Le Magazine n°4 jan/fév/mar 2012
Le Magazine n°4 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°4 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 67,2 Mo

  • Dans ce numéro : DSK/Anne Sinclair... la rupture.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Sciences Inventer une nouvelle société Porteur de défis majeurs, le vieillissement peut également, contrairement aux idées reçues, représenter des opportunités non négligeables pour la société et pour la croissance. En d'autres termes, il existe des marges de manoeuvre pour l'action publique afrn, selon les cas, de bénéficier d'opportunités liées au processus de vieillissement ou d'en limiter les désavantages. 46 - Le Magazine C'est le cas pour le système de santé : 1'adapter pour mieux répondre aux enjeux du vieillissement conduit à améliorer la prise en charge de nombreux patients plus jeunes, notamment lorsqu'ils sont atteints de maladies chroniques. Le design universel : des produits utilisables par tous De nouveaux besoins apparaissent avec des seniors Dans le domaine de la santé, on pourra renforcer plus nombreux, en bonne santé, relativement aisés la coordination des différents responsables saniet actifs, mais également avec l'augmentation du taires et sociaux en développant des contractualinombre de personnes dépendantes. Les produits et sa tions entre acteurs (création, par exemple, les services adaptés peuvent représenter un poten- d'équipes mobiles pour intervenir en amont afin tiel de croissance non négLigeable et éventuelle- d'éviter les recours inutiles aux urgences). ment conduire au développement de métiers spécifiques, comme ceux liés à la prise en charge et au soin de la personne. Certains domaines nécessitent la mise en place de politiques publiques spécifiques : par exemple, en matière de sécurité. Les personnes âgées sont, en effet, exposées à des formes de délinquance et de maltraitance spécifiques, qui nécessitent Ja mise en place d'une politique ciblée sur celte tranche d'âge paticu l i è re. Or, en répondant à ces nouveaux besoins des seniors et des personnes âgées, on contribuera à améliorer le bien-être et la qualité de vie de tous. Afin de répondre aux besoins du plus grand nombre en incluant ceux des plus âgés, les pouvoirs publics peuvent inciter à développer des approches universelles dites design for ali. Ils peuvent montrer la voie dans les domai nes de l'aménagement urbain, des tTansports publics, du développement de 1'adaptabilité du logement, etc... Il convient également de sensibiliser de nombreux acteurs à cette logique, en particulier les prestataires privés de produi ts et de services, afm d'encourager la conception de produits utilisables facilement par tous, y compris les personnes handicapées ou en perte d'autonomie. Adopter ce type de politique permet en outre d'asseoir la légitimité des politiques conduites pour répondre aux besoins des populations âgées : elles sont ainsi moins perçues comme favorisant les aînés, mais comme pouvant bénéficier à l'ensemble de la population. Les PME devront être sensibilisées au design universel (design for ali), c'est-à-dire à la conception de produits utilisables facilement par tous, en favorisant la création de centres d'expérimentation où les PME pourraient vérifier que leurs produits et services sont adaptés aux besoins de tous, y compris les seniors et les personnes handicapées. En matière de logement, il serait souhaitable d'infléchir la stratégie française en rééquilibrant les efforts entre constmctions neuves et réhabilitation du stock de logements ex istants, jusqu'ici moins prioritaire, et d'entreprendre un recensement systématique des logements adaptés pour faciliter la mobilité. II faut favoriser les relations intergénérationnelles Le processus de vieillissement de la population et son accélérati on se traduisent par la coexistence simultanée plus fréquente de quatre générations. L'économie des relations intergénérationnelles s'en trouve profondément modifiée, ce qui peut avoir d'importantes répercussions en termes de cohésion sociale. Afin de pacifier les tensions entre
générations potentiellement accrues par la présence d'une génération supplémentaire, l'enjeu de 1'équité intergénérati onnelle doit être au coeur des politiques publiques. Si, du point de vue des transferts publics, les seniors et les aînés semblent bénéficier le plus de ces prestations sociales, le tableau des échanges intergénérationnels est plus complexe si on observe 1'ensemble des transferts privés. On constate alors que l'économie des relations privées d'entraide est particulièrement complexe et développée. Qu'il s'agisse d'échanges fondés sw le temps ou sur J'argent, elle présente une caractéristique principale : celle d'être multidirecti onnelle. Au niveau de la cellule familiale élargie-déjà caractérisée par une multiplicité de confi gurations -, la présence des aînés peut appo1ter un réel soutien pour la prise en charge des enfants, petits- ou arrière-petits-enfants ( « grandparentalité active »), aussi bien qu'elle peut exiger une prise en charge ou des soins (cas d'un aîné dépendant). Dans la mesure où 1'appui sur les seules solidarités privées peut conduire à un renforcement des inégalités sociales, au détriment de ceux qui ont peu ou pas d'entourage familial, il convient de mieux envisager 1'articulation entre l'intervention publique et J'entourage familial. La prise en charge des personnes dépendantes représente un défi de taille. Elle repose beaucoup sur l'aide informelle appo1tée par la famille - en particulier dans le cas du maintien à domicile- et notamment par la génération « pi vot » (les 45-64 ans, encore actifs ou jeunes retraités). Alors que le nombre de dépendants pouJTait augmenter de manière significative à l'horizon 2020-2030, la France se trouve dans une situation de pénurie potentielle d'aidants professionnels. À cette demande de prise en charge des personnes dépendantes s'ajoute en effet celle de modes de garde pour les jeunes enfants, qui offre des métiers considérés comme plus attractifs. Afin de répondre au problème de pénurie de professionnels et afi n de soutenir les aidants familiaux, il convient donc de mieux stmcturer 1'offre professionnelle en rendant plus attractifs les métiers de prise en charge de la dépendance. Envisager un rapprochement des méti ers de J'aide aux personnes âgées, handicapées et de la petite enfance serait possible (formation, mise en place de « passerelles » entre ces métiers, etc...). Aider les aidants U s'agit également de favoriser une meilleure conciliation entre vie professionnelle et tâches d'aidants, de sensibiliser les entreprises et les assureurs aux difficultés rencontrées dans le travail ou la vie privée par les aidants familiaux, en les invitant à s'impliquer et à proposer aux sal ariés concernés des assouplissements d'horaires, des formules de télétravail, des dispositifs d'infonnation, voire des programmes de coordination de soins gériatriques ou des contrats dépendance collectifs. On pounait envisager de faire des CLIC (Centres locaux d'informati on et de coordination gérontologique) et des MAlA (Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'Al zheimer) de véri ­ tables gui chets uniques en matière de dépendance : y rendre disponible l'ensemble des informations utiles, non seulement dans le domaine sanitaire et social, mais aussi en ce qui concerne 1'adaptation du logement, les technologies pour l'autonomie, etc..., améliorer leur accessibilité en utilisant le support internet et en impliquant pour les faire connaître un éventail élargi d'acteurs (entreprises, assureurs, etc...). La problématique du vieillissement pose enfin la questi on du poids qui pèse sur les actifs, comparativement aux retTaités seniors ou plus âgés, swtout si l'on prend en compte l'augmentation prévisible de la dépendance, qui appelle de nouvelles solutions en termes de fin ancement. Or, on observe indéniablement un déséquilibre net, du point de vue des transferts sociaux et fi scaux, en faveur des seni ors, et plus particulièrement, en faveur des seniors les plus riches. U apparaît donc opportun de réformer les di spositifs sociaux et fi scaux à destination des seniors afin de les rendre plus équitables d'un point de vue intergénérationnel (entre seniors et jeunes actifs) et d'un point de vue intragénérati onnel (entre seni ors). Une telle réforme pounait contribuer à une sécurisati on sur le long terme du financement de la dépendance. "Le large éventail de ces propositions témoigne bien à la fois de 1'ampleur des réformes à mener et de leur nécessaireuansversal ité" conclut le Centre d'analyse stratégique. "C'est à ces conditions qu'une meilleure anticipation des effets du vieillissement reste possible et pounait conduire à la mise en place de politiques publiques bénéfici ant au plus grand nombre." Tous nos remerciements au Centre d'analyse stratégique (www.strategie.gouv.fr), et plus particulièrement : Nathalie Bassaler, chef du Service Veille, Prospective, International, Virginie Gimbert et Clélia Godot, coordinatrices du rapport « Vivre ensemble plus longtemps ». Le Magazine - 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 1Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 2-3Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 4-5Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 6-7Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 8-9Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 10-11Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 12-13Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 14-15Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 16-17Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 18-19Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 20-21Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 22-23Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 24-25Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 26-27Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 28-29Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 30-31Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 32-33Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 34-35Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 36-37Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 38-39Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 40-41Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 42-43Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 44-45Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 46-47Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 48-49Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 50-51Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 52-53Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 54-55Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 56-57Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 58-59Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 60-61Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 62-63Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 64-65Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 66-67Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 68-69Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 70-71Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 72-73Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 74-75Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 76-77Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 78-79Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 80-81Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 82-83Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 84-85Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 86-87Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 88-89Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 90-91Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 92-93Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 94-95Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 96-97Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 98-99Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 100