est lié au ton moins formel que celui du mail. « Je me sens plus proche de mes clients, argumente Sandrine. On peut ajouter des smileys ou autres DR. animations visuelles. » En plus de questions de SAV, comme l’utilisation de tel ou tel ustensile, ou un problème de livraison, ses clients lui demandent souvent des conseils pour une recette. Et Sandrine d’insister sur sa réactivité  : « J’ai toujours mon portable sur moi et je réponds à tous les messages aussi vite que possible. Sinon, cela ne sert à rien. Je m’impose cette rigueur.1. t _" 4Kuadrou^ emmeeff Rose. Sandrine Rubens apprécie le ton informel que permet Messenger. MichelCymes&HarmonieMutuelle vousinvitent GRATUIT POURTOUS #clubpreventionsante absolue. Une fois, un Japonais m’a écrit pour connaître les délais de livraison d’un article. Avec le décalage horaire, j’ai reçu son message dans la nuit mais comme je dors peu, je lui ai aussitôt répondu. Il a fait sa commande et m’a remercié de ma réactivité. » Beaucoup de questions sur Messenger se transforment en achat. V.K. SalleGaveau àParis 45, rue La Boétie Mercredi18octobre à20h00 Inscription*sur club-prevention-sante.fr CONFÉRENCE Bien-être ettravail UN ÉVÈNEMENT EN PARTENARIATAVEC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :