Le Magazine n°3 oct/nov 2011
Le Magazine n°3 oct/nov 2011
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°3 de oct/nov 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (206 x 266) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23 Mo

  • Dans ce numéro : la remontée de Ségolène Royal... et si c'était elle ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Vie politique tiques. L’ancien chargé de mission pour les questions économiques auprès de François Mitterrand au palais de l’Élysée, entre 1981 et 183, ne se préoccupe plus des critiques ou des phrases assassines et ne souhaite pas y répondre, en dépit de son talent oratoire et de son goût des bons mots. Il en est persuadé : il portera les couleurs du Parti Socialiste en avril et mai 2012. Que Dominique Strauss-Kahn ait pu participer aux primaires du PS ou pas. Martine aubry La légitimité le monde savait ou pressentait qu’elle ne se présenterait pas aux « Tout primaires du mois d’octobre 2011 pour laisser la voie libre à Dominique Strauss-Kahn. Elle l’avait même indiqué à DSK lors d’une visite, à Paris, de l’ex- directeur général du Fonds Monétaire International à la fin du mois d’avril. Avec les graves problèmes de Strauss-Kahn, Martine va devoir se reposer la question. », explique une ancienne ministre socialiste de la Justice, proche de la maire de Lille. Elle poursuit : « Comme Dominique Strauss-Kahn est, à priori, hors-jeu, Martine Aubry se retrouve au pied du mur. Elle va devoir décider d’une nouvelle stratégie avec ses alliés, au premier rang desquels on trouve Laurent Fabius. L’ancien Premier ministre de François Mitterrand était partisan d’une candidature Strauss-Kahn et Fabius doit, lui aussi, 18 - Le Magazine réfléchir à sa position par rapport à cette nouvelle donne, car il fait partie des présidentiables potentiels… » La Première secrétaire du Parti Socialiste est-elle condamnée à se jeter dans la bataille des primaires, elle qui s’imaginait plutôt Premier ministre d’un futur Président Strauss-Kahn ou Présidente d’une Assemblée Nationale redevenue majoritairement socialiste et de gauche en juin 2012 ? « J’essaie de mettre de la raison en maintenant un cap : d’abord le projet, ensuite la candidature. Le processus continue normalement. », a d’abord affirmé la patronne du Parti Socialiste, en tentant de relativiser la portée politique de l’affaire DSK. Comme tous les candidats éventuels ou déjà déclarés, l’ancienne ministre de l’Emploi et de la Solidarité du gouvernement Jospin (entre 1997 et 2000) ne souhaite pas
La Première secrétaire du Parti Socialiste, poussé à la candidature après la défection de DSK, a toutes ses chances dans la course à la Présidence. Crédit photo : Philippe Merle/AFP Vie politique apparaître comme quelqu’un pouvant ou voulant profiter du scandale Strauss-Kahn. « Je ne suis pas un plan B », disait-elle il y a quelques semaines. En même temps, la fille de Jacques Delors a pour elle la légitimité de son poste de Premier secrétaire du PS. Garante de l’unité du parti et responsable de sa bonne marche et de sa cohésion, elle peut apparaître, aux yeux des militants et des sympathisants, comme la personnalité du rassemblement, nécessaire pour affronter en ordre rangé Nicolas Sarkozy en avril et mai 2012. Comme l’écrivait la journaliste Sophie Landrin dans le quotidien Le Monde du 16 mai 2012 : « Si l’empêchement du patron du FMI se confirme, le parti se retrouvera sans candidat dominant. Le processus de primaire arrêté pour la désignation du candidat à la présidentielle de 2012 ne sera plus l’exercice de ratification imaginé par les partisans de Monsieur Strauss-Kahn, mais une véritable compétition avec tous les risques de division qu’elle comporte… Martine Aubry, qui jusqu’à présent n’avait donné aucun signe réel de sa détermination à concourir, risque de se retrouver dans la posture d’une candidate de substitution, le scénario qu’elle redoutait… » Pourtant, les fidèles de Martine Aubry ne sont pas d’accord avec cette interprétation, comme le dit Marylise Lebranchu, ancienne garde des Sceaux dans le gouvernement de Lionel Jospin et amie d’Aubry : « Martine n’a jamais annoncé officiellement qu’elle renonçait. Sa candidature a toujours été une option sérieuse et crédible et elle continuait d’en discuter régulièrement avec Dominique Strauss-Kahn, car ce n’était pas facile de savoir qui était le mieux placé. Comme Martine l’a elle-même déclaré, ce qui est arrivé à Dominique Strauss-Kahn a été un véritable coup de tonnerre, un bouleversement, mais qui a touché une personnalité socialiste, et non pas la collectivité du Parti Socialiste. Cette affaire est de l’ordre de l’intime, elle n’est en aucune manière politique. » Pour Laurent Beauvais, Président socialiste de la région Basse-Normandie et proche de Laurent Fabius, le choix est clair : « Ma théorie est simple : affaire Strauss-Kahn ou pas, c’est toujours le Premier secrétaire du Parti Socialiste qui doit être le candidat. Comme François Mitterrand en 1974 et 1981 ! Si François Hollande l’avait été en 2007, les choses se seraient passées autrement et nous n’en serions pas là, aujourd’hui. Pour 2012, Martine Aubry doit y aller, il n’y a plus à se poser de questions et le Parti Socialiste doit la soutenir et se rassembler derrière elle. » Aux yeux des électeurs et sympathisant pour les primaires socialistes, Martine Aubry Le Magazine - 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 1Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 2-3Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 4-5Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 6-7Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 8-9Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 10-11Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 12-13Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 14-15Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 16-17Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 18-19Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 20-21Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 22-23Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 24-25Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 26-27Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 28-29Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 30-31Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 32-33Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 34-35Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 36-37Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 38-39Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 40-41Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 42-43Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 44-45Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 46-47Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 48-49Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 50-51Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 52-53Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 54-55Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 56-57Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 58-59Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 60-61Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 62-63Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 64-65Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 66-67Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 68-69Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 70-71Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 72-73Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 74-75Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 76-77Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 78-79Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 80-81Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 82-83Le Magazine numéro 3 oct/nov 2011 Page 84