Le Magazine n°7 avr/mai 2010
Le Magazine n°7 avr/mai 2010
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°7 de avr/mai 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : la vie secrète des milliardaires.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
t des ents, 30 de es « bisympon des début es sous amypacités n is au, t un de la ts 34 DOSSIER CERVEAU : DES DÉCOUVERTES EXCEPTIONNELLLES CNRS Photothèque/COLLIOT Olivier Réparer le cerveau : tout devient envisageable Le cerveau devenant capable de « repousser », de nouvelles pistes donnent de l'espoir pour le traitement des lésions de cette machine si complexe : protéines réparatrices, greffes de neurones, nouveaux médicaments, etc... Les premiers résultats obtenus en laboratoire, notamment au CNRS (cf Le Journal du CNRS n°230 de mars 2009), sont encourageants... Un exploit : la greffe de neurones Parmi les exemples récents, l'an dernier, l'équipe de Rachel Sherrard, du Laboratoire francilien « Neurobiologie des processus adaptatifs », est parvenue à restituer, chez un rat présentant une lésion du cervelet, le contrôle des mouvements. Ceci en lui injectant une protéine cérébrale de la famille des neurotrophines, nommée BDNF, qui a permis la naissance de nouvelles connexions entre les neurones. Un espoir pour le traitement des traumatismes crâniens, de la maladie de Huntington et des accidents vasculaires cérébraux. En 2007, à l'Institut de physiologie et biologie cellulaires de Poitiers, l'équipe de MohamedJaber réalisait un exploit en implantant des embryons de neurones chez des souris adultes présentant une lésion du cortex. Ces neurones transplantés avec succès ont établi des contacts avec les autres neurones développant des fibres nerveuses jusqu'à la moelle épinière. La greffe de neurones est envisageable pour reconstruire des voies nerveuses centrales endommagées et traiter certaines maladies neurodégénératives telles celles d'Huntington et de Parkinson. L'équipe de MohamedJaber, avec une équipe belge, vient dernièrement de réussir à différencier des cellules souches en divers types de neurones embryonnaires transplantables, les neurones étant très différents selon les régions du cerveau. Elle a transplanté des neurones spécifiques du cortex cérébral créés à partir de cellules souches. Bien sûr, ces résultats ne proviennent pour l'instant que d'expériences sur la souris : nous n'en sommes pas encore aux applications sur l'homme chez lequel les fibres nerveuses des neurones sont bien plus longues. 52 - Le Magazine Science magazine n°24 Les recherches en pharmacologie s'activent également, surtout pour les maladies de Parkinson et d'Alzheimer. Pour cette dernière, caractérisée par l'apparition de plaques dites « amyloïdes » à l'extérieur des neurones, les scientifiques s'intéressent à une enzyme nécessaire à la transmission du signal nerveux en charge des fonctions cognitives, l'acétylcholinestérase. Avec une équipe israélienne, Martin Weik et ses collègues grenoblois de l'Institut de biologie structurale Jean-Pierre Ebel ont réussi àl'observer en pleine action et ont constaté les différentes formes qu'elle prenait, son fonctionnement dépendant de ces formes. Aidés d'un laboratoire italien créant des molécules dites « bifonctionnelles », agissant à la fois sur les symptômes de la maladie et sur la formation des plaques amyloïdes, ils ont découverts début 2009 une molécule dont l'injection sur des souris malades a entraîné la perte des plaques amyloïdes et un rétablissement des capacités cognitives ! Imagerie cérébrale : à gauche, hippocampe d'un sujet sain, à droite hippocampe d'un patient atteint de la maladie d'Alzheimer. Grâce au logiciel de traitement d'images mis au point par des chercheurs, un radiologue peut avoir accès au volume de l'hippocampe, représenté en rouge sur la coupe. L'hippocampe est une structure du cerveau jouant un rôle fondamental dans les processus de mémoire ; il est affecté aux premiers stades de la maladie d'Alzheimer. Ce logiciel a été utilisé avec succès pour distinguer des patients atteints par la maladie d'individus en bonne santé et de même âge. CNRS Photothèque/COLLIOT Olivier
34 CERVEAU DOSSIER : DES DÉCOUVERTES CERVEAU : DES EXCEPTIONNELLLES DÉCOUVERTES EXCEPTIONNELLLES DOSSIER Réparer Une observation lede cerveau : plus en plus fine du cerveau tout devient envisageable Les recherches en pharmacologie s'activent également, surtout pour les maladies de Parkinson et d'Alzheimer. Pour cette dernière, caractérisée par l'apparition de plaques dites « amyloïdes » à l'extérieur des neurones, les scientifiques s'intéressent à une enzyme néces- L'observation du cerveau requiert des instruments de plus en plus perfectionnés, révélant dès les premiers stades de la maladie d'Alz- l'équipe de Sylvain Baillet réussissait à obcampe, une structure cérébrale s'atrophiant améliorer leur précision se poursuit. En 2007, des détails de plus en plus précis. heimer. Il pourrait donc aider à poser un diagnostic de « plus repousser précoce », », indique de nouvelles son collègue pistes liseconde donnent près grâce de l'espoir à une nouvelle pour technique le traitement des server le fonctionnement du cerveau à la mil- Le cerveau devenant capable Des scientifiques lésions du de Centre cette de machine recherche de si complexe : Olivier Colliot. protéines réparatrices, greffes de modélisation de neurones, des champs nouveaux magnétiques enregistrés au CNRS par magnétoencéphalographie. (cf Le Journal du CNRS n°230 de médicaments, l'Institut etc... du cerveau Les et premiers de la moelle résultats épinière obtenus Les appareils en IRM laboratoire, eux-mêmes sont notamment pleine viennent mars de mettre 2009), au point sont deux encourageants... logiciels évolution. La récente technique IRM de analysant plus finement que l'œil humain des « tractographie » permet aujourd'hui d'étudier les connexions saire à la entre transmission différentes du régions signal nerveux en boratoire italien n°230 créant de mars des 2009) molécules dites « bi- (Source : Journal du CNRS images obtenues par imagerie par résonance magnétique Un (IRM) classique. exploit « Baptisé Neurinfarct, le premier prédit l'étendue des tissus lément. La nestérase. tendance est Avec également une équipe au cou- israélienne, Martin tômes de la maladie et sur la formation des : du cerveau charge et non des plus fonctions chaque région cognitives, iso- l'acétylcholifonctionnelles », agissant à la fois sur les symp- la greffe de exposés à un risque de lésions irréversibles plage de plusieurs Weik et ses techniques collègues d'imagerie grenoblois de l'Institut Vue de de la Caméra plaques TEP-CT amyloïdes, (General ils Electric ont découverts début suite à un accident vasculaire cérébral, de manière fiable et rapide », explique Sylvain Bailner à rayons àl'observerX, caméra en à positons...). pleine action Pa- et ont constaté les ris malades a entraîné la perte des plaques amy- pour une étude biologie plus structurale fine du cerveau Jean-Pierre (scan- Ebel ont VCTHDRX),utilisantlatechnique réussi 2009 une molécule dont l'injection d'imagerie par émission de positons, couplée à sur des sou- neurones un scanner à rayonX. Cette machine est let, à l'origine Parmi du projet les de exemples ce logiciel. récents, « Quant l'an dernier, rallèlement, différentes la course formes à l'augmentation qu'elle prenait, du son utilisée fonctionnement dépendant des machines de ces formes. pour Aidés etd'un fonctionnelle la- cognitives dans les ! domaines de l'on- pour faire loïdes de et l'imagerie un rétablissement anatomiquedes capacités au second, il mesure l'équipe le de volume Rachel de Sherrard, l'hippo-du Laboratoire francilien « Neurobiologie des procologie, la neurologie et la cardiologie. champ magnétique cessus adaptatifs », est parvenue à restituer, chez un rat présentant une lésion du cervelet, le contrôle des mouvements. Ceci en lui injectant une protéine cérébrale de la famille des neurotrophines, nommée BDNF, qui a permis la naissance de nouvelles connexions entre les neurones. Un espoir pour le traitement des traumatismes crâniens, de la maladie de Huntington et des accidents vasculaires cérébraux. En 2007, à l'Institut de physiologie et biologie cellulaires de Poitiers, l'équipe de MohamedJaber réalisait un exploit en implantant des embryons de neurones chez des souris adultes présentant une lésion du cortex. Ces neurones transplantés avec succès ont établi des contacts avec les autres neurones développant des fibres nerveuses jusqu'à la moelle épinière. La greffe de neurones est envisageable pour reconstruire des voies nerveuses centrales endommagées et traiter certaines maladies neurodégénératives telles celles d'Huntington et de Parkinson. L'équipe de MohamedJaber, avec une équipe belge, vient dernièrement de réussir à différencier des cellules souches en divers types de neurones embryonnaires transplantables, les neurones étant très différents selon les régions du cerveau. Elle a transplanté des neurones spécifiques du cortex cérébral créés à partir de cellules souches. Bien sûr, ces résultats ne proviennent pour l'instant que d'expériences sur la souris : nous n'en sommes pas encore aux applications sur l'homme chez lequel les fibres nerveuses des neurones sont bien plus longues. Science magazine n°24 Imagerie cérébrale : à gauche, hippocampe d'un sujet sain, à droite hippocampe d'un patient atteint de la maladie d'Alzheimer. Grâce au logiciel de traitement d'images mis au point par des chercheurs, un radiologue peut avoir accès au volume de l'hippocampe, représenté en rouge sur la coupe. L'hippocampe est une structure du cerveau jouant un rôle fondamental dans les processus de mémoire ; il est affecté aux premiers stades de la maladie d'Alzheimer. Ce logiciel a été utilisé avec succès pour distinguer des patients atteints par la maladie d'individus en bonne santé et de même âge. CNRS Photothèque/RAJAU Benoît Le Magazine - 53 Science magazine n°24 35 CNRS Photothèque/COLLIOT Olivier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 1Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 2-3Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 4-5Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 6-7Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 8-9Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 10-11Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 12-13Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 14-15Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 16-17Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 18-19Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 20-21Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 22-23Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 24-25Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 26-27Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 28-29Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 30-31Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 32-33Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 34-35Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 36-37Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 38-39Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 40-41Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 42-43Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 44-45Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 46-47Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 48-49Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 50-51Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 52-53Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 54-55Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 56-57Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 58-59Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 60-61Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 62-63Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 64-65Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 66-67Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 68-69Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 70-71Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 72-73Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 74-75Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 76-77Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 78-79Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 80-81Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 82-83Le Magazine numéro 7 avr/mai 2010 Page 84