Le Magazine n°5 avr/mai/jun 2012
Le Magazine n°5 avr/mai/jun 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°5 de avr/mai/jun 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 266) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 27,1 Mo

  • Dans ce numéro : Hollande méconnu, le grand secret.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
International 1948, PROCLAMATION DE L’ÉTAT D’ISRAËL L e14mai1948,alorsquelaGrande-Bretagne met fin à son mandat sur la Palestine et dégage ses forces armées, David Ben Gourion, président de l’Agence juive (organisation sioniste créée en 1929), déclare la naissance de l’État d’Israël, sur le territoire alloué par le plan de partage, et devient le premier Premier ministre du nouveau pays. Dès cette proclamation de terribles et sanglants affrontements éclatent entre les communautés juive et arabe. Le lendemain, des troupes régulières des pays arabes voisins - Égypte, Liban, Jordanie et Syrie - pénètrent sur le territoire pour venir en aide aux Arabes palestiniens. C’est le début de la première guerre israélo-arabe -première guerre de Palestine pour les historiens, Nakba ou « catastrophe » pour les Palestiniens, guerre d’indépendance ou guerre de libération pour les Israéliens- qui durera jusqu’aux accords de Rhodes (île grecque) signés entre le 20 février et le 20 juillet 1949 par toutes les parties, qui donnent à Israël 78% du territoire mandataire de la Palestine. La Judée et la Samarie (future Cisjordanie) passent sous le contrôle de la Jordanie, la bande de Gaza sous administration égyptienne et Jérusalem est divisée en deux, la Jordanie contrôlant la partie orientale et la vieille ville, Israël contrôlant le secteur occidental. Cette guerre, qui a fait des milliers de victimes, dont le médiateur (nommé le 20 mai 1947 par l’Onu), le comte suédois Folke Bernadotte, assassiné de plusieurs coups de feu le 17 septembre dans le secteur de Jérusalem occupé par Israël, est à l’origine d’une terrible crise humanitaire, l’exode de 750 000 Palestiniens, arrachés à leurs terres et devenant des réfugiés. Leur « droit de retour » fait l’objet de la résolution 194 du 11 décembre 1948 de l’Assemblée générale des Nations unies, qui a créé pour ce faire la Commission de conciliation des Nations unies pour la Palestine. Depuis, cette commission s’efforce d’obtenir le déblocage des comptes bancaires des réfugiés arabes immobilisés en Israël, et tient à jour l’inventaire des biens des réfugiés exilés. En vain jusqu’à présent. 1949 ET 1980, JÉRUSALEM « CAPITALEÉTERNELLE » D’ISRAËL L e19décembre1949,l’Étathébreudéclare Jérusalem-Ouest comme étant sa « capitale éternelle ». Dans la foulée il y installe le gouvernement et la Knesset (Parlement). Après la conquête de Jérusalem-Est (mais aussi de la bande de Gaza et de la péninsule du Sinaï prises à l’Égypte, du plateau du Golan à la Syrie, la Cisjordanie et Jérusalem-Est à la Jordanie) lors de la guerre des Six-jours (du 5 au 10 juin 1967), la Knesset adopte le 30 juillet 1980 la loi de Jérusalem et proclame Jérusalem « une et indivisible » comme la capitale du pays. Dans ses résolutions 476 et 478, le Conseil de sécurité de l’Onu demande la fin de l’occupation et confirme que toutes les mesures législatives et administratives qui modifient le caractère et le statut de la ville sainte n’ont aucune validité en droit. De son côté, l’Autorité palestinienne revendique Jérusalem-Est comme capitale du futur État de Palestine. ■ Organisation de libération de la Palestine (OLP), créée en mai 1964, dirigée par Yasser Arafat (de 1969 à sa mort le 11 novembre L’2004), puis jusqu’à aujourd’hui par Mahmoud Abbas, a été reconnue en 1974 par l’Onu comme « le seul et légitime représentant du peuple palestinien ». Le 15 novembre 1988, le Conseil national politique, corps législatif de l’OLP, proclamait l’indépendance de l’État de Palestine. Dans sa résolution 43/177, l’Assemblée générale des Nations unies prenait acte de la proclamation et le 7 juillet 1998, dans sa résolution 52/250, elle conférait à la Palestine, en sa qualité d’observateur, des droits et privilèges supplémentaires : participation aux séances et travaux de l’Assemblée ainsi qu’aux conférences internationales et à celles des Nations unies. ■ Le saviez-vous ? … L’OLP RECONNUE … PAR L’ONU EN 1974 ! 82 - Le Magazine D.R. D.R. D.R. D.R.
D.R. D.R. D.R. D.R. > Le dôme du Rocher ou la coupole du Rocher, appelé parfois mosquée d’Omar à tort, « premier monument qui se voulut une création esthétique majeure de l’Islam », est un sanctuaire érigé sur ordre du calife Abd al-Malik ben Marwan à Jérusalem, sur l’Esplanade des mosquées (Haram al-Sharif), troisième lieu saint de l’islam4, où s’élève aussi la mosquée al-Aqsa, et destiné à abriter le « Rocher de la Fondation » (en réalité un affleurement du mont Moriah). Achevé en l’an 691 ou dans la seconde partie de l’année 6925(an 72 de l’hégire), il est actuellement associé au Isra et Miraj chez les musulmans. Jérusalem, ville trois fois sainte La ville de Jérusalem est dite trois fois sainte car abritant les lieux les plus sacrés des trois religions monothéistes, judaïsme, christianisme et islam. Pour les juifs, Jérusalem est tout à la fois la terre des patriarches hébreux, Abraham étant le premier de tous (environ 1 700 ans avant notre ère), la capitale du royaume de David, puis de son fils Salomon. Celui-ci fit construire le premier temple, sur le mont Moriah où Abraham a failli sacrifier son fils Isaac. Dans cet édifice avait été installée l’Arche d’alliance renfermant les tables de la loi données par Dieu à Moïse. Détruit et pillé, reconstruit, puis embelli, il était incendié en 70 de notre ère lors de la prise de Jérusalem par l’empereur romain Titus. Pour les chrétiens, c’est à Jérusalem que Jésus entre au temple, prêche, vit la passion (souffrances et supplices) et la résurrection. C’est aussi dans cette ville que les apôtres reçoivent l’Esprit saint au jour de la Pentecôte pour prêcher la foi nouvelle. À l’endroit supposé de la mort du Christ, au IVe siècle, a été édifiée l’église du Saint-Sépulcre (ou basilique de la Résurrection). Le sanctuaire englobe le lieu de la crucifixion (le Golgotha) et la grotte où fut déposé le corps de Jésus. Pour les Musulmans, Jérusalem (Al-Quds ou « La Sainte ») est le troisième lieu saint de l’islam, derrière La Mecque et Médine. C’est depuis l’esplanade de l’ancien temple que le prophète Mahomet, monté sur son cheval Bouraq et accompagné de l’ange Gabriel, accomplit son voyage nocturne le conduisant jusqu’au ciel, laissant l’empreinte d’un pied sur la roche. En 685, à cet emplacement, a été érigé le dôme du Rocher pour protéger la roche sacrée. La mosquée Al-Aqsa « La plus lointaine » a été construite au VII e siècle. Les deux sites sont regroupés sur l’esplanade des Mosquées, ou « Noble Sanctuaire ». ■ Le saviez-vous ? Le père du sionisme politique … En1897,ThéodoreHerzl,journalisteetécrivain juif austro-hongrois, auteur de L’État des Juifs (1896),organiselepremiercongrèssionisteà Bâle (Suisse) au cours duquel est décidée la créationdel’Organisationsionistemondiale.Celui quiestconsidérécommelepèredusionisme politique, crée deux ans plus tard le Fonds pour l’implantationjuive(premièrebanquesioniste) afin d’acquérir des terres en Palestine. ■ D.R. D.R. Le Magazine - 83



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 1Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 2-3Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 4-5Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 6-7Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 8-9Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 10-11Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 12-13Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 14-15Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 16-17Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 18-19Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 20-21Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 22-23Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 24-25Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 26-27Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 28-29Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 30-31Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 32-33Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 34-35Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 36-37Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 38-39Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 40-41Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 42-43Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 44-45Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 46-47Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 48-49Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 50-51Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 52-53Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 54-55Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 56-57Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 58-59Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 60-61Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 62-63Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 64-65Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 66-67Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 68-69Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 70-71Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 72-73Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 74-75Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 76-77Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 78-79Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 80-81Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 82-83Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 84-85Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 86-87Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 88-89Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 90-91Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 92-93Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 94-95Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 96-97Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 98-99Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 100