Le Magazine n°6 fév/mar 2010
Le Magazine n°6 fév/mar 2010
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°6 de fév/mar 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 27,5 Mo

  • Dans ce numéro : à quoi joue Carla Sarkozy ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
12 ACTUALITÉS BRÈVES'infection Le mécanisme d'infection pe dévoilé du virus de la grippe dévoilé oléculaire présente au Nm) pour otéique deie à l'ARN ermédiaire but de sonnnu sous le ent vol de mérase vinction prée au sein de erses. Ruigrok et e Biologie irus et celaboratoire ont découde la polydu clivage s résultats, le clivage la polyméeur à l'UJF ent que PA est Comment une cible thérapeutique virus de la grippe antivirale altère-t-il prometteuselules humaines L'inhibition ? Des du clivage chercheurs de la européens coiffe est un ont les cel- moyen obtenu efficace une image d'enrayer haute l'infection résolution car d'un dans domaine cas, le protéique virus n'est essentiel, plus en mesure grâce auquel de se mul- le vi- ce tiplier. rus peut Nous prendre savons désormais le contrôle où des concentrer cellules nos humaines efforts et en s'y matière multiplier. de développement Ces travaux permettent de définir », ajoute avec précision Stephen Cusack, une cible res- thé- de médicaments ponsable rapeutique de l'EMBL fondamentale et directeur contre de le l'UVHCI. virus de la grippe. Les chercheurs ont produit des cristaux du domaine La grippe PA et reste les une ont maladie analysés avec à l'aide laquelle des il puissants faut composer. rayons X Chaque générés année, par les l'installation épidémies nous européenne saisonnières de tuent rayonnement plusieurs centaines synchrotron de milliers de (European personnes dans Synchrotron le monde. Radiation Compte tenu Fa- de l'ESRF cility), du risque à Grenoble. de pandémie L'image si des haute souches résolution de grippe du domaine aviaire acquièrent ainsi obtenue la capacité montre les d'altérer acides facilement qui les constituent cellules humaines, le site actif le impliqué développement dans le aminés clivage de nouveaux de l'ARN. médicaments Ces informations et de nouveaux pourraient vaccins fait l'objet d'orienter de tous le développement les efforts. de futurs permettre médicaments antiviraux. Il y a quelques mois seulement, Lorsque le virus même de groupe la grippe de infecte chercheurs une cellule avait déjà hôte, identifié il cherche une à se autre répliquer partie afin essentielle d'attaquer de davantage de de cellules. la grippe, La clé un domaine du processus situé réside cette la polymérase fois dans dans une la enzyme sous-unité virale, PB2, appelée capable polymérase, de reconnaître qui copie la coiffe le matériel de l'hôte génétique et de s'y du lier. virus Ces et deux force découvertes ainsi le mécanisme conjuguées de la cellule offrent hôte une à synthétiser les complète protéines du virales. mécanisme Pour ce de faire, « cap elle snat- cap- image presque ching ture un » qui petit permet fragment au virus appelé de la « grippe coiffe de » sur prendre molécules le contrôle d'ARN des cellules des cellules humaines. hôtes et les l'ajoute Les animaux savent manchots compterurs fortementés d'extinction Le fait de savoir compter ne dépend pas uniquement de mécanismes mentaux complexes liés en particulier à l'acquisition du langage. Les animaux, tout comme les bébés humains, possèdent des facultés climatiques innées appelées du GIEC « (Groupe intuition intergou- des nombres » ite par les modèles'évolution du climat) qui leur provoquerait permettent la d'évaluer disparition un nombre des man- d'objets. Tel est le résultat semblables mis en évidence dans un par ensemble des chercheurs donné. Les du primates, en collaboration les souris, certains avec deux oiseaux équipes (perroquets, amé- pi- de Chizé (CNRS), tique, cet oiseau geons, de mer poules), a la particularité certains d'être poissons extrêmement et amphibiens banquise ou glace possèdent mer. Celle-ci les mêmes fait office compétences. de plate-forme Des chercheurs la reproduction de l'Université en hiver, de Valence tout en (Espagne) leur as- vien- février) puis pourllement à base de nent calmars, de prouver de poissons que certains et de krill, insectes toutes en perctiques). La banquise également leur dotés, est donc tels essentielle, les scarabées tant de pour la farine se et étaient rir, deux fonctions les vitales abeilles. pour la survie de l'espèce. 54 - Le Magazine Science magazine n°22 (Source : Animal cognition) au sien. La coiffe est une structure moléculaire d'ARN supplémentaire qui doit être présente au début de chaque ARN messager (ARNm) pour orienter le processus de synthèse protéique de la cellule. La polymérase virale se lie à l'ARN messager de la cellule hôte par l'intermédiaire de sa coiffe, la retire et l'ajoute au début de son propre ARNm. Ce processus est connu sous le nom de « cap snatching » (littéralement vol de coiffe). La façon exacte dont la polymérase virale parvient à ses fins, ainsi que la fonction précise des trois sous-unités de l'enzyme au sein de ce processus, font l'objet de controverses. Les chercheurs des groupes de Rob Ruigrok et de Stephen Cusack au laboratoire Biologie structurale des interactions entre virus et cellule hôte (UVHCI) et à l'EMBL (Laboratoire européen de biologie moléculaire) ont découvert qu'une partie d'une sous-unité de la polymérase, appelée PA, est responsable du clivage de la coiffe de l'ARNm hôte. « Nous avons été très surpris par ces résultats, parce que tout le monde pensait que le clivage s'effectuait dans une autre partie de la polymérase », déclare Rob Ruigrok, Professeur à l'UJF et directeur adjoint de l'UVHCI. « Ces nouvelles découvertes suggèrent que PA est une cible thérapeutique antivirale prometteuse. L'inhibition du clivage de la coiffe est un moyen efficace d'enrayer l'infection car dans ce cas, le virus n'est plus en mesure de se multiplier. Nous savons désormais où concentrer nos efforts en matière de développement de médicaments », ajoute Stephen Cusack, responsable de l'EMBL et directeur de l'UVHCI. Les chercheurs ont produit des cristaux du domaine PA et les ont analysés à l'aide des puissants rayons X générés par l'installation européenne de rayonnement synchrotron de l'ESRF (European Synchrotron Radiation Facility), à Grenoble. L'image haute résolution du domaine ainsi obtenue montre les acides aminés qui constituent le site actif impliqué dans le clivage de l'ARN. Ces informations pourraient permettre d'orienter le développement de futurs médicaments antiviraux. Il y a quelques mois seulement, le même groupe de chercheurs avait déjà identifié une autre partie essentielle de la polymérase de la grippe, un domaine situé cette fois dans la sous-unité PB2, capable de reconnaître la coiffe de l'hôte et de s'y lier. Ces deux découvertes conjuguées offrent une image presque complète du mécanisme de « cap snatching » qui permet au virus de la grippe de prendre le contrôle des cellules humaines. Les manchots empereurs fortement menacés d'extinction La fonte de la banquise prédite par les modèles climatiques du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) provoquerait la disparition des manchots empereurs d'ici 2100. Tel est le résultat mis en évidence par des chercheurs du Centre d'études biologiques de Chizé (CNRS), en collaboration avec deux équipes américaines. Localisé en Antarctique, cet oiseau de mer a la particularité d'être extrêmement sensible aux variations de la banquise ou glace de mer. Celle-ci fait office de plate-forme pour la mue en été (janvier/février) puis pour la reproduction en hiver, tout en leur assurant leur pitance (essentiellement à base de calmars, de poissons et de krill, toutes petites crevettes des eaux antarctiques). La banquise leur est donc essentielle, tant pour se reproduire que pour se nourrir, deux fonctions vitales pour la survie de l'espèce.
Détecter l'or, l'arsenic, etc Un dispositif remarquable a été produit à Tomsk (Russie) dans l'entreprise de recherche et production TOM'ANALIT : l'analyseur voltampérométrique, dont la tâche principale est de déterminer le contenu en microéléments d'un objet. Ce dispositif permet de mesurer les basses concentrations de presque deux douzaines d'éléments, y compris l'arsenic, le mercure, le cadmium, le plomb, le palladium et l'or. En plus, les échantillons peuvent être très petits, dix millilitres au maximum. Le principe de l'électrochimie n'est pas nouveau. Des électrodes sont plongées dans la solution type, la tension qui s'exerce sur elles étant différente. En étudiant le rapport de force exercé sur le potentiel d'électrode, on peut apprendre non seulement quelles substances électrochimiquement actives sont présentes dans la solution, mais aussi identifier leur quantité. Ce dispositif est intéressant car il combine plusieurs appareils existants en un. En fait, tous les éléments ne peuvent pas être détectés par la même électrode, donc l'appareil en inclut plusieurs, et les méthodes diffèrent quelque peu les unes des autres. Le corps de l'analyseur est fait d'acier inoxydable, et le dispositif est résistant à l'interférence électrostatique et électromagnétique. Pour les éléments les plus délicats, c'est-à-dire les électrodes, les chercheurs ont inventé des couvercles spéciaux qui permettent de les tenir et les installer sans toucher le plan de travail. Une particularité de ce nouvel analyseur est la combinaison de trois cellules électrochimiques en une. Cela signifie qu'il est possible d'analyser simultanément trois échantillons différents ou obtenir trois résultats immédiatement pour la même solution. Pour étendre les capacités de dispositif, les auteurs y ont ajouté un accessoire qui permet de mesurer des solutions, pour déterminer leur conductibilité et résoudre un certain nombre d'autres tâches. Ce dispositif est destiné à devenir un instrument universel réel pour les analystes et les écologistes. (Source : ADIT) BRÈVES ACTUALITÉS Les Pays-Bas Détecter vus du ciel Les Pa l'or, Prise par le satellite Envisat, de l'Agence spatiale européenne, le centre des Pays-Bas. Prise par le satellite En Vers le haut, la capitale Amsterdan est visible blanc sur la rive sud du canal de la Mer Vers dule haut, la capitale Nord. Le port de Rotterdam (en bas à gauche), l'arsenic, le plus grand d'Europe, s'étend sur plus Nord. de 40 Le port de Rotte km de long et couvre 10 000 hectares. La Haye, la troisième grande ville du pays, est visible km de long et couvre 1 etc le long de la côte au-dessus du port de Rotterdam. Et Utrecht, la quatrième, est en blanc le sur long la de la côte au-de droite à la même hauteur. droite à la même haute Un dispositif remarquable a été produit à Tomsk (Russie) dans l'entreprise de recherche et production TOM'ANALIT : l'analyseur voltampérométrique, dont la tâche principale est de déterminer le contenu en microéléments d'un objet. Ce dispositif permet de mesurer les basses concentrations de presque deux douzaines d'éléments, y compris l'arsenic, le mercure, le cadmium, le plomb, le palladium et l'or. En plus, les échantillons peuvent être très petits, dix millilitres au maximum. Le principe de l'électrochimie n'est pas nouveau. Des électrodes sont plongées dans la solution type, la tension qui s'exerce sur elles étant différente. En étudiant le rapport de force exercé sur le potentiel d'électrode, on peut apprendre non seulement quelles substances électrochimiquement actives sont présentes dans la solution, mais aussi identifier leur quantité. Ce dispositif est intéressant car il combine plusieurs appareils existants en un. Crédits ESA En fait, tous les éléments ne peuvent pas être détectés par la même électrode, donc l'appareil en inclut plusieurs, et les méthodes diffèrent quelque peu les unes des autres. Le corps de l'analyseur est fait d'acier inoxydable, et le dispositif est résistant à l'interférence électrostatique et électromagnétique. Pour les éléments les plus délicats, c'est-à-dire les SPIRALE va électrodes, les détecter chercheurs ont inventé des lesSPIRA couvercles spéciaux qui permettent de les te- missiles dès leur lancermissil nir et les installer sans toucher le plan de travail. Une particularité de ce nouvel analyseur Les deux micro-satellites du démonstrateur est la combinaison pour démonstrateur de trois cellules SPIRALE électrochimiques in-en une. année Cela une signifie grande qu'il variété est d'images pos- infrarouges l'alerte avancée de la SPIRALE va collecter Les pendant deux une micro-satellites l'alerte avancée SPIRALE (Système préparatoire frarouge pour l'alerte) ont été mis en orbite sible par une d'analyser Terre afin simultanément d'évaluer les situations trois possibles frarouge de fausses pour l'alerte) ont fusée Ariane en février dernier. Un système échantillons d'alete différents alarmes ou générées obtenir par trois des résultats immédiatement le (nuages pour montagnes la même solution. enneigées éclairées spatiale par vise le so- à détecter le ti phénomènes fusée naturels Ariane en février de spatiale vise à détecter le tir d'un missile balistique plus tôt possible après son départ. La France a décidé leil). Enfin, il doit permettre de modéliser plus et tôt de possible proposer capacités à la de DGA dispositif, (Délégation les Générale d'acquérir pour une capacité de d après son d d'acquérir une capacité de détection et d'alerte Pour des étendre tirs les de missiles d'ici à 2020 afin de surveiller auteurs les tirs d'essais des pays proliférants, de protéger des de centres mesurer de des téristiques solutions, du pour futur déterminer satellite. y ont ajouté l'Armement) un accessoire d'ici octobre qui permet 2010 les premières de missiles carac- d'ici à 2020 afin population, des forces et des installations leur identifiées conductibilité et résoudre un certain sais des pays proliférants, population, des forces et d comme cibles, et de localiser précisément nombre l'origine d'autres La tâches. DGA a Ce confié dispositif la maîtrise est destiné à devenir à un EADS-Astrium, instrument universel responsable réeldu centre des de tirs contrôle de missiles. d'oeuvre comme de SPIRALE cibles, et de local des tirs de missiles. pour les analystes des satellites, et les écologistes. de l'exploitation des images et de la définition du futur système d'alerte. Sous-traitant Le système du repose sur le p Le système repose sur le principe de la détection de chaleur (signature infrarouge) dégagée par les moteurs pendant la phase de propulsion du missile. Destiné à préparer ce futur système d'alerte spatiale, le riade du CNES. tiné à préparer ce futur projet, Thales Alenia (Source : Space ADIT) a conçu et chaleur développé (signature les infrarou deux micro-satellites basés sur la plate-forme teurs pendant My-la phase de p sy Crédits ESA Le Magazine - 55 Science magazine n°22 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 1Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 2-3Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 4-5Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 6-7Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 8-9Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 10-11Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 12-13Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 14-15Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 16-17Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 18-19Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 20-21Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 22-23Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 24-25Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 26-27Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 28-29Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 30-31Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 32-33Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 34-35Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 36-37Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 38-39Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 40-41Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 42-43Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 44-45Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 46-47Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 48-49Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 50-51Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 52-53Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 54-55Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 56-57Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 58-59Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 60-61Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 62-63Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 64-65Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 66-67Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 68-69Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 70-71Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 72-73Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 74-75Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 76-77Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 78-79Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 80-81Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 82-83Le Magazine numéro 6 fév/mar 2010 Page 84