Le Magazine n°3 oct/nov 2011
Le Magazine n°3 oct/nov 2011
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°3 de oct/nov 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 266) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23 Mo

  • Dans ce numéro : la remontée de Ségolène Royal... et si c'était elle ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
Enquête CA : 28,5 millions d’euros Secteur : Football C e jeune trader aura eu du nez en reprenant le club breton au nez et à la barbe de Robert Lafont qui lorgnait également le club. Ex-banquier et actionnaire majoritaire depuis 2009, ce qui marque le début d’une nouvelle ère. De nombreux projets se concrétisent (nouvelle tribune sud) et d’autres voient le jour (terrain synthétique, Espace 70 - Le Magazine FC Lorient, le jackpot de Loïc Ferry FCL...). Reconnue de tous, la qualité du jeu des joueurs de Christian Gourcuff a attiré près de 250.000 spectateurs t au stade Yves Allainmat, ce qui constitue le 4 ème taux de remplissage en Ligue 1. L’ouverture de la tribune sud qui porte la capacité du stade à 18.500 places explose le record d’affluence avec 16.337 personnes lors du match FC Lorient/Lille OSC le 15 mai 2010. Cette saison, le club FC Lorient breton conserve le même maillot, lot, même si le logo du partenaire principal, la biscuiterie LA Trinitaine, a été relooké et que d’autres sponsors sors tels que le DCN Lorient s’affichent aussi sur le maillot lorientais. Et les bonnes nouvelles es continuent. Morel vient d'être vendu 2,7 millions lions à l'OM après la vente e de 12 millions de Gameiro au PSG. FC Lorient d’investir sur les mar- chés actions. Ils préfèrent l’immobilierier ! ». Pas éton- nant qu’une banque comme Pictet & Cie soit particu- lièrement appréciée par les chefs d’entreprise prudents. Ses atouts ? « Le sur-mesure, la possibilité d’investir dans tout type d’actif, une vision de gestion internatio- nale mais aussi une sécurité maximale. En tant que véri- table société de personnes au sens de la loi Suisse, les associés sont responsables sur leurs biens propres ». p Un secteur clé pour réussir Même si nous présen- tons dans ce dossier des entreprises es issues d’hori- zons divers, il semble qu’un secteur en particulier se démarque. « Il est vrai qu’en tant que banque de gestion de fortunes, nous nous voyons confier les avoirs de nouveaux clients qui ont fait fortune et a donc une vision précise des différents types de socié- tés performantes. Et s’il y a bien un secteur aujourd’huiui dans lequel les chefs d’entreprise réussissent rapi- dement, c’est Internet. Nous voyons des entrepreneurs faire fortune en 2 ou 3 ans sur des business models qui peuvent être montés facilement, rapidement et à des coûts « moindres » que dans des secteurs dits industriels par exemple », confirme le directeur général de la banque. Contrairement aux entreprises hors ligne, il est plus facile de débuter sur le Web avec un apport très faible. Comme le sou- ligne Cyrille Kriegel, fondateur de la société Powerupmybiz (destinée à aider les dirigeants de TPE et PME), « les entrepreneurs online n’ont pas forcément envie de se lancer dans un projet de très grande ampleur comportant un gros risque financier mais sont capables, pas à pas, de réussir une success ss story qui leur correspond mieux ».
Le groupe Dunoyer fait feu de tout bois CA : 35 millions ions d’euros Secteurs : Charpente, menuiserie, agencement, architecture e et construction bois, design et décoration Annecy, Robert Dunoyer tient l’entreprise familiale de son père, ce qui témoigne d’un challenge réussi, ce dont l’homme est conscient. « Je me réjouis d’avoir su pérenniser er l’entreprise héritée de mon père, d’avoir su l’adapter et la faire évoluer sur des marchés nouveaux liés au bois. Le nom du groupe Dunoyer est aujourd’hui synonyme de haute qualité, et je crois pouvoir le dire D’une manière générale, les réus- sites des chefs d’entreprise d’au- jourd’hui sont différentes de celles d’hier car il y a des changements de mentalité évidents. « Les quadra ou quinquagénaires naires qui ont monté des entreprises sur Internet ou dans le secteur tertiaire tiaire n’ont pas la même philosophie que leurs prédéces- seurs », précise Dominique Benoit. « Ils n’ont pas à cœur d’aller jusqu’au bout, de transmettre tt à leurs enfants ce qui était le cas il y a 10 ou 20 ans. Aujourd’hui,ui, ils sont capables de repartir sur d’autres business : s’ils ont des opportunités portunités de rachat, ils les saisissent. Avant, vendre sa société dans une famille était presque un aveu d’impuissance ! ». Deux poids lourds du Web Nous avons demandé à Dominique Benoit de nous dire quelles étaient, selon lui, les plus belles réussites entrepreneuriales des dernières années. « Vente-privee.com dirigée par Jacques-Antoine Granjon et une référence dans le milieu de la construction ». Toute réussite est avant tout une affaire de passion explique-t-il. « Je pense avoir su fidéliser une équipe compétente et motivée, que je remercie pour la dynamique qu’elle apporte au groupe. Mais une rigueur absolue à tous les niveaux est également indispensable. Enfin, il faut savoir anticiper, comprendre comment les marchés vont évoluer et leur répondre par l’innovation, en affirmant sa personnalité et sa différence ». Dans son secteur, comme dans tous les autres, rien n’est jamais acquis et une position de leader doit être "Comment ça marche", le money-maker d'Internet CA : 30 millions d’euros Secteur : Internet C omment ça marche, c’est l’histoire d’un étudiant en école d’ingénieur en mécanique qui, en 1999, lance une encyclopédie informatique sur le Web. Le site s’étoffe au fil des ans puis se décline en 2 autres versions à partir de 2008 : Droit-Finances.net et Sante-Medecine.net. 11 ans après la création, Jean- François Pillou en a fait du chemin sur la Toile... jusqu’à racheter en octobre dernier le groupe Benchmark. « Au- delà de la complémentarité éditoriale, le rapprochement avait du sens par leurs audiences, Benchmark défendue en permanence. « Notre compétitivité s’améliore constamment par la robotisation de nos ateliers et l’arrivée de nouvelles machines ». Signalons que le groupe s’est vu décerner récemment le Trophée National AXA de la prévention. « C’est le résultat d’une politique de qualité et de sécurité é à laquelle nous tenons beaucoup ». D’ailleurs, le groupe ne compte pas en rester là. « Techniquement, nous continuerons à assumer notre métier d’origine, la menuiserie charpente, mais nous voulons aussi démontrer encore mieux Group était le 1 er groupe Internet indépendant en France [Journal Du Net, Journal Des Femmes, Linternautet et Copains D’avant] et Comment ça marche le ème 2 », explique Jean-François Pillou. « L’audience des 2 groupes place ème l’ensemble à la 5 place en France, toutes catégories confondues, avec environ 20 millions de visiteurs uniques par mois ». Un groupe qui pèse 30 millions d’euros, emploie 170 salariés et entend se Robert Bunoyer, P-DG du groupe Dunoyer notre savoir-faire en matière de construction bois. Nous portons nos efforts sur 2 secteurs : la réalisation de villas de prestige dans les plus grandes stations de ski, sur la Côte d’Azur et en Corse, et la mise au point d’une gamme complète de maisons bois, d’un prix très accessible et répondant aux normes BBC ». Ainsi, l’entreprise compte-t-elle pouvoir progresser resser et ouvrir un restaurant gastronomique près de son siège. placer dans le classement des 50 premiers groupes mondiaux. « Cette année, nous allons sortir 4 projets : un guide de voyage Jean-François Pillou, DG de CCM Benchmark Group révolutionnaire, un réseau social mettant en relation des personnes es possédant des centres d’intérêt communs, un site Copains D’avant entièrement rénové et enfin une surprise de taille ! ». On a hâte de savoir ce que ce petit génie du Web nous réserve. Le Magazine - 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 1Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 2-3Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 4-5Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 6-7Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 8-9Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 10-11Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 12-13Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 14-15Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 16-17Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 18-19Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 20-21Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 22-23Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 24-25Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 26-27Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 28-29Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 30-31Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 32-33Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 34-35Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 36-37Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 38-39Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 40-41Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 42-43Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 44-45Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 46-47Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 48-49Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 50-51Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 52-53Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 54-55Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 56-57Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 58-59Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 60-61Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 62-63Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 64-65Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 66-67Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 68-69Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 70-71Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 72-73Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 74-75Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 76-77Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 78-79Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 80-81Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 82-83Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 84