Le Magazine n°4 jan/fév/mar 2012
Le Magazine n°4 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°4 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 67,2 Mo

  • Dans ce numéro : DSK/Anne Sinclair... la rupture.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
Sciences 74 - Le Magazine Des volcans plus prompts à se reveiller que prévu ! remonte des profondeurs et arrive sous la chambre, elle fait fondre la lave visqueuse qui constitue les racines du réservoir ; cette lave nouvellement fondue devient alors légère et entame une ascension à travers la chambre, forçant le reste de la pâte visqueuse à se mélanger. C'est ce processus de mélange qui perrnet à la chaleur de diffuser cent fois plus vite dans la chambre que les volcanologues ne le prévoyaient. En fonction de la taille de la chambre et de la viscosité des roches qu'elle contient, quelques mois peuvent alors suffire à raviver son acti vité. Les deux chercheurs ont vérifié la validité de leur modèle sur l'éruption du Pi- On pensait que la chambre magmatique d'un natubo aux Philippines, en mars 199 1, qui volcan, une fois refroidie, restait des siècles en avait causé 1000 morts et l'évacuation de sommeil avant de pouvoir être ranimée par de la lave fraîche. Erreur : le réveil d'une chambre pourrait s'opérer en seulement quelques mois ! Une chambre magmatique est le grand réservoir de lave, enfoui à plusieurs ki lomètres de profondeur sous un volcan, qui l'alimente en roche en fusion. Que devient cette chambre lorsque le volcan n'est pas en éruption ? Jusqu'à présent, les volcanologues imaginaient qu'elle se refroidissait en une pâte extrêmement visqueuse, jusqu'à ce qu'une nouvelle lave montant des entrailles de la Terre la « réveille », c'est-àdire la fluidifie en la chauffant par contact thermique. La taille importante d'une chambre magmatique (de quelques dixièmes à plusieurs centaines de kilomètres cube) expliquait pourquoi, selon cette hypothèse, il fallait plusieurs centai nes voire plusieurs milliers d'années pour que la chaleur se transmette à l'intégralité du réservoir, sortant le volcan de sa léthargie. Selon un modèle mathématique mis au point par Alain Burgisser (Insti tut des Sciences de la Terre d'Orléans) avec un collaborateur américain, le réchauffement se déroule en trois étapes. Lorsque de la lave fraîche et chaude deux millions de personnes, et celle, en cours, du volcan de Montserrat, dans les Caraïbes. Dans les deux cas, des secousses sismiques précédant l'éruption avaient indiqué l'anivée de lave fraîche sous le réservoir refroidi. En tenant compte de divers paramètres physiques connus des deux volcans concemés (température des laves en jeu, taille du réservoir, concentration en cristaux déduite de l'étude des laves...), les deux scientifiques ont réussi à reproduire approximati vement les durées entTe ces signaux d'alarme et les éruptions. Par exemple, pour le Pinatubo, le modèle mathématique a prédit que 20 à 80 jours suffisaient pour remobiliser la chambre sous-jacente, alors que la théorie classique envisageait, elle, 500 ans. Dans la réalité, deux mois avaient séparé les tremblements de tene de l'ex plosion de ce volcan. Ces recherches vont certainement pousser la communauté des volcanologues à s'intéresser davantage aux paramètres physiques des chambres magmatiques. En détemlinanl ces paramèt:Jes, on pourra en effet peut-être un jour, grâce à ce nouveau modèle, estimer combien de temps après avoir frissonné, un volcan va se réveiller.
