Le Parisien Economie n°1009S 9 oct 2017
Le Parisien Economie n°1009S 9 oct 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1009S de 9 oct 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (280 x 360) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : dessine-moi un Club Med.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
twipe_ftp LE PARISIEN LUNDI 9 OCTOBRE 2017 ÉCO 14 DOSSIER SPÉCIAL @LeParisien_Eco SPARRE FAUQUET FOTOGRAFI. Catherine Selo 52 ANS, CONSULTANTE EN COMMUNICATION À LYON (RHÔNE) METTEZVOTRE TALENT AUSERVICE D’UNEGRANDE EQUIPE VENDEURMAGASINH/F RESPONSABLEMAGASINH/F Rejoigneznotregrande équipe sur picard.fr Contents d'avoir bougé Témoignages Partis récemment ou depuis longtemps, ils ont été conquis par le changement et n'ont aucun regret, récits à l'appui. J’ai quitté Paris il y a dix-sept ans, en famille, pour des raisons assez classiques de qualité de vie. Mon mari avait trouvé un travail à Montpellier et nous avons vendu la maison. Cela a été une sacrée aventure car le poste de consultant promis à mon mari est inalement tombé à l’eau au dernier moment ! Mais nous sommes quand même partis, convaincus par « Je n’ai jamais regretté mes déménagements » les opportunités possibles sur place. Et nous ne l'avons pas regretté. Mon mari a trouvé des missions, puis il est entré comme associé dans une boîte avant de créer son entreprise. De mon côté, j'ai aussi monté une activité de conseil. Nous avons passé douze ans à Montpellier. Ensuite, mon mari a eu une nouvelle proposition professionnelle à Lyon et je l’ai suivi, là aussi sans regret. J'ai créé ici une nouvelle activité de conseil en communication et je n'ai jamais eu envie de retourner en arrière. Il y a des opportunités en province pour qui sait les saisir, avec un choix de vie agréable. » DR. Grégoire Monconduit 43 ANS, DIRECTEUR DE ROSEMOOD, À NANTES (LOIRE-ATLANTIQUE) « Ma société, spécialisée dans la création de faire-part de naissance et de mariage sur Internet, est d’abord née à Paris. Mais, quand nous avons commencé à être rentables et à nous développer, mes deux associés, Hélène et Antoine, m’ont «tanné» pour que nous nous délocalisions. Ils rêvaient de vivre en province et, je l’avoue, j’étais un Parisien indécrottable ! Il y a cinq ans, la boîte était jeune et il était encore temps de la déménager. J’ai ini par accepter en posant certaines « J'ai bénéicié du dynamisme de l'écosystème local » conditions. J'ai proposé que l'on essaie trois ou quatre ans et que l’on revienne ensuite éventuellement en arrière. Evidemment, aujourd’hui, il n’en est pas question ! Nous avons choisi Nantes pour la Bretagne, la mer et la qualité de vie. Mais, professionnellement, notre entreprise a aussi bénéicié du dynamisme de l'écosystème local. On s'est sentis vraiment accueillis. La boîte compte à présent près de 80 salariés, qui apprécient aussi cette qualité de vie. DR. Anne Raymond 30 ANS, CHARGÉE DE DÉVE- LOPPEMENT RÉSEAU WELL- PHARMA – LA COOPÉRATIVE WELCOOP, À BORDEAUX (GIRONDE) Mon départ de Paris s’est décidé quand mon conjoint a eu une promotion et un poste à Bordeaux. J’étais animatrice de réseau auprès de la Coopérative Welcoop depuis deux ans. Je m’y plaisais et j’ai pensé, à regret, que je devais poser ma démission. J’ai bien vu que mon supérieur était un peu embêté aussi quand je lui en ai parlé. Quelques semaines plus tard, mon employeur est DR. Emmanuel Font 38 ANS, CHEF DE PROJET CHEZ ASSYSTEM, À LYON (RHÔNE) « J'avais envie depuis un an et demi de quitter Paris pour des raisons personnelles. Je voulais me rapprocher des Bouches-du-Rhône pour des raisons familiales et j’en ai parlé à ma direction des ressources humaines, qui m’a aidé à mener mon projet à bien. L’idée était de prendre le temps de trouver un poste qui conviendrait à la fois à mon souhait géographique mais me permettrait aussi une évolution de carrière. Je ne me suis pas précipité et je suis très « J’ai participé au développement de l’entreprise en régions » revenu vers moi avec une proposition de mobilité interne et une création de poste à Bordeaux. Ici, j’ai été séduite par la qualité de vie en région et le prix plus accessible du mètre carré pour se loger ! Mais surtout, j’ai apprécié d’arriver avec un travail. J’ai ainsi participé au développement d’une coopérative à laquelle j’étais attachée et j’ai eu la chance d’avoir un employeur souple. Je sais que la Coopérative Welcoop envisageait de son côté d’étofer ses équipes à Bordeaux et ils étaient sans doute contents de pouvoir conier ce poste à quelqu'un qu’ils connaissaient en interne. » « J’ai pris le temps de trouver le bon poste » content de l’accompagnement que j’ai eu. La cellule mobilité du groupe Assystem m’a ainsi proposé trois postes en un an. Le troisième, plus en lien avec mes compétences, a été le bon. Je suis chef de projet dans le domaine des transports. C’est un poste intéressant qui me permet de mieux connaître ce qui touche aux marchés publics. Professionnellement, je suis heureux. Et, personnellement, j’apprécie de vivre en plein Lyon, avec des temps de transport et un coût de la vie moindres. Je suis ici au moins pour deux ans. Après, je verrai…
LUNDI 9 OCTOBRE 2017 LE PARISIEN 15 www.leparisien.fr/ecoDOSSIER SPÉCIAL ÉCO twipe_ftp LePadslen Éco L’innovation n’est pas que technologique RENDEZ-VOUS Le plus grand rassemblement d’entrepreneurs de France, à l’AccorHotels Arena (Paris XII e) , est placé sous le signe du partage d’expériences. Bpifrance, qui l’organise, nous le présente. PAR CYRIL PETER « CASSER LES FRONTIÈRES pour multiplier les opportunités de rencontres entre start-up, TPE-PME et grands groupes. » Paul-François Fournier, directeur exécutif de l’innovation de Bpifrance, espère que les 30 000 entrepreneurs, venus de toutes les régions de France et attendus jeudi 12 octobre, de 9 heures à minuit, à l’AccorHotels Arena à Paris (XII e) , repartiront les poches remplies de cartes de visite. Objectif  : accélérer les transformations des entreprises tricolores, de toutes tailles et de tous secteurs. « La to 4 transformation est collective, insiste-t-il. Quand une start-up travaille avec un grand groupe, elle participe à sa transformation. Quand une PME innove, elle aide ses fournisseurs et ses clients à se transformer. » La troisième édition de Bpifrance Inno Génération, le plus grand rassemblement de patrons et investisseurs français, a ainsi pour but de « montrer que l’innovation n’est pas que technologique », poursuit le polytechnicien. Si « le numérique a créé de nouveaux pans de l’économie », dans le commerce ou les médias, la Banque publique d’investissement a identifié d’autres axes autour de l’innovation. 30 000 entrepreneurs venus de toutes les régions de France sont attendus le 12 octobre. Au rayon « nouveaux produits et usages » ? L’économie du partage avec les applications de covoiturage (BlaBlaCar) et de location de véhicules entre particuliers (Drivy). Côté « innovation sociale », Paul-François Fournier cite Leetchi, une plateforme de collecte d’argent pour un achat commun, et la Ruche qui dit oui, un site qui promeut le « manger local ». Enfin, parmi les « nouvelles organisations », reress lepuriE (Ares CCI FRANCE igg vivre, imaginer, travailler ENTREPRENDRE EN RÉGIONS idime PARCOU FRANCE le rendez-vous des projets en régions 11‘le iddee+, 7IMI 1 f Paris Espace Champerret 110 oct. #PF2017 WWWPARCOURSFFMCE COM PICASA. les jeunes pousses, dont « la matrice organisationnelle est une succession de projets ». Près de 3 000 face-à-face sont prévus, notamment entre directeurs des achats de multinationales et start-uppeurs, qui pourront également rencontrer des investisseurs. Si la plupart des 170 ateliers proposés tournent autour du développement international (« Faire du business à l’ère Trump », « Pologne  : un marché attractif à 2 heures de Paris ») , un espace sera consacré aux « énergies créatrices de nos régions ». L’occasion de découvrir les atouts de la Corse ou de la Nouvelle-Aquitaine, présentés par des entrepreneurs locaux. Enfin, cerise sur le gâteau  : une « promenade des innovations » sera dédiée aux démonstrations. Les visiteurs pourront même tester quelques-unes de ces 70 innovations françaises, à l’image de l’humanoïde Leenby, créé par une PME limougeaude. ● Inscriptions  : Innogeneration.bpifrance.fr. _CréditeeMutueljo AGENCE FRANCE ENTREPRENEUR LeParisla Éco LE PARISIEN LIBÉRÉ, 10 BOULEVARD DE GRENELLE CS 10817 75738 PARIS CEDEX 15 TEL  : 01 87 39 71 00 SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE FRANCIS MOREL, PRÉSIDENT SOPHIE GOURMELEN, DIRECTRICE GÉNÉRALE ET DIRECTRICE DE LA PUBLICATION PRINCIPAL ASSOCIÉ  : UFIPAR LVMH STÉPHANE ALBOUY, DIRECTEUR DES RÉDACTIONS DU PARISIEN ET D’AUJOURD’HUI EN FRANCE COMMISSION PARITAIRE N°0120C85979 RÉDACTION EN CHEF DES SUPPLÉMENTS  : JEAN­LOUIS PICOT RÉDACTION  : VIRGINIE DE KERAUTEM CYRIL PETER EDITING  : OLIVIER BOSSUT EN COLLABORATION AVEC ACCROCHE­COM'FABRICATION  : AMANDINE CHARBONNEL PUBLICITE RH EMPLOI DIRECTEUR DE LA PUBLICITÉ  : MURIEL PETIT, 01.87.39.82.82, MPETITTEAMEDIA.FR ABONNEMENT LE PARISIEN  : 0.811.875.656 COÛT D’UN APPEL LOCAL franceinfo



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :