Le Magazine n°5 déc 09/jan 2010
Le Magazine n°5 déc 09/jan 2010
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°5 de déc 09/jan 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 95,9 Mo

  • Dans ce numéro : Les écolos sont-ils sérieux ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
QS 18 - Le Magazine Comp pour
rendre prendre ses rêves ses rêv se ur comprendre se soi-même soi-même Nous passons environ une heure et demie par nuit à rêver. Quelle est l'utilité de ces rêves ? Aident-ils à la construction de notre mémoire ? Signifient-ils réellement quelque chose que nous puissions interpréter ? Pouvons-nous les commander, influer sur leur contenu ? Est-il utile de Est-il rêver utile ? de rêver ? Avant la naissance et au cours des premiers mois de notre vie, nous pouvons supposer que les périodes de sommeil paradoxal aident à mettre en place la mécanique du cerveau. Mais ensuite, à quoi servent les rêves ? Diverses hypothèses ont été proposées par les scientifiques, lesquels ne se sont cependant intéressés au sujet qu'assez tardivement. En fait, il existe autant de chercheurs que de théories. Nous n'insisterons pas ici sur celles de Sigmund Freud (« Le rêve et son interprétation » - 1899), soit sur l'étude des rêves du point de vue de la psychanalyse. Selon lui, les rêves servent à nous révéler à nous-mêmes, ils sont la manifestation des pulsions et des désirs que nous n'osons pas exprimer éveillés. Ils se nourrissent des conflits de la petite enfance. Mais depuis Freud, on a constaté par exemple que les foetus et les nouveaux-nés passent énormément de temps en sommeil paradoxal. Et ils ne rêvent certainement pas déjà à des problèmes du type « complexe d'Oedipe »... CarlGustav Jung, psychologue suisse du début du 20ème siècle, envisageait le rêve comme un moyen d'accès à l'inconscient individuel au sein d'un inconscient collectif, les rêves donnant accès à un univers plus vaste. Si nous tenons compte de nos rêves, nous pouvons nous restructurer, enrichir notre conscience, nous réaliser pleinement. Selon lui, nos rêves se nourrissent plus des conflits actuels que de ceux de l'enfance. L'inconscient individuel est le produit de nos expériences personnelles et de notre environnement, l'inconscient collectif représente une masse d'informations communes, composée en particulier d'archétypes. Par exemple, le dragon est une image symbolique de cet inconscient collectif, représentant dans nos rêves une situation psychique inacceptable. Dans les deux cas, chez Freud et chez Jung, les rêves servent à réguler nos désirs et à mieux accepter nos conflits. La découverte du sommeil paradoxal, phase au cours de laquelle l'activité onirique est la plus nette, a permis des études plus poussées au niveau physiologique. Pour le neurobiologiste français Michel Jouvet, inventeur du concept de sommeil paradoxal en 1961, les rêves entraîneraient une reprogrammation génétique de l'individu en maintenant fonctionnels les circuits synaptiques reponsables de son hérédité psychologique. Michel Jouvet donne donc au sommeil paradoxal un rôle destiné à restaurer et entretenir l'individualité. Il considère d'une part que le sommeil paradoxal apparaît chez les homéothermes (les animaux à sang chaud) au moment où cesse la neurogenèse, c'est-à-dire l'organisation génétiquement programmée du système nerveux central. Tandis que chez les poïkilothermes (les animaux à sang froid), le sommeil paradoxal n'apparaît pas parce que la neurogenèse ne s'interrompt pas, leur cerveau se divise toujours. L'arrêt de la neurogenèse chez les homéothermes survient au troisième mois de vie chez l'homme : les cellules nerveuses cessent de se diviser. Il n'y a plus alors de système neuronal d'entretien des données héréditaires contenues dans les cellules nerveuses. Si la programmation des comportements instinctifs de l'espèce est en place à la fin de la neurogenèse, celle de ses comportements individuels ne l'est pas et les rêves serviraient à maintenir en fonction les circuits synaptiques de son hérédité psychologique. Mais l'unanimité des scientifiques sur cette hypothèse est loin d'être faite. Dans les années 90, on découvrait d'ailleurs qu'une partie du cerveau adulte connaissait la neurogenèse. Les moyens technologiques actuels d'enregistrement de l'activité cérébrale (électroencéphalogramme, etc...) aident aujourd'hui à surveiller ce qui se passe dans notre cerveau. Mais cela se limite à des définitions de zones activées, à des observations de transmissions électriques entre neurones, à la constatation d'une forte consommation par ces derniers d'oxygène et de glucose pendant le sommeil paradoxal. Difficile par contre de savoir comment naissent les pensées ou encore de partager les images d'un rêveur ! Quand rêvons-nous ? Notre sommeil se découpe en plusieurs phases successives d'environ 90 minutes chacune. Sommeil lent, sommeil paradoxal (ou sommeil REM) au cours duquel nous rêvons. Pendant cette période qui dure 15 à 20 minutes, on observe une atonie musculaire. Seuls les yeux sont en mouvement (rapide) derrière les paupières fermées, ainsi que les extrémités des membres et les muscles responsables de la respiration et de la circulation sanguine. Nous rêvons environ 100 minutes par nuit et les rêves deviennent plus longs à chaque cycle de sommeil. Le Magazine - 19 Science magazine n°22



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 1Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 2-3Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 4-5Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 6-7Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 8-9Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 10-11Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 12-13Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 14-15Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 16-17Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 18-19Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 20-21Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 22-23Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 24-25Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 26-27Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 28-29Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 30-31Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 32-33Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 34-35Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 36-37Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 38-39Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 40-41Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 42-43Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 44-45Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 46-47Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 48-49Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 50-51Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 52-53Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 54-55Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 56-57Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 58-59Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 60-61Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 62-63Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 64-65Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 66-67Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 68-69Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 70-71Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 72-73Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 74-75Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 76-77Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 78-79Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 80-81Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 82-83Le Magazine numéro 5 déc 09/jan 2010 Page 84