Le Magazine n°3 oct/nov 2011
Le Magazine n°3 oct/nov 2011
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°3 de oct/nov 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 266) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23 Mo

  • Dans ce numéro : la remontée de Ségolène Royal... et si c'était elle ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Vie politique Strauss-Kahn a obligé Ségolène Royal à revoir sa stratégie. Comme Martine Aubry, elle semblait prête pour passer la main à l’ex-directeur général du Fonds Monétaire International même si DSK lui aurait confié qu’il n’appréciait pas de battre campagne, contrairement à elle qui adore les rencontres sur le terrain, les poignées de mains, les échanges dans les marchés ou la visite de fermes et d’usines. Dans le milieu politique, on murmure qu’elle aurait négocié avec Strauss-Kahn (en cas de victoire de ce dernier en mai 2012) la Présidence de l’Assemblée Nationale (ce qui l’aurait obligé à se présenter aux législatives de juin 2012 et de renoncer à la présidence de la région Poitou-Charentes) ou un super-ministère englobant l’Education nationale, la Jeunesse, la Recherche, les Universités et la Formation professionnelle. Mais le scandale Strauss-Kahn a évidemment remis en cause ce scénario. C’est ce qu’explique Lucie, militante de Désirs d’Avenir, le mouvement de Ségolène Royal qui avait été créé pour la campagne des élections présidentielles de Les gens connaissent ses idées et elle sait captiver les foules avec son charisme, son aura et son charme naturel. Lucie, militante de Désirs d’Avenir 2007 : « Je suis certaine que Ségolène va s’impliquer à 100%. Si Strauss- Kahn est totalement hors du coup, elle se battra pour gagner ces primaires. Elle est très forte en campagne, elle a des convictions de gauche, les gens connaissent ses idées et elle sait captiver les foules avec son charisme, son aura et son charme naturel. Les autres candidats et les dirigeants du Parti Socialiste la craignent parce 22 - Le Magazine qu’elle est incontrôlable et a un rapport immédiat avec le peuple. Elle dirige une grande région depuis 2004, elle a déjà été candidate aux présidentielles et elle sait donc mieux que personne comment cela se passe. Comme c’est une femme de 57 ans, elle offre un nouveau visage pour la vie politique. Je ne vois vraiment pas quoi ou qui pourrait arrêter Ségolène ! » Propos enflammés d’une partisane ou réalité au sein du Parti Socialiste ? Même si l’entourage de Royal reconnaît que les intentions de votes en sa faveur ne prêtent guère à l’optimisme, tout paraît possible depuis l’affaire Strauss-Kahn. Ce que confirme Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et fidèle de Ségolène Royal : « Quand elle annoncé sa candidature le 29 novembre 2010, la situation politique de l’époque (l’adoption de la réforme des retraites, le faux remaniement) a imposé que la gauche se mette enfin en mouvement et sorte d’un certain flottement. Ségolène Royal met sa force de mobilisation populaire au service des primaires et des socialistes. Le fait qu’elle ait déjà été candidate à l’élection présidentielle est un atout considérable car elle a l’expérience d’une campagne au plus haut niveau. Et aujourd’hui, au moment où tant de Français doutent de la politique, elle montre tous les jours comme Présidente de la région Poitou-Charentes que l’action publique peut concrètement changer les choses. » Et même si des personnalités comme Jack Lang, Gérard Collomb(sénateur-maire de Lyon) ou Jean-Christophe Cambadélis ont fustigé la candidature de Ségolène Royal aux primaires socialistes (« Et une candidature de plus ! Et au mépris du calendrier choisi par les militants ! Pauvre Parti Socialiste ! Le grand parti de Mitterrand, Blum et Jaurès est aujourd’hui la proie d’ambitions purement personnelles qui le déchirent et l’humilient. », déclara, dans un communiqué, l’ancien ministre de la Culture de François Mitterrand en apprenant la candidature Royal), « Ségo », comme on l’appelle familièrement chez ses partisans, veut en découdre. Les démêlés judiciaires de Dominique Strauss-Kahn résonnent chez cette ancienne ministre de François Mitterrand et Lionel Jospin comme un appel électoral. Il lui reste maintenant à accomplir l’essentiel : convaincre les votants aux futures primaires socialistes d’octobre 2011. Cette hypothèse est désormais plus que probable. laurent Fabius Le recours Et si, au final, les problèmes de Dominique Strauss- Kahn lui étaient profitables politiquement ? Partisan et ami de DSK, l’ancien Premier ministre de François Mitterrand entre 1984 et 1986 avait toujours clairement affiché ses préférences pour la désignation du candidat socialiste en 2012 : Dominique Strauss-Kahn ou Martine Aubry. On sait qu’il a été l’un des artisans du « Pacte de Marrakech » prévoyant la candidature de l’un ou de l’autre, et jamais de l’un contre l’autre. Á 65 ans, celui que le Président Mitterrand considérait comme son dauphin devant lui succéder à l’Élysée, n’a jamais pu concourir pour les élections à la magistrature suprême. Entre l’affaire du sang contaminé, le désamour de
l’opinion à son égard, ses différentes positions politiques et les inimitiés tenaces qu’il a pu entretenir avec d’autres leaders socialistes (comme Lionel Jospin, Michel Rocard, Ségolène Royal ou François Hollande), Laurent Fabius a connu tellement d’obstacles dans son brillant parcours d’homme d’État que le chemin vers la Présidence de la République lui a toujours été interdit. Comme Alain Juppé pour la droite, Fabius représente le brillant normalien et énarque, familier des palais de la République grâce à son intelligence, ses compétences et son autorité. Laurent Fabius a été chef du gouvernement, ministre, Président de l’Assemblée Nationale et Premier secrétaire du Parti Socialiste. Mais sur l’impressionnant CV du député de Seine-Maritime, il manque la fonction ultime : Président de la République. Comme si une malédiction pesait sur lui. « C’est peut-être la pire situation pour lui car il a des rapports amicaux et chaleureux avec Dominique Strauss-Kahn, mais Laurent a une véritable opportunité pour 2012. Et je pense que c’est la dernière chance pour lui, car après, la génération des Valls, Montebourg, Hamon et Moscovici prendra vraiment le pouvoir au Parti Socialiste. Même si les sondages ne sont pas bons en ce qui le concerne et même si la logique voudrait qu’il appelle à voter Martine Aubry pour les primaires d’octobre 2011 vu l’affaire Straus-Kahn, il y a une nouvelle donne exceptionnelle et inattendue devant laquelle il doit se positionner. Je pense que Fabius envisage toutes les hypothèses et ses amis attendent de sa part un comportement mitterrandien. Au fond de lui, Laurent sait qu’il a beaucoup plus la carrure pour devenir chef de l’État que Aubry ou Hollande. Ne parlons même pas de Ségolène, qu’il considère comme une nulle et comme une illuminée, et qu’il n’a pas vraiment aidé lors des élections présidentielles en 2007… », note un ancien ministre de Laurent Fabius, ancien favori du président François Mitterrand, s’est mis un peu en retrait au Parti Socialiste. Il n’en reste pas moins un postulant très crédible pour la Présidence. Vie politique François Mitterrand et intime de Laurent Fabius. Pour ce dernier, « il faut être en situation et dans un contexte approprié, et je ne pense pas que les conditions soient réunies en ce qui me concerne… ». C’est du moins ce que déclarait « le plus jeune Premier ministre de France » avant l’épisode new yorkais de Dominique Strauss-Kahn. Ses supporters pensent tout autrement, comme Fabrice Frichet, secrétaire de la section du Parti Socialiste de l’Isle-sur-le- Doubs : « Fabius peut apparaître comme le « vieux sage » dont on aurait besoin étant les circonstances. Si Dominique Strauss-Kahn n’est pas blanchi, c’est Laurent Fabius qui peut rassembler de la gauche du Parti So- Le Magazine - 23 Crédit photo : Patrick Bernard/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 1Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 2-3Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 4-5Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 6-7Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 8-9Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 10-11Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 12-13Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 14-15Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 16-17Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 18-19Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 20-21Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 22-23Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 24-25Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 26-27Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 28-29Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 30-31Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 32-33Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 34-35Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 36-37Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 38-39Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 40-41Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 42-43Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 44-45Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 46-47Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 48-49Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 50-51Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 52-53Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 54-55Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 56-57Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 58-59Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 60-61Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 62-63Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 64-65Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 66-67Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 68-69Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 70-71Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 72-73Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 74-75Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 76-77Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 78-79Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 80-81Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 82-83Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 84