Le Magazine n°5 déc 09/jan 2010
Le Magazine n°5 déc 09/jan 2010
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°5 de déc 09/jan 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 95,9 Mo

  • Dans ce numéro : Les écolos sont-ils sérieux ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Pas de triomphalisme pour ce médecin devenu P-DG d’Orpéa, un groupe de gestion de maisons de retraite. 28 - Le Magazine spécial fortunes• ces patrons partis de rien et désormais millionnaires Maison de retraite Jean-Claude Marian, empereur des retraites Internet Jean-Claude Marian, 370 M € Orpéa En 1988, Hervé et son frère Christophe créent Scopus, entreprise spécialisée dans la création de badges. En 1994, Nicolas, le troisième frère, rejoint de duo. Scopus diversifie alors ses productions avec l’impression sur CD en offset. Désormais en contact avec de nombreux grossistes CD, ils décident À la tête d'un groupe évoluant sur un secteur porteur, avec un chiffre d’affaires de 702,3 millions d'euros en 2008 et un objectif de 830 millions d'euros en 2009, Jean-Claude Marian aurait de quoi prendre la grosse tête. Discret, il affiche une grande modestie sur les raisons de ce succès. Il y a vingt ans, il prend conscience d'une dépendance croissante au sein d'une population de plus en plus âgée. Un premier établissement voit le jour. Pourtant, se lancer dans l'aventure de la prise en charge de la Hervé Charle : Cdiscount, un best seller ! de produire eux-mêmes des CD, qu’ils distribuent Hervé Charle, 200 M € Cdiscount d’abord auprès de petits revendeurs. Mais cela ne leur suffit pas. En 1996, à la recherche d'un système de distribution plus simple pour vendre directement aux consommateurs, ils se tournent vers Internet. Cdiscount voit le jour. À l'époque, le site ne propose que des CD. Depuis, bien d’autres produits ont été référencés : CD, DVD, images et sons, vidéos, multimédia, livres, logiciels, matériel... sans oublier l'électroménager grâce à l’entrée au capital du groupe Casino, à hauteur de 80%, en 2000. Profitant pleinement de l'adossement à Casino, Hervé, Christophe et Nicolas multiplient les initiatives, notamment avec chaque jour de nouvelles offres et promotions. Une vraie recette de famille ! dépendance n'était alors pas gagné. « Cela n'a pas été un chemin sans embûches », explique-t-il tranquillement. Il faut dire que les besoins de placements en institution n'étaient pas aussi importants qu’aujourd’hui. « Nous avions du Parti de rien, la vie de Philippe Ginestet est une success story, comme l'imaginaire libéral les aime tant. Certes, le commerce, il est tombé dedans quand il était petit. Et comme Obélix, il a gardé une boulimie irrépressible de l’achat et la vente. Fils de marchand de bestiaux, dès douze ans il arpente les foires et se révèle un acheteur brillant. Très vite, il se lance dans le porte-àporte d'électroménager. Succès immédiat puisqu’il devient le meilleur vendeur du groupe mal à remplir nos établissements ». Il lui a fallu faire preuve de ténacité. Son pari se révèle pourtant payant. À la fin des années 1990, Orpéa connaît une période faste avec l'ouverture d'une dizaine d'établissements par an. Depuis, ce succès n’a jamais été remis en cause. Comprenant l'importance de donner une dimension européenne à l'entreprise, il s'est d’ailleurs lancé depuis quelques années à la conquête des marchés étrangers : Espagne, Italie, Belgique, Suisse... Distribution Philippe Ginestet, le franchouillard du bazar Electrolux. Mais c'est en 1981 que tout bascule. Sa femme s'ennuie alors il lui achète un magasin. Les clients affluent, si bien que le couple donne naissance à d’autres bébés en forme de solderie. Ce bâtisseur cède en 1996 55% de son capital à des investisseurs (en partie des fonds de pension) en protégeant ses prérogatives, afin d’assurer le développement du groupe. En1999, il s’offre le luxe de racheter une vingtaine de magasins Foir’Fouille (son Philippe Ginestet, 190 M € GiFi rival). Dans la foulée, il réorganise et augmente son capital puis fait son entrée en Bourse (mars 2000) en reprenant le contrôle du groupe. En 2008, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 554 millions d'euros et Philippe Ginestet possède toujours 85% de capital.
spécial fortunes• ces patrons partis de rien et désormais millionnaires NOM Gérard Mulliez Bernard Arnault François Pinault Jacques Servier Xavier Niel Pierre Castel Jean-Claude Decaux Yves Rocher Pierre Bellon Marc Ladreit de Lacharrière Clément Fayat Jean-Pierre Savare Pâris Mouratoglou Maurice et Paul Marciano Bruno Rousset Michel Leclercq Christian Latouche Charles Ruggieri Stéphane Courbit Jean-Charles Naouri Les 50 premières fortunes françaises de ces patrons self-made-men ÂGE 78 ans 60 ans 73 ans 86 ans 42 ans 82 ans 72 ans 79 ans 79 ans 69 ans 77 ans 72 ans 67 ans 60 ans 53 ans NC 69 ans 61 ans 43 ans 60 ans SOCIÉTÉ Groupe AUCHAN LVMH PPR Laboratoires Servier Iliad-Free Castel Frères JCDecaux Laboratoires Yves Rocher Sodexo Fimalac Groupe Fayat Oberthur Card Systems EDF Énergies Nouvelles Guess April Group Oxylane Fiducial Batipart Financière LOV Casino SECTEUR Distribution Luxe Distribution, Luxe Pharmacie Communication Boisson Communication Cosmétiques Restauration Services BTP Électronique Énergie Textile Assurance Distribution Services Immobilier/Maisons de retraite Holding Distribution FORTUNE OMMENTAIRE 15.000 M € À la fin des années 50, ce natif de Roubaix importe le concept des formes modernes de la distribution commerciale et ouvre son premier magasin en 1961 à Roubaix dans le quartier des « Hauts Champs » (dont est issu le nom de l’entreprise). Le groupe compte aujourd’hui près de 2.000 magasins dans 12 pays et plus de 200.000 salariés pour un chiffre d’affaires de 39,5 milliards d’euros en 2008.Auchan est également propriétaire de nombreuses enseignes : Décathlon, Kiabi, Leroy Merlin, Feu vert... 14.500 M € Fils d’industriels Lillois, il intègre l'entreprise familiale de BTP à sa sortie de Polytechnique et la rebaptise Férinel (appartements de tourisme). Dans les années 80, il reprend le groupe Boussac (dont Le Bon Marché et Christian Dior) alors en difficulté, puis il sauve LVMH d'une OPA hostile. Son patrimoine personnel est évalué à 26 milliards de dollars à travers une pyramide de holdings. 5.000 M € Né d'un père marchand de bois et paysan, François Pinault quitte l'école à seize ans, se fait embaucher dans une scierie, qu’il reprend cinq ans plus tard. Les Établissements Pinault sont nés. En 1986, ce Breton achète le groupe Isoroy pour 1 franc symbolique, relance la société et la revend. Il fera de même avec la société Chapelle Darblay. De 1991 à 1993, il acquiert Conforama, le Printemps et la Redoute et la Fnac. Le groupe PPR est né. Entre 1994 et 1998, il devient propriétaire de la Fnac, du magazine « Le Point », de 16% de Bouygues, de la maison de ventes aux enchères Christie's et de 60% du capital de Gucci. 3.800 M € Docteur en médecine et en pharmacie, il reprend à vingt-six ans un laboratoire agonisant. Grâce à sa tenacité, il hisse le laboratoire pharmaceutique éponyme au 2 ème rang mondial des indépendants. 2.700 M € Né en 1967 à Maisons-Alfort, il débute son parcours professionnel en 1984 en créant des services de minitel rose. En 1994, il est le cofondateur de Worldnet, un des premiers fournisseurs d'accès à Internet en France (revendu en 2000 à Kaptech (groupe Neuf Cegetel) pour 40 millions d'euros). Cofondateur d'Iliad en 1991, il est à l'origine de la première offre d'accès à Internet (Free) et de la Freebox. 2.500 M € Né à Berson (Gironde) en 1926, Pierre (et ses huit frères et sœurs) fonde la société en 1949 à Bordeaux à partir d’une entreprise de négoce de vins. Par la création de centres d’embouteillage, l’achat de vignobles (Domaines Virginie...) et d’entreprises du secteur, l’homme a construit sa fortune. Parallèlement, Castel s’est développé dans le secteur de la bière et des boissons gazeuses puis s’est diversifié par une activité Eaux importante (activité revendue récemment). En achetant Nicolas en 1988, Castel est devenu propriétaire de la plus grande chaîne de cavistes spécialiste du vin. 1.700 M € Né à Beauvais, il fonde à dix-huit ans une société spécialisée dans les placards publicitaires d'autoroutes (secteur qui subit une lourde taxation) sur l'activité. Cet autodidacte a l'idée d'offrir gratuitement aux communes des aubettes (sous la marque Abribus) en échange d'annonces publicitaires. Le succès est rapide et rentable. En 1999, il rachète à Vivendi l'afficheur Avenir. 1.500 M € À quatorze ans, à la mort de son père, alors qu’il aider sa mère dans l’exploitation familiale d’un petit commerce d’articles textiles, une guérisseuse lui confie la recette d’une pommade. Le jeune Breton décide de la fabriquer artisanalement dans le grenier familial et de la vendre directement aux utilisateurs. Depuis, produits naturels et vente par correspondance constituent les piliers de l’entreprise de produits cosmétiques qu’il a fondée en 1979. 1.450 M € Diplômé d'HEC, Pierre Bellon entre dans la petite entreprise familiale de ravitaillement maritime créée par son grand-père. En 1966, son désir d’indépendance le pousse à démarrer sa propre entreprise, Sodexho (repaptisée depuis Sodexo) à Marseille, avec seulement quelques milliers de francs et un restaurant d'entreprise. 920 M € Cet Ardéchois d’origine, diplômé de l’ENA, occupe divers postes de direction avant d'intégrer L'Oréal en 1976 dont il devient viceprésident-directeur général en 1984. En 1991, il crée sa holding, Fimalac, qui prend des participations dans diverses sociétés. 900 M € Terrassier à quinze ans, ce fils de maçon corrézien a fait de la petite entreprise de BTP qu’il crée en 1957 à Libourne un empire, comptant des filiales dans les travaux publics, l'électricité, l'électronique, la construction métallique, la chaudronnerie. Sans parler du vin et des châteaux en Bordelais. 750 M € En 1984, à quarante-sept ans, il profite d'un congé sabbatique de la BNP pour reprendre pour 1 franc symbolique l'activité fiduciaire de l'imprimerie Oberthur (fermée en 1983) en dépôt de bilan. En 2008, il abandonne la direction générale du fabricant de cartes à puces au profit de son fils,Thomas, pour se consacrer aux orientations stratégiques et au devenir du groupe. 680 M € Né à Athènes, ce polytechnicien commence sa carrière chez IBM puis devient promoteur immobilier. À son actif, un immeuble à Monaco, une résidence étudiante, le port de Saint-Raphaël...Avec William Kriegel, aventurier autodidacte, il crée Energies SA, société hydroélectrique. La croissance est fulgurante. En 2000, il convainc EDF d’entrer dans le capital de sa société désormais baptisée EDF Énergies Nouvelles. 620 M € L'histoire de la marque commence près de Marseille dans les années 70, lorsque Maurice et Georges Marciano ouvrent leur première boutique de vêtements. Ils fondent ensuite, en 1981, une petite entreprise de jeans en Californie. En trente ans, la marque Guess s’est imposée avec quelque 1.000 boutiques de vêtements et d’accessoires dans plus de 70 pays. 615 M € Marié et père de 5 enfants, cet Ardéchois débute sa carrière à la Mutualité française puis à l’UPESE (Union de prévoyance des entreprises du sud-est) avant de créer sa propre entreprise en 1988 : April Group. En 2000, il crée Evolem, un fond de capital développement chargé de prises de participations minoritaires au sein d’entreprises en forte croissance, puis Evolem2 qui vise des prises de participations majoritaires. Cette année, l’homme a investi le marché du panneau solaire en investissant 2,2 millions d'euros dans Evasol, par le biais d’Evolem. 600 M € Neveu de Gérard Mulliez,Michel Leclercq a un concept : équiper sous un même toit et au meilleur prix tous les sportifs,du débutant au passionné.En 1976,il ouvre la première grande surface de vente d'articles de sport en libre service à Englos,près de Lille.En 1986, Décathlon production voit le jour,pour assurer la conception et la fabrication d'articles signés Décathlon.La même année,l'entreprise se lance à l'international.En 1996,naissance de la marque Tribord.Depuis,les marques fleurissent,notamment la révolutionnaire tente « deux secondes » Quechua (2 millions vendues) ou les vélos B'Twin (1 cycle sur 3 vendu en France).En 2008,le groupe Décathlon décide de se rebaptiser Oxylane.En 2009,Michel Leclercq passe la main à Olivier Leclercq,l’un de ses quatre fils.Oxylane est détenu à 43,2% par l'association familiale Mulliez et 42,8% par la holding du fondateur. 550 M € En 1970, alors âgé de trente ans, cet expert-comptable et commissaire aux comptes achète un petit cabinet d'expertise comptable en Arles (13). Pendant vingt ans, il acquiert plusieurs TPE, constitue SOFINAREX et SOFIRAL (société de conseil juridique et fiscal) pour devenir à ce jour avec son groupe Fiducial l'un des hommes les plus influents de Lyon. Chiffre d'affaires annuel : près de 1 milliard d'euros. 525 M € Ce fils d'immigrés italiens, né à Pescara, est d’abord un stratège clairvoyant au sein du groupe immobilier Batigère (restructuration du patrimoine cédé en 1985 par Usinor Sacilor, mise en Bourse de Batibail...). Ce n’est qu’en 1988 qu’il fonde sa holding Batipart, acteur important de l'immobilier en France. Dès 2001, Batipart diversifie ses activités dans le secteur de la santé en constituant le groupe Koria, leader de la prise en charge globale de la dépendance. 500 M € À quarante-trois ans, Stéphane Courbit est une légende. Originaire d'un village de la Drôme, issu d'un milieu modeste, il lance avec Arthur la société Arthur Stéphane Productions (ASP) et rachète nombre de ses concurrents. Il fait fortune en revendant pour 400 millions d'euros sa société au groupe de téléréalité Endemol. Cette somme, il l’investit dans Financière Lov, sa holding personnelle qui mise sur 3 secteurs : la production télévisuelle, l'énergie et les jeux d'argent en ligne. De prestigieux partenaires l'accompagnent (Bernard Arnault, la famille Agnelli, l'éditeur italien De Agostini, la Société des Bains de mer). 450 M € Né en Algérie d'un père médecin et d'une mère agrégée d'anglais, cet énarque entre dans la grande distribution par hasard. Après des prises de participation dans Bolloré, Imetal et Schneider, il rachète, en 1991, le groupe de distribution breton Rallye et entre dans le capital du groupe Casino en 1992, à hauteur de 33%. Il contrôle Casino mais aussi Leader Price, Monoprix... Le Magazine - 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 1Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 2-3Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 4-5Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 6-7Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 8-9Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 10-11Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 12-13Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 14-15Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 16-17Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 18-19Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 20-21Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 22-23Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 24-25Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 26-27Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 28-29Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 30-31Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 32-33Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 34-35Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 36-37Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 38-39Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 40-41Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 42-43Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 44-45Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 46-47Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 48-49Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 50-51Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 52-53Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 54-55Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 56-57Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 58-59Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 60-61Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 62-63Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 64-65Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 66-67Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 68-69Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 70-71Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 72-73Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 74-75Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 76-77Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 78-79Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 80-81Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 82-83Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 84