Le Magazine n°7 avr/mai 2010
Le Magazine n°7 avr/mai 2010
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°7 de avr/mai 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : la vie secrète des milliardaires.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
étendu ce les terminnexions u des celndommafonctions comme le et la naévidence améliorat la quandans le 36 DOSSIER CERVEAU : DES DÉCOUVERTES EXCEPTIONNELLLES ses mais insi de rés fines, moteur et e nouvelles es et perisation du s d’essaisnt de maes telles rer le cerlésion cécation sur aginable CNRS Photothèque/SHERRARD Rachel Restaurer les connexions neuronales Des chercheurs du laboratoire Neurobiologie des Processus Adaptatifs (CNRS/Université Pierre et Marie Curie) ont montré qu'il est possible de réparer un cerveau lésé après un traumatisme en créant des connexions neuronales nouvelles en petit nombre mais bien ciblées, plutôt que plus nombreuses mais non spécifiques. Les tests comportementaux montrent que ces connexions peuvent ainsi restaurer les fonctions cérébrales endommagées. Nouvelle connexion (en rouge) ayant formé des contacts sur une cellule de Purkinje cible d'un cerveau de rongeur (en bleu) et permettant la restauration fonctionnelle. Des chercheurs ont montré qu'il est possible de réparer un cerveau lésé après un traumatisme en créant des connexions neuronales nouvelles en petit nombre mais bien ciblées, plutôt que plus nombreuses mais non spécifiques. Laréparation du système nerveux central et la restauration d'une activité motrice volontaire grâce à la repousse des axones ont longtemps été considérées comme impossibles chez les mammifères. Mais quelle en est la cause ? Une équipe Insermdirigée par Alain Privat, associée à celle de Jacques Mallet (du Centre de recherche de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière - UPMC/CNRS/Inserm), a montré récemment qu'un élément essentiel freinant cette régénération était dû à l'activité des astrocytes, ces cellules nourricières qui entourent les neurones. En temps normal, les astrocytes ont pour rôle principal d'apporter les éléments nutritifs nécessaires au bon fonctionnement des neurones. En cas de traumatisme ou de lésion de la moelle épinière, ils synthétisent deux protéines particulières qui isolent le neurone endommagé afin de ne pas perturber le bon fonctionnement du système nerveux central. Si cette protection est utile dans un premier temps, elle engendre à long terme la formation d'un tissu cicatriciel imperméable autour du neurone. Cette « cicatrice » constitue une sorte de 54 - Le Magazine Science magazine n°24 Les lésions du cerveau chez l’adulte provoquent sur le long terme des dommages irréparables au niveau physique et intellectuel. Cependant, les fonctions motrices et spatiales peuvent être récupérées si les neurones non lésés sont stimulés pour créer de nouvelles connexions. Ce type de nouvelles connexions croît spontanément après une lésion cérébrale chez les très jeunes enfants. Comme nous l'avons dit ci-dessus, les chercheurs avaient montréprécédemment - àpartir d’une lésion de la voie neuronale reliant le tronc au cervelet - qu’il était possible d’induire de nouvelles connexions chez le jeune adulte, semblables à celles observées chez le nouveau-né. Une réparation rendue possible en traitant le cervelet lésé avec un peptide (une protéine qui existe normalement dans le cerveau et qui intervient dans son développement et son fonctionnement), le « Brain Derived Neurotrophic Factor » (BDNF) jouant un rôle dans le développement et le bon fonctionnement de cette voie neuronale. grillage impénétrable hostile à la régénération axonale et donc à la propagation de l'influx nerveux. En cas de traumatisme important, ces cicatrices engendrent la paralysie motrice. Fort de ces premières observations, la stratégie poursuivie par les chercheurs a donc été de mettre au point un outil thérapeutique capable de bloquer la formation de ce tissu cicatriciel. Pour cela, ils ont utilisé une technique de thérapie génique. Des petites séquences d'ARN fabriquées sur mesure ont été, à l'aide d'un vecteur thérapeutique viral, introduites dans des astrocytes mis en culture. (Rappelons que l'ARN est la molécule servant à transférer les instructions génétiques inscrites dans l'ADN). Une fois dans la cellule, elles activent des mécanismes qui bloquent la synthèse des deux protéines secrétées par les astrocytes et responsables de la formation de la cicatrice. Grâce à cette technique, les chercheurs ont réussi àcontrôler la réaction des astrocytes, et, quand ceux-ci sont cultivés avec des neurones, à favoriser leur survie et à déclencher la repousse axonale. Cette expérience faite in vitro fait naître de Ici, les chercheurs ont étendu ce modèle en montrant que les terminaisons des nouvelles connexions interagissent avec le réseau des cellules neuronales non endommagées pour restaurer des fonctions qui leur sont associées, comme le mouvement synchronisé et la navigation dans l’espace. Ces résultats mettent en évidence une corrélation entre l’amélioration du comportement et la quantité de reconnexions dans le cervelet. Celles-ci, peu nombreuses mais bien ciblées, permettent ainsi de récupérer des fonctions fines, comme l’apprentissage moteur et spatial. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives prometteuses et permettent d’envisager l’utilisation du BDNF - déjà utilisé lors d’essais cliniques dans le traitement de maladies neurodégénératives telles que Parkinson - pour réparer le cerveau humain après une lésion cérébrale. Régénérer les neurones après un traumatisme grands espoirs en attendant que l'application sur l'homme se concrétise. Réparer le cerveau : une possibilité inimaginable il y a encore si peu de temps...
Crédits ESA 2007 MPS for OSIRIS ALFRED VIDAL-MADJAR : OÙ ALLONS-NOUS VIVRE DEMAIN ? INTERVIEW D'ALFRED VIDAL-MADJAR : OÙ ALLONS-NOUS VIVRE DEMAIN ? Astrophysicien, directeur de recherche au CNRS et à l'Institut d'astrophysique de Paris (IAP), Alfred Vidal-Madjar se situe à l'avant-garde de l'observation des planètes. Il a peut-être participé à la première détection d’une planète extrasolaire (encore à confirmer), autour de l'étoile Beta Pictoris, et étudie aujourd'hui l'atmosphère d'Osiris, une géante gazeuse contenant de l'hydrogène, de l'oxygène et du carbone. Pour l'ensemble de ses travaux, il a reçu la Médaille d'argent du CNRS et le Prix Ampère de l'Académie des Sciences. Précédemment auteur de « Il pleut des planètes » (Hachette Littératures), il aborde dans son dernier ouvrage, « Où allons-nous vivre demain ? » (Editions Hugo&Cie), le problème de l'explosion démographique actuelle qui nécessitera, dans des délais relativement courts, un départ vers les autres planètes et pourquoi pas les autres systèmes stellaires. Un livre très instructif, plein d'humour, et pourtant bien inquiétant... Envisageant la croissance exponentielle de la population mondiale (qui a doublé en 75 ans, puis en 40 ans de 1960 à l'an 2000), vous dites que nous nous apercevrons malheureusement trop tard combien cette croissance se révèle incontrôlable... Toutes les planètes contiennent l'ensemble des éléments nécessaires à la vie humaine... Alfred Vidal-Madjar INTERVIEW J'ai l'impression que l'espèce humaine est comme elle est car elle résulte de l'évolution : possédant des qualités remarquables d'adaptation et de survie, elle domine toutes les autres espèces sur Terre. Ces qualités signifient qu'elle est remarquablement programmée pour continuer à se multiplier et qu'il sera extrêmement difficile de changer ce programme. Si l'on compare notre planète à un aquarium, la population de poissons ne peut s'accroître indéfiniment dans cet espace fini. Ceux qui sont en trop disparaissent. Qui peut envisager cela pour l'humanité ? Il nous faut donc trouver une solution autre que celle consistant à regarder l'aquarium se remplir sans agir. Sur Terre, les ressources, l'eau potable s'épuiseront irrémédiablement, nous conduisant àune situation dramatique et pourtant imminente : 9 milliards d'individus sont prévus en 2050, possiblement le double 20 ans après, et ainsi de suite, l'explosion démographique allant en s'accélérant ! Malheureusement, en l'absence de prise de conscience collective de ce formidable danger qui menace l'humanité, quels hommes politiques pourraient, à l'encontre de tous, prendre des décisions pour freiner cette croissance de la population ? Cependant, la Terre comporte encore de vastes espaces inhabités... Rappelez-vous l'exemple du nénuphar qui double chaque jour la surface d'eau qu'il recouvre et remplit son étang au bout de 20 jours. Le 19ème jour, alors que seulement la moitié de l'étang est recouverte, qui supposerait que le 20ème jour les feuilles de nénuphar n'aient plus de place pour se multiplier ? D.R. Le Magazine - 55 Science magazine n°24 37 Crédits ESA 2007 MPS for OSIRIS Crédits ESA 2007 MPS for OSIRIS AA Astr A Alfr A cipé Beta B drog gent Préc P dern plos vers Un Ul Env E la la p ans, dite d semse se r T d



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 1Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 2-3Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 4-5Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 6-7Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 8-9Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 10-11Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 12-13Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 14-15Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 16-17Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 18-19Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 20-21Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 22-23Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 24-25Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 26-27Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 28-29Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 30-31Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 32-33Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 34-35Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 36-37Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 38-39Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 40-41Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 42-43Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 44-45Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 46-47Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 48-49Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 50-51Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 52-53Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 54-55Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 56-57Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 58-59Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 60-61Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 62-63Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 64-65Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 66-67Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 68-69Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 70-71Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 72-73Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 74-75Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 76-77Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 78-79Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 80-81Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 82-83Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 84