Le Magazine n°8 jan/fév/mar 2013
Le Magazine n°8 jan/fév/mar 2013
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°8 de jan/fév/mar 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 91,9 Mo

  • Dans ce numéro : femmes et politique... l'enquête interdite.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Sa drôle de vie avec Tonton ! Amour, pouvoir et tromperies… Le temps des rituels Tous les ans, lors du lundi de Pâques ou de la Pentecôte, Danielle et François Mitterrand se livraient, depuis 1946, au rite de l’ascension de la roche de Solutré. Devenu chef de l’État, Mitterrand continuait à effectuer cette escapade en compagnie de ses nombreux fidèles, avec ou sans Danielle. Parmi eux, l’acteur Roger Hanin, l’animateur-écrivain Pascal Sevran, l’avocat Georges Kiejman, le ministre de la Culture Jack Lang ou son conseiller spécial Jacques Attali. Dans sa maison de Latché, un hameau situé dans les Landes, le Président reçoit régulièrement ses amis politiques comme Mazarine La rencontre En avril 1944, François Mitterrand (que les services de sécurité nommeront plus tard « Tonton », en guise de code) croise la route de Danielle Gouze, sœur cadette de Christine Gouze, une amie dans la Résistance et qui deviendra, plus tard, l’épouse de Roger Hanin. Mitterrand tombe sous le charme de cette jolie jeune fille, âgée de 19 ans. La famille de Danielle est à gauche et prône des valeurs de patriotisme et de laïcité, loin des convictions catholiques et nationalistes du clan Mitterrand. Antoine, le père de Danielle, affiche ses idées de librepenseur et son adhésion à la francmaçonnerie tout en s’impliquant Jack Lang, Claude Estier, Henri Emmanuelli, Georges Fillioud ou Michel Charasse et ses amis intimes comme Georges Dayan (disparu avant que Mitterrand n’entre à l’Élysée), Jean Védrine, Roger- Patrice Pelat, Georges Beauchamp Elle aura été l’un des secrets les plus farouchement conservés de la République mitterrandienne. Ce n’est que le 10 décembre 1994 que les Français découvriront, à la une du magazine « Paris-Match », le visage de Mazarine, fille de François Mitterrand et Anne Pingeot. Le Président a reconnu devant notaire, en 1984, cette enfant née en 1975, à Avignon. Entre Mitterrand et Mazarine, la fusion sera totale, permanente et placée sous le signe de la culture. Le chef de l’État mit tous les moyens dont il disposait pour assurer la sécurité et la tranquillité de cette autre famille. Seuls, quelques très rares personnes de l’entourage de François Mitterrand (dont Danielle Mitterrand) étaient au courant de l’existence de Mazarine, aujourd’hui agrégé de philosophie, écrivain, chroniqueuse culturelle et mère de 3 enfants. Danielle Mitterrand n’a jamais nié qu’elle savait et qu’un accord tacite entre elle et François Mitterrand permit d’éviter la rupture, voire le divorce. R.G 28 - Le Magazine dans la lutte contre l’occupant nazi. Quand à Roger Gouze, frère de Danielle, il fera découvrir à François Mitterrand la roche de Solutré où le Président montera chaque année à Pâques ou à la Pentecôte. François ou, même, le tristement célèbre René Bousquet. Á Paris, son appartement de la rue de Bièvre, au cœur du Quartier Latin où vécut Danielle Mitterrand jusqu’à sa mort, est le lieu de nombreux dîners où se croisent Marguerite Duras, la chanteuse Dalida, le romancier Claude Manceron, les journalistes Jean Daniel, Ivan Levaï ou Georges-Marc Benamou, Jorge Semprun, Melina Mercouri, Barbara, Laurent Fabius, Jacques Attali, Robert Badinter, André Rousselet et Roland Dumas, qui habite l’immeuble à côté. Cultivant le secret et les réseaux, François Mitterrand se souciait de ne jamais mélanger les uns avec les autres, obsédé par l’idée de compartimenter ses nombreuses relations. et Danielle se marient le 28 octobre 1944 à la mairie du VIème arrondissement de Paris et à l’église Saint- Séverin. Ensemble, ils auront 2 enfants, Jean-Christophe et Gilbert. Jusqu’à la mort de Mitterrand en 1996, Danielle demeurera à ses côtés, du moins officiellement, en dépit de ses infidélités conjugales ou de sa double vie. Comme elle l’écrit joliment dans son livre « En toutes libertés » : « Je ne me suis jamais ennuyée en partageant sa vie, ni dans la joie, ni dans la peine. Je n’ai jamais eu besoin de mentir et les non-dits de part et d’autre étaient suffisamment révélateurs pour ne pas être trompeurs…Pour tous ceux qui nous aiment, François et Danielle sont inséparables, indissociables ». P.K FEMMES DE PRÉSIDENTS…13 P.K Les années de conquête Aux côtés de son époux, Danielle Mitterrand va vivre toutes les étapes et franchira avec lui tous les obstacles qui les mèneront au palais de l’Élysée. Devenu député pour la première fois en novembre 1946, dans la Nièvre et sous les couleurs de l’UDSR (Union Démocratique et Socialiste de la Résistance), François Mitterrand sera dans les années 1950 l’un des jeunes loups de la IVème République. Grâce à son autorité naturelle, sa capacité à séduire et son sens politique, il occupera 11 fonctions ministérielles entre 1947 et 1958, dont celles de la Justice et des Anciens Combattants. Homme de réseaux, il constitue autour de lui une première garde rapprochée avec Georges Dayan, son plus proche ami, Jean Védrine et Georges Beauchamp. En refusant de voter les pleins pouvoirs au Général De Gaulle le 1er juin 1958, Mitterrand signe son entrée dans une longue opposition au régime gaulliste et fonde la Convention des Institutions Républicaines avec les premiers barons du mitterrandisme comme Roland Dumas, Charles Hernu, André Rousselet, Georges Fillioud ou Claude Estier. Candidat unique de la gauche à l’élection présidentielle en décembre 1965, il réussit à mettre en ballottage De Gaulle. En 1971, il s’empare du Parti Socialiste (qui se nomme à l’époque la SFIO), grâce aux soutiens de Pierre Mauroy, Gaston Defferre et Jean-Pierre Chevènement. C’est l’époque du Programme commun de la gauche, aux côtés du Parti Communiste et du Mouvement des Radicaux de Gauche. Battu par Giscard d’Estaing aux présidentielles de 1974, Mitterrand fixe un objectif : la victoire en 1981. Quelques jours après l’élection historique du 10 mai 1981, Danielle est présente dans le grand salon de l’Élysée pour sa première déclaration officielle de chef d’État : « Il n’y a eu qu’un vainqueur le 10 mai 1981, c’est l’espoir ! Puisse-t-il devenir la chose de France la mieux partagée ! Pour cela, j’avancerai sans jamais me lasser sur le chemin du pluralisme, confrontation des différences dans le respect d’autrui. Président de tous les Français, je veux les rassembler pour les grandes causes qui nous attendent… », déclare le nouveau Président de République, élu le 10 mai 1981, dans son discours d’investiture le 21 mai 1981. Pendant 14 ans, Mitterrand sera le locataire de l’Élysée puisque le 8 mai 1988, il sera réélu avec 54% des votes. Comme chef d’État, il impose l’image d’un Président proche des préoccupations des gens, très cultivé et avec un style quasi monarchique. De grandes réformes comme l’abolition de la peine de mort, la retraite à 60 ans, la cinquième semaine de congés payés, la libération des ondes radiophoniques et cathodiques, la création du RMI ou la paix en Nouvelle-Calédonie vont marquer ses deux septennats. En matière de politique étrangère, François Mitterrand opte pour un rapprochement avec l’Allemagne, fait ratifier le traité de Maastricht et use de son influence pour favoriser le dialogue israélo-palestinien en se rendant en Israël tout en recevant Yasser Arafat. Il engagea militairement la France dans la guerre du Koweit en 1991, mais manqua de clairvoyance lors de la chute du Mur de Berlin en 1989. Confronté à deux cohabitations (en 1986 et 1993), il laissa un bilan mitigé sur le plan économique et social, avec une augmentation de la précarité. R.G
14 FEMMES DE PRÉSIDENTS Une étudiante à Harvard « Quand à l’automne 1984, Michelle Robinson (future Obama) met le pied sur le campus de l’université de Harvard, à Cambridge, dans le Massachusetts, elle se retrouve dans un environnement qui n’est pas sans rappeler celui qu’elle vient de quitter à Princeton. La séparation entre les Blancs et les autres –comme entre les riches et les pauvresest clairement tracée. », souligne le journaliste et biographe américain Christopher Andersen dans « Barack et Michelle », paru à L’Archipel en 2009. Et de poursuivre : « Là encore, le corps étudiant est presque exclusivement composé de « gosses de riches » comme les appelle Michelle avec mépris tandis que les professeurs de droit paraissent tout droit sortis du film « La chasse au diplôme ». Des hommes blancs au visage empâté portant des blazers en tweed avec des pièces au coude, qui n’attendent qu’une chose : se jeter sur les étudiants assez imprudents pour se présenter à leurs cours sans être préparés… » Très rapidement, Michelle révèle à Harvard son caractère très fort et sa personnalité, pleine de volontarisme et de convictions. Elle s’implique dans l’Association des étudiants noirs et rédige des articles dans « The BlackLetter Law Journal » (traduction littérale : « Revue de droit. La Lettre noire ») qui se veut la publication concurrente de la célèbre revue de droit de Harvard, « The Harvard Law Review ». Et si elle signe pour plusieurs pétitions demandant une meilleure répartition des minorités au sein du corps enseignant, la future First Lady n’ira jamais manifester, de peur de subir des mesures disciplinaires, voire d’être appréhendée par les forces de l’ordre. Lorsque l’Association des étudiants noirs organisent des forums de discussions ou des débats, Michelle intervient souvient à propos des problèmes raciaux. Une de ses camarades de faculté, Verna Williams, a raconté que « c’était une forte tête, surtout quand nous nous lancions dans de grands échanges d’idées sur la condition du peuple noir aux USA. Mais quand ce thème apparaissait dans d’autres circonstances, je me souviens qu’elle demeurait silencieuse, refusant d’être étiquetée comme la « Noire en colère » de service ! Michelle a toujours refusé qu’on la définisse seulement à travers la couleur de sa peau, parce qu’elle voulait aussi s’exprimer sur un tas d’autres sujets. Mais quand elle prenait la parole, elle avait une présence incroyable. C’était une fille super intelligente, dotée d’un vrai charisme et avec une facilité d’élocution incroyable. » Pendant son temps libre, l’étudiante noire de Chicago accepte de consacrer vingt heures par semaine aux affaires juridiques de la population pauvre de la région de Boston. Michelle agit auprès de femmes divorcées, de personnes en quête d’allocations ou de citoyens en proie à de graves problèmes de logement. Son engagement lui paraît naturel : elle vient des quartiers populaires de Chicago et a vu nombre de familles dans la misère ou la précarité. Cette sensibilité sociale et cet altruisme désintéressé ne la quitteront jamais. R.C Michelle Obama : The First Black Lady « Elle est mon roc. Michelle est la personne la plus solide que je connaisse. » Ces paroles, signées Barack Obama, montrent l’importance de l’épouse du Président des Etats-Unis, tant dans sa vie privée que dans son parcours politique. Quand ils ont fait leur entrée à la Maison-Blanche en janvier 2009, devenant le premier couple afro-américain à accéder au pouvoir suprême outre-Atlantique, le monde entier avait les yeux rivés sur ceux que la presse comparait au légendaire couple Kennedy, à la fois glamour et porteur d’espoir. Mais au-delà de cet exploit réalisé, le tandem Barack-Michelle est apparu comme l’une des plus remarquables associations de l’histoire politique américaine. Sans sa femme Michelle, jamais sans doute Barack Obama n’aurait été élu 44ème Président des Etats- Unis d’Amérique. Et en dépit des images d’Épinal véhiculées par la presse people à l’eau de rose, Michelle Obama n’a jamais nié les difficultés de sa vie de couple : « Ne croyez pas que tout est facile. Notre mariage est solide, Le roc de Barack Premier job d’avocate Quand la remise des diplômes s’annonce à Harvard au début de l’été 1988, Michelle Obama a 24 ans...et beaucoup de dettes au dessus de la tête. Elle doit en effet rembourser de gros prêts étudiants et soulager financièrement ses parents qui se sont beaucoup sacrifiés pour elle (et aussi pour son frère Craig), le coût d’une année de scolarité à Harvard s’élevant à 140.000 dollars. Lorsque Sidley Austin, qui est alors le cinquième plus important cabinet d’avocats dans le monde, lui propose un emploi avec un salaire de 70.000 dollars annuels (soit 100.000 dollars environ en 2012), elle n’hésite pas une seconde. Elle affirmera plus tard lors d’une interview à la radio américaine CBS : « Je ne pouvais pas refuser, car on ne peut pas dire non quand on vous offre plus d’argent que vos deux parents réunis n’ont jamais gagné… » Ainsi que le rappelle Christopher Andersen dans son livre « Barack et Michelle », « dès la première semaine, elle demande à être affectée au groupe de travail sur la propriété intellectuelle. Contrairement à ces disciplines rébarbatives que sont les droits des contrats ou les lois antitrust, la propriété intellectuelle (ainsi que le droit du marketing et du divertissement) implique de représenter une grande variété de clients prestigieux, sociétés de production télévisuelle, fabricants de vêtements, mais il est loin d’être parfait. Mais Barack et moi, nous nous complétons, comme partenaires, comme amis, comme amants… » Unis depuis le 3 octobre 1992, les Obama ont donc fêté leurs vingt ans de mariage, en pleine campagne pour les élections présidentielles aux USA. « C’est l’union de l’hydrogène et de l’oxygène », dira une amie de Michelle Obama dans l’ouvrage de Christopher Andersen, « Barack et Michelle », publié chez L’Archipel en 2009. Leurs deux filles, Malia et Sasha naîtront successivement en 1998 et 2001. Alors que Barck Obama a grandi à Hawaï et en Indonésie, Michelle, née en 1964, a été élevée dans une famille modeste du quartier de South Shore, à Chicago. Douée pour les études, elle entre à la prestigieuse université de Princeton à l’automne 1981, où elle se sent mal accueillie par la majorité blanche du campus. Dans son mémoire intitulé, « Les Noirs éduqués à Princeton et la Communauté noire », elle estime qu’une véritable intégration parmi les Blancs semble inaccessible et écrit : « Très tôt dans ma vie d’étudiante, j’ai compris que mon statut de membre de la communauté noire faisait de moi en quelque sorte son obligé, et que j’utiliserais toutes mes ressources, présentes et futures, avant tout dans l’intérêt de cette communauté. Tandis que j’entre dans ma dernière année à Princeton, je me surprends à viser les mêmes buts que mes camarades blancs…La voie que je me suis choisie me mènera sûrement vers une plus grande intégration et (ou) une assimilation à une structure culturelle sociale et blanche qui me permettra seulement de rester à la périphérie de la société. Sans jamais y participer complètement. » Diplômée avec mention en 1985, Michelle Obama (Robinson par son nom de famille) rejoindra ensuite les bancs de Harvard, une autre des plus importantes universités américaines avec l’objectif de décrocher son diplôme en droit. Et aussi la ferme intention d’entreprendre une carrière d’avocate et de réussir à s’imposer dans la « white society », la société blanche des Etats-Unis… Valérie Fontaine stations de radio, brasseries, producteurs de disques, agences de publicité et sportifs renommés… » Pour Quinty White, son patron à Sidley Austin, « Michelle était la collaboratrice la plus ambitieuse que je n’ai jamais vue. Très vite, elle a réclamé et obtenu des missions de haut niveau alors qu’elle n’était qu’une débutante dans le métier. Elle s’occupera ainsi des droits du célèbre personnage de dessin animé Barney ou du dossier de la marque de bière Coors. Je me suis dit que cette fille avait un énorme potentiel et qu’elle irait très loin… » se souvint White dans les colonnes du « Chicago Tribune » en février 2010. Mais si elle a trouvé sa voie professionnelle, la belle Michelle n’a pas encore déniché l’homme de sa vie. V.F Le Magazine - 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 1Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 2-3Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 4-5Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 6-7Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 8-9Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 10-11Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 12-13Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 14-15Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 16-17Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 18-19Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 20-21Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 22-23Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 24-25Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 26-27Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 28-29Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 30-31Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 32-33Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 34-35Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 36-37Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 38-39Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 40-41Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 42-43Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 44-45Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 46-47Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 48-49Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 50-51Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 52-53Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 54-55Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 56-57Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 58-59Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 60-61Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 62-63Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 64-65Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 66-67Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 68-69Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 70-71Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 72-73Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 74-75Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 76-77Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 78-79Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 80-81Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 82-83Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 84-85Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 86-87Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 88-89Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 90-91Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 92-93Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 94-95Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 96-97Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 98-99Le Magazine numéro 8 jan/fév/mar 2013 Page 100