Le Magazine n°4 jan/fév/mar 2012
Le Magazine n°4 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°4 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 67,2 Mo

  • Dans ce numéro : DSK/Anne Sinclair... la rupture.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Sciences A quel â9e est-on auiourd'hui considére comme "vieux" ? Aujourd'hui, les temps sociaux et le temps biologique ne coïncident plus au ni veau individuel : 1'âge adulte ne cotTes pond pas forcément à l'entrée sur le marché du travail, tout comme l'âge de la vieillesse ne se définit plus par le seuil de la retraite. Avec l'augmentation de l'espérance de vie en bonne santé et sans incapacité, l'entrée dans la vieillesse ne cesse de reculer. Le veuvage reste une étape importante, de même qu'une dégradation de 1'état de santé accompagnée d'une dététi oration durable de la qualité de vie représente un point de basculement décisif. L'âge de la vieillesse est surtout affaire de représentations sociales. Ainsi, en France, un individu d'une cinquantaine d'années sera perçu comme « vieux » dans 1'emploi- improductif et menacé de sottie du marché du travail -, alors qu'il aura < rajeuni » quelques années plus tard, lorsqu'il sera devenu un jeune retraité actif et en bonne santé. Ainsi, plutôt que l'âge, il semble que l'étatde santé soit le critère réellement décisif. Néanmoins, pour 44 - Le Magazine des nécessités de chiffiage statistique, un classement par catégori e d'âge continue à s'imposer. Or, entre seniors encore actifs ou seni ors retraités, personnes âgées connaissant des problèmes de santé naissants et personnes dépendantes, les catégories d'âge « réelles » semblent avoir f01tement évolué ces dernières années. Elles ne correspondent donc plus forcément aux catég01ies d'âge statistiques actuelles. Celles-ci gagneraient à être revues afin d'adapter au mieux notre appareil statistique. Le Centre d'analyse stratégique propose par conséquent d'encourager dans les travaux statistiques et universitaires la référence à des groupes d'âge plus conformes aux réalités actuelles, en différenciant les seni ors des personnes âgées avant et après 75 ans. Dans son rapport, trois groupes d'âge di stincts ont été retenus : les « seni ors », les « personnes âgées » encore autonomes et les « personnes dépendantes » (voir encadré). Après 50 ans, on distingue trois groupes d'âge Les " seniors " désigneront l'ensemble des individus entre 50 et 75 ans. Encore en emploi ou à la retraite, ils sont bien insérés dans la vie sociale ou économique. Ils sont en bonne santé, même si des distinctions en termes de catégories sociales mettent en évidence des différences importantes. Les " personnes âgées " (ou les " aînés ") désigneront les plus de 75 ans : c'est aux alentours de cet âge que la santé se dégrade durablement et que des vulnérabilités plus ou moins importantes apparaissent. La vie sociale est parfois moins intense, et des processus de retrait commencent à s'observer. Un " sous-groupe " mérite toutefois d'être distingué ici : les personnes âgées de 75 à 85 ans qui, malgré la dégradation de leur état de santé, restent autonomes (le langage courant les désignent sous l'appellation de " troisième âge "). Enfin, les " personnes dépendantes " connaissent une perte d'autonomie et de grandes fragilités qui se traduisent par une qualité de vie dégradée. On retient le seuil des 85 ans au-delà duquel le risque de perte d'autonomie s'accroît très fortement, pour définir le " grand âge " De fortes inégalités pour atteindre un âge avancé Il existe aujourd'hui non pas « un » vieillissement mais « des » vieillissements. Au-delà de l'apparente unifonnité du processus, apparaissent entre individus de fortes inégalités qui peuvent représenter une menace pour la cohésion sociale. Les trajectoires se révèlent d'une grande hétérogénéité : certes, l'espérance de vie augmente de manière globale dans l'ensemble de la population, mais de manière plus ou moins fone en fonction des catégories d'individus. Ainsi constate-t-on des différences persistantes entre catégories socioprofessionnelles et entre sexes. Selon l'INSEE, si l'on se fonde sur les chiffres de moitalité relevés au milieu des années 1990, l'espérance de vie à 35 ans des femmes cadres dépassait alors de 3 ans celle des ouvrières, et l'espérance de vie des hommes cadres dépassait de 7 ans celle des ouvriers. Ces di ffé rences résultent de la combinaison de plusieurs types de facteurs, notamment les conditions de travail ou les compoitements et modes de vie, qui désavantagent globalement les ouvriers au profit des cadres, et poutTaient encore s'accroître à l'avenir. Il existe toujours une différence marquée en termes d'espérance de vie entre hommes et femmes. Toutefois, on constate actuellement un phénomène de « rattrapage » de l'espérance de vie des hommes par rappott aux femmes, mais hélas sunout par la négative : les femmes ont tendance à ajuster leurs compottements, et notamment leurs compottements à risque (tabac), sur ceux des hommes. Ainsi, selon les projections de l'INSEE, les écruts d'espérance de vie à la naissance entre femmes et hommes devraient se réduire de 7,1 ru1s en 2005 à 5,2 ans en 2050 (6,7 ans d'après les anciennes projections centrales). Si les femmes sont encore avantagées en termes d'espérance de vie, elles sont par ailleurs beaucoup plus vulnérables face au vieillissement en rennes de risque de pauvreté (évolution des salaires moins favorable, moindre capacité d'épargne sur le cycle de vie, cru1ières en général plus heurtées du fait des maternités, ce qui les désavantage au moment du calcul des droits à la retraite).
Enfin, on parle beaucoup aujourd'hui d'inégalités entre générations : c'est tout le débat qui oppose la génération des baby-boomers, « générati on dorée », et les jeunes d'aujourd'hui, considérés comme une « générati on sacrifiée » ou « désenchantée ». Alors que les baby-boomers auraient en quelque sone « profi té » de la remise en marche du pays après-guerre par leur parents (les Trente Glorieuses), les jeunes d'aujowd'hui connaissent beaucoup plus de difficultés, que ce soit en termes de pauvreté ou d'insertion sur le marché du travail. Ainsi, selon l'INSEE, près de 25% des 16-25 ans sont aujourd'hui au chômage, tandis que 51% des 18-26 ans occupent un emploi précaire. Cette situation porterait en germe des tensions fortes au sein de la société, entre groupes sociaux, entre insiders et outsiders, et in fine entre générations. Une menace pour la cohésion sociale ? Si le vieillissement de la population française est inéluctable, ses conséquences sont encore en prutie incertaines. Il reste d'importantes marges de manoeuvre pour tirer le meilleur parti des opportunités liées au processus de vieillissement et en limiter les inconvénients, mais au prix d'un cettai n volontarisme de l'action publique : l'enjeu est moins d'ajuster des dispositi fs existants que d'en inventer d'autres, plus à même de répondre au défi du vieillissement. Les Français vivent plus longtemps : c'est une excellente nouvelle. Il faut aussi qu'ils vieillissent en bonne santé et restent autonomes le plus longtemps possible. Or, des politiques de prévention du vieilLissement supposent d'intervenir très en amont, c'est-à-dire dès le début puis tout au long du cycle de vie, afin d'accompagner les trajectoires individuelles. L'accélération du vieilLissement de la population tendra à fragiliser davantage les systèmes de solidarité publics acn1els. Ainsi, le passage au modèle à quatre générations et la diminution du rapport entre le nombre d'actifs et celui des inactifs compliquent considérablement l'équation du système de protection socia le. Si le fort taux de natalité actuel en France laisse à penser que le système pourra, à plus long terme, revenir à un ce1tain équilibre, la manière dont nous anticiperons le choc temporaire lié à l'mivée à l'âge de la retraite puis à celui du grand âge des générations du baby-boom, sera décisive. Finalement, si le vieilLissement n'apporte pas de problématiques fondrunentalement neuves, il tend à exacerber les tensions, à accentuer des fragilités déjà présentes et, ce faisant, à menacer la cohésion sociale. L'enjeu majeur est donc bien de retisser des solidarités menacées, voired'inventerd'auues mécanismes de solidarité. Une nécessaire prévention tout au long de la vie On constate en outre qu'une approche systématique paruanche d'âge se révèle dans la plupart des cas peu efficace. Prutant du principe que la vieillesse se préprue à tout âge, et afin de prévenir le vieilli ssement individuel et faire en sotte que les individus vieillissent en meilleure santé, sans incapacité, il est nécessaire de permettre à chacun de mener un style de vie actif même après la retraite. C'est tout le sens des politiques dites de « vieillissement réussi » ou « actif », qui reposent sur 1'idée que les individus doivent avoir acquis très tôt cettains réflexes et habitudes de vie influant positivement sur leur avancée en âge. Pour ce faire, il est primordi al d'agir de manière préventive sur l'ensemble de lauajectoire de vie, dès la petite enfance. Cela suppose donc d'intervenir dru1s un ensemble uès large de domai nes (éducation, santé, logement, emploi, etc.). Il faut notrunment renforcer l'éducation pour la santé dès le plus jeune âge dans le cadre de la scolruité. Cette éducation passe par l'apprentissage d'une bonne hygiène de vie en matière d'alimentation et d'exercice physique. Cette nécessité de dépasser les catégorisations par tranches d'âge s'exprime également dans le domaine de l'emploi : le maintien en emploi des seniors ne devra plus passer systématiquement par des politiques ciblées sur cetteuanche d'âge spécifique, mais par des mesures orientées selon une logique de cycle de vie. Aussi doit-on prendre en compte d'autres critères de ciblage que l'âge, comme le statut dans l'emploi, l'état de santé, le type de formation : le prucours professionnel détermine en effet de manière très importante la trajectoire de fin de vie active. C'est pourquoi il est essentiel de promouvoir une autre vision de la carrière professionnelle, au travers notamment d'une nouvelle gestion des âges au sein de l'enueprise afin d'avancer sur la voie d'un vieillissement réussi pour tous, à la fois au travail et par leuavail. Renforcer 1'employabilité des seniors passe par des dispositifs favorisant le maintien de leurs compétences et leur adaptabilité au changement. La formation desuavailleurs, le bilan régulier de leurs compétences, et la préservation de leur capacité de mobi.lité tout au long de leur carrière sont autant de domaines à creuser. Il convient également de responsabiliser davantage encore les entreprises afin d'améliorer les conditions deuavail (par exemple en développant l'autonomie des salariés) et de promouvoir la santé au travail. Les eff01ts en matière de recherche sur les risques de santé au travail doivent être poursui vis. Il s'agira également de lutter contre les inégalités d'accès à la formation continue tout au long de la canière par le renforcement des droits à formation du travailleur, en responsabilisant plus encore l'employeur. Egalement de responsabiliser davantage encore les entreprises quant à l'amélioration des conditions de travail en réformant le système de couveJture des accidents du travai l et des maladies professionnelles (ATMP) : en fait, favoriser une logique plus préventi ve des risques de santé liés auuavail. Le Magazine - 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 1Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 2-3Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 4-5Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 6-7Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 8-9Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 10-11Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 12-13Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 14-15Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 16-17Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 18-19Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 20-21Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 22-23Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 24-25Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 26-27Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 28-29Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 30-31Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 32-33Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 34-35Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 36-37Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 38-39Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 40-41Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 42-43Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 44-45Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 46-47Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 48-49Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 50-51Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 52-53Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 54-55Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 56-57Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 58-59Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 60-61Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 62-63Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 64-65Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 66-67Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 68-69Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 70-71Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 72-73Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 74-75Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 76-77Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 78-79Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 80-81Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 82-83Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 84-85Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 86-87Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 88-89Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 90-91Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 92-93Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 94-95Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 96-97Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 98-99Le Magazine numéro 4 jan/fév/mar 2012 Page 100