Construire le vivant : un rapport de forces entre cellules A6n d'assurer le bon fonctionnement des organes, les ceUules communiquent entre eUes grâce à des messages chimiques ou mécaniques. Alors que les forces mécaniques extérieures (pression, coup, etc...) ont plutôt tendance à endommager les tissus (lésion, déchirure...), de nombreux exercices mécaniques sont indispensables au bon fonctionnement de l'organisme... « Comme chez l'être humain chez qui l'exercice physique favorise la croissance et la bonne santé, certaines cellules qui jouent un rôle central dans l'architecture des organes, comme les cellules de la peau, peuvent également avoir besoin d'exercice. Tour est question de dosage » explique Michel Labouesse, directeur de recherche CNRS à l'Institut de génétique et de biologie molécul aire et cellulaire (à Strasbourg). Son équipe a découvert que chez le verC. elegans notamment, les microcontractions du tissu musculaire sont nécessaires pour stimuler les cellules de l'épiderme qui permettent à l'embryon de s'allonger. Les chercheurs ont ensuite tenté de comprendre comment l'information mécanique donnée par les cellules musculaires est transmise aux cellules épithéliales (cellules de la peau) et de quelle manière ce processus active une « machinerie » d'allongement des cellules de l'embryon. L'obésité. outre ses consél]uenccs directes sur la santé (maladies cardiovasculaircs. diabète). est de plus en plus soupçonnée de jouer un rôle dans le pronostic du cancer du sein en [Jartieulier dans sa relation de cause à effet n'avait. jus4u'à été démontrée. C'est chose faite grâce aux travaux menés par deux équipes de recherche réunissant des chercheurs de l'Inserm, du CNRSct de l'Uni- La mécanotransduction est le phénomène qui permet à une cellule de recevoir une information mécanique au niveau de sa membrane et d'offrir une réponse adaptée. En analysant le phénomène de mécanotransduction au niveau de l'interface cellules muscul aires/cellules épithéliales lors de l'allongement deC. elegans, les cherchews ont mis en évidence un mécanisme en plusieurs étapes. Les contractions des cellules muscul aires sont d'abord transmises aux cellules épithéliales adjacentes. Puis la tension exercée provoque des micro-mouvements d'extension/compression des cellules. Les cellules épithéliales répondent en renforçant leurs attaches avec les cellules muscul aires et en mettant en marche un « moteur » molécul aire. Ce dernier commande alors la déformation de la cellule et permet l'al longement de l'organi sme. Michel Labouesse et son équipe ont décrit et fLimé surC. elegans pour la première foi s avec une grande précision le détail du processus molécul ai re qui permet la traduction du mouvement mécanique exercée par des cellules musculaires en une cascade molécul aire au niveau de cellules épithéliales adj acentes. Ils ont ainsi révélé le rôle très important des forces mécaniques dans la communication intercellulaire. scientiliqucs ontr.enms de mettre en évidence in cellule cancéreuse, Peau, langue, œsophage, intestin, tous ces organes fonctionnent sur la même combinaison cellules épithéliales/cellules contractiles. Ces résultats pourraient donc permettre de mieux comprendre les mécanismes de leur formation ainsi que celui de nombreuses pathologies associées : sclérodermie systémique, maladi es bulleuses de la peau, syndrome du bocal irritable, et surtout le cancer dont la gravité serait associé à une dérégulation mécanique. Selon Michel Labouesse « l'une des applications directes concerne le phénomène de cicatrisation. En effet, les cellules de l'épiderme sont accolées au derme qui contient des cellules contractiles (myofibroblastes). Les forces exercées par ces dernières pourraient avoir un rôle important dans le bon ordonnancement de la déformation des cellules nécessaire à une cicatrisation sans séquelle ni bourrelet. ». A terme, ces résultats pourraient également permettre le développement de greffons synthétiques fonctionnels pour pallier la pénurie d'organes. Le Magazine - 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 1Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 2-3Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 4-5Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 6-7Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 8-9Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 10-11Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 12-13Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 14-15Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 16-17Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 18-19Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 20-21Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 22-23Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 24-25Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 26-27Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 28-29Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 30-31Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 32-33Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 34-35Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 36-37Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 38-39Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 40-41Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 42-43Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 44-45Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 46-47Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 48-49Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 50-51Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 52-53Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 54-55Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 56-57Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 58-59Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 60-61Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 62-63Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 64-65Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 66-67Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 68-69Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 70-71Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 72-73Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 74-75Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 76-77Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 78-79Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 80-81Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 82-83Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 84-85Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 86-87Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 88-89Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 90-91Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 92-93Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 94-95Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 96-97Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 98-99Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 100