Le Journal du Rugby n°56 jui/aoû 2015
Le Journal du Rugby n°56 jui/aoû 2015
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°56 de jui/aoû 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 31,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial transfert !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Le Rugby magazine est chez votre marchand de journaux ou sur www.lafontpresse.fr C’est positif ! ✁ ABONNEZ-VOUS et renvoyez ce bon dûment rempli à Lafont Presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt OUI, je souhaite m’abonner au Rugby magazine pour 8 numéros au prix de 38 € et reçois en cadeau le guide saison Top 14 Nom  : Prénom :.. Adresse :. Code postal :... Ville :.. Téléphone  : Date de naissance  : Courriel :...Profession :... Je règle par chèque bancaire ou postal à l’ordre de Lafont Presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt ou par carte Bancaire  : visa N°  : Signature  : expire fin cryptogramme (les trois derniers chiffres au dos de votre carte Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier et vous opposer à la transmission éventuelle de vos coordonnées en cochant la case ci-contre □ ou en adressant un courrier libre à Lafont presse – 53, rue du Chemin vert, 92 100 Boulogne Billancourt. Le RUGBY MAGAZINE
EDITO CHRONIQUES N°56 - JUILLET - AOÛT 2015 Edité par Entreprendre (Lafont presse) 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt www.lafontpresse.fr Accueil  : 01 46 10 21 21 - Fax  : 01 46 10 21 22 Saint-André les M… F in mai, le sélectionneur de l’équipe de France a donné sa liste des 36 joueurs pré-sélectionnés pour préparer le Mondial en Angleterre, qui se déroulera du 18 septembre au 31 octobre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne faisait pas bon avoir pour initiales MM, et encore moins d’avoir pour prénom Maxime. Car les trois grands absents de cette liste se prénomment Maxime Mermoz, Maxime Médard et Maxime Machenaud. Ce dernier a pourtant tenu à bout de bras son club du Racing durant toute la saison. C’est le grand perdant de la liste de Philippe Saint-André (avec le Clermontois Camille Lopez). Malgré une deuxième partie de saison magnifique, le demi de mêlée du Racing n’aura pas réussi à bousculer la hiérarchie de PSA. Sébastien Tillous-Borde, Morgan Parra et Rory Kockott lui ont été préférés. Le premier n’a rien à se reprocher. Titulaire à Toulon, Maxime Mermoz est l’un des principaux artisans du triplé réalisé par le club varois. Avec dix-huit matches de Top 14 et sept de Champions Cup, l’ancien centre de Perpignan s’est imposé comme l’un des piliers du RC Toulon. Pas suffisant pour le sélectionneur du XV de France qui lui a préféré Dumoulin, Fofana ou encore Lamerat. Auteur d’une fin de saison en boulet de canon avec le Stade Toulousain après son retour de blessure, Maxime Médard pouvait nourrir de grandes ambitions pour cette Coupe du monde, mais encore une fois PSA n’était pas de cet avis. Libres, les trois Max ont pu partir en vacances et peutêtre songer à changer de prénom… La rédaction SOMMAIRE TOP 14 Toulon Tillous-Borde4 Clermont Abendanon..8 Toulouse Fickou.12 Stade Français Papé..16 Racing Le Roux.20 Oyonnax Azam.24 Montpellier Mas...28 Dossier La formation française en danger ?.32 Bordeaux-Bègles Buttin.36 La Rochelle Goujon..40 Brive Masilevu44 Grenoble Comment éviter la panne en 2016 ?.48 Castres Tales...52 Agen Mazars...56 Pau Drouard..60 3 Le Journal du rugby N°56 - Juillet - Août 2015 L Bayonne-Biarritz, les clés d’une fusion Par Jean-Claude Skrela* e projet de la fusion entre Bayonne et Biarritz a été remis au goût du jour, mais je ne suis pas sûr que tous les éléments soient réunis pour que ce projet se concrétise harmonieusement entre les deux villes. Quand je dis les deux villes, je parle des deux cultures. Car ce sont deux villes qui sont très proches géographiquement, mais qui ne partagent pas les mêmes cultures. Quand on voit le fonctionnement des clubs de Biarritz et de Bayonne, quand on voit la réaction des supporteurs, je ne pense pas que le projet soit assez mûr pour qu’il puisse se réaliser tout de suite. Aujourd’hui, dans le monde économique dans lequel nous vivons, si les Basques veulent un grand club, ils ne peuvent pas se permettre d’avoir deux clubs concurrents. Pour que la fusion marche, il faut que tout le monde soit imprégné d’une même envie. Aujourd’hui, il y a des gens qui sont très pro-bayonnais, d’autre très pro-biarrots, et je ne suis pas sûr qu’ils soient prêts à fusionner. Pourtant, c’est la solution, sinon un club va survivre, et l’autre mourir. Pour sauver le Pays Basque, il faut que les deux clubs s’entendent. Bayonne et Biarritz, ce sont les deux seuls endroits où il peut y avoir du rugby de très haut niveau au Pays Basque. Mont-de-Marsan est en Pro D2, et Dax est descendu en Fédérale 1. Si la fusion n’est pas encore acquise, c’est en grande partie à cause de la réticence de la part de l’environnement, et notamment des supporteurs. Une fusion, ça ne se décrète pas, ça s’organise, ça se travaille, ça se négocie. Une fusion ne peut fonctionner qu’à ce prix-là. Je ne vois pas comment ça pourra se faire autrement. Si c’est imposé, il y aura trop de réticences et ça ne fonctionnera pas. Il faut que ce soit accepté par tous les partis. On sait que les supporteurs sont très attachés à leur territoire, à leur club, à leur culture. Je comprends qu’ils ne veulent pas porter d’autres couleurs, qu’ils ne veulent pas perdre leur identité. Ce que je ne cautionne pas, c’est leur attitude. On a parlé de menaces de mort, ils sont allés trop loin. Ce n’est que du rugby. Nous sommes dans un sport où l’on parle beaucoup de respect et de solidarité. Là, les supporteurs en ont manqué. Ces personnes-là ne pourront pas reprocher aux joueurs de manquer de respect et de solidarité sur et en dehors du terrain. C’est un tout. Ce sont des valeurs que chacun doit s’appliquer à soi-même. Sans ça, il n’y aura pas de fusion. *Manager de l’équipe de France à 7, ex-directeur technique national, champion de France avec le Stade Toulousain comme entraîneur en 1985, 1986 et 1989 G Novès, le choix de l’expérience Par Olivier Magne* uy Novès sera le nouveau sélectionneur du XV de France après la Coupe du monde. Le manager du Stade Toulousain était l’un des prétendants à ce poste depuis longtemps, sa nomination est une bonne nouvelle pour lui, bien sûr, mais également pour le rugby français. Selon moi, ce choix est légitime. Par rapport au palmarès et aux qualités qu’il a démontrées avec son club de Toulouse, personne ne peut contester ce choix. Il était évident. C’est un entraîneur reconnu dans le monde du rugby. Une nouvelle aventure démarre, il va devoir redonner du brillant à une équipe de France qui en a bien besoin. Connaissant ses positions sur le XV Tricolore lorsqu’il était entraîneur du Stade Toulousain, il aura à cœur de faire en sorte que les clubs, la ligue et la fédération retrouvent une solidarité. Il faut qu’il essaye de monter un projet commun qui puisse à la fois satisfaire l’équipe de France et les clubs de l’Hexagone. Je pense que Guy Novès peut s’attacher à ce chantier-là. On sait qu’il y a eu des tensions avec la fédération (l’entraîneur toulousain reprochait aux sélectionneurs du XV de France d’utiliser trop souvent les joueurs toulousains), mais aujourd’hui tout le monde est passé à autre chose. Guy Novès, quand il était entraîneur de club, défendait son club. Logique. Maintenant qu’il est passé de l’autre côté, il aura une perception différente. Il essayera de faire en sorte que l’équipe de France soit performante tout en permettant aux clubs d’être satisfaits du temps de jeu des joueurs sélectionnés, pour que tout le monde s’y retrouve. Vue son expérience, je ne me fais pas trop de soucis. Il sait ce que c’est d’être à la tête d’un club où il y a beaucoup d’internationaux sollicités. Il saura s’en rappeler au moment de faire ses choix. Il a toutes les capacités pour rebooster le XV de France. Par le passé, il a démontré, à de nombreuses reprises qu’il était un grand entraîneur. Mais son rôle va devoir changer. Entraîner un club et une sélection, c’est totalement différent. Il n’est pas quotidiennement avec les joueurs, il aura moins d’emprise sur eux, il devra prendre plus de recul. C’est un management différent, mais il a tellement d’expérience qu’on peut lui faire confiance, il saura s’adapter. On attend avec impatience sa prise de fonction, même s’il y a quand même une Coupe du monde à jouer, avec des entraîneurs déjà en poste qui auront à cœur de bien faire. *Vainqueur du Grand Chelem en 1997, 1998, 2002 et 2004, du Tournoi des 6 Nations en 2006, entraîneur des avants de l’équipe de France des -20 ans, consultant pour Eurosport EQUIPE DE FRANCE Novès, Saint-André64 PRO D2 Labit (Aix-en-Provence), Dax, Gau (Albi)..72 Lille, Lyon..76 ETRANGER Transferts, Wasps, Enisey-STM...80 QUE DEVIENT-IL ? Chabal...82 Prochain numéro  : le 20 août 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 1Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 2-3Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 4-5Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 6-7Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 8-9Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 10-11Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 12-13Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 14-15Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 16-17Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 18-19Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 20-21Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 22-23Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 24-25Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 26-27Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 28-29Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 30-31Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 32-33Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 34-35Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 36-37Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 38-39Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 40-41Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 42-43Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 44-45Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 46-47Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 48-49Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 50-51Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 52-53Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 54-55Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 56-57Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 58-59Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 60-61Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 62-63Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 64-65Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 66-67Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 68-69Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 70-71Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 72-73Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 74-75Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 76-77Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 78-79Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 80-81Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 82-83Le Journal du Rugby numéro 56 jui/aoû 2015 Page 84