Le Foot n°77 septembre 1998
Le Foot n°77 septembre 1998
  • Prix facial : 12 F

  • Parution : n°77 de septembre 1998

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (282 x 340) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 52,9 Mo

  • Dans ce numéro : Lizarazu... « Objectif Euro 2000 ».

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Le Foot SPECIAL PROVENCE Dossier réalisé par Frédéric Denat• Les ambitions des clubs de Provence Dl : Marseille (le titre) 02 : - National : Istres (la montée) Fréjus (le maintien), Martigues (la montée) CFA1 : Endoume Catalans (a montée), Hyères (le maintien) A2 : Arles (milieu de tableau)), Draguignan (le maintien), Marignane ((e maintien"), Vitrolles (la montée), St-Raphaël (milieu de tableau), Toulon (ta montée ?) Avec presque 40 000 abonnés, un tete fortement remanié cette saison encore, et un bon début de championnat, POM post- Coupe du monde, version bleu-blancrouge, est plus que jamais ambitieux. Il ne semble plus bien loin le temps de la consécration... A £‘ vec le succès de la France en Coupe du monde, on a vu qu'avec une bonne équipe et un brin de réussite, on pouvait devenir champion du monde. Donc cela me fait dire qu'avec une bonne équipe et cette même réussite, on peut nous aussi être champion de France." A l'entame de sa deuxième saison sur la Canebière, Rolland Gourbis entrevoit enfin la possibilité d'étoffer son palmarès et de réinstaller l'OM au sommet du football français, si ce n'est européen. "Cette année, on nous a collé l'étiquette de favori et, contrairement à la saison dernière, elle me semble cette fois justifiée. Mon £11V/INISERWIL eautemm Arles : retour à la case départ Pensionnaire du feu CN1, le Arles A.C. est redescendu depuis deux saisons en CFA2, un niveau qui selon Michel Boudignon (ancien président aujourd'hui vice-président) est plus approprié à son club et à un potentiel qu'il estime viable jusqu'en CFA 1... ii C ela faisait douze ans que j'étais président, il était temps de passer la main ! " Michel Boudignon a donc transmis le témoin à Jean-Louis Maurel, qui lui aussi fait état de douze années de présence au club et qui de part sa profession (il est notaire), est peut-être aujourd'hui plus à même "d'utiliser" son relationnel pour le bien du club. Un club qui, avec un budget de 1,5 MF, vise cette saison le maintien. "L'an dernier nous jouions la montée et on a connu finalement pas mal de difficultés pour ne serait-ce que se maintenir, donc on va être plus prudent cette fois, nous dit le nouveau vice-président. On est plus sage en misant sur une équipe en devenir qui sera, je pense compétitive dans deux-trois ans." Le recrute- Division 1 équipe est meilleure que l'année dernière et comme nous avons fini quatrième..." Pragmatique au possible, Courbis a donc construit une équipe taillée pour le grand large, avec un effectif certes renouvelé à 70% mais qui mettra certainement moins de temps à se connaitre que de coûtume. Pires et Maurice sont de vieux amis, Luccin et Blondeau arrivent ensemble de Bordeaux, Gourvennec et Bravo sont suffisamment expérimentés et collectifs dans l'âme pour se mettre au diapason d'un club résolument optimiste, résolument ambitieux qui, à l'image des 40 000 abonnés (record national), voit enfin arriver le bout du tunnel. L'année de son centenaire, Marseille, cette saison, semble effectivement avoir passé la vitesse supérieure, à l'image d'un centre d'entraînement, la Commanderie, en passe de devenir enfin digne d'un club de ce calibre. Le début de saison est à ce titre révélateur de l'énorme potentiel de l'équipe. Ballotes face à Nantes, Ravanelli et Roy ont tout de même fait la différence. Dominés à Metz, Gourvennec est sorti de sa boite pour la première fois de la saison. Le rodage du nouvel OM est digne d'une grosse cylindrée, le moteur tousse mais suffit à faire avancer une machine qui, lorsqu'elle tournera à plein régime, sera bien difficile à arrêter. Une équipe, et il ne faut certainement pas cher- ment, dans cette optique, est régional et jeune. Jimenez, un gardien de but, (étudiant à Montpellier), Haro, attaquant (Port St-Louis) et les nîmois Arpinon et Salaget devraient donc avantageusement remplacer les trois déceptions de la saison dernière. Trois joueurs qui n'ont pas confirmé leur notoriété et qui n'ont pas été conservés : William, Fontbone et Lopez. Avec un apport massif de moins de 20 ans du club, cela laisse du temps et enlève un peu de pression à l'entraîneur Jean-Louis Saes, ancien joueur du club qui à 24 ans, déjà, entraînait... et jouait à Arles lorsque l'équipe était en CN1. 11 est aujourd'hui loin le temps de la D2, et des années 70... Michel Boudignon jette un regard sévère sur la situation du footballamateur : "Le statut pro à Arles, c'est une utopie, comme ce National d'ailleurs atypique qui parait complètement en décalage avec les réalités des clubs de ce niveau. Nous ne pourrons rien espérer de beaucoup à Arles tant que le maire se désintéressera du football comme il le fait actuellement. Car c'est la volonté municipale qui amène L'OM en version tricolore ! cher ailleurs pour expliquer l'extraordinaire engouement des marseillais aux guichets des abonnements, qui incarne comme jamais l'esprit du sud, la mentalité latine. Courbis qui avait les coudées franches pour renforcer son effectif (Louis Dreyfus a injecté plus de 400 MF dans le recrutement depuis son arrivéee à la tête de l'OM !) a recruté malin... et intelligent : "Si toutes nos recrues sont françaises, cela n'a rien à voir avec le hasard. Nous voulons un maximum de français d'abord parce que les joueurs français sont de plus en plus forts ensuite parce que professionnellement, il est quand même plus simple, pour moi, de m'exprimer en français. L'intégration est d'autant plus facilitée." Louis-Dreyfus a injecté plus de 400 MF depuis son arrivée ! Dans cet ordre d'idée, Gourbis s'est attaché à prendre des joueurs de qualité, certes, mais aussi des hommes de devoir, la tête bien sur les épaules, des Gourvennec, Maurice, Bravo, Pires, Blondeau, certainement plus faciles à gérer qu'un Gravelaine par exemple, un Camara ou un Ravanelli. Avec les arrivées de Luccin et Blondeau, originaires des quartiers nord de la ville, l'identification 0M-supporters est donc aujourd'hui à son paroxysme. Et devant la concurrence tous azimut instaurée par Courbis, jusqu'au poste de gardien de but, il ne serait d'ailleurs pas étonnant de voir souvent cette saison l'OM aligner onze joueurs français sur le terrain. Car si l'éventualité de renforcer plus avant l'impressionnant effectif est encore d'actualité (Gourbis souhaiterait disposer d'un gaucher au milieu ou en attaque), cela dépend surtout des départs. Car l'OM cherche à dégraisser pour se mettre en conformité avec le quota des 21 joueurs sous contrat. Après le départ de Serge Blanc à Lyon, le prêt de Belmadi à les petits clubs comme nous à franchir les échelons. Les sponsors, les partenaires n'arrivent qu'après." En attendant un miraculeux mécène, Arles se contente aujourd'hui de ce qu'il a : une jeunesse et un enthousiasme qui devraient lui permettre d'atteindre sans trop de problème l'objectif prioritaire du club, le maintien. Et pourquoi pas sauter sur la moindre opportunité qui lui permettrait de rejoindre le CFA1, histoire d'effacer définitivement le douloureux souvenir de la saison 96/97. Cette année là, ce sont les corses de Borgo, qui pour un petit but, au goal-average, avaient soufflé la montée aux joueurs de Saes. ■ Arles AC -adresse : Arles AC, BP 8, 13633 Arles Cedex Tel. : 04/90/96/11/85 Fax : 04/90/93/02/85 -stade Femand Fournier, avenue J. lmbert, 132 00 Aries Budget : 1,5 MF Président : Jean-Louis Maure'Vice-president : Michel Bourdignon Entraineur : Jean-Louis Saes La saison dernière : Berne de CFA2, éliminé par Endoume au Berne tour de la Coupe de France. Cannes, Lemasson, Jambay, Mouret et Camara sont en contact avec plusieurs clubs. Donc si Porato parvient à déboulonner Kdpke (les deux gardiens joueront deux fois chacun lors des quatre premières journées avant que Gourbis désigne le titulaire), si Dugarry et Maurice reviennent à leur meilleur niveau, en rejetant Ravanelli sur le banc, c'est une équipe 100% tricolore qui s'élancerait alors à la conquête d'un cham- CFA 2 Toulon louché en plein coeur Le bras de fer judiciaire qui opposait Le Sporting Toulon à la fédération, par l'intermédiaire de la DNCG, a tourné à l'avantage de cette dernière. Toulon, malgré un appel de dernière heure devant le tribunal d'Aix, a déposé son bilan. Le nouveau club s'appelle le Toulon Var Sporting Club. De la D2 au CFA2, la chute est spectaculaire. 0 ii n vit évidemment très très mal cette situation ! "Albert Mansana, arrivé au chevet du Sporting en novembre 1997 pour essayer de le sauver, ne peut aujourd'hui que constater, impuissant, la décision que lui a signifié la fédération. Il est amer, très amer : "Ce que nous vivons aujourd'hui, je crois bien qu'à part Tours cette saison, aucun club ne l'a jamais vécu. En novembre, lorsque je suis arrivé, la situation était désespérée, nous vivions chaque minute intensément, depuis quelques temps nous fonctionnons au jour le jour. C'est désespérant." Cela l'est effectivement d'autant plus qu'avec l'aide de la mairie et du Conseil Général qui, pour sauver le club, avaient consenti de sérieux efforts financiers, le président toulonnais pensait bien avoir ficelé son affaire. "Nous avons vécu huit mois de folie avec des interventions d'experts comptables quotidiennes, des visites à la mairie, au conseil général, à la DNCG... On était parvenu à remettre le club sur les rails, à présenter des chiffres clairs et nets, on pensait s'en sortir... et puis on nous coupe la tête sans vergogne. C'est scandaleux ! " La colère du président est à la hauteur du désastre occasionné par cette rétrogradation qui signifie la mort du club, la disparition du football de haut niveau à Toulon et le licenciement de 60 salariés ! "Je n'irais pas dire que c'est une injustice, continue pionnat qui la snobe depuis 1992. A l'heure de l'arrêt Bosman, de l'exode des meilleurs joueurs français, ce serait là une extraordinaire réussite pour le couple atypique Courbis-Louis Dreyfus. Oui, vraiment, l'année du titre mondial de l'équipe de France, si l'OM redevenait l'OM grâce à des joueurs bien de chez nous, des joueurs qui ont résisté aux sirènes extérieures, le football français en ressortirait assurément encore plus fort. ■ Olympique Marseille -fondé en 1899 -adresse : 25. rue Negresko. BP 124, 13267 Marseille cedex 08 Tel. : 04/91/76/56/09 Fax : 04/91/76/07/77 Budget : 250 MF environ -stade Vélodrome, 3 Bd Michelet, 13008 Marseille Président : Robert Louis Dreyfus Président délégué : Jean-Michel Roussier Directeur sportif : Marcel Dib Entraîneur : Rolland Gourbis La saison dernière : 4ème de D1, éliminé en Berne de finale de la Coupe de France par Monaco (0-2 a.p.) Albert Mansana, mais le fonctionnement de la DNCG est assurément à revoir. Lorsqu'un club, comme c'était notre cas, n'est pas bien financièrement, plutôt que de le condamner à évoluer un cran en dessous, ce qui ne peut de toute façon pas emmener davantage de partenaires, pourquoi ne pas l'obliger à restreindre sa masse salariale tout simplement. Au moins, vous restez au même niveau, et si les joueurs n'acceptent pas les nouvelles conditions, ils partent. Si l'équipe descend, elle aura au moins eu la possibilité de défendre ses chances sur le terrain." Aujourd'hui, dans l'hypothèse d'une éventuelle reprise, la nouvelle équipe, toujours emmenée par le duo Béringuier-Alfano, a redémarré la saison par une défaite... face à l'équipe C de St-Etienne (0-2). Et tant qu'elle n'aura pas pû aligner ses quatre attaquants (non encore qualifiés), elle n'envisagera pas autre chose que le maintien. Sinon, avec les trois quarts de l'effectif qui est demeuré fidèle au Sporting, elle peut envisager rejoindre le CFA1 dès cette saison. Il sera alors temps d'envisager la suite. Albert Mansana, président d'un club qui dépose le bilan, ne pourra plus avoir de fonctions officielles dans la nouvelle entité. L'avenir est bien flou. "Nous vivons au jour le jour... mais nous restons tout de même optimistes ! " La passion du foot et l'amour du club constituent toujours le moteur du président varois. Jusqu'à quand ? ■ Toulon Var Sporting Club -fondé en 1946 -adresse : avenue Aristide Briand, stade Bon Encontre, 83200 Toulon. Tel. : 04/94/18/55/55 Fax : 04/94/18/55/56 Budget : NC Président : Albert Mansana Directeur sportif : Jean-Louis Bérenguier Entraîneur Luigi Alfano La saison demiére 20ème de D2 relégué sportivement en National et administrativement en CFA2.
