Le Magazine n°5 avr/mai/jun 2012
Le Magazine n°5 avr/mai/jun 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°5 de avr/mai/jun 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 266) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 27,1 Mo

  • Dans ce numéro : Hollande méconnu, le grand secret.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Enquête Quels sont les besoins en termes de recrutement des artisans s du bâtiment ? 6% de nos 380.000 entreprises envisagent de recruter en 2012. Si ces chiffres sont moins importants que par le passé, cela démontre tout de même me que une enquête e publiée par Manpower en 2011, près d’un tiers des employeurs éprouve des difficultés à recruter les profils dont ils ont besoin, en raison de la pénurie de compétences. Un déficit d’image rédhibitoire Pénibilité au travail, conditions de travail difficiles, salaires médiocres... autant d’éléments éments nuisibles à l’image et à l’attractivité tivité d’une profession. Les secteurs du BTP ou de la restauration subissent encore le poids des clichés accolés à leurs métiers. « L’enseigne McDonald’s, qui compte recruter 9.000 emplois d’ici 2014, a lancé une vaste campagne de communication 46 - Le Magazine l’emploi chez elles. Que ce soit pour les entreprises de finition, de gros œuvres ou de technicité, la demande de main-d’œuvre qualifiée est réelle. Pour ces entreprises, recruter des salariés formés et compétents est une nécessité afin de maintenir et valoriser leurs capacités de production. Au 3 ème trimestre 2011, l’emploi salarié du BTP s’établit à 1.446.100 actifs. nos métiers négative. Il est nécessaire de la corriger et de montrer que nos champs d’activité se développent, tels ceux qui sont liés au développement durable et qui se révèlent de plus en plus porteurs. Un effort particulier doit être consenti autour de l’orientation professionnelle et de l’apprentissage des jeunes. En parallèle, nous avons commencé un travail de sensibilisation, en partenariat avec Pôle En quoi les clichés sur emploi, pour valoriser les métiers nos métiers. Au lieus, du bâtiment d’essayer de faire entrer é id d l a CAPEB pénalisent- des salariés étrangers les entreprises du bâtiment, en dépit d’une conjoncture économique difficile, veulent maintenir ils le recrutement ? Le recrutement est encore difficile car la France a toujours véhiculé une image de en France pour pallier la pénurie de candidats, il est indispensable de préparer, de former et d’amener les demandeurs d’emploi Patrick Liébus, du bâtiment président de la CAPEB Les artisans du bâtiment en quête de main-d’œuvre qualifiée vers les métiers du bâtiment. Dans quelle mesure la situation tion économique est-elle elle une menace pour l’emploi dans le bâtiment ? L’artisanat du bâtiment pourrait rait perdre entre 2 et 3.000 emplois hors intérim im en 2012. Au total, la filière du bâtiment risque de se démunir de près de 30.000 postes si la baisse d’activité du secteur se confirme. Pour autant, ces pertes d’emplois vont s’équilibrer en partie par du recrutement de personnel, afin de compenser le départ des salariés à la retraite et maintenir un nombre d’actifs suffisant pour répondre aux besoins de l’entreprise et aux attentes de nos clients. pour décrire la réalité de leur proces- sus d’intégration et de mobilité au sein de leurs établissements. t Cette stratégie té de communication est indispensable pour faire face à un déficit d’images », analyse Matthieu de la Thébeaudière. « Le développement de la marque res- sources humaines prend de plus en plus d’importance. Aujourd’hui,ui, il est possible d’obtenir facilement de l’in- formation sur une entreprise. Pour être attractive, cette dernière doit communi- quer précisément sur le métier proposé tout en étant cohérente avec la réalité. À mon sens, la politique interne e en res- sources humaines doit également ent être déployée en communication externe pour attirer de nouveaux talents, ts, qu’il s’agisse de politique de participation, ipation, de promotion interne,e, de politique salariale ou de formation ». Une employabilité en berne des jeunes diplômés « Si les jeunes sont de plus en plus diplômés, le nombre de postes liés à ce niveau de qualification ion n’est pas exten- sible. Ainsi, le diplôme n’est pas forcé- ment un gage pour trouver un emploi rapidement dans le secteur souhaité. Par conséquent, les jeunes diplômés se rabattent sur des postes qui requièrent moins de diplômes »,, détaille Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa (outil de matching dédié à l'emploi qui met en relation les souhaits et compétences des candidats avec les besoins des recruteurs
Aujourd’hui, urd’hui, nous sommes dans un contexte où les cabinets d’expertise comptable continuent à embaucher », se félicite Jean- Marie Vial, président de la commission on de la formation on professionnelle elle du Conseil supérieur de l’Ordre des Experts- Béatrice Louvet, P-DG du groupe Transition Comptables. Et pour cause, les 18.000 professionnels diplômés Cabinet de conseil en systèmes d’information créé en 2000, Neoxia, en dépit d’une activité en pleine croissance et d’un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros en 2010, déplore des difficultés récurrentes pour attirer les jeunes diplômés. « Si nous séduisons les profils expérimentés, en revanche, pour leurs premières expériences professionnelles, les jeunes diplômés ont tendance à privilégier les entreprises renommées », explique François Hauser, directeur général d’un cabinet qui compte près de 50 salariés. Un déficit d’image préjudiciable pour une entreprise qui entend Gestion : « On a de plus en plus de mal à trouver des comptables » » d’expertise comptable, regroupant près de 120.000 000 collaborateurs au sein de leurs cabinets, enregistrent une croissance annuelle de leurs effectifs entre 2,5 et 3%. « Certains métiers rencontrentntrent des difficultés de recrutement, rutement, faute de candidats dats suffisants. Il s’agit du personnel spécialisé dans le social et notamment dans la gestion de la paie », poursuit-il.uit-il. En dehors des gestionnaires de paie, les fonctions de recouvrement rement et de gestion de la trésorerie sont très recherchées. chées. « Nous faisons face à des pénuries de candidats pour ces emplois qui sont très embaucher 8 personnes en 2012. « Les PME, comme la nôtre, offrent l’occasion aux jeunes de travailler avec des seniors chevronnés tout en occupant des postes intéressants techniquement et en développant leur autonomie. L’inverse des grands groupes qui proposent osent souvent des managements sans âme où le salarié est perçu comme un numéro ». Difficile donc pour une PME de rivaliser avec des entreprises qui déploient des stratégies de marketing et de sponsoring au sein des établissements d’enseignement supérieur. demandés, les bons profils étant très sollicités. Et en cette période où le contexte e économique est difficile, les candidats sont moins disposés à changer de postes. Les profils expérimentés sont donc difficiles à trouver », précise Béatrice Louvet, P-DG du groupe Transition, société d’intérim et de recrutement spécialisée dans la comptabilité/finance et l’assistanat. « De surcroît, nous rencontrons également quelques difficultés ficultés en termes de rémunération. Le contexte économique étant peu propice aux augmentations salariales, les entreprises proposent des postes avec des salaires aires pas toujours très attractifs », poursuit-elle. « Pour « La PME est un gisement d’emplois négligé par les jeunes diplômés » pallier une pénurie de candidats spécialisés en technique de paie, notre profession, en Jean-Marie Vial, Ordre des Experts-Comptables collaboration avec les écoles et les universités, ités, développe des diplômes universitaires qui permettent à des professionnels, comptables ou juristes, de se spécialiser en technique de paie », explique Jean-Marie Vial. Malgré tout, le faible nombre de filières de formation spécialisée en la matière constitue un frein rédhibitoire pour répondre aux attentes du marché. sur Internet). Du fait de leur haut niveau ois d’études, les jeunes se retrouvent sur le marché du travail avec peu de compé- » tences professionnelles, elles, la résultante d’une faible expérience « Les PME ont du mal à se faire identifier auprès des grandes écoles. De surcroît, le système significative ificative sur le mar- ché du travail. « Les métiers qui souffrent de pénuries de d’œuvre nécessitent à véhiculer l’image que seules les grands une vraie expertise et de réelles compétences. Les jeunes actifs, sans main- éducatif contribue teur expérience et dont le général de Neoxia parcours scolaire ne comporte pas de réelle groupes proposent des parcours professionnels els extraordinaires. À mes yeux, le discours « hors grandes boîtes point de salut » relève de l’image d’Épinal », dénonce François Hauser. Dans l’optique de séduire, Neoxia table sur le recrutement de jeunes en alternance, pour les intégrer ligne directrice, ont peu de chances d’accéder der à ces postes », déclare-t-elle. De quoi réviser ses ambi- tions à la baisse. Selon une enquête réa- lisée par Qapa auprès de 7.000 jeunes de moins de vingt-six ans, 57,32% des personnes interrogées cherchent des emplois en contrats courts payés au Smic. Une question : où sont-ils ? D'une manière générale, bien des observateurs estiment qu'il est temps de revenir sur une fois diplômés. certaines allocations non contrôlées. Nicolas Lacombe François Hauser, directeur Enquête Le Magazine - 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 1Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 2-3Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 4-5Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 6-7Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 8-9Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 10-11Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 12-13Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 14-15Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 16-17Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 18-19Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 20-21Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 22-23Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 24-25Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 26-27Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 28-29Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 30-31Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 32-33Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 34-35Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 36-37Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 38-39Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 40-41Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 42-43Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 44-45Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 46-47Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 48-49Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 50-51Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 52-53Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 54-55Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 56-57Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 58-59Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 60-61Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 62-63Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 64-65Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 66-67Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 68-69Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 70-71Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 72-73Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 74-75Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 76-77Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 78-79Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 80-81Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 82-83Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 84-85Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 86-87Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 88-89Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 90-91Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 92-93Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 94-95Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 96-97Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 98-99Le Magazine numéro 5 avr/mai/jun 2012 Page 100