Le Journal du Rugby n°7 avril 2011
Le Journal du Rugby n°7 avril 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°7 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 400) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 11,0 Mo

  • Dans ce numéro : les 50 qui font le rugby français... le combat des chefs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
4 6 7 8 L’ENTRETIEN DU MOIS : LOUIS PICAMOLES AGEN : SILVERE TIAN ; BRICE MACH BAYONNE : ARNAUD HÉGUY ; DENIS AVRIL BOURGOIN : LAURENT MIGNOT ; MICKAEL FOREST 9 BRIVE : NICOLAS JEANJEAN ; ARNAUD MIGNARDI 10 CHRONIQUES Je suis inquiet pour Brive EDITO Brive est un club qui me tient à cœur. J’y ai été joueur et entraîneur. Le classement actuel du club ne me laisse donc pas indifférent. Comme on dit, l’enfer est pavé de bonnes intentions, mais pas toujours avec des personnes capables de faire avancer un club. Certains n’ont ainsi pas pris conscience de la direction qu’ils faisaient prendre au CA Brive. Il y a une équipe, certes qui est intéressante sur le papier, mais sur le fond, on peut se poser des questions quant à son état d’esprit et aux gens qui la dirigent. C’est désolant. J’espère quand même que les Brivistes se maintiendront en Top 14, mais avec quel projet derrière ? Quand on voit tous les joueurs qui s’en vont (Estebanez, Palisson, Vosloo), on peut se demander si l’équipe sera compétitive la saison prochaine. Et surtout, qu’est ce qui a été fait ces trois dernières années ? Depuis que j’ai quitté le club en 2008, j’espérais que les nouveaux entraîneurs construiraient quelque chose de viable sur la durée, mais force est de constater aujourd’hui que l’ensemble du projet est un SOMMAIRE CASTRES : THIERRY LACRAMPE ; YOAN AUDRIN 11 CLERMONT : RENÉ FONTÈS ; THIBAUT PRIVAT 12 LA ROCHELLE : JONATHAN GARCIA ; VINCENT ROUX 13 MONTPELLIER : MARTIN BUSTOS MOYANO ; ALEX TULOU 14 TRANSFERTS 15 BIARRITZ : CLUB DU MOIS 19 PERPIGNAN : RUDI COETZEE ; HENRY TUILAGI 20 21 RACING : BENJAMIN FALL STADE FRANÇAIS : LAPORTE ; BOUSSES 22 DOSSIER : LES 50 QUI FONT LE RUGBY FRANÇAIS 24 TOULON : CARL HAYMAN ; BENJAMIN LAPEYRE 25 TOULOUSE : CÉDRIC HEYMANS ; BENOIT LECOULS 26 PRO D2 : GRENOBLE ; CARCASSONNE 27 PRO D2 : ALBI ; MONT-DE-MARSAN 28 PRO D2 : LYON ; AIX-EN-PROVENCE 29 PRO D2 : AURILLAC ; BORDEAUX-BÈGLES 30 ENQUÊTE : PEUT-ON SAUVER LES BLEUS ? 31 PAR OLIVIER MAGNE* d’échec. Le sportif est essentiel et même à ce niveau les choses vont mal avec des entraîneurs remis en cause par les joueurs eux-mêmes. Il faut bien l’avouer : il n’y a pas toujours eu des gens très bien attentionnés autour du club, qui étaient sans doute plus là pour eux pour leur seul intérêt, que pour le club… Il faudra peut-être que Brive en passe par une crise suffisamment sérieuse pour que les choses s’assainissent et pour revenir aux valeurs véritables du club. Le plus rageant, c’est que je connais beaucoup de joueurs de cette équipe et ils ne manquent pas de qualités. Ça pourrait donc fonctionner. En plus, il y a un public formidable. Il y a donc tout à Brive pour que ça marche. Mais je le répète, tout n’a pas été fait correctement même si on a voulu faire croire le contraire à ceux qui aiment vraiment ce club. Et aujourd’hui, je n’ai pas peur de dire que je suis inquiet car rien n’a été construit et beaucoup de temps perdu. Un seul exemple : la formation. Quand j’étais entraîneur de Brive, je voulais prendre le temps de construire sur la durée avec de jeunes joueurs encadrés par des joueurs un peu plus expérimentés pour faire de ce club un club phare au niveau de la formation tout en assurant son maintien dans l’élite. Mais ce dernier n’a pas choisi cette voie. Les sommes colossales investies sur des stars, des Flutey, Cohen, des Thompson ont-elles vraiment été bénéfiques pour Brive ? Tout ce que j’espère, c’est qu’il n’est pas trop tard. Mais je suis inquiet car je ne vois pas de forte idée directrice et surtout les hommes pour mener à bien un projet. Il est temps que certains partent afin de laisser la place à ceux qui veulent servir le CAB. *VAINQUEUR DU GRAND CHELEM EN 1997, 1998, 2002 ET 2004, DU TOURNOI DES 6 NATIONS EN 2006, ENTRAÎNEUR DE L’ÉQUIPE DE FRANCE A, CONSULTANT POUR EUROSPORT Toulouse peut faire le doublé En avril, la Coupe d’Europe reprend ses droits avec des quarts de finale de H Cup alléchants, avec notamment deux chocs franco-français, Biarritz-Toulouse et Perpignan-Toulon, autant dire les demi-finales du championnat de France… Plus sérieusement, c’est un peu dommage d’avoir deux matches entre clubs français dès ce stade de la compétition, mais c’est aussi la conséquence des résultats des matches de poules. Recevoir pour ces quarts de finale n’est pas non plus forcément décisif. D’ailleurs, je préférerais que ces rencontres aient lieu sur terrain neutre. Une chose est sûre, Biarritz et Toulouse se retrouvent une nouvelle fois en Coupe d’Europe. Ça va être la revanche de la finale de l’an dernier. Ce sera de toute façon très indécis même si Toulouse est premier du championnat. Ce sont deux clubs qui ont l’expérience de la Coupe d’Europe. Je PAR JEAN-CLAUDE SKRELA* m’attends vraiment à un match très serré, même chose lors de l’autre face-à-face franco-français, et la décision risque de se faire sur des erreurs d’indiscipline, sur celui qui entreprendra le plus. Ces équipes vont-elles devoir faire un choix entre le championnat et la Coupe d’Europe ? Je le pense car notre Top 14 est vraiment très dur. Pour pouvoir ambitionner un doublé jusque-là jamais réalisé, il faut obligatoirement terminer dans les deux premiers du championnat pour ne pas se rajouter un match de barrages au programme. Autrement, c’est infaisable ! Pour l’heure, Perpignan et Toulon ne sont pas qualifiés pour les phases de finale du Top 14, ils risquent donc de tout miser sur cette Coupe d’Europe. Mais d’ici leur quart de finale européen, ils en sauront un peu plus sur leur destin en Top 14, ils pourront alors choisir. Aujourd’hui, seul Toulouse peut terminer dans les deux premiers, mais avec un calendrier énorme puisqu’ils doivent aller au Racing, à Perpignan et à Toulon. Au jeu des pronostics, je mettrais tout de même une pièce sur Toulouse face au BO. Dans l’autre rencontre, si le match avait lieu aujourd’hui, je miserais sur Perpignan, mais Toulon, qui n’est pas au mieux en ce moment, aura peut-être retrouvé de sa superbe d’ici là. Les deux clubs français vainqueurs se déplaceront en terres britanniques en demi-finales. Mais c’est de bonne guerre. L’an dernier, les Britanniques disaient la même chose. Je me méfie des équipes irlandaises. Mais en terminant dans les deux premiers du Top 14, les Toulousains sont tout à fait capables de faire le doublé. *DIRECTEUR TECHNIQUE NATIONAL, CHAMPION DE FRANCE AVEC LE STADE TOULOUSAIN COMME ENTRAÎNEUR EN 1985, 1986 ET 1989 Prochain numéroLe Journal du Rugby : 16 AVRIL 2011 QUE DEVIENNENT-ILS : PHILIPPE DINTRANS RÉTRO : BÉZIERS 1984 Séisme sur l’équipe de France ! Si le Japon vient de connaître une double tragédie (un tremblement de terre suivi d’un tsunami), que dire du cyclone italien qui a ravagé l’équipe de France ? Après la tornade australienne en novembre dernier, nos Bleus ont trouvé le moyen de perdre, pour la première fois de leur histoire, contre la Squadra, dans le Tournoi des Six Nations. Les Italiens ne l’ont pas volé, nous infligeant, malgré leur technique limitée, une leçon d’envie et de don de soi. Les Coqs ont pris un vent, force 12 ! A se demander s’ils n’ont pas lâché le sélectionneur national… Marc Lièvremont est-il toujours l’homme de la situation ? Marche-t-il sur les traces d’un certain Raymond D. ? Son jeu est-il vraiment clair pour ses joueurs ? On est en droit de se poser ces questions. Mais à tout malheur, bonheur est bon et ce cataclysme, cette défaite historique - même si elle n’est que d’un point (22-21) - a au moins le mérite de tout remettre à plat. A la limite, mieux avoir perdu à Rome que d’avoir sauvé les apparences avec une victoire arrachée à la dernière minute que Monsieur l’arbitre n’a pas voulu nous donner en ne sifflant pas une pénalité. Merci Monsieur Lawrence, car grâce à vous, les joueurs français savent désormais qu’aucun n’est assuré d’aller à la Coupe du monde. Les compteurs sont remis à zéro, et il va désormais falloir se battre pour aller en Nouvelle-Zélande (n’est-ce pas Monsieur Chabal…), même s’il ne reste que deux matches avant le Mondial. Marc Lièvremont a sans doute eu le tort d’assurer (avant l’heure) aux 30 sélectionnés pour le Tournoi, qu’à deux ou trois exceptions près, ce serait eux qui iraient à la Coupe du monde. Aujourd’hui, les jeux ne sont pas faits même si on regrette que le sélectionneur national n’ait pas relancé Dupuy, Picamoles, Bastareaud ou Fritz contre le Pays de Galles. Ça aurait été un signe autrement plus fort. Le plus ironique, dans tout ça, c’est que les Français sont capables d’aller nous la gagner cette Coupe du monde ! Tous leurs adversaires en sont convaincus. A condition que, sur le terrain, les joueurs prennent le jeu à leur compte. Comme une certaine équipe de France de football en 2006… LA RÉDACTION c EN HAUSSE d EN BAISSE - Même s’il n’est plus titulaire en sélection, Jonny Wilkinson n’en reste pas moins précieux. Toulon en sait quelque chose… L’Anglais est du reste redevenu, contre la France, le recordman de points en matches internationaux (1190 contre 1188 au Néo-Zélandais Dan Carter). - Après un début de saison délicat, Clermont est de retour au sommet. On se demande d’ailleurs bien pourquoi Marc Lièvremont a décidé de se passer de Julien Malzieu pour le Tournoi… - Révélation du Tournoi, l’Ecossais Richie Gray (21 ans) mesure 2m05, mais a la dextérité d’un joueur d’1m70. Il ne devrait pas rester très longtemps aux Glasgow Warriors. La photo du mois Battu 21 à 9 à domicile par Perpignan, le Stade Français, malgré son succès sur Agen (22-18), a fait une croix sur les barrages, pour la deuxième année consécutive. Un tremblement de terre du côté du club de la capitale. Max Guazzini a néanmoins annoncé qu’il avait déjà recruté cinq joueurs, outre Warwick, pour la saison prochaine. On attend les noms… ABONNEZ-VOUS et renvoyez ce bon dûment rempli à Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt OUI, je souhaite m’abonner au Journal du Rugby pour 12 numéros par an au prix de 47 € Nom : Prénom :.. Adresse :... Code postal :.. Ville :. Téléphone : Date de naissance :... Courriel :.. Profession :... Je règle par chèque bancaire ou postal à l’ordre de Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt ou par carte bancaire : ■ visa ■ N° : expire fin cryptogramme (les trois derniers chiffres au dos de votre carte) VOUS AVEZ LA PAROLE Coup de coeur, coup de gueule, Le Journal du rugby vous donne la parole. Ecrivez-nous, nous vous publierons. Le Journal du rugby 53 rue du Chemin Vert 92100 Boulogne-Billancourt ou par e-mail arnaud.bertrande @lafontpresse.fr LE JOURNAL DU RUGBY Signature : - Victime d’une rupture du ligament croisé du genou contre Bourgoin, l’Argentin du Racing- Métro Juan Martin Hernandez sera indisponible jusqu’à la fin de la saison et pourrait même rater la Coupe du monde. La poisse continue pour "El Mago". - Rien ne va plus à Bayonne après les départs de Bernard Laporte et Alain Afflelou. Même le Maire s’en est mêlé. L’Assemblée générale du 13 avril promet d’être agitée… - Recruté le 2 février dernier comme joker médical, le Gallois Gavin Henson n’avait toujours pas joué le moindre match avec Toulon (de retour d’une blessure au mollet) à cinq journées de la fin du championnat… Le Journal du Rugby n°7- avril 2011 - 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :