Le Magazine n°5 avr/mai/jun 2012
Le Magazine n°5 avr/mai/jun 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°5 de avr/mai/jun 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 266) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 27,1 Mo

  • Dans ce numéro : Hollande méconnu, le grand secret.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Vie quotidienne 8 - Le Magazine Les enfants sont les Si de nombreuses études ont déjà été réalisées sur les conséquences intéressée aux ressentis de ces enfants, en les interrogeant « énormémentsouffert » delaséparationdeleursparents,qui Pour Dominique Marcilhacy, porte-parole de s’intéresser un peu plus Le divorceexplose,maislesenfants implosent. Aujourd’hui, un couple sur deux divorce et 2,9 millions de mineurs vivent avec un seul parent. Les enfants du divorce sont tellement nombreux que leur situation semble totalement banalisée. Lorsqu’on sait que le nombre de divorces est passé de 9,4% des mariages en 1960 à48,8%en2008,ilparaîtsurprenantqu’un sondage prenant en compte les réactions des enfants n’ait pas été entrepris auparavant. Pour Dominique Marcilhacy, porteparole de l’Union des familles en Europe (UFE), « aujourd’hui, tout le monde défend la même thèse : si les parents vont bien, les enfants vont bien. Tenir un autre discours serait trop culpabilisant ». La banalisation du divorce en aurait fait un sujet tabou, à en croire l’association. On entretient le mythe du divorce heureux. Et pourtant, leur souffrance est indéniable. La séparation des parents enlève à l’enfant son équilibre premier : père-mère mais surtout père car la mère continuera le plus souvent de « gérer » ses enfants. Selon une récente enquête*,laséparationdesparents aurait des effets à long terme sur la personnalité de près de 9 participants sur 10. Les questions sont très nombreuses et les réponses s’entrechoquent parfois. « Oui,la séparation de nos parents a été une bonne chose pour eux », disentainsià58%leursenfants. « Non,nousneleurreprochonspas », disentils encore à 59%. Mais, plus loin, on découvre qu’ils sont 57% à avoir des « reproches àleurfaire ». Car, comme on s’en doute, ils en ont beaucoup souffert. 63% des enfants de divorcés ou de personnes séparées évaluent leur souffrance comme étant « forte » à « énorme ».Alorsqueplusde55%des divorces sont prononcés par consentement mutuel -et devraient donc être moins traumatisants-, les enfants gardent souvent la peur d’être abandonnés, le sentiment d’isolement. Ils manquent de confiance en eux et dans les autres, voire souffrent de dépression. Certains culpabilisent même. Deux moments difficiles : la période de 3 à 6 ans et surtout l’adolescence Rares sont ceux qui tirent des bénéfices de cette période, en estimant en être sortis plus forts, plus aptes à faire face aux aléas de la vie. D.R. Quelques éclaircies nuancent néanmoins ce tableau. « Je sais m’adapter à toutes les situations », « cela m’a permis de mûrir plus vite », avancent les plus optimistes. « Le divorce a rendu une poignée d’entre eux plus coriaces ». La séparation des parents a également des conséquences sur la réussite scolaire et donc la vie professionnelle ultérieure des enfants. Le plus évident est le manque de concentration à l’école ou lorsqu’ils rentrent à la maison, ils s’enfermant dans leur monde et ne travaillant pas forcément. La durée des études serait également réduite en cas de dissociation parentale. Selon cette même enquête, 56% regrettent d’avoir écourté leurs études et disent avoir souffert de conditions matérielles peu propices à la course aux diplômes, ou de difficultés de concentration. Pour 41% d’entre eux, cela a eu des réper-
Dès le projet de séparation, ou dès le début de la procédure de divorce, Françoise Dolto pensait que l’enfant devait être averti. À la fin de la procédure, ou lorsque la séparation était entérinée, ses parents doivaient le mettre au courant de ce qu’ils aviaent décidé. Pour « humaniser » leur séparation, ils devaient parler « vrai » à leur enfant, utiliser des « mots justes », à toutes les étapes de celle-ci, car il était capable d’assumer cette nouvelle réalité. Par l’amour qu’ils continuent à lui porter, ils assurent leur fonction de protection et de transmission, le soulagent de sa responsabilité dans les conflits les opposant, et de son sentiment de culpabilité. De leur place respective de père et de mère, ils doivent lui adresser une parole qui intègre l’autre parent, fondatrice de sa sécurité intérieure et de son identité sexuée. Pour « limiter les dégâts », MarcelRufo conseille lui aussi de dire la vérité aux en- victimes du divorce d’und divorce sur les enfants, l’Union des familles en Europe (UFE) s’est directement. 63% des enfants de parents divorcés auraient aurait eu un impact sur leur vie personnelle et professionnelle. l’association, « ilfautarrêterdebanaliserledivorceet au point de vue des enfants ». D.R. iceteastock - Fotolia cussions sur leur carrière, notamment ceux qui ont accepté le premier travail venu pour quitter au plus vite le milieu familial. Les plus affectés disent qu’ils traînent encore leur manque de confiance au bureau. Dans son livre Votre ado,lepédopsychiatre Marcel Rufo rappelle les résultats d’une étude de l’Institut national d’études démographiques, selon laquelle le taux d’échec au bac augmentait nettement en cas de séparation des parents. « Il y a deux moments difficiles pour les enfants lors du divorce de leurs parents,expliquelecélèbre spécialiste, la période de 3 à 6 ans et surtout l’adolescence, car c’est l’époque où le jeune doit rompre avec les images idéalisées de ses parents. Mais pour pouvoir critiquer une image, il ne faut pas qu’elle devienne illusoire ». Pour faciliter leur retour à l’équilibre, 78% des enfants demandent à leurs parents de ne pas rester seuls, de se remettre en couple. Même si le nouveau partenaire n’est pas facilement et rapidement accepté. Selon cette même étude, 48% d’entre eux affirment que la séparation a perturbé leur vie amoureuse, projetant l’ombre de la séparation jusque dans leur propre vie sentimentale. « Beaucoup rêvent d’une union solide et, paradoxalement, peinent à s’engager »,selon le pédopsychiatre Stéphane Clerget. Les querelles ont la vie dure Vie quotidienne Si la détresse des enfants de divorcés ne fait plus les gros titres, elle se confesse de plus en plus souvent dans les cabinets de pédopsychiatres. « Le nombre de consultations autour de la question du divorce a explosé depuis une quinzaine d’années, souligneStéphane Clerget. Désormais, les rendez-vous ont même lieu en amont de la séparation ». Un moyen peutêtre de mieux faire accepter la rupture. Comment préserver les enfants ? Tatyana Gladskih - Fotolia Le Magazine - 9 D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 1Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 2-3Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 4-5Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 6-7Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 8-9Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 10-11Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 12-13Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 14-15Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 16-17Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 18-19Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 20-21Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 22-23Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 24-25Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 26-27Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 28-29Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 30-31Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 32-33Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 34-35Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 36-37Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 38-39Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 40-41Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 42-43Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 44-45Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 46-47Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 48-49Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 50-51Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 52-53Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 54-55Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 56-57Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 58-59Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 60-61Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 62-63Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 64-65Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 66-67Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 68-69Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 70-71Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 72-73Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 74-75Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 76-77Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 78-79Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 80-81Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 82-83Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 84-85Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 86-87Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 88-89Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 90-91Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 92-93Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 94-95Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 96-97Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 98-99Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 100