Le Magazine n°4 sep/oct/nov 2009
Le Magazine n°4 sep/oct/nov 2009
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°4 de sep/oct/nov 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23,2 Mo

  • Dans ce numéro : Sarko en fait-il trop ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
> 4 - Le Magazine LA V IE QUOTIDIENNE Pourquoi construire des barrages ? L’eau est indispensable à notre vie. Il nous faut donc modifier son cycle naturel pour satisfaire nos besoins. L’eau obtenue est purifiée,puis acheminée vers nos robinets par tout un circuit de canalisations. Il y a plusieurs façons relativement simples de se procurer de l’eau sur place. La pluie qui ruisselle sur les toits peut être recueillie dans des réservoirs. Partout où c’est possible,on pompe l’eau des fleuves,des rivières ou des lacs. Ailleurs,on creuse des puits dans le sol pour atteindre les nappes d’eau souterraines. Mais dans la plupart des grandes villes,les ressources que l’on trouve sur place ne sont pas suffisantes. Il faut faire venir l’eau de l’extérieur. On met en place des kilomètres et des kilomètres de canalisations. Ces canalisations vont chercher l’eau là où elle se trouve. Pour ne pas risquer d’en manquer, il est souvent nécessaire d’aménager des réservoirs. On construit ainsi des barrages qui conservent l’eau dans d’immenses bassins de retenue. ■ klikk — Fotolia harmonie57 - Fotolia Pourquoi des États généraux de la presse ? La presse va mal, la presse est en crise. Le 2 octobre 2008 étaient lancés les États généraux de la presse. Trois mois plus tard un train de mesures était annoncé. Recul des recettes publicitaires,recul de l’audience,augmentation du coût du papier,concurrence de la presse gratuite,migration du lectorat vers d’autres supports (web,mobile),la presse ne se porte pas bien du tout. La tourmente est mondiale. En France,depuis 2006,de nombreux titres de la presse quotidienne nationale (PQN) sont à peine équilibrés,et 17 des 61 journaux quotidiens régionaux présentent un résultat d’exploitation négatif. C’est dans ce contexte qu’ont été annoncés (mai 2008),puis lancés le 2 octobre par Nicolas Sarkozy,les États généraux de la presse,sorte de Grenelle pour trouver des solutions à la crise des journaux. Pendant près de trois mois,148 professionnels et experts -dont 64 dirigeants d’entreprises de presse, sept représentants d’organisations syndicales,49 journalistes,et une société de lecteurs- ont planché sur différentes questions liées à leur avenir. Coordonnées par le ministère de la Culture et de la Com- Olivier Tuffé — Fotolia munication,des réunions thématiques ont été organisées autour de quatre pôles : métiers du journalisme,processus industriel et diffusion de la presse,impact d’Internet,attentes des lecteurs et des citoyens. Au final,le fruit des réflexions de chaque groupe de travail,chacun Maciej Mamro — Fotolia placé sous l’autorité d’un président -Bruno Frappat,Arnaud de Puyfontaine,Bruno Patino,François Dufour-,a abouti à l’élaboration du « Livre vert »,présentant les conclusions des États généraux,et 93 recommandations ou propositions. Ce document de synthèse a été remis le 8 janvier 2009 à Christine Albanel,ministre de la Culture et de la Communication. 600 millions d’euros sur trois ans Deux semaines plus tard,le 23 janvier,Nicolas Sarkozy,annonçait des mesures,pour la plupart s’inspirant du Livre vert,pour aider la presse. 600 millions d’euros supplémentaires sur trois ans seraient ainsi débloqués,moyennant quoi cette industrie qui emploie des milliers de salariés s’engage à réformer en profondeur le secteur. Pour faire face à la baisse prévisible des demandes publicitaires,l’État propose de reporter d’un an la hausse des tarifs postaux pour la presse (coût estimé à la charge de la
puissance publique : 24 millions d’euros),et le doublement de ses dépenses de communications institutionnelles dans la presse écrite. Concernant la distribution,il est prévu le développement du portage à domicile,grâce à une aide de l’État (quelque 70 millions d’euros),la suppression des charges sociales patronales des sociétés de portage pour « les porteurs rémunérés au Smic ». Autres annonces : incitation à l’ouverture de nouveaux points de vente,et amélioration des salaires des diffuseurs,notamment par une exonération de 30% de leurs cotisations sociales personnelles (mesure temporaire). Concernant la modernisation des imprimeries,les entreprises de presse vont négocier un nouveau contrat social,afin de réduire de 30 à 40% les coûts d’impression,et l’État se dit prêt à participer à l’investissement nécessité par la reconversion des ouvriers en sureffectif,négociée avec les syndicats. De plus,parce que les sociétés de presse sont sous capitalisées,des prises de participations d’entreprises internationales seront désormais possibles,ce qui permettrait d’augmenter leurs fonds propres. Les particuliers seront également incités à faire des dons aux entreprises de presse,via des exonérations fiscales. Un abonnement gratuit au quotidien de son choix Au sujet de la presse électronique (Internet),sont prévus des aides permettant l’alignement de son statut sur celui de la presse écrite, l’exonération de la taxe professionnelle,l’application de taux réduit ou super-réduit de la TVA,des droits d’auteur pour ses journalistes. N’oublions pas la création du métier d’éditeur en ligne,statut qui donne droit au régime fiscal des entreprises de presse. Concernant l’une des propositions du Livre vert,favoriser la diversité socioculturelle dans les écoles de journalisme. L’État pourrait y contribuer grâce au financement de bourses (2 millions d’euros). Autres suggestions ayant reçu un écho favorable : élaboration d’un code de déontologie joint à la convention collective des journalistes,et élaboration d’une charte dans chaque titre de presse. Et puis,il y a aussi parmi tout l’arsenal annoncé,une mesure symbolique. Elle vise à offrir à tout jeune un abonnement gratuit au quotidien de son choix pendant l’année de ses 18 ans. ■ QUE PENSENT LES LECTEURS Les lecteurs sont critiques. Près de quinze mille d’entre eux se sont exprimés dans le cadre d’une étude sur le lectorat. Une étude sur le lectorat de la presse quotidienne et magazines a été réalisée auprès d’environ quinze mille lecteurs. Sept quotidiens nationaux, huit régionaux, et dix-sept magazines ont « mutualisé leurs ressources pour interroger leurs lecteurs et faire le bilan des usages, fonctions et valeurs de la presse française ». Les résultats ont été présentés par la ministre en charge du dossier. Que disent les lecteurs ? Qu’ils sont attachés à toutes les informations qui touchent à l’actualité. Ils disent aussi que s’ils se tournent vers Internet ce n’est pas uniquement pour une question de prix, la preuve étant qu’ils seraient prêts à payer plus pour des journaux de qualité. Ils sont contre davantage d’aide de la part de l’État au secteur. Ainsi, 68% des lecteurs sondés pensent que sans subside public, la presse ferait les efforts nécessaires pour être attractive. Pour 71% d’entre eux aide et perte d’indépendance sont liées. Saniphoto — Fotolia Jelena Savic — Fotolia Ils pensent que les journaux sont indispensables au bon fonctionnement de la démocratie, que les analyses et la diversité des opinions exprimées leur permettent de forger leur propre opinion. Les lecteurs émettent des doutes quant au professionnalisme des journalistes, à leur indépendance. Ils regrettent que ceux-ci détiennent un « pouvoir », mais ne l’exerce pas assez selon leurs vœux. Pour 66% d’entre eux un journal perd de sa crédibilité lorsqu’il appartient à un groupe privé ayant d’autres activités que les médias. 70% pensent que la publicité lui fait perdre sa liberté d’expression. Autrement dit, les lecteurs s’interrogent. Pour qui roule la presse ? Selon eux, dans l’ordre, d’abord pour ses actionnaires, puis pour ses annonceurs, avant de rouler pour ses lecteurs, puis pour les partis politiques. C’est sûr, la presse doit écouter le lecteur si elle veut lui redonner l’envie d’acheter ce qu’elle produit. ■ chris32m - Fotolia D.R. Êtes-vous numérique ou analogique ? D.R. En 1980,le cube Rubik (3 cm x 3 cm) est devenu une obsession pour certains,une icône de la culture populaire pour d’autres. Depuis qu’il est sorti de l’imagination de son inventeur hongrois,Erno Rubik, en 1974,près de 300 millions d’exemplaires ont été vendus dans le monde et il s’en vend toujours. Rubik’s Revolution,le dernier-né des cubes Rubik,entre dans le XXI e siècle. Ce cube électronique conserve l’esprit de l’original. Comme l’ancien, il sollicite les neurones et nécessite une grande dextérité manuelle. Mais contrairement à l’ancien, il parle,émet des lumières et des sons. La nouvelle version,qui comporte six jeux de base auxquels on peut jouer seul ou en groupe, est définitivement numérique. Sa voix électronique peut même taper sur les nerfs de certains. Qu’importe. Les jeux sont bien pensés en fonction des groupes d’âges visés. Il fait penser vite,met au défi,rend addict. Ses côtés colorés ne bougent pas, mais la gestuelle demeure. Pour y jouer on doit virer le nouveau cube de tous les bords, comme pour l’original. Et plus vite le Revolution vire dans les mains,meilleur on devient aux jeux proposés. Une suggestion,adopter le nouveau Rubik sans abandonner l’ancien. ■ Le Magazine - 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 1Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 2-3Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 4-5Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 6-7Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 8-9Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 10-11Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 12-13Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 14-15Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 16-17Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 18-19Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 20-21Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 22-23Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 24-25Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 26-27Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 28-29Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 30-31Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 32-33Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 34-35Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 36-37Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 38-39Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 40-41Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 42-43Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 44-45Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 46-47Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 48-49Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 50-51Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 52-53Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 54-55Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 56-57Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 58-59Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 60-61Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 62-63Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 64-65Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 66-67Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 68-69Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 70-71Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 72-73Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 74-75Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 76-77Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 78-79Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 80-81Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 82-83Le Magazine numéro 4 sep/oct/nov 2009 Page 84