Le Magazine n°2 aoû/sep 2011
Le Magazine n°2 aoû/sep 2011
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°2 de aoû/sep 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 58,3 Mo

  • Dans ce numéro : DSK candidat ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
1 Exclusif• Michel Clerc en tête à tête avec Michel Rocard Michel Rocard, l'ancien Premier ministre de François Mitterrand : 24 - Le Magazine il ne perd pas le Nor Michel Rocard est un navigateur. Certes, il n'a pas traversé l'Atlantique en solitaire mais s'est souvent laissé glisser sur l'Océan où il s'est fait une réputation de barreur respectable. Il est aussi pi lote de planeur, parce que, dit-il, il aime « le silence, la fréquentation des nuages et l'intérêt qu'il y a à utiliser les courants ascendants ». En politique, il faut savoir prendre le vent. Est-ce aussi une manière de prendre de la hauteur ? S'agissant de Michel Rocard, on peut l'imaginer. Le regard des aigles Dans le ciel, on fait aussi de drôles de rencontres : - Je volais sur mon planeur depuis 25 minutes et soudain j'aperçois un couple d'aigles. Le mâle lointain est méjïant. La femelle, curieuse de cet objet volant non identifié, rapplique dans mon ascendance et applique parfaitement le Manuel du pilote. Elle se met à quelques mètres de moi par le travers en volant dans le même sens sans jamais me perdre de vue. Spectacle inouï. Ça a duré deux minutes peut-être et "Je suis moins à l'aise humainement avec Strauss-Kahn parce qu'il y a de la brutalité chez cet homme. Il y a une histoire compliquée. Il n'a pas mon genre d'éthique vis à vis des femmes." j'en ai eu plein les yeux pour le restant de mes jours. - Vous avez eu peur ? -Du tout. J'étais ébahi de stupeur devant la beauté de la nature. La femelle était à JO mètres de moi. Je voyais toutes ses plumes et son regard ! Et quel regard ! Celui d'unfauve avec des ailes ! Est-ce que cette rencontre avec l'aigle des Alpes n'est pas dans votre esprit l'image même de vos relations avec François Mitterrand ? - En politique, Mitterrand, c'est vrai, était un aigle. Le mépris profond que je porte à son absence d'éthique est compatible avec l'admiration totale que j'ai pour sa puis-
sance tactique. - C'est l'éthique qui vous a essentiellement opposé à lui ? -Pas essentiellement, exclusivement ! Mais nous étions aussi de culture et de formation différente. Sa culture était profondément historique, juridique, son regard sur l'histoire était imprégné de violences et de ruses. Et sa vision historique était bonapartiste s'agissant de sa manière de gouverner. Et moi, je débarque dans ce monde-là avec un lourd bagage d'économie, de démographie, de sociologie, de sciences humaines et de pratique constitutionnelle. Mitterrand ne sa v ait rien dans ce domaine et avait un mépris même pour la seule activité professionnelle. Aucune lecture, pas un bouquin dans sa bibliothèque et moi, c'est totalement mon truc. Mon regard sur les hommes, est fait d'abord dans ces dimensions là. Le résultat, c'est que devant n'importe quel problème nouveau, il lui vient deux ou trois possibilités de le traiter, ilrn'en vient deux ou trois autres. Elles sont non compatibles. Et là, on est dans la différence pas dans la haine. Malgré cela, il ne s'est jamais autorisé à jouer contre lui ou même à saboter discrètement sa politique... - Je n'ai pas eu cette folie. Il était Président de la République. Je respecte le suffrage universel et on ne fait pas marcher une démocratie compliquée sans respecter les chefs. - Quel rôle a joué l'éthique dans votre vie politique ? Ça a dû vous gêner vis à vis de Mitterrand. Je sais que vous êtes de mère protestante. Cela a peut-être joué un rôle dans votre éducation. - Je ne suis pas seulement de mère protestante. Ellern'a foutu dans le système scout. Première communion, etc. J'ai eu un Pasteur inouï. Il s'appelait André Shimane. J'ai eu une vraie éducation religieuse très complète. Je dois beaucoup au protestantisme, c'est vrai. En 1981, les socialistes arrivent au pouvoir. Rocard est successivement ministre du Plan et de l'Aménagement du territoire, ministre de l'Agriculture mais il estime que Mauroy d'abord puis Fabius accumulent les erreurs : - Mitterrand a commencé dans la gabegie la plus noire. Le budget de 1982 est en augmentation de dépenses de 26%. On n'avait jamais vu ça depuis le Directoire. C'est d'ailleurs le seul budget de l'Histoire de France qui n'est pas signé par le ministre des Finances. -Pourquoi ? - Parce que seul le ministre du Budget délégué au ministre des Finances a accepté d'en prendre la responsabilité. Le ministre du Budget était Laurent Fabius. Et Jacques Delors, ministre des Finances a refusé de mettre sa signature. Ce n'est pas mal ça, non ? - C'est un bon point pour Martine Aubry. - Vous transmettez les bons points génétiquement vous ? C'est une conception philosophique un peu dangereuse. Ça pourrait vous entrainer où vous ne voulez pas aller. - Votre sympathie pour Martine Aubry est affichée. -Oui,j'aime bien Martine, c'est vrai. Malheureusement, j'aime bien les 3. J'aime bien Strauss-Kahn, Hollande et Martine. -J'avais l'impression d'après ce que j'ai lu que vous faisiez des réserves sur Strauss-Kahn. (entretien réalisé en mai, quelques jours avant l'affaire DSK) -J'aime beaucoup Strauss-Kahn. Régler l'imbroglio mondial sur les degrés de liberté du monde relève des compétences. Le mot de compétence est banni de la télévision actuelle et toute la campagne va s'appuyer sur des gueules ou des rumeurs. Je suis moins à l'aise humainement avec Strauss-Kahn parce qu'il y a de la brutalité chez cet homme. Il y a une histoire compliquée.ll n'a pas mon genre d'éthique vis à vis des femmes. Je suis beaucoup plus à l'aise avec Hollande et Martine. Si vous voulez nettoyer les écuries d'Augias, il vous faut un chef éboueur compétent. Vous ne lui demandez pas la couleur de sa peau ni sa langue. Vous lui demandez s'il est éboueur compétent. - Si Sarkozy réussit son G20, vous pensez qu'il faudra le reconduire à l'Eiysée ? - Pourquoi vous vous amusez à sortir les gens de leurs compétences ? Je n'ai pas de compétence dans la fabrication des instruments de mesure. Faut demander ça aux sondeurs. Ces crises font du mal. Nous allons en crever. - Est-ce que la finance va prendre le dessus définitivement ? -Elle l'a déjà fait. La seule bagarre qu'a ouvert la crise c'est de savoir si on allait réussir à la remettre à sa place. On n'y est pas. La finance a le commandement du monde pour le déformer et le tuer depuis 20 ans. Au moment où la crise casse son destin présidentiel, Sarkozy réagit très bien et il est le meilleur des grands. - Est-ce qu'il vous a fait des offres en dehors des missions qu'il vous a confiées ? - Non, parce qu'il n'est pas bête. Il savait très bien que je les aurais refusées. Je ne peux accepter que des fonctions partielles et non politiques. - À cause de votre éthique ou de votre fidélité au PS ? - À cause du fait que, contrairement à ce que vous semblez croire et que vous dîtes, on ne joue pas tout seul. Et mon seul problème est de garder 1'écoute de... -Vos amis ? -Mes amis et 30 millions de Français ! J'ai douze amis et 30 millions de Français de gauche. Michel Rocard est aujourd'hui un octogénaire hyperactif. À la différence d'autres comme Bernard Kouchner, Eric Besson, Frédéric Mitterrand, Jean-Marie Boekel, Fadela Amara ou Jean-Pierre Jouyet, il ne s'est pas engouffré, quand cela était à la mode, dans la brèche de l'ouverture même s'il a accepté quelques missions proposées par Sarkozy en raison de son expertise au plan économique. En 2009, le Chef de l'État a confié à Michel Rocard et Alain Juppé la co-présidence d'une « commission de réflexion sur les priorités de l'Emprunt national ». Tout en déclarant publiquement sa « grande admiration » pour l'ancien Premier ministre socialiste, estimant que son devoir de Président de la République c'est de faire appel aux talents qui peuvent servir le pays et peu importe s'ils viennent de gauche ou de droite. Preuve de son indépendance, Rocard avait refusé deux ans plus tôt une autre mission sur les liens entre 1'Europe et les pays du pourtour méditerranéen. Il n'était pas d'accord avec le calendrier proposé par Nicolas Sarkozy et souhaitait négocier d'abord à travers les institutions européennes. Sa carrière en politique met en valeur chez lui le même goût de la navigation tantôt arcbouté contre les vents mais suffisamment adroit pour s'inscrire dans les courants porteurs. C'est ce mélange d'adresse et d'audace qui conduit l'homme politique quand il veut mener sa barque à bon port. Par deux fois, dans sa longue carrière, Michel Rocard s'est laissé prendre au mirage présidentiel qui semblait se profiler pour lui à 1'horizon des années 80. Il se présente en 1969 après le départ du général De Gaulle et recueille 3,61% des voix. Il postulera une seconde fois à la candidature au nom du PS en 1981, mais s'efface quand François Mitterrand se déclare, à son tour, candidat. Rien, à première vue, ne prédisposait l'ancien Premier ministre de François Mitterrand à découvrir les charmes frileux et menacés par le réchauffement climatique des régions polaires. Il n'est pas mécontent à 80 ans de s'exposer à des températures moyennes de -25 à -30°C. Michel Rocard a beau être sportif, skieur, amoureux de la voile et du vent, amateur infatigable d'horizons renouvelés et des mirages qu'ils dessinent, il n'a pas la carrure d'un viking ou l'expérience d'un professionnel du froid comme Paul-Emile Victor. Il est râblé certes mais de taille moyenne et ressemble plus avec sa calvitie naissante à un professeur d'économique qu'à un découvreur de terres insolites. À l'aise en chair Le Magazine - 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 1Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 2-3Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 4-5Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 6-7Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 8-9Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 10-11Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 12-13Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 14-15Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 16-17Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 18-19Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 20-21Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 22-23Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 24-25Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 26-27Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 28-29Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 30-31Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 32-33Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 34-35Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 36-37Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 38-39Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 40-41Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 42-43Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 44-45Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 46-47Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 48-49Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 50-51Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 52-53Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 54-55Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 56-57Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 58-59Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 60-61Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 62-63Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 64-65Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 66-67Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 68-69Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 70-71Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 72-73Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 74-75Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 76-77Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 78-79Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 80-81Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 82-83Le Magazine numéro 2 aoû/sep 2011 Page 84