—.cul'moral. Martigues fait le dos rond Descendu de Dl en 1996, Martigues a continué la dégringolade la saison dernière. C'est donc aujourd'hui le National qui représente le quotidien des joueurs de Patrick Parizon. Un niveau que l'effectif martégal, profondément remanié, aborde avec beaucoup de précaution. Martigues, fort de son expérience de la Dl, n'a pas su assumer sa descente en D2. Aujourd'hui en National, le début de saison pourrait laisser craindre le pire, pas tellement par rapport à des résultats qui ne signifient pour l'heure pas grand chose, mais sur une manière qui laisse encore à désirer. Après le premier échec de la saison à Louhans Cuiseaux, un sérieux prétendant au titre, Patrick Parizon ne décolérait pas : "On a oublié de jouer, c'est tout ! " Avec des joueurs qui n'ont qu'une faible expérience de ce niveau, il sera cette saison encore bien difficile à "Papa" de jouer autre chose que le maintien. Il est en conscient : "L'objectif du club reste le maintien pour enfin arrêter de descendre dans la hiérarchie nationale. Mais nous en reparlerons au soir de la dixième journée." A ce moment là, après avoir reçu à six reprises, peut-être que le club du président Lankar sera aux premières loges au niveau qui semble Parizon désespère Après deux descentes successives, Patrick Parizon espère, avec un effectif jeune mais ambitieux, remettre Martigues sur les rails du succès. C'est l'année ou jamais ! lui revenir de droit, eu égard à son important budget pour le niveau (14 MF). Mais interdit de recrutement par la DNCG jusqu'en novembre, Martigues doit pour l'instant faire le dos rond et essayer de préserver ce qui peut encore l'être. Au bord du gouffre, les coéquipiers du gardien Padovani (sélectionné en équipe de France des moins de 18 ans), ont un peu relevé la tête à Pau (2-2), un promu. Mais au delà de ces premiers enseignements, le président Lankar veut garder espoir. Il voit dans le maintien du statut professionnel, un formidable encouragement à continuer son travail : "Nous allons nous appuyer sur des jeunes joueurs qui ont goûté un peu à la D2 la saison dernière. Padovani en est le meilleur exemple. Mais la viabilité du club n'est pas remise en cause. Car même si nous perdons les 8 MF de la Ligue Nationale, la mairie reste à nos côtés. Cela nous a permis de conserver le statut professionnel." Même si elle vacille, la flamme brûle donc encore du côté du stade Francis Turcan. Martigues sait trop que depuis le dépot de bilan de Toulon, derrière l'inaccessible OM, une place reste à prendre... ■ K Martigues -fondé en 1921 -adresse : 31 chemin des paradis, 13500 Martigues Tel. : 94/42/42/18/30 Fax : 04/42/80/29/20 -stade : Francis Turcan, 29 chemin de paradis, 13500 Martigues Budget : 12 MF Président : Denis Lankar Directeur sportif : Malmoud Guendouz Entraîneur : Patrick Parizon La saison dernière : 21ème de 02, éliminé au 8ème tour de la Coupe de France par Alès (1-3 a.p.). NATIONAL Jacky NOVI : "Fréjus est devenu le club phare du Var 1" Relégué en fin de saison dernière après avoir fini dernier d'un National ampiité de Charleville et Perpignan, Fréjus n'a dû son salut qu'à la rétrogradation administrative de certains clubs. Depuis la chute de Toulon, Fréjus fait donc désormais office de club phare du Var. Un statut que l'ancien inter national _lady Novi, k directeur technique du club, entend bien honorer. Comment abordez-vous cette saison après avoir frôlé le pire en mai dernier ? Nous repartons avec un effectif renouvelé à 90% puisque nous ne conservons que trois joueurs de l'équipe précédente. Il faut donc reformer un groupe sur des valeurs nouvelles qui nous ont fait tant défaut la saison demière, à savoir la fraîcheur physique et mentale, la motivation et l'ambition. Si nous n'avons pas su gérer certains matchs qui étaient à notre portée l'an dernier c'est que nous avons manqué d'ambition. Comment jugez-vous votre début de saison ? Notre défaite devant Istres à la maison est embêtante car il est toujours agréable de bien débuter, surtout à domicile, mais l'équipe a tout de même fait une bonne prestation. C'est de bon augure pour la suite. Quelles leçons tirez-vous de la saison passée ? C'est ce que je vous disais, nous avons changé d'optique en renouvelant profondément l'effectif. Nous avons choisi un cap : faire confiance à des jeunes joueurs motivés, nous allons le maintenir coûte que coûte. Après avoir été entraîneur, vous êtes aujourd'hui directeur technique. En quoi consiste votre rôle ? Je me suis occupé du recrutement et j'ai un regard sur toute la section amateur du club. Je travaille en étroite collaboration avec Didier Dervout, l'entraîneur, et je supervise les futurs adversaires de National. Ici, avec Martigues et Istres à proximité, c'est facile ! Et puis, je suis en train de mettre en place un centre de formation dont je serai responsable. Il faut préparer l'avenir. Fréjus a-t-il les épaules assez larges pour le National ? Il est certain qu'on fait partie des plus petits budgets donc de ces équipes qui se maintiennent péniblement chaque année. Cette année, bien sûr, nous visons le maintien mais je n'ai rien à dire sur ce championnat qui est tant décrié. Nous avons la vocation de préparer des jeunes joueurs à passer au dessus. Cette année encore, malgré notre mauvaise saison, trois joueurs sont partis évoluer à un niveau supérieur. C'est une compétition qui intéresse de plus en plus les clubs pros qui viennent chercher des joueurs. Car un jeune qui tire son épingle du jeu chez nous, est prêt à 80% à évoluer en pro. C'est ce qui donne du cachet au National. Comment situez-vous l'ES Fréjus dans la hiérarchie régionale entre Marseille et Cannes ou Nice ? Le dépot de bilan de Toulon a fait de nous le club phare du Var. Cette saison devient d'autant plus importante que nous devons assumer ce nouveau statut. Nous avons huit contrats fédéraux, mais à moyen terme, nous devons envisager le passage à un statut professionnel, pourquoi pas ? Car aujourd'hui on vit comme des pros, sans en avoir les avantages. Notre budget est équilibré, c'est d'ailleurs pour cela que nous sommes encore en National contrairement à d'autres et nous envisageons l'avenir avec optimisme. ES Fréjus -fondé en 1938 -adresse : stade Pourcin, avenue du XVème corps. 83600 Free Tel. : 04/94/17/37/37 Fax : 04/94/52/38/98 Budget : 7 MF Président : Alain Beaunay Directeur technique : Jacky Novi Entraîneur : Didier Dervout La saison, dernière : 18ème de National, eliminé au &ne tour de la Coupe de France. Aiwzmiummeek —goe mem Istres sur les bons rails Après une carrière longue et riche qui l'a conduit de St-Etienne à Marseille, Jean Castaneda a posé ses valises à Istres où depuis deux saisons il a pris en main le destin de l'équipe fanion. Après une première saison moyenne, Istres a démarré celle-ci sur les chapeaux de roues et affiche immédiatement ses ambitions. En se séparant à l'inter-saison de joueurs aussi expérimentés que pouvaient l'être Sauvaget, Boissier, N'Diaye ou Vaurs, Jean Castaneda a pris le parti de miser sur un recrutement plus ciblé. Bououden (Paris FC), Moutard (Orange), Richter (Mulhouse) et Taine (Sedan) n'amèneront certainement pas les istréens à se précipiter au stade en plus grand nombre, mais ils ont l'avantage de bien connaitre un niveau de compétition plus exigeant qu'il n'y parait et que le FC Istres a bien eu du mal à maitriser à sa descente de D2. Car il ne suffit pas d'être ou d'avoir été professionnel pour se balader en National. "C'est vrai que la saison demière nous avions misé sur des joueurs chevronnés qui étaient habitués au plus haut niveau. Cela n'a pas forcément donné de bons résultats." Aussi, pour continuer à avoir de l'ambition, "le chat" mise cette saison sur un esprit de corps, une solidarité et une unité de groupe indispensable pour se sortir des méandres de ce championnat à plusieurs vitesses. "Les 19 équipes de ce championnat ne partent pas avec les mêmes cartes en main. Entre celles qui ont le statut professionnel, celles qui sont semi-pro et les amateurs, les disparités sont importantes. Il faut donc faire abstraction de tout cela, accepter que certains clubs soient mieux lotis que soit, pour rester concentrer sur son objectif" Si le premier match de la saison aura agréablement surpris Castaneda (victoire à Fréjus), la victoire devant Mulhouse, un des prétendants au titre, lui aura, et avec lui l'ensemble du groupe, fait prendre conscience que cette année il y avait peut-être un bon coup à jouer. Contrairement à la saison dernière, où les coéquipiers de Franck Priou avaient longtemps bégayé leur football, Istres a donc bien appréhendé ses premiers rendezvous. "Nous avons l'ambition de monter en D2, répète Castaneda. Donc, avec nos moyens, il faut déjà nous rapprocher de ce niveau dans le jeu, dans la vie du club, ou dans les conditions et le rythme des entraînements. De toute façon, l'accession est un challenge difficile et c'est chez les équipes les plus modestes que vous la gagnez souvent" Fréjus qui termina lanterne rouge du dernier exercice régulier s'en est aperçu à ses dépens. Sampil, Priou et Taine sont déjà sur les bons rails. Quelque chose nous dit qu'il sera difficile de les faire dérailler.• FC Istres -fondé en 1929 -adresse : stade Auguste Audibert, route de Martigues, 13800 Istres Tel. : 104/42/49/13/66 Fax : 04/42/80/91/98 -stade Bernard Bardin, route de Fos, 13800 Istres Bupget : 10 MF President : Bertrand Benoit Entraîneur : JeanC,asta,neda La saison derniere ; 4eme de National, élimine en 8eme de finale de la Coupe de France par Lyon (0-1 a.p.). CFA 1 Le retour d'Endoume A Endoume, on parle encore avec beaucoup de nostalgie de l'époque Gourbis, de cette saison fabuleuse qui avait failli amener le club du président Di Giovanni jusqu'en D2. Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Et si l'US Endoume Catalans est redevenu un club comme un autre, il conserve néanmoins beaucoup d'ambition.ncis Di Giovanni a l'accent de ceux ul ont toujours vécu au soleil. Il a aussi la passion d'un club qu'il préside depuis maintenant 27 ans ! Un club qui, après avoir tutoyé les étoiles, est redescencu dans l'anonymat d'un championnat de CFA peut-être plus taillé à sa mesure. "Notre vocation n'était peut-être pas de monter en D2 lorsque nous en avons eu la possibilité. A l'époque de Courbis, ce n'était que du plaisir. Je ne sais pas si nous aurions eu assez de ressources pour bien vivre en D2. Mais vous savez, dans le football, de nos jours, il ne faut préjuger de rien." Il restera forcément quelques regrets dans le fond du coeur de Francis De Giovanni lorsqu'il il fera le bilan de ses années de présidence. Pour l'heure, il vit le présent avec autant d'intensité. "Notre ambition, cette saison est de se maintenir. Notre recrutement a été à la hauteur de nos moyens, c'est à dire assez restreint. Nous essaierons surtout d'amener nos équipes de jeunes à franchir le rubicon des championnats nationaux." Car si dans le sillage des Burels ou des Caillois, l'US Endoume, avec Le Foot 17 ses 500 licenciés, a vocation d'accueillir en son sein la population des quartiers de Marseille, elle a aussi, contrairement à ses glorieux voisins, à faire vivre une équipe fanion à un niveau National. Avec un budget d'l MF la tâche n'est pas mince. Remonté de CFA 2 la saison dernière après avoir fini second derrière Valence, il ne déplairait pas au président De Giovanni de venir faire un petit tour en National. "Mon rêve serait évidemment de jouer en National. Pour Endoume, ce serait une forme d'apothéose. Mais la réalité, c'est tout faire pour conserver un niveau national à un maximum de nos équiPes." Pour cela, Léon Galli est revenu aux affaires. C'est lui qui a propulsé l'équipe en CFA, dès sa première saison d'entraîneur. Il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Dans le sillage, plus que dans l'ombre, d'un OM ambitieux comme jamais, Endoume pourrait très bientôt refaire parler de lui. ■ US Endoume Catalans -adresse : stade Le Cesne, 94. rue Jules Isaac, 13008 Marseille Tel. : 04/91/40/01/41 -siège : Tel. : 04/91/52/43/04 Fax : 04/91/31/25/89 Budget : 1 MF Président : Francis Di Giovani Entraîneur : Léon Galli La saison dernière : second de CFA2, éliminé au 7ème tour de la Coupe de France par Toulon (0-1). Le mois prochain : Spédal Bordeaux-Aquitaine



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :