Le Journal du Rugby n°43 mars 2014
Le Journal du Rugby n°43 mars 2014
  • Prix facial : 9,95 €

  • Parution : n°43 de mars 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 400) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 17,3 Mo

  • Dans ce numéro : trop d'étrangers ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
 ! "#$""%&"'(#()#*"+#",#-#./+0 ""%&"'(#()#*"+#",#-#./+0 # # !!! "#$%&'()*"+%, Fête des grand-mères Loin des yeux, près du coeur, offrez des fleurs. 26 € Hors frais de livraison Eglantine Réf : WB4523 Livraison « express » partout dans le monde
CHRONIQUES SOMMAIRE Un bon numéro 10, ce n’est pas que le pied 4 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 L’ENTRETIEN DU MOIS : PLISSON BAYONNE : STEWART ; BOYET BIARRITZ : YACHVILI ; CLÉMENT BORDEAUX-BÈGLES : LESGOURGUES ; BRONCAN Prochain numéro Journal du Rugby : 22 MARS 2014 BRIVE : FIDJIENS ; GILLHAM CASTRES : WHETTON ; BABILLOT CLERMONT : GUILDFORD ; RINGEVAL MONTPELLIER : TRINH-DUC ; VIRIVIRI OYONNAX : GUILLAMON ; CLERC TOP 14 : TOP 3ÈMES LIGNES CLUB DU MOIS : GRENOBLE 19 20 21 22 24 25 26 27 28 30 31 PERPIGNAN : GUITOUNE/LOPEZ ; DESCONS RACING : SEXTON ; MERCATO CASTRES STADE FRANÇAIS : FLANQUART ; DUPUY DOSSIER : TROP D’ÉTRANGERS TUE-T-IL LA FORMATION ? TOULON : HALFPENNY ; BRUNI TOULOUSE : BOUSCATEL ; MONTÈS ENQUÊTE : DROITS TÉLÉ PERSONNALITÉ : TARDITS PAR OLIVIER MAGNE* Le poste de demi d'ouverture est aujourd'hui un des plus stratégique de l'équipe et le jeu au pied fait partie des qualités que doit a- voir un 10. Mais forcément, il y en a d'autres, à commencer par la bonne copréhension du jeu. Un bon numéro 10 doit aussi jouer juste, prendre de bonnes décisions et le tout avec un temps d'exécution très rapide. Il doit être capable de prendre l'information avant, de savoir comment le jeu va se dérouler, quelles sont les situations qui lui sont favorables et surtout être le plus judicieux possible dans sa prise de décision. Le poste n’a pas tant évolué que cela. Le jeu au pied a toujours été une qualité inévitable pour un numéro 10 de haut niveau. Mais l'évolution est une conséquence des projets de jeu de certaines équipes. Certaines privilégient plus le jeu à la main et d'autres plutôt le jeu au pied. La qualité principale d'un 10, à mon sens, reste la possibilité d'alterner dans toutes les formes de jeu possible. C'est là que l'on voit un demi d'ouverture complet, c'est celui qui est capable de changer constamment son jeu et le tout à bon escient. Le cas François Trinh-Duc peut en effet être considéré comme un exemple d'une évolution chez les numéros 10, si toutefois il y en a une. Le joueur n'a pas été retenu pour le Tournoi en raison de son jeu au pied jugé insuffisant, mais François Trinh-Duc est un excellent joueur, il a une panoplie complète. Son jeu au pied ne me dérange pas. Il ne me semble pas que ce soit son point faible. Sur le jeu au pied court, je le trouve très bon, il a peut-être un peu plus de mal à allonger, mais on peut y remédier avec l'utilisation d'autres joueurs qui ont la possibilité de jouer plus long. Il a toutes les qualités pour faire un excellent numéro 10. Après, je ne suis pas à la place du sélectionneur, mais si on estime qu'il n'a pas les qualités pour pratiquer le jeu que l'on souhaite appliquer à l'équipe de France, cela se justifie. Ce n'est pas forcément une question de bon ou de mauvais jeu au pied. *VAINQUEUR DU GRAND CHELEM EN 1997, 1998, 2002 ET 2004, DU TOURNOI DES 6 NATIONS EN 2006, ENTRAÎNEUR DE L’ÉQUIPE DE FRANCE A, CONSULTANT POUR EUROSPORT Le problème de Toulouse, ce sont les blessés, pas les doublons Toulouse se plaint beaucoup des doublons et de l’absence de ses internationaux. Mais le problème est complexe. Les objectifs des uns et des autres, les intérêts des uns et des autres ne sont pas du tout compatibles. Et qui est au milieu de tout ça ? Le joueur. Forcément, cela pose des problèmes relationnels, sportifs, de gestion de joueurs et cela crée des conflits. Au final, on ne parle du rugby qu'en négatif et c'est dommage. Pour le Stade Toulousain, la base du problème, c'est que le club compte beaucoup d'internationaux. La convention a déjà été signée même si c'est vrai que M. Bouscatel a quitté la Ligue en refusant de la signer. Il est devant le fait accompli aujourd'hui. On parle de Toulouse alors que l'on pourrait aussi parler de Clermont ou du Stade Français. Le problème de Toulouse, c'est qu'il y a beaucoup de blessés et donc leur effectif s'en trouve nécessairement affecté. Si le Stade Français n'avait pas Morne Steyn, la question se poserait aussi d'essayer de récupérer Plisson. Il y a clairement un conflit d'intérêt. Aujourd'hui, l'intérêt de la PAR JEAN-CLAUDE SKRELA* Fédération, c'est de jouer des matches internationaux et les clubs veulent jouer au mieux les championnats et les Coupes d'Europe. Toutes ces échéances se superposent, et on n'est pas arrivé à trouver d'équilibre dans ce fonctionnement. Honnêtement, je pense que l'on n’est pas prêt d'en trouver un ! A l'instant T, c'est le Stade Toulousain le plus touché. Mais n'oublions pas que Toulouse a également eu, en son temps, de par les sélectionnés une image de son club porté à l'international. Lorsque la plupart des joueurs représentent l'équipe nationale, l'image du club prend encore plus d'ampleur. Le Stade Toulousain a profité de l'apport de l'équipe de France pour attirer beaucoup de joueurs. Pour revenir à la convention, je ne suis pas certain qu'elle règle tous les problèmes. Mais ce que je sais, c'est que lorsque l'on a de très gros effectifs et surtout que l'on n'a pas de blessés, il est tout à fait possible de gérer les périodes de matches internationaux. Si l'on prend encore l'exemple du Stade Toulousain, il y a Beauxis et McAlister blessés. Et il se trouve que Jean-Marc Doussain est celui qui peut jouer à l'ouverture donc forcément ça pose problème. Et toutes ces circonstances, ce n'est pas la convention ni quoi que ce soit qui les réglera. La solution, c'est juste d'avoir des effectifs fournis et disponibles. *DIRECTEUR TECHNIQUE NATIONAL, CHAMPION DE FRANCE AVEC LE STADE TOULOUSAIN COMME ENTRAÎNEUR EN 1985, 1986 ET 1989 PRO D2 : AGEN ; ATONIO (LA ROCHELLE) ; HUGUES (DAX), BOUKEROU (AUCH) ENQUÊTE : POURQUOI ILS DÉRANGENT... QUE DEVIENNENT-ILS : GIMBERT LE JOURNAL DU RUGBY EDITO Les grands clubs ne meurent jamais… Biarritz va sans doute dire adieu à la 1ère division en fin de saison, après dixhuit années de vie commune, ponctuées de bas et de hauts. Le BO, c'est cinq titres de champion. Après deux finales malheureuses en H Cup en 2006 et 2010, le BO est champion d'Europe. Moins de deux ans plus tard, Biarritz est dernier du Top 14. Biarritz va rejoindre la liste de ces équipes historiques qui, un jour, finissent par tomber sans pouvoir toujours s'en remettre. Premier champion de France de l'histoire, mais absent des finales entre 1920 et 1950 puis entre 1959 et 1987, le Racing est revenu parmi les grands et lutte pour remporter sa sixième couronne nationale. En revanche, le FC Lourdes ne joue plus dans la même cour. Actuellement pensionnaire de Fédérale 1, le meilleur club français des années 50 ne s'est jamais remis de son déclin des années 70. Champion de France à huit reprises en 48, 52, 53, 56, 57, 58, 60 et 68, Lourdes n'a plus connu de finale depuis plus de 45 ans. Vainqueur du championnat à onze reprises entre 1961 et 1984, Béziers est aujourd'hui en Pro D2 après un passage en Top 16 entre 2001 et 2004. Une lente remontée pour une équipe historique. Malgré tout, certains noms sont encore bien présents. Le plus grand de tous, le Stade Toulousain, avec ses dix-neuf titres et quatre Coupes d'Europe, n'a jamais véritablement quitté la première division. Le Stade est encore et toujours dans l'élite du rugby français et sa fin semble inimaginable. Le Stade Français a connu un destin différent que son concurrent haut garonnais. Huit fois champion de France entre 1893 et 1908, il aura fallu attendre 90 ans, soit une éternité, avant que le club de la Capitale ne retrouve les sommets en 1998. Vainqueur de quatre autres championnats en 2000, 2003, 2004 et 2007, Paris est redevenu un gros du Top 14. Tout n'est donc pas terminé pour le Biarritz Olympique même si l'adage veut que l'on sache quand on descend, mais jamais quand on remonte… LA RÉDACTION EN HAUSSE YANNICK NYANGA Pas forcément le plus médiatisé, Yannick Nyanga n'en demeure pas moins un bon soldat. Que ce soit avec l'équipe de France ou le Stade Toulousain, il est clairement au-dessus du lot. Son apport offensif ainsi que son abnégation et son sens du sacrifice sur de nombreux plaquages en font tout simplement un joueur incontournable. BRICE DULIN Il est devenu indispensable à l'équipe de France. Ses qualités de relance et son jeu au pied sont un atout indéniable. Avec sa vivacité et sa vitesse, il est l’un des joueurs qui éliminent le plus d'adversaires. HUGO BONNEVAL Pour sa première sélection, le joueur du Stade Français a inscrit son premier essai. Mais ce n'est certainement pas une surprise venant de la part d'un arrière qui est tout bonnement en train d'exploser cette saison. LE JOURNAL DU RUGBY ABONNEZ-VOUS et renvoyez ce bon dûment rempli à Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt OUI, je souhaite m’abonner au Journal du Rugby pour 12 numéros par an au prix de 46 € J'en profite pour m'abonner au Rugby Magazine pour 8 numéros au prix de 46 € Nom : Prénom : Adresse :.. Code postal :.. Ville :... Téléphone : Date de naissance :. Courriel :.. Profession :.. Je règle par chèque bancaire ou postal à l’ordre de Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt ou par carte bancaire : visa Signature : N° : expire fin cryptogramme (les trois derniers chiffres au dos de votre carte) EN BAISSE BERNARD LAPORTE L'entraîneur du RCT n'a visiblement pas digéré sa défaite contre Grenoble puisqu'il s'en est directement pris à l'arbitre de la rencontre. Ce dérapage lui a coûté très cher. La LNR a en effet décidé de le suspendre pour une durée de 13 semaines soit jusqu'au 13 mai 2014. VIRGILE BRUNI Le troisième ligne toulonnais devait rejoindre l'USAP, ce qui irritait son entraîneur Bernard Laporte. Mais finalement Mourad Boudjellal serait prêt à mettre la main à la poche pour le décider à rester. Un sacré retournement de veste. ECOSSE C'est sans conteste l'équipe la plus faible du Tournoi. Leur jeu est brouillon, le collectif est faible et ils s'en remettent souvent à quelques éclairs individuels pour tenter de faire la différence. L'envie ne fait pas souvent le poids face au talent adverse. L’IMAGE DU MOIS La première pierre du futur stade du Racing-Métro 92, l’Arena, qui sera situé à Nanterre-La Défense et dont la livraison est prévue pour 2016, a enfin été posée après moult rebondissements. Un soulagement ! LE JOURNAL DU RUGBY EN CADEAU RECEVEZ LE RUGBY MAGAZINE Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier et ❑ vous opposer à la transmission éventuelle de vos coordonnées en cochant la case ci-contre ou en adressant un courrier libre à Lafont presse – 53, rue du Chemin vert, 92 100 Boulogne Billancourt. Le Journal du Rugby n°43- Mars 2014 - 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :