Le Journal du Rugby n°25 octobre 2012
Le Journal du Rugby n°25 octobre 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°25 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 380) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 19,2 Mo

  • Dans ce numéro : objectif Europe.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
CHRONIQUES EDITO La mêlée ne doit pas disparaître La mêlée est un problème parmi tant d'autres, mais c'est un facteur sur lequel on se focalise beaucoup parce qu'il y a souvent des erreurs d'arbitrage sur ces séquences, et que ça coûte des points à certaines équipes. Mais il n'est en rien la cause du manque de jeu cette saison parce que depuis le début de la saison, on a assisté à des matches intéressants. Mais il est certain que pour améliorer notre jeu, il est indispensable de mieux se servir de la mêlée. Il faut sérieusement se pencher sur ce problème. Cela doit passer par une synergie forte et beaucoup de concertation entre les différents intervenants : le staff technique, les arbitres et les joueurs, afin de mieux comprendre ce qu'est une mêlée, de mieux l'arbitrer et enfin d'offrir plus de qualité dans cette phase de jeu aux spectateurs. Le véritable problème, c'est que la mêlée reste encore SOMMAIRE 4 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 L’ENTRETIEN : PORICAL AGEN : DUPUY ; MURRAY BIARRITZ : BARRAQUE ; LUND BORDEAUX-BÈGLES : ADAMS ; TALEBULA CASTRES : GARVEY ; KOCKOTT CLERMONT : STANLEY ; MÈRE DE ROUGERIE GRENOBLE : MUTAPCIC ; SOWERBY MONT-DE-MARSAN : RICAUD ; DUBIÉ MONTPELLIER : LEDESMA ; NICOLLIN ENQUÊTE : LES DÉBUTS DE SELLA ET IBANEZ CLUB DU MOIS : BAYONNE 19 20 21 22 24 25 26 27 28 30 31 PAR OLIVIER MAGNE* une énigme pour beaucoup, même pour les troisquarts des joueurs, et certains arbitres qui n'ont pas les connaissances suffisantes sur cette phase de jeu complexe. Il faut donc que les arbitres fassent un effort supplémentaire dans l'approche de cette phase de jeu avec les clubs. Certains le font, mais ils sont encore trop peu. Il faut que ça soit plus régulier pour que tout le monde comprenne bien ce qu'est la mêlée et l'appréhende le mieux possible. C'est un travail d'ensemble qui permettra de mieux comprendre cette phase de jeu, et de faire en sorte que les arbitres soient plus à l'aise. Le problème ne peut se régler qu'avec de la bonne volonté. La mêlée ne peut pas et ne doit pas disparaître. C'est une phase de jeu qui permet de lancer le jeu, où il y a bataille pour gagner le ballon. Il faut vraiment garder cette idée de lutte pour gagner le ballon, c'est la spécificité même de notre jeu, il ne faut pas l'enlever. Il ne faut pas que ce soit une simple remise en jeu, sinon c'est du rugby à XIII. La mêlée doit absolument rester la base même de notre jeu, je dirais même le fil directeur. *VAINQUEUR DU GRAND CHELEM EN 1997, 1998, 2002 ET 2004, DU TOURNOI DES 6 NATIONS EN 2006, ENTRAÎNEUR DE L’ÉQUIPE DE FRANCE A, CONSULTANT POUR EUROSPORT Nos stades sont désormais trop petits Aujourd'hui de plus en plus de clubs vont se délocaliser pour exporter et promouvoir le rugby, à l'image du Stade Français habitué depuis plusieurs années maintenant à jouer au Stade de France. Mais il faut être clair, c'est avant tout pour des raisons économiques que les principaux clubs français jouent dans un autre stade que le leur. Ainsi après le Stade Français, des clubs comme Biarritz, Perpignan, Toulouse ou Toulon ont suivi la tendance à la recherche d'un plus grand nombre de spectateurs. C'est un fait, de plus en plus de gens ont envie d'aller voir un match de rugby. Et aujourd'hui la France est en retard au niveau des installations. Des stades de 14 000 à 15 000 spectateurs ne sont plus suffisants pour un sport qui se développe, qui évolue et qui gagne en parts de marché. Un retard constaté par rapport à ses pays voisins, quand on voit l'équipe d'Angleterre qui possède PAR JEAN-CLAUDE SKRELA* avec Twickenham son propre stade, ou l'Irlande avec son récent Aviva Stadium, alors que la Fédération Française aspire à avoir sa propre enceinte. Le stade est aujourd'hui devenu un outil indispensable pour travailler, aussi bien dans le domaine du sportif que de l'économique. Alors est-ce que les raisons économiques plutôt que sportives font-elles perdre l'âme d'un club ? Probablement que non. Mais il faut que les clubs restent vigilants, qu'ils fassent ça dans un certain cadre avec une certaine façon de faire. Le faire uniquement pour les grands matches par exemple. Car des clubs, comme le Stade Français, à force de délocaliser leurs matches, pourrait connaître quelques préjudices. En effet, il n'est pas sûr que les supporteurs du club parisien veuillent faire les déplacements jusqu'à Le Havre, Valenciennes ou encore Le Mans pour supporter leur équipe. Car, en pleine situation économique critique, un tel déplacement engendre des coûts (péage, essence) et peut installer une grogne chez certains supporteurs. Il faut donc réussir à trouver un certain équilibre entre le fait de ramener plus de spectateurs au stade sans pour autant sacrifier ses supporteurs habituels. Mais cela sans doute les clubs y ont déjà pensé. *DIRECTEUR TECHNIQUE NATIONAL, CHAMPION DE FRANCE AVEC LE STADE TOULOUSAIN COMME ENTRAÎNEUR EN 1985, 1986 ET 1989 Prochain numéro Le Journal du Rugby : 20 OCTOBRE 2012 PERPIGNAN : MARTY ; TAUMALOLO RACING : JEUNES ; BÉLIE STADE FRANÇAIS : CALENDRIER ; PLISSON DOSSIER : SPÉCIAL COUPES D’EUROPE TOULON : SHERIDAN ; VAN NIEKERK TOULOUSE : MAKA ; MÉDARD ENQUÊTE : LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES PERSONNALITÉ : KAMPF PRO D2 : MASSY ; LA ROCHELLE QUE DEVIENNENT-ILS : PÉTRISSANS ; GAJAN PASSION : BOUDJELLAL ET LA BD L’USAP est-il enfin de retour ? GRENOBLE Trois victoires, deux défaites, 6ème après 5 journées, le promu grenoblois, 3ème attaque du Top 14 derrière Toulouse et Toulon, réalise un début de saison de rêve. Bordeaux semble avoir fait des émules, mais la route du maintien est encore longue pour les coéquipiers d’Andrew Farley (au moins six succès de plus). TOULON Le foot a le PSG, le rugby a Toulon. Le RCT et ses stars (Frédéric Michalak ici en photo) font peur. Bien que décriés par certains pour la qualité de leur jeu, les Toulonnais caracolent en tête du Top 14. Il va maintenant falloir conjuguer championnat, H Cup et concurrence au sein même d’un effectif pléthorique. EN HAUSSE EN HAUSSE JEAN-PASCAL BARRAQUE C’est facile, mais Jean-Pascal casse la baraque en ce moment. Dans le Top 10 des meilleurs réalisateurs du championnat, le Biarrot prouve que le BO (3ème après cinq journées) peut vivre même sans Dimitri Yachvili. ABONNEZ-VOUS et renvoyez ce bon dûment rempli à Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt Pour l’USAP, les saisons se suivent et se ressemblent. 11ème la saison dernière (sauvé de justesse), 9ème celle d’avant, Perpignan n’est plus que l’ombre de lui-même depuis sa dernière finale de Top 14 en 2010. La crème (catalane) du rugby français est en train de retomber. Les victoires contre Bayonne et Toulouse vont-elles relancer la saison des coéquipiers de Guirado qui avaient débuté ce nouvel exercice par trois revers de rang ? Peut-être, peutêtre pas… Beaucoup de cadres ont tout de même quitté le navire à l’intersaison et si le sorcier Marc Delpoux a fait des merveilles à Bordeaux-Bègles l’exigence est tout autre en terres catalanes. Les grands clubs ne meurent jamais et l’USAP n’est pas en train de mourir loin de là, mais le club est à un tournant et l’absence (prolongée) de H Cup pourrait refroidir les ardeurs de certains joueurs à rejoindre le club sang et or. Heureusement le public d’Aimé Giral semble être toujours derrière son équipe même si le stade de Montjuic à Barcelone sonnait un peu creux contre Toulouse. Mais pour combien de temps ? A l’heure où le rugby vit une profonde évolution, il ne faudrait pas que le club du président Goze passe à côté. ARNAUD BERTRANDE ERRATUM : Dans notre numéro 24 p31 il fallait lire Bayonne a battu Biarritz 24-19 et non l’inverse ■OUI, je souhaite m’abonner au Journal du Rugby pour 12 numéros par an au prix de 46 € ■ J'en profite pour m'abonner au Rugby Magazine pour 8 numéros au prix de 55 € Nom : Prénom :.. Adresse :... Code postal :.. Ville :. Téléphone : Date de naissance :... Courriel :.. Profession :... Je règle par chèque bancaire ou postal à l’ordre de Lafont presse 53 rue du Chemin Vert - 92100 Boulogne-Billancourt ou par carte bancaire : visa ■ Signature : N° : expire fin cryptogramme (les trois derniers chiffres au dos de votre carte) EN BAISSE EN BAISSE JONATHAN WISNIEWSKI Victime d’une hernie cervicale contre Clermont, le Racingman aurait pu rester paralysé ! Ce dernier, qui doit se faire opérer, sera indisponible pendant quatre mois. Les malheurs s’accumulent pour ce joueur à chaque fois qu’il se rapproche des Bleus… DAX Demi-finaliste de Pro D2 la saison dernière, Dax est méconnaissable cette saison. Pire, après quatre journées, les joueurs de Christophe Manas étaient même bons derniers avec quatre défaites. 14ème en 2010-2011, le club landais jouerait-il une saison sur deux ? ENTRAINEURS DÉBUTANTS Sella (Agen), Ibañez (Bordeaux-Bègles), Pool-Jones (Stade Français, en photo)… Ces trois-là connaissent des débuts délicats pour leur première expérience en tant qu’entraîneur. Espérons qu’on leur laisse le temps de faire leurs preuves. Pour qui le Bouclier ? Pour la première fois, tous les capitaines du Top 14 étaient réunis le 6 septembre dernier devant le Bouclier de Brennus et il semble bien que le capitaine toulousain Thierry Dusautoir ne semble pas enclin à le lâcher… LE JOURNAL DU RUGBY Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier et ❑ vous opposer à la transmission éventuelle de vos coordonnées en cochant la case ci-contre ou en adressant un courrier libre à Lafont presse – 53, rue du Chemin vert, 92 100 Boulogne Billancourt. Le Journal du Rugby n°25 - Octobre 2012 - 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :