Le Magazine n°6 jui/aoû/sep 2012
Le Magazine n°6 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°6 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 30 Mo

  • Dans ce numéro : Hollande pas si gauche !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
Economie Made in France : filon ou nécessité é ? Octobre 2011, l’effer- commencé la fabrication en Chine. Le made in France vescence est de mise à À 45 ans, le défi de cet ex-publici- Montceau-les-Mines nes en taire devenu le P-DG d’Unowhy, le a le vent en poupe. Saône-et-Loire. Sous les fabricant de QOOQ, OQ, est clair. « Je Qualité des produits yeux du ministre de la voulais prouver à mes enfants qu’il Recherche Laurent Wauquiez et du était encore possible de produire en et valorisation des président du conseil général Arnaud France. Mais à la suite d’une étude r-faire originaux Montebourg, Jean-Yves Heppa comparée des différentiels férentiels de coût concrétisé son pari fou : relocaliser de production entre la France et la uent les atouts de en France la production des tablettes Chine, nous nous sommes aperçus numériques QOOQ, après en avoir qu’il n’y avait aucun un écart de prix », savoir-faire originaux constituent les atouts de la production française. D epuis 1843, l’entreprise Blanc des Vosges, basée à Gérardmer (88), est spécialiséeée dans la fabrication et la confection de linge de maison. Avec un effectif de 110 collaborateurs,rs, dont 90 couturières, l’entreprise a fait de son savoir-faire artisanal le pilier de sa réussite, démontrant au passage la pertinence et 62 - Le Magazine la viabilité économique d’une production industrielle textile située Jea en France. « À de mon arrivée à la tête de l’entreprise en 1998, la question de la délocalisation s’est posée. À l’heure où l’ensemble de mes confrères délocalisait leurs outils de production, e in Fr é je me suis refusé à suivre cette tendance en dépit de l’incompréhension de mes pairs, car notre objectif était d’avoir un avantage concurrentiel en valorisant le métier de la broderie », explique Jean-François Birac, 44 ans, P-DG de Blanc des Vosges. En positionnant ses produits sur le haut de gamme, l’entreprise entend garantir un niveau Jean-François Birac, P-DG de Blanc des Vosges élevé de service auprès de sa clientèle. « Par la maîtrise de notre outil de production, nous gagnons en réactivité et pouvons produire des rance : é ? Blanc des Vosges, une PME dans de beaux draps articles sur mesure. Cette personnalisation de l’offre représente d’ailleurs 20% de notre chiffre d’affaires », se félicite le jeune homme, diplômé de l’École de management de Strasbourg et de l’université de Bradford. Victime d’une distorsion de concurrence en termes de coût du travail face aux pays asiatiques, Blanc des Vosges a pour atout l’assurance d’une régularité optimale en termes de qualité et de livraison. Avec un réseau de 1.200 distributeurs et 8 boutiques en propre, la société vosgienne a réalisé un chiffre d’affaires de 14 millions d’euros. En 2011, l’entreprise s’est vu décerner le label Entreprise du Patrimoine Vivant, distinction remise par le ministère de l’Économie, des Financesnces et de l’Industrie qui récompense les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux anaux et industriels d’excellence. « C’est une réelle e reconnaissance de notre savoir-faire en tant que fabricant français. Ce label constitue aussi un appui opérationnel pour nous développer à l’international. Les distributeurs étrangers sont très sensibles au fait que nous appartenons au patrimoine français ». Une caution supplémentaire pour une entreprise qui a réalisé 20% de son chiffre d’affaires aires sur les marchés à l’export.
relève l’entrepreneur, eneur, diplômé d’un MBA Sciences-Po Paris. Lassé des difficultés rencontrées avec les four- nisseurs chinois, notamment un taux de défaut avoisinant les 8%, décision est prise de confier la fabrication des tablettes au sous-traitant indus- triel Eolane, qui emploie 2.500 sala- riés. « Si nous avons automatisé une partie de la production, nous nous appuyons malgré tout sur une main- d’œuvre qualifiée et performante, qui assure le contrôle qualité de nos tablettes. En économisant d’importantes dépenses, notam- ment sur les frais de transport ou de logistique, nous avons réussi à compenser le surcoût, de l’ordre de 60%, de la main- d’œuvre française », aise », se réjouit Jean-Yves Hepp. p.Une stratégie payante puisque QOOQ se posi- tionne comme l’unique produc- teur de tablettes es électroniques fabriquées localement et non en Asie. De quoi conforter le made in France de plus en plus plébiscité par les consommateurs. mateurs. Miser sur la qualité et la traçabilité té des produits Selon un sondage réalisé en novembre 2011 1 par l’Ifop pour le compte de l’association Cedre (Comité des entrepreneurs pour un développement responsable de l’éco- nomie), 76% des personnes inter- rogées estiment t que la qualité du produit représente le critère majeur qui motive l’acte d’achat, derrière le prix. Ainsi, 66% des sondés se disent disposés à payer 5% plus cher pour acheter français. Un état de fait plei- nement intégré par la société pari- sienne Génération Plume qui conçoit, produit et commercialise mercialise des culottes antifuites pour bébés sous la marque Hamac. « Eu égard à nos valeurs tournées vers le développement durable, nous avons pour volonté de produire en France. Nous y avons trouvé un savoir-faire, une rapidité sur les commandes, une excellente réactivité et une facilité de trans- port, ce qui améliore nos impacts Smuggler taille un costard aux Italiens A lors que François- nous vendons directement se revendique comme le Henry Pinault les costumes, en éliminant costumier leader er du marché vient de racheter les intermédiaires et les parisien avec son réseau de le costumier italien Brioni, le son de cloche est différent chez Smuggler. « Tous nos costumes sont réalisés en France et je ne pourrais tolérer qu’il en soit autrement ! », martèle Gilles Attaf, 48 ans, P-DG de la marges en cascade », explique cet autodidacte. dacte. « Ainsi, nous sommes mes en mesure de proposer des costumes haut de gamme à des prix compétitifs, en dépit d’un coût de production dans nos 11 boutiques. « Nous avons été la première e entreprise de prêt-à-porter à obtenir le label « Origine France Garantie ». Cette distinction n légitime notre produit. Les consommateurs sont de plus en plus exigeants quant à la traçabilité des produits, veulent savoir comment ils sont fabriqués et sont concernés par leur histoire. Jusqu’alors marginalisé, le made in France est devenu un atout de croissance et de compétitivité ». té ». Si le thème de la réindustrialisationisation anime aujourd’hui la sphère politique, « il ne faut pas oublier la problématique de la pérennisation et la préservation du savoir- holding métiers qui faire qui tend à disparaître ABCD Gilles Attaf, P-DG revient 7 fois progressivement. ent. Nous avons Partners. d’ABCD Partners plus cher mis en place une importante Pour ce qu’en Asie ». politique de formation en fils de culottier de Belleville, la qualité et la défense des savoir-faire locaux sont érigées en dogmes incontournables.ntournables. Avec son associé Serge Bonnefont, P-DG de France confection (spécialisée dans la fabrication de prêt-à-porter) et intégrée au sein de la holding ABCD Partners, Gilles Attaf a racheté en 2000 la marque Smuggler et ses 5 boutiques de prêt-à-porter hommes. « Dans l’optique de pérenniser notre savoir-faire et nos 120 emplois sur le site de production, nous avons fait le choix stratégique de la verticalisation. Nous produisons nous-mêmes et Par la maîtrise et la proximité de son outil de production, Smuggler est ainsi apte à proposer r un service sur mesure. Une offre plébiscitée ité par la clientèle. « Ce concept représente e près de la moitié de notre chiffre d’affaires. C’est un avantage concurrentielntiel indéniable car nos concurrents, qui ont délocalisé leur site de production, peuvent difficilement ent proposer cette prestation ». » Avec un chiffre d’affaires consolidé de 10 millions ions d’euros en 2011 et un effectif de 150 salariés, Smuggler interne. Avant de penser à relocaliser les entreprises en France, attachonsnous à garder celles qui ne se sont pas délocalisées lisées et à les aider à préserver leur savoir-faire », insiste cet homme passionné. Avec une levée de fonds en cours, Smuggler entendnd doubler le nombre de ses magasins s d’ici 2 ans et exporter r le prestige de la griffe française (à l’instar de De Fursac) à l’international, al, de Genève à Londres en passant par New York. Economie Le Magazine - 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 1Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 2-3Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 4-5Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 6-7Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 8-9Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 10-11Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 12-13Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 14-15Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 16-17Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 18-19Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 20-21Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 22-23Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 24-25Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 26-27Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 28-29Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 30-31Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 32-33Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 34-35Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 36-37Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 38-39Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 40-41Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 42-43Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 44-45Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 46-47Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 48-49Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 50-51Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 52-53Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 54-55Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 56-57Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 58-59Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 60-61Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 62-63Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 64-65Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 66-67Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 68-69Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 70-71Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 72-73Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 74-75Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 76-77Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 78-79Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 80-81Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 82-83Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 84-85Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 86-87Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 88-89Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 90-91Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 92-93Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 94-95Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 96-97Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 98-99Le Magazine numéro 6 jui/aoû/sep 2012 Page